Une meilleure finale.

L'ÉclopéLa trilogie du sel, tome 3, L’Éclopé
Par Maurice Gee

Résumé en quatrième de couverture :

L’Éclopé piège les foules dans sa toile psychique et les soumet à sa cruelle volonté. Même les plus forts tombent à genoux devant son pouvoir.
La mère d’Hanna a préféré avaler l’herbe aux crapauds plutôt que de périr dans les grands bûchers de sorcières qui brûlent sur la Place du peuple. Hana doit s’échapper des terriers avant d’être elle aussi suppliciée. Dans la forêt profonde, elle rencontrera Ben, le fils de Lo. Ils mèneront ensemble une dangereuse quête pour empêcher l’Éclopé de mettre le monde à feu et à sang.
Mais avant, il leur faudra découvrir les secrets de son immense pouvoir.

Mon appréciation :

Je vais commencer par parler de la fin du livre. C’est un peu étrange comme méthode, mais comme c’est frais dans ma mémoire, je voulais en parler dès maintenant. Qui plus est, c’est aussi parce que je l’ai plus appréciée que les deux autres tomes de la trilogie. Comme vous pouvez le lire dans les appréciations de ces derniers livres, je n’appréciais pas particulièrement la finale, étant trop accélérée. Eh bien figurez-vous que ça n’est pas le cas pour L’Éclopé! Je ne vous dévoile pas les détails de cette finale, mais je peux vous dire sans problème que le livre se termine très peu de temps après la dernière scène d’action et que nous ne voyons donc pas l’existence des personnages principaux en accéléré jusqu’à leur progéniture. Heureusement, à mon avis!
Bien évidemment, ça n’est pas tout ce que j’ai apprécié de ma lecture. Les nouveaux personnages que sont Ben et Hanna me plaisaient bien eux aussi. Ces deux-ci peuvent, comme les protagonistes des livres précédents, utiliser la voix, soit se parler par la pensée. Cependant, contrairement aux autres, ils préfèrent parler de vive voix et ne l’utiliser qu’en dernier recours. Ainsi, je trouvais que les personnages avaient un petit quelque chose de plus, un côté plus vrai, plus humain, plus agréable. Je les ai préférés. Particulièrement Hanna, avec son don pour « parler » avec les oiseaux. En fait, elle est capable de se projeter dans l’esprit du volatile et de voir avec ses yeux, de partager la vision de l’oiseau. Hanna nous décrit donc tout ce qu’elle peut voir à cette hauteur. C’était intéressant. J’ai bien apprécié le tout.
Mis à part cela, comme dans les autres tomes, il est question d’une nouvelle génération et d’un nouveau danger. Par contre, dans ce cas-ci, les héros ne sont pas tous les enfants de ceux des deux premiers tomes. Hanna n’a aucun lien de famille avec le Hari du tome 1. C’est donc un peu différent. D’ailleurs, la mère de la jeune fille lui avait tout de même raconté les récits de Hari et Perle, et de Xantee et Duro. Ce qui était amusant, c’était que Hanna croyait fermement que ça n’étaient que des histoires racontées aux enfants, et non des aventures réellement arrivées aux générations avant Ben.
Finalement, il reste que j’ai encore une fois trouvé le récit un peu long. En effet, tout se déroule également dans les dernières pages. Le reste s’éternise, bien qu’intéressant quand même. Heureusement que la finale est remplie d’action pour compenser cette faiblesse.

Publicités
Catégories : Fantasy ou merveilleux, Livres adultes | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :