Des mots qui percutent dans une ambiance qui joue sur la construction du texte.

Le sang des promesses, tome 1, Littoral

Par Wajdi Mouawad

Résumé en quatrième de couverture :

En apprenant la mort de son père inconnu, qu’il retrouve à la morgue, l’orphelin Wilfrid décide de lui offrir une sépulture dans son pays natal. Commence alors un voyage au bout de la nuit qui le conduit vers un monde dévasté par les horreurs de la guerre, où les cimetières sont pleins, où les proches de cet homme rejettent sa dépouille, qui terminera son périple dans les bras de la mer. À travers les rencontres douloureuses qu’il fait à cette occasion, Wilfrid entreprend de retrouver le fondement même de son existence et de son identité.

Mon appréciation :

J’ai beau avoir lu le deuxième tome de cette quadrilogie en premier, cela n’a rien changé au plaisir de ma lecture. Tout particulièrement parce que les tomes ne se suivent pas. C’est d’ailleurs grâce à Incendies que j’ai eu envie de me procurer les autres volumes et de les lire. En une seule sortie de mon portefeuille, je les ai tous pris (c’est le cadeau que je me suis fait après les fêtes).
Littoral, comme Incendies, est assez dur. Wajdi Mouawad ne mâche pas ses mots et donne directement au lecteur l’accès à un récit puissant. On y parle de guerre, de mort, de repos, de douleur, d’amour, d’amitié, de famille, d’exil, de fuite, de sexe, de conflits,… Le texte est relativement court, mais il communique beaucoup.
Ce qui est intéressant dans Littoral, c’est l’inspiration qu’a eue Mouawad. Il est entre autres question de Hamlet, d’Œdipe et de l’Iliade. On retrouve ces écrits dans les différents personnages de l’histoire. Cela ajoute une touche intéressante lorsque le texte est analysé, puisque l’on tente de décortiquer les personnages pour découvrir quel écrit les a inspirés.
La force de ce tome réside aussi dans le fait qu’il est marqué par l’absence. L’absence du père de Wilfrid, puisqu’il est décédé, mais aussi l’absence des pères des compagnons que se fait le personnage principal durant son voyage. Ce qui est par contre étrange, c’est que malgré cette absence, il y a aussi présence. En effet, il se trouve que le père, bien que mort, parle. L’imagination de l’orphelin lui permet de discuter avec son père à quelques reprises. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a accès à des informations sur le passé de son paternel et sur sa mère, qu’il n’a jamais connue.
L’aspect imaginatif de la pièce est très bien amené. Cela peut être un peu mêlant parfois, mais cela ajoute quelque chose de vraiment intéressant au récit. En même temps, il y a un certain parallèle, puisque non seulement il y a la réalité et le père mort qui parle, mais il y a aussi le fait que Wilfrid se retrouve en plein tournage d’un film où il doit enterrer son père.
En bref, Littoral, c’est rempli de sujets percutants tout en étant également complexe de par sa construction qui mêle imaginaire, réel et fiction. J’ai préféré Incendies, mais j’ai adoré Littoral.

Publicités
Catégories : Livres adultes, Théâtre | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :