Une lecture qui ne cesse de nous faire sourire!

Échecs amoureux et autres niaiseriesÉchecs amoureux et autres niaiseries
Par Matthieu Simard

Résumé en quatrième de couverture :

« Je suis aussi romantique qu’un bloc de béton au bord de l’autoroute. Et je rencontre seulement des filles qui trippent sur Alexandre Jardin. Ça va mal…
« Mais bon, il faut garder espoir. À force de vomir sur les souliers des belles filles que je croise, à force de cruiser les téléphonistes de Vidéotron, à force de peinturer au rouleau le dos de mes conquêtes, je vais bien finir par trouver la bonne…
« C’est pas que je suis terriblement malchanceux. C’est pas que je suis particulièrement méchant. C’est pas que je suis atrocement laid, non plus. Je suis juste niaiseux. »

Mon appréciation :

J’ai, ma foi, apprécié dès les premiers instants ma lecture. C’était le premier roman à sketches que je lisais, et avec la plume et le style de Matthieu, cette première fois était excellente.
Matthieu Simard raconte son histoire (eh oui! le personnage principal porte le même nom que l’auteur), ses aventures et mésaventures avec l’amour, avec les filles, les femmes. Matthieu pour qui les deux t sont importants. Matthieu qui admet ne désirer que son bien à lui. Matthieu qui admet être niaiseux. Niaiseux dans ses choix, dans ses façons d’agir, etc.
Sincèrement, chaque sketches me donnait le sourire. Oh, bien sûr que ça n’était pas ce qu’il y avait de plus joyeux de voir que le personnage en venait à ne pas aimer avoir connu l’amour, parce que l’amour ne lui cause que du tort. Par contre, comment ne pas rire quand son moyen pour quitter une femme qui contrôle tout est de creuser un chemin à la cuillère pour s’évader par la cuisine? Comment ne pas sourire en lisant que Matthieu nous affirme que de vomir sur les souliers d’une belle femme, c’est une technique qui fonctionne pour la revoir? Vraiment, avec les pensées de Matthieu, avec les actions et les réactions de Matthieu, ma lecture s’est avérée être un pur plaisir du début à la fin. C’est drôle comme les malchances d’un personnage peuvent être si amusantes pour le lecteur.
Par ailleurs, comme je l’ai mentionné, il y a la plume de Matthieu (l’auteur, là, pas le personnage du roman). Des phrases courtes. Des phrases courtes qui disent en peu de mots ce que ressent l’homme du livre, qui sont parfois cinglantes ou parfois délicieuses pour les yeux, qui font rire facilement, aussi. D’autres longues. Des phrases longues pour exprimer des idées en continu ou pour dire une chose qui se dit en quelques mots, mais dont le personnage semble avoir envie de préciser ses pensées en se répétant. Le tout dans un mélange qui exprime la simplicité. Matthieu (le personnage) est à la fois si simple et si… particulier. Il songe à une envie, une idée, un fantasme et, selon lui, il peut le faire, il en a le droit, et il n’a que ça à faire. Que ça à faire, oui, parce que même au travail, il ne fait rien et envoie des courriels à une ex.
Je ne pourrais même pas dire combien de femmes il a eu depuis son premier amour, mais ce que je sais, c’est que chacune de ces femmes constituait une aventure un peu cocasse qui m’a fait sourire ou rire.

Publicités
Catégories : Contemporain, Humour, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :