Douce et dure poésie.

Boîtàmémoire

Par Roger Des Roches

Résumé en quatrième de couverture :

Clara a perdu tous ceux et toutes celles qu’elle aimait. Son amoureux. sa famille. Pour affronter le vide, elle plonge dans ses souvenirs. Certains sont empreints de douceur, d’autres, marqués par la souffrance. Mais Clara a peur d’oublier : elle transcrit donc ses souvenirs sur des bouts de papier qu’elle glisse dans sa Boîtàmémoire. Dans ce voyage intérieur où s’entremêlent le réel, l’imaginaire, la folie et la beauté, Clara réussira-t-elle à retrouver la force de vivre?

Mon appréciation :

Tout d’abord, Boîtàmémoire est relié au recueil de poésie Le verbe cœur, réédité dans Poésie, volume 1. Dans ce dernier, c’est le point de vue de Nicolas par rapport à sa relation amoureuse avec Clara, avant qu’il n’y mette fin. Je n’ai pas lu ce recueil, mais l’extrait à la fin de Boîtàmémoire m’en a donné envie. Sans oublier que ma lecture elle-même a été suffisante pour m’en donner envie. Cependant, il ne faut pas s’inquiéter d’être perdu si l’on ne lit pas la version de Nicolas avant celle de Clara. Au contraire, les deux se complètent très bien, j’en suis certaine, dans un ordre comme dans l’autre.
Comme l’indique le titre de cette appréciation, la prose de Boîtàmémoire m’a paru à la fois douce et à la fois dure.
D’abord douce parce que certains souvenirs de Clara sont légers et remplis d’amour, qu’ils concernent Nicolas, sa grand-mère maternelle décédée à la suite de la maladie de l’Alzheimer ou bien simplement les moments où l’adolescente de dix-sept ans prend les grands moyens pour repartir à zéro en faisant le ménage chez elle. Dans ces passages, on sent l’amour, le bonheur, l’innocence, la détermination.
Puis dure parce que la vie de Clara n’a rien de facile et que les mots de Roger Des Roches ont quelque chose de puissant pour faire sentir, ressentir toutes les épreuves, et leur poids, qu’a vécues et vit le personnage de Clara. La mort de deux grands-parents, de son père et la disparition de sa mère dans un espèce de monde de folie généré par une trop forte dépression. Et la séparation d’avec Nicolas. Clara est dans une passe vraiment sombre, et on le ressent bien. La plume de l’auteur nous fait glisser, tantôt rapidement, tantôt lentement, tantôt comme si Clara était maladroite, à travers l’histoire de la jeune fille. Je me suis laissée bercer par les mots.
J’étais parfois un peu perdue dans ma lecture, puisque le fil de pensée se promène beaucoup du passé au présent. Je me retrouvais généralement, mais il est resté quelques liens que je n’ai pas pu faire. Il n’empêche que ça n’est pas un bémol, selon moi. Il me semble que cela ajoute à la poésie du roman.
Mis à part cela, quelques titres de chansons et quelques groupes musicaux sont mentionnés ici et là. Je ne l’ai pas fait, mais je dois avouer que j’avais une furieuse envie d’arrêter ma lecture un instant, d’écouter la musique suggérée, puis de continuer la lecture. Je ne doute pas que la musique aurait ajouté un deuxième degré de poésie à ma lecture… et que j’aurais encore plus apprécié chaque mot, quoique ce soit déjà le cas.

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :