Un peu d’émotion!

Pas besoin des garçons

Pas besoin des garçons
Par Stephie Davis

Résumé en quatrième de couverture : 

Allie trouve sa cible pour l’été. Il a dix-sept ans et il est totalement craquant. En plus, il la trouve mignonne. Que demander de plus?
Tout simplement que le garçon avec qui elle doit travailler tout l’été ne la déteste pas… Car si Allie joue l’indifférence, au fond, elle ne s’en moque pas du tout!
Le défi pour Allie : arrêter de remarquer son sourire et se rappeler qu’elle ne drague pas les gars qui ne l’aiment pas.

Mon appréciation : 

Ce livre est la suite du roman Garçons sous surveillance. Encore une fois, bien évidemment, c’est l’histoire d’une jeune fille qui tombe amoureuse d’un jeune homme. C’est l’histoire classique de ce genre de romans, mais c’est divertissant et amusant.
Dans ce cas-ci, un pari est lancé. Y a-t-il des garçons immunisés au charme d’Allie? Le fait est que cette dernière, un peu comme agit sa mère, a des fréquentations d’un soir. Des échanges langoureux, des rigolades, mais sans plus. Allie ne s’amourache pas. Il n’empêche qu’elle est toujours bien vêtue pour attirer le regard du sexe opposé. Tad, le gars qui ne semble pas l’aimer, semble être immunisé à l’adolescente de quatorze ans. Deux des trois amies d’Allie parient sur le fait que la jeune fille ne pourra faire en sorte que le garçon ne l’aime. Nathalie, quant à elle, embarque Allie dans son camp et parie que oui. Seulement, Tad semble méchant avec Allie et elle préfère plutôt le beau grand Rand. L’idée est amusante, bien que l’on peut en deviner la tournure au fil du livre. Ce genre de récits est assez évident.
Par contre, j’ai bien aimé un élément du livre. Allie est émotive. Ses parents sont séparés : son père habite en Californie et n’a que peu vu sa fille en six ans et sa mère est toujours absente à force de travailler et de fréquenter des hommes. Cette absence parentale pèse de plus en plus sur la jeune fille, ce qui l’affecte beaucoup et lui fait parfois venir les larmes aux yeux. J’ai trouvé intéressant cette idée du personnage. Tout le temps, Allie se targue d’être chanceuse de pouvoir faire ce qu’elle veut et semble avoir une rigide carapace composée de vêtements à la mode et de maquillage. Cependant, la carapace se fendille au fil de l’histoire.
J’ai donc aimé ma lecture, qui jonglait entre les petits plaisirs des fréquentations d’adolescents et entre les côtés plus dramatiques d’une vie avec un soutient familial trop peu présent.

Publicités
Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :