Un style intéressant.

Les grandes marées
Par Jacques Poulin

Résumé en quatrième de couverture :

Seul sur une île au milieu du Saint-Laurent, un traducteur de bandes dessinées voit son havre de paix envahi par des individus loufoques et une jeune femme belle, mystérieuse et indépendante avec laquelle il se lie d’amitié. C’en est fini de sa solitude créatrice.
Déjà reconnu comme un classique de la littérature québécoise, ce livre dit avec force et dans une langue somptueuse que le paradis sur terre ne dure jamais bien longtemps.

Mon appréciation :

Je ne crois pas que j’aurais eu l’occasion de lire ce livre autrement que dans le cadre d’un de mes cours. En effet, c’était parmi mes lectures obligatoires pour la session. Il n’empêche que je dois dire que j’ai plutôt apprécié ma lecture.
Les chapitres sont courts et se lisent très bien. Même si le personnage principal, Teddy, est un homme plutôt renfermé, il dégage un petit quelque chose de plaisant. Il est très simple et réussit à être tout de même intéressant malgré cela. Son personnage est d’ailleurs assez complet. Travailleur assidu, il se laisse pourtant aisément marcher sur les pieds. Il ne réplique jamais à personne et ne contient aucune agressivité en lui. Il se laisse envahir et guider par les protagonistes qui arrivent sur l’île Madame, sans jamais rien dire. Selon lui, le bonheur se résume à être seul sur une île à faire ce qu’il lui plait, accompagné de son chat adoré. Par contre, son patron, qui lui permet de réaliser d’abord ce désir, ne comprend pas sa perception du bonheur. Ainsi, de plus en plus, il envoie de nouveaux individus sur la petite île. Et comme Teddy ne réagit pas trop, vous vous imaginez certainement ce qui peut arriver… Il laisse le patron juger de son bonheur personnel, au risque de ne plus être bien.
J’ai bien aimé les personnages, quels qu’ils soient. En effet, même si le personnage dégageait quelque chose d’un peu néfaste, je l’aimais bien. Je trouvais que chacun était pertinent au récit. Que ce soit Tête Heureuse, l’Homme Ordinaire, le professeur ou un autre, je me plaisais à tous les découvrir. Qui plus est, une phrase du professeur Mocassin, qui revient à plusieurs reprises, m’amusait bien : « Là n’est pas la question n’est pas là. » Ou bien les déformation des mots de l’Homme Ordinaire, qui dit « la dynamite de groupe » ou bien « les moyens idiots-visuels », me faisaient aussi rire.
Bref, j’ai trouvé que ce livre était une belle œuvre, avec un style d’écriture simpliste mais bien utilisé, et qu’elle était divertissante et agréable à lire. Qui plus est, l’histoire est agrémentée de quelques petits dessins, de calculs, de fiches signalétiques en lien avec les arrivants sur l’île et d’une recette de tarte!

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :