Des contes semblables, mais plaisants!

Contes

Par Jacob et Wihelm Grimm

Résumé en quatrième de couverture  :

Des Contes de Grimm, on ne connait guère en France que les plus célèbres, encore est-ce à la faveur d’une confusion, puisque, pour le grand public, ils appartiennent bien plus au monde du dessin animé qu’aux deux savants allemands qui les ont relevés pour les sauver de l’oubli.
Pourtant, tels que les frères Grimm les ont patiemment recueillis et transcrits, ils sont une des sources les plus profondes du romantisme allemand et ont droit à une place de choix dans la littérature universelle. Si humbles soient-ils à l’origine, ils lui ont en effet fourni non seulement le « il était une fois » qui est le début de tout roman, mais d’inépuisables sujets de réflexion sur ces commencements et ses fins : les contes de Kafka seraient pour une part inconcevables sans ce qu’ils doivent aux Märchem, et Brecht avait de très bonnes raisons d’imiter Grimm dans l’un de ses plus beaux poèmes.

Mon appréciation :

Après avoir lu les contes de Perrault, il fallait bien lire ceux de Grimm, dont certains se recoupaient, mais en étant un peu différents.
J’ai bien apprécié ma lecture, je dois le dire. L’écriture était très fluide et je prenais grand plaisir à lire chacun des contes, même s’ils se ressemblaient parfois. En effet, diverses actions d’un conte se reproduisaient dans un autre. Par exemple, le fait qu’un roi demande à une personne méchante ou malhonnête quelle sentence serait idéale pour un certain crime et que le roi conclut en disant que cette personne venait de dicter sa propre sentence. Pareillement pour les situations où une personne promet de donner la première chose qui lui tombera dessus au retour à la maison en échange d’une grande richesse et que cette première « chose » est son fils ou sa fille. Inévitablement.
N’empêche, j’ai bien apprécié le tout. Chaque histoire avait ses particularités et il était intéressant de toutes les lire. Disons que les variantes des idées principales ont seulement toutes été utilisées, ou presque. 😛
J’ai trouvé bien intéressant de lire les contes que je connaissais déjà, tels Cendrillon, Blancheneige et La Belle au bois dormant. Mais je dois admettre que ceux que j’ai le plus aimés, je ne les connaissais pas auparavant. De celui qui partit en quête de la peur, Le vaillant petit tailleur, Le diable aux trois cheveux et Jean le Veinard sont donc mes favoris. C’est surtout la ruse qui se retrouve à l’avant-plan de ces histoires, ce qui m’a plu.
L’un de mes contes préférés raconte l’histoire d’un sot garçon qui ne connaît pas la peur et ne sait pas la reconnaître quand il y fait face, étant donné son manque d’intelligence. J’ai trouvé cela plutôt comique. Le garçon devient un homme et marie une princesse (c’est à peu près toujours le cas). Finalement, fatiguée d’entendre son mari lui dire qu’il veut connaître le frisson de la peur, elle trouve une solution miracle. Je ne vous la dévoile pas, mais cela m’a fait sourire!
Bref, il n’y a que du bon temps à passer lorsque l’on lit les contes des frères Grimm. Qui plus est, ce sont des classiques et certains ont forgé l’enfance de bien des enfants.

Publicités
Catégories : Contes, Livres jeunesses | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :