Lecture ardue mais intéressante

Rue Saint-Urbain

Par Mordecai Richler

Résumé en quatrième de couverture :

Le quartier juif, entre l’avenue du Parc et la Main, dans le Montréal des années 1940. Voici le monde dans lequel Mordecai Richler nous plonge, avec ses lieux, ses personnages, son ambiance : le restaurant de Tansky, communiste invétéré, où s’échauffent les esprits, l’école primaire et les rêves d’avenir qu’elle suscite, l’appartement familial où les parents louent une chambre à un réfugié, puis à un écrivain qui attend le succès; et, l’été venu, la plage des Laurentides et sa pancarte, « This Beach is restricted to Gentiles », que les jeunes s’empressent de déterrer…
Un monde attachant, plein de bonhomie sympathique, ayant pour toile de fond le Québec de Duplessis et les États-Unis, l’« Amérique véritable ». Un univers comme seul pouvait le décrire l’auteur de L’apprentissage de Duddy Kravitz.

Mon appréciation :

J’ai d’abord eu beaucoup de mal à réellement me plonger dans l’œuvre de Richler. Je ne connais ni bien l’époque ni bien les lieux dans lesquels le roman prend vie. J’étais désorientée et je n’ai pu profiter pleinement de ma lecture, étant donné qu’il me manquait d’informations pour compléter les trous.
Bien que je n’étais pas ancrée dans l’histoire, j’ai tout de même apprécié ma lecture. Je me cherchais beaucoup, mais j’aimais tout de même l’ambiance qui était dépeinte dans le livre. Je pouvais découvrir comment certaines personnes pouvaient vivre à l’époque de Duplessis, au Québec.
Autrement, j’ai aimé les personnages, mais tout particulièrement celui de l’écrivain. Figure qui vient davantage me rejoindre parce que le milieu littéraire dans son entier me fascine, j’ai pris plaisir à lire les aventures du protagonistes. L’homme tarde beaucoup à écrire et il est déjà considéré comme un grand écrivain qui vendra bien. Les relations de tension entre l’écrivain et ses fans avant l’heure, entre l’écriture et la lecture, entre les mots et la page blanche, entre le succès et l’insuccès m’ont captivée. Je crois que j’aurais aimé suivre plus encore ce personnage plutôt que certains autres.
Dans l’ensemble, ma lecture de Richler est donc mitigée. Je crois que je devrais relire le livre après m’être documentée sur l’époque afin d’en faire une meilleure lecture. D’ici-là, mon avis reste constitué de hauts et de bas. Néanmoins, pour ceux qui aiment le côté culturel des œuvres, celle-ci pourrait être pertinente. 🙂

Publicités
Catégories : Historique, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :