Il peut être difficile de prendre parti…

Cet enfant est le nôtreCet enfant est le nôtre
Par Henry Denker

Résumé en quatrième de couverture :

Parce qu’elle estime que Brett Mann, un jeune acteur sans emploi, est incapable d’assumer une paternité, Lori Adams décide à contre-coeur de faire adopter l’enfant qu’elle attend de lui. C’est ainsi qu’un jeune couple, qui a perdu un nourrisson, va recueillir et élever le petit Scotty. Mais leur situation s’étant améliorée, Lori et Brett veulent reprendre leur fils. Une âpre bataille juridique s’engage alors, relayée par une presse à scandale qui risque de briser la vie des deux parties concernées…

Mon appréciation :

L’histoire est bien. Seulement, elle démarre en longueur. En effet, j’ai trouvé cela plutôt long avant que le récit ne m’interpelle par une certaine forme d’action. On débute la lecture par le récit des deux familles avant que l’enfant ne vienne au monde. J’admets que c’est important pour se faire une image des personnages et peut-être s’attacher à eux, mais j’ai trouvé cela bien trop long. Le tiers du livre y est consacré. Ça n’est donc que dès le moment où Brett et Lori se retrouvent deux ans et demi plus tard que je me suis mise à vouloir en lire plus. J’étais un peu intriguée.
Ensuite, le rythme de lecture précédent le début du procès était plutôt à une vitesse de croisière. Dans le sens où l’on se demande comment cela va déboucher, ce que les deux parties en cause vont dire et faire, etc. Mais rien d’extraordinaire, étant donné que ce qui est attendu est ledit procès. Ainsi, on est intrigué en tant que lecteur, mais on ne se retrouve pas encore dans le gros de l’action, si je puis m’exprimer ainsi.
La partie la plus intéressante est donc le procès. Excepté qu’il y a quelques longueurs où on narre à nouveau la vie des deux parties avant l’adoption de l’enfant (cette fameuse section qui s’étendait sur un tiers du livre, maintenant résumée). C’est donc un peu répétitif. Par la suite, les choses deviennent plus poignantes. À certains moments, l’interrogatoire fait au témoin a du piquant. D’autres moments moins (une tentative d’humour de la part de l’auteur dans l’un d’eux que j’ai trouvée plutôt ordinaire). Ce que j’ai apprécié, par contre, c’était que nous ne pouvions deviner, presque tout le long du procès, de quel côté allait trancher le juge. La famille naturelle ou la famille adoptive? On voyait le juge hésiter d’un bord et puis de l’autre, mais nous ne pouvions pas deviner avec certitude quel serait le verdict final. Et j’ai trouvé ça plutôt bien. Moi-même, j’avais du mal à me décider quelle famille je verrais pouvoir garder l’enfant.
Finalement, il y a un dernier détail qui m’a chicotée. La finale. Sans tout dévoiler, elle se termine tout simplement avec le verdict du juge. C’est à la fois bien, étant donné que c’est ce que nous attendions, mais à la fois moyen. Pourquoi donc? Parce que l’on assiste à peine à la réaction des deux parties de l’affaire. L’une des femmes pleure et sort de la pièce, l’autre part avec le bambin. J’aurais aimé savoir ce que les couples auraient pu se dire, une fois rendus chez eux. Surtout pour celui qui n’a pas eu la faveur du juge.
Sinon, le livre se lisait assez bien. C’était une bonne immersion du côté du juridique. Après tout, ça n’est pas tout le monde qui a la « chance » de se retrouver dans une telle situation et de découvrir comment le tout se déroule.

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :