Un petit voyage au cœur d’une civilisation qui ne l’a pas facile!

Le goût des couleurs

Par Cécile Gagnon

Résumé en quatrième de couverture :

Mariel sait que dans ses veines coule le sang des Indiens mayas et qu’elle a été adoptée. Mais elle n’y pense pas trop, et se considère comme une Québécoise bien intégrée dans une famille aimante. Pourtant, à l’école, elle essuie régulièrement des remarques blessantes sur sa petite taille ou sur sa tignasse noire. Alors, au lieu de se quereller avec ceux qui la bousculent, elle se plonge dans ses couleurs et ses dessins. Depuis toujours elle sait tracer des lignes gracieuses sans effort, faire naître des images colorées avec trois fois rien. Ce talent inné semble ancré en elle. Il ne cesse d’émerveiller les autres membres de la famille Ruiz et ses amis, qui seraient bien incapables de l’imiter. Ce goût des couleurs, Mariel le tient d’un univers lointain qu’elle va bientôt découvrir au cœur des montagnes du Guatemala…

Mon appréciation :

La mise en situation du roman était intéressante. La jeune fille terminant son primaire devait avoir une source de motivation pour connaître ses origines et j’ai trouvé que cela avait été bien amené. La classe de Mariel reçoit des gens cris durant une semaine afin d’en apprendre plus sur leur culture. Mariel fait alors la connaissance d’une jeune fille qui clame fortement ses origines et son appartenance, ce qui fait se questionner la première… et l’amène à interroger ses parents adoptifs.
J’ai apprécié l’idée que la narration de l’origine de Mariel soit l’élément important du roman. Sa mère ne fait pas que lui balancer le tout à la figure, mais elle lui raconte plutôt ses origines en prenant son temps. C’était intéressant. Ainsi, le principal du livre se trouve à être une grosse analepse qui présente un moment dans la vie de la mère adoptive de Mariel, jusqu’à son adoption officielle. L’histoire est parfois douce, parfois plus dure. Cet équilibre était bien dosé.
On ressent plutôt bien le goût pour les couleurs à plusieurs endroits du roman, ce qui fait bien ressortir son titre. Le désir de coloration était enchanteur durant la lecture. J’aurais aimé être aux côtés des personnages concernés pour admirer les ouvrages colorés des gens du Guatemala. Cela me semblait bien joli!
Le livre est bien construit. À la suite de la lecture, des informations supplémentaires sont ajoutées afin de mieux comprendre et de mieux se plonger dans les difficultés autochtones. Même, tout au long de ma lecture, j’ai bien senti ces difficultés. Ma lecture fut donc à la fois divertissante, mais également instructive!

Publicités
Catégories : Aventure, Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :