Une pièce qui se lit en un clin-d’œil

Combat de nègre et de chiens

Par Bernard-Marie Koltès

Résumé en quatrième de couverture :

« Combat de nègre et de chiens ne parle pas, en tout cas, de l’Afrique et des Noirs — je ne suis pas un auteur africain —, elle ne raconte ni le néocolonialisme ni la question raciale. Elle n’émet certainement aucun avis.
Elle parle simplement d’un lieu du monde. On rencontre parfois des lieux qui sont des sortes de métaphores, de la vie ou d’un aspect de la vie, ou de quelque chose qui me paraît grave et évident, comme chez Conrad par exemple les rivières qui remontent dans la jungle… J’avais été pendant un mois en Afrique sur un chantier de travaux publics, voir des amis. Imaginez, en pleine brousse, une petite cité de cinq, six maisons, entourée de barbelés, avec des miradors; et, à l’intérieur, une dizaine de Blancs qui vivent, plus ou moins terrorisés par l’extérieur, avec des gardiens noirs, armés, tout autour. C’était peu de temps après la guerre du Biafra, et des bandes de pillards sillonnaient la région. Les gardes, la nuit, pour ne pas s’endormir, s’appelaient avec des bruits très bizarres qu’ils faisaient avec la gorge… Et ça tournait tout le temps. C’est ça qui m’avait décidé à écrire cette pièce, le cri des gardes. Et à l’intérieur de ce cercle se déroulaient des drames petits-bourgeois comme il pourrait s’en dérouler dans le seizième arrondissement : le chef de chantier qui couchait avec la femme du contremaître, des choses comme ça…
Ma pièce parle peut-être un peu de la France et des Blancs : une chose venue de loin, déplacée, devient parfois plus déchiffrable. Elle parle surtout de trois êtres humains isolés dans un lieu du monde qui leur est étranger, entourés de gardiens énigmatiques. J’ai cru — et je crois encore — que raconter le cri de ces gardes entendu au fond de l’Afrique, le territoire d’inquiétude et de solitude qu’il délimite, c’était un sujet qui avait son importance. »
Bernard-Marie Koltès

Mon avis :

J’ai bien aimé lire cette pièce de théâtre. D’ailleurs, je n’avais pas tant l’impression de lire du théâtre, puisque j’ai dévoré le livre comme si c’était un roman. D’autant plus que le livre est très peu volumineux, de sorte qu’il se termine très rapidement.
Les personnages de la pièce sont assez intéressants. On prend plaisir à les découvrir à travers leurs comportements. Nous ne faisons qu’une petite entrée dans leur vie, mais c’est suffisant pour se faire une idée. Ensemble, ils dressent un bon portrait de l’humain.
Comme le mentionne la quatrième de couverture, la trame sonore du récit est très présente. On la sent dans les didascalies. Il n’empêche que j’aurais vraiment aimé l’entendre afin d’être davantage dans l’ambiance. J’avais beau imaginer tous ces cris des gardiens, je les oubliais parfois, et cela enlevait au récit. À ces moments, il me semblait donc qu’il manquait quelque chose à la pièce.
Enfin, j’ai tout particulièrement apprécié la vivacité des propos des protagonistes et la qualité de leurs échanges. C’est ce qui me captivait et me faisait lire la suite. Je désirais savoir qu’elle serait la prochaine réplique… et ainsi de suite. Car, après tout, lire une pièce de théâtre, c’est lire un enchaînement de répliques. 😉

Publicités
Catégories : Historique, Livres adultes, Théâtre, Théâtre/Poésie | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :