Complètement étrange…

Hamburger Games : une parodie
Par The Harvard Lampoon

Résumé en quatrième de couverture :

Le jour où Capriss Kidordine remplace sa sœur pour participer aux Hamburger Games — l’émission la plus regardée après Les Maçons du cœur — elle ne sait pas dans quoi elle vient de mettre les pieds. Élevée dans le district du télémarketing, Capriss est mal préparée au combat à mort qui l’attend dans l’arène. Sa survie dépend d’un choix crucial : s’allier à un loser à croquer, Pita Mellagomme, ou rester fidèle à un tombeur super sexy, Herpès Bogosse.
Armée de son arc, la jeune fille lutte pour être la dernière concurrente sur le champ de bataille. Et c’est pas ce fichu couteau planté dans son front qui l’en empêchera!

Mon appréciation :

C’était la première fois que je lisais une parodie d’un roman, et j’étais plutôt curieuse de découvrir ce que cela donnerait. En fait, il se trouve que cela ressemble énormément aux parodies de films. Les événements sont tournés en ridicule de A à Z, à un point tel où l’on se demande d’où peuvent sortir ces idées farfelues.
Je n’ai pas trouvé cela mauvais, mais pas fort bien non plus. Disons que c’était principalement un divertissement avec une bonne touche d’humour à certains endroits, car un livre de ce genre ne peut couver une histoire passionnante. Tout de même, il y avait des passages vraiment rigolos. Et d’autres complètement stupides au point qu’ils étaient aussi comiques. En voici un exemple, où Herpès parle avec Capriss, tandis qu’ils sont en forêt pour chasser :
« — Je passe par en haut et toi par en bas.
J’approuve d’un signe de tête. Je m’accroupis sans bruit et entreprends de ramper. Herpès, lui, marche bien droit à côté de moi. On est parés à toute éventualité. » (p.15-16)
Je dois quand même avouer que certains passages étaient un peu trop poussés. Le ridicule de ces scènes était trop exagéré, de sorte que je trouvais cela moins drôle que cela aurait pu l’être autrement.
Au niveau de l’histoire, sinon, il n’y a pas grand chose à y redire. C’est celle de Hunger Games, mais modifiée de façon à y insérer une grande part d’humour et de farfelu. Entre autres, la petite Rue du roman de Suzanne Collins est remplacée par un bébé du prénom de Cour. Le côté doux, délicat et inoffensif de la petite est donc très renforcé. Tout se résume à de l’exagération de la première histoire, qui fut un succès.
C’est drôle, c’est ridicule, parfois trop, mais ça reste divertissant. Ça me faisait étrange de relire une histoire qui était modifiée de la sorte. Je n’en ai pas raffolé, mais j’ai tout de même apprécié.

Publicités
Catégories : Humour, Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :