Un voyage dans le passé.

Cinq semaines en ballon

Par Jules Verne

Résumé en quatrième de couverture :

Tenter de traverser l’Afrique d’est en ouest par la voie des airs, prétendre survoler dans sa plus grande largeur le dangereux continent noir à bord d’une fragile nacelle livrée à tous les caprices des vents, c’était, au temps de Jules Verne, une entreprise d’une audace incroyable. Comme on peut s’y attendre, les cinq semaines qu’il faudra au docteur Fergusson et à ses deux compagnons pour y parvenir seront pleines d’imprévu et de péripéties.
Ce roman passionnera ceux qui s’intéressent aux débuts de l’aéronautique et, en général, tous ceux qui aiment l’humour et la verve des « Voyages extraordinaires » dont Cinq semaines en ballon ouvrait la série. Paru en décembre 1862, il eut un succès foudroyant, en France d’abord, puis dans le monde.

Mon appréciation :

En commençant ma lecture, il a fallu que je me replonge dans l’époque passée de Jules Verne. Les moments où j’ai eu le plus de difficultés à m’intégrer au récit étaient lorsqu’il était question de distances, de lieux géographiques (je suis habituée aux noms que l’on connaît aujourd’hui des lieux en Afrique) et de races. Ce dernier point, l’évocation des races, n’était pas des plus divertissants. Il y avait une grande part de racisme dans le voyage des personnages. Il faut dire qu’on en a fait du chemin depuis cette époque.
Sinon, j’ai assez bien apprécié ma lecture. J’ai eu un peu de mal à m’y plonger au départ, mais j’ai fini par être curieuse de découvrir comment se terminerait le voyage aérien des trois compagnons dès lors qu’ils ont affrontés des difficultés majeures. Et il faut dire que cela a malheureusement pris un peu de temps avant de se produire. Après tout, les protagonistes font une traversée aérienne dans le but d’éviter le plus de dangers possibles.
Bien que j’aie moins aimé la présence du racisme, j’ai apprécié lire la vision qu’avaient les personnages de l’Afrique à cette époque. C’était vraiment comme si je faisais un bond dans le temps et que j’étais à bord de la nacelle moi aussi.
Dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture. Par contre, comme je l’ai mentionné, j’ai préféré le roman au moment où les personnages éprouvaient de réelles difficultés qui pouvaient contrecarrer complètement le voyage. Il y avait alors plus d’action et j’étais davantage captivée.

Publicités
Catégories : Aventure, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :