Un voyage en mer…

Océan mer

Par Alessandro Baricco

Résumé en quatrième de couverture :

Au bord de l’océan, à la pension Almayer, « posée sur la corniche ultime du monde », se croisent sept personnages au destin étrange et romanesque, sept naufragés de la vie qui tentent de recoller les morceaux de leur existence. Mais leur séjour est bouleversé par le souvenir d’un hallucinant naufrage d’un siècle passé et la sanglante dérive d’un radeau. Et toujours, la mer, capricieuse et fascinante…
Avec une époustouflante maîtrise, Alessandro Baricco nous offre à la fois un roman à suspense, un livre d’aventures, une méditation philosophique et un poème en prose.

Mon appréciation :

Après avoir craqué pour le texte de Novecento : pianiste, je n’allais pas refuser la lecture d’un autre roman de l’auteur Alessandro Baricco. L’occasion s’est présentée et j’ai entamé ma lecture avec plaisir.
Comme dans l’autre livre de l’auteur, le rythme de l’écriture est varié et fort intéressant. Il se fond dans l’ambiance même du texte. Par contre, si cette belle plume permet la visualisation d’images merveilleuses, ce sont surtout les personnages du récit qui importent. En effet, chacun meuble le récit pour en faire un tout.
Il faut dire qu’il y a beaucoup de personnages dans Océan mer. Au début de la lecture, il n’est pas évident de tous les retenir. Cependant, peu à peu, on les distingue et on commence à les apprécier. On se rend également compte de tout l’intérêt qu’ils contiennent. Par la même occasion, comme il se trouve que tous les personnages ont un lien qui les relie entre eux, l’image évoquée par l’océan est renforcée.
Parce que cette idée aquatique mène le roman du début à la fin, elle transparaît dans les belles images qu’elle évoque ou dans la construction même des personnages. Par exemple, il y a le personnage de Plasson, un peintre, qui installe sa toile devant la mer et se met à la peindre avec l’eau de sorte que toutes ses toiles, en même temps d’être très significatives, restent blanches. La diversité de l’océan est aussi évoquée dans l’amalgame des différents genres littéraires qui sont utilisés pour narrer le récit. Cela donne un effet tout à fait plaisant.
De plus, j’ai bien apprécié le personnage de Bartleboom. Ce dernier était très divertissant avec sa quête amoureuse! (Je ne vous en dis pas plus, vous pourrez ainsi lire le tout et découvrir ce qu’il en est par vous-même.)
Finalement, la finale abstraite m’a ravie, puisqu’elle laisse libre cour à une interprétation personnelle.

Publicités
Catégories : Aventure, Contemporain, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :