Un plongeon du côté de Nadine Bertholet!

Nadine BertholetVoici la troisième interview du blogue! Cette fois-ci, nous plongeons dans l’univers d’une femme bien chaleureuse : l’auteure Nadine Bertholet.
Nadine est l’auteure de la série Kiam Tasgall, où Kiam, un garçon énergique, nous fait voyager vers des paysages magnifiques d’un tome à un autre. La série comprend d’ailleurs quatre volumes, tous publiés à ce jour. Si vous n’avez lu aucun tome de cette superbe série et que vous hésitez à vous y plonger de peur de trop l’aimer, c’est qu’il est temps pour vous d’aller faire un brin de jasette avec Nadine dans un Salon du livre afin qu’elle puisse vous convaincre d’enfin « manger » ses romans! En effet, cette écrivaine parle de ses livres et de ses projets d’écriture avec une passion telle que l’on ne peut résister à l’envie de sauter à pieds joints dans ses mots et les aventures de ses personnages!
Bonne lecture!

En quelques mots, comment décririez-vous la série Kiam Tasgall à ceux qui s’en intéressent?
Véritable épopée fantastique mêlant aventures, intrigues, magie et humour, ma série Kiam Tasgall vous entraînera sur des lunes invisibles gravitant autour de la Terre, incarnant chacune un des quatre éléments.

Comment le scénario de cette série s’est-il imposé à votre esprit?
Au tout début, j’ai eu l’idée de créer un monde invisible gravitant autour de la Terre. Les quatre lunes furent ainsi créées, chacune représentant un élément différent, air, terre, eau et feu. Je n’avais pas de plan bien défini. Je connaissais seulement le début de l’histoire, mais ce n’est qu’en écrivant le chapitre six que l’idée de la société de Voktalzarth m’est venue. L’intrigue principale venait de se former. Ce fut la même chose pour les trois autres tomes. Pour chacun, une ligne directrice, mais je laissais l’histoire s’inventer au fur et à mesure que je couchais les mots sur le papier, comme si les personnages, nantis d’une volonté qui leur est propre, me guidaient au cœur de leurs aventures. Je suis moi-même surprise parfois de découvrir où ils me mènent, et ce sont ces moments qui deviennent bien souvent des points forts de l’histoire.

En moyenne, combien de temps mettez-vous sur l’écriture et la révision d’un tome et combien de versions en faites-vous?
Le premier tome m’aura pris un peu plus de temps à écrire, je dirais deux ans, puisque je devais mettre en place tout l’univers et les personnages. Pour les trois autres tomes, il m’aura fallu en moyenne dix mois pour écrire et réviser l’histoire, et ce tout en travaillant à temps plein.

Comment gérez-vous votre temps d’écriture? 
Les journées où je ne travaille pas, je m’oblige à écrire au moins cinq pages (environs 1200 mots). Sinon, je m’installe devant mon ordinateur quelques soirs par semaine, essayant parfois vainement de lutter contre la fatigue.

Parmi les quatre tomes de la série, y en a-t-il un que vous préférez? 
Le premier tome restera toujours un peu plus spécial à mes yeux, même si au niveau de l’écriture, qui avec le temps s’est peaufinée, le dernier tome risque d’être de meilleure qualité, littérairement parlant.

Dans le même ordre d’idée, avez-vous un personnage coup de cœur? Quel est-il et pourquoi celui-là en particulier?
Ah! Pottam! À l’origine, cette charmante beloute ne faisait pas partie de l’histoire. En cours d’écriture, je me suis aperçue que quelque chose manquait. C’est en observant une affiche d’une loutre placardée à mon mur que le personnage Pottam est né! Ce petit bonhomme a fait toute la différence.

Parlant des personnages, certains sont-ils inspirés de gens que vous connaissez? Si oui, lesquels?
Je ne pourrais pas dire qu’un personnage plus qu’un autre est inspiré de gens de mon entourage. Par contre, je crois que chacun d’eux possède une facette de ma propre personnalité ou de celle de mes proches, sans toutefois corresponde pleinement à une personne en particulier.

La série Kiam Tasgall est désormais terminée. Comment vous êtes-vous sentie lorsque vous avez écrit le dernier mot de cette superbe série? 
Honnêtement? Je m’attendais à pleurer comme une madeleine. J’ai plutôt ressenti un immense soulagement. De la fierté aussi d’avoir accompli ce beau défi décrire une série de quatre tomes. Il faut dire aussi qu’un autre projet accaparait mon esprit depuis un an, alors j’avais hâte de m’y attaquer.

Si vous en aviez l’occasion, écririez-vous une toute nouvelle série se déroulant dans le même univers que celle de Kiam Tasgall
Ce qui est bien avec l’univers que j’ai créé est qu’il ouvre les portes à une foule de possibilités. Alors oui, j’aimerais éventuellement inventer d’autres aventures sur Oméros, Fumervar, Terzirus et Airazeth avec de nouveaux protagonistes et peut-être même faire un clin d’œil aux charmantes beloutes! 😉

J’ai entendu dire que vous travailliez à un tout nouveau projet d’écriture. Serait-il possible d’en savoir quelques détails afin de nourrir notre curiosité?
Tout ce que je peux dire est que, pour ce nouveau projet, je sors de ma zone de confort et délaisse le fantastique. Il s’agit d’un thriller flirtant avec le surréel, se déroulant en Angleterre. Il y aura cependant encore une touche d’humour, mais pas de beloute!

Un grand merci à Nadine Bertholet pour son temps et nous espérons que vous aurez pris plaisir à lire cette interview, car ce ne sera pas la dernière! Si vous désirez en lire plus et en apprendre plus sur l’auteure, n’hésitez pas à vous rendre sur son site Internet et à vous y balader!

Publicités
Catégories : Événements, Interview | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :