Une histoire réaliste.

Vivre!Vivre!
Par Yu Hua

Résumé en quatrième de couverture :

Fugui, enfant gâté et unique héritier de la famille Xu, est un fils prodigue qui dilapide son bien dans les jeux d’argent, au grand dam de son épouse Jiazhen. Ruiné, il est contraint de travailler la terre. Mais ce revers de fortune se révèle une chance au moment de l’avènement de la Chine communiste : autrefois fils de propriétaire foncier, désormais simple paysan, il échappe au triste sort réservé aux nantis. Les tourmentes successives qui secouent le pays tout au long du XXe siècle n’épargneront toutefois pas la famille.

Mon appréciation :

C’est dans le cadre d’un cours de cinéma de niveau collégial que j’ai eu la chance de lire ce livre de Yu Hua (nous avions à analyser l’adaptation cinématographique par rapport au livre). À ma connaissance, je n’avais jamais lu de littérature chinoise auparavant. Et je dois avouer que malgré la complexité des prénoms des personnages, j’ai fort apprécié ma lecture.
Tout d’abord, le style d’écriture est assez simple. L’histoire coule facilement et l’on ne s’y perd aucunement, malgré qu’elle soit ancrée dans une époque importante de l’histoire de la Chine.Vraiment, les pages défilaient assez vite sous mes yeux. La lecture était agréable et divertissante, malgré toutes les difficultés qu’éprouvent les personnages.
J’ai également aimé la manière dont le récit était construit. L’histoire de Fugui et de ses proches est en fait raconté par cette homme à un autre personnage qu’il rencontre, et ce, bien des années après la perte de la fortune familiale. Fugui raconte ainsi à l’autre monsieur toutes les péripéties qu’il a traversées. Nous avons donc l’histoire narrée par Fugui pour la majeure partie du livre. Cependant, cela est entrecoupé des petites discussions entre les deux hommes, ce qui me semblait intéressant.
Je ne le vous cache pas : le récit de Fugui n’a rien de bien joyeux. Mais j’ai apprécié cet élément du roman. Les personnages ont la vie dure et l’ambiance est totalement réaliste par rapport à l’époque durant laquelle l’action se déroule. La faim et la pauvreté des personnages se ressentaient beaucoup lors de ma lecture. Sincèrement, lorsque la petite famille de Fugui était ravie d’avoir une poignée de riz à manger, j’avais l’impression de la goûter moi aussi.
Je dois cependant admettre que la fin du roman était prévisible à partir d’un certain moment dans l’histoire. La vie de Fugui est assez routinière, de sorte que les choses finissent toujours par se passer de semblable façon. Tout de même, malgré cet aspect, j’ai aimé ma lecture jusqu’au bout et je n’ai pas été déçue.
Je suis donc d’avis que Vivre! était un bon bouquin pour me faire découvrir la littérature asiatique. Lorsque j’en aurais l’occasion, je sais désormais que je n’hésiterai pas à essayer une autre traduction de cette intéressante culture colorée.

Publicités
Catégories : Adaptations, Historique, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :