Un roman « salade de fruit ».

Les neuf vies d’Edward
Par Chrystine Brouillet

Résumé en quatrième de couverture :

Delphine aime les hommes, la photographie et son chat Edward. Celui-ci le lui rend bien. Doutant des choix amoureux de sa maîtresse, il décide de lui trouver un mari. Il connaît déjà l’amant qu’il destine à Delphine; un homme très bon, Sébastien Morin, l’a soigné lors d’une traversée vers la Nouvelle-France en 1970… Edward espère qu’il s’est, comme lui, réincarné et qu’il habite aujourd’hui Paris. La tâche est ardue. Heureusement, Catherine, sorcière sous Henri IV, lui a transmis un don : la télépathie. Edward n’a qu’à flairer un homme pour deviner ses intentions : aussi ne se méfie-t-il pas sans raison de James Anderson, un trop bel Américain qui rôde autour de la photographe. Edward aura besoin de tous ses talents pour faire le bonheur de cette Delphine adorée qui sent la chantilly, les feuilles d’un plant de tomates et la rose de Turquie.
Un roman d’amour sur fond de polar, avec un zeste de gastronomie, des esquisses historiques, beaucoup d’odeurs et de caresses et le regard fidèle mais lucide d’Edward sur l’étrange race des bipèdes (sans plumes).

Mon appréciation :

Un roman « salade de fruit », qu’est-ce? Je n’ai pas vérifié si quelqu’un avait déjà sorti une expression pareille dans un tel contexte, mais pour moi, je dis que cela signifie qu’il combine tout autant d’éléments que cette collation (ou ce dessert) contient de fruits variés. Comme l’indique déjà la quatrième de couverture du roman, il regroupe autant d’amour que de policier, d’histoire que de détails sensoriels félins, et ainsi de suite. Ce qui rend sans doute mon opinion du bouquin tout aussi partagée, sinon presque.
Le personnage de Delphine est plutôt bien. Je l’appréciais, ainsi que ses liens avec ses amies. J’aimais l’ambiance entre elles. Et le chat Edward était agréable. Il amenait un point de vue intéressant au récit. Du moins la plupart du temps.
En fait, c’était de même pour chaque sujet touché par le livre. Séparés, pris un à un, ils avaient de quoi attirer le lecteur. Autant le récit d’Edward sur la dame qui était son maître durant la Seconde Guerre mondiale que le trafic d’esclaves pratiqué dans le moment présent de l’histoire. Mais une fois le tout mélangé et bien brassés, on aurait dit qu’il manquait de fruits de certaines sortes, qu’il n’en avait pas assez de chacun. Le chat a mentionné ses huit autres vies, mais seulement deux étaient véritablement intrigantes. Sans doute parce qu’elles mentionnaient des sujets qui m’intéressaient plus (la Nouvelle-France, la navigation, l’écriture et la Seconde Guerre).
Et c’est semblable un peu pour le trafic d’esclaves : peu mentionné à mon goût. D’autres détails aussi, mais je ne veux pas trop vous en dévoiler. Disons que la finale m’a un peu déçue, car je trouvais qu’il manquait de détails sur quelques éléments, comme ce qui arrive à quelques personnages en particulier, par exemple ce James Anderson. J’aurais aimé que les derniers sujets soient plus développés, quitte à faire un roman plus long, mais qui me laisse pleinement satisfaite à la fin.
Il n’empêche que cette lecture était un agréable divertissement, tout de même. Je crois tout simplement que si je veux avoir plus de détails sur ce qui me plaisait de ce livre, je devrai aller dévaliser les librairies pour regarnir un peu mes bibliothèques (je suis due, avant bien longtemps :P)!

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres adultes, Policier, Policier et cie, Romance | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :