Difficile d’enter dans la suite.

Les 5 derniers dragons, tome 7, Un vent malsain

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les porteurs de dragon sont à la limite de leur temps et un rien semble les contrarier. En plus de ce vent malsain qui souffle, ils devront affronter un océan qui se lézarde comme à tous les printemps lors d’un dégel normal et attendu.
Pendant qu’Andrick essaie de calmer les porteurs et le reste de l’équipage, la princesse Launa, à Dorado, craint un malheur pour ses deux dragonneaux noirs. Là aussi, un vent malsain flotte dans les airs du pensionnat ainsi qu’au château Mysriak. Fort heureusement, Frankie Dévi veille au grain. Toutefois, Pacifida aura toutes les misères du monde à contenir l’excitation de sa classe lorsqu’une séance de dressage des jeunes dragons est annoncée.
De multiples surprises et rebondissements s’annoncent à l’horizon avec Launa et ses dragons ainsi qu’avec Spino, ce fougueux dragon rouge aux intrigues amoureuses compliquées. Ce dernier donnera du fil à retordre à Andrick et à sa porteuse.

Mon appréciation :

À chaque fois que je retombe dans cette série, je dois faire un effort pour me remémorer les événements des tomes précédents étant donné l’absence de retours sur ces aventures. Comme il y a plusieurs personnages, je m’y perds un peu au début. Surtout du côté de l’équipe des chevaliers et des porteurs de dragons, puisqu’ils sont plus nombreux. D’autant plus que la narration était moins centrée sur ceux-ci dans ce volume. En effet, l’intrigue principale semblait être celle de la princesse Launa.
De ce fait, je portais donc plus d’intérêt envers la jeune fille qu’envers les autres, qui me donnaient l’impression de stagner un peu. Leurs aventures étaient moins rocambolesques que dans certains tomes précédents (heureusement, le huitième tome promet beaucoup à ce sujet).
Le roman se lit toujours très facilement et est une bonne suite des six premiers volumes. La plume est plutôt fluide et simple, ce qui permet de bien suivre le développement du récit. Certaines structures de phrase me semblaient par contre un peu plus boiteuses, mais cela n’empêchait pas la compréhension du message qui était divulgué.
Comme le titre le sous-entend, quelque chose de malsain entoure les protagonistes. Ce vent qui est évoqué concerne très certainement la grande présence de jalousie. Je l’ai trouvée un peu trop marquée. J’ai eu le sentiment que cela ajoutait une touche plus enfantine au texte, qui, à mon avis, n’en a pas besoin pour être un bon livre jeunesse. L’Histoire le montre : les classiques de la littérature jeunesse que l’on connaît aujourd’hui étaient autrefois des romans pour adultes que les jeunes dévoraient pourtant avidement (je pense entre autres à Robinson Crusoé).
Au final, j’ai moins apprécié ce septième tome. Il n’empêche que je lirai la suite, puisque d’autres tomes m’ont plu et m’en avaient déjà donné envie. Je suis une femme très curieuse. 😛

Publicités
Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Difficile d’enter dans la suite.

  1. Pingback: Un tome qui plaît davantage! | Dans ma bibliothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :