Des plumes et du mystère

L’homme gribouillé

Par Serge Lehman et Frederik Peeters

Résumé en quatrième de couverture :

C’est l’histoire d’une vieille dame qui écrit des contes pour enfants terrifiants, d’une mère qui ne peut pas parler et de sa fille qui ne peut pas s’en empêcher, d’un chat de mauvaise humeur, d’un collectionneur de merveilles avec six doigts à chaque main, d’un oiseau fossile géant, d’un faussaire hanté par les noms qu’il a créés et d’un secret vieux comme le monde.

Mon avis :

Cette bande-dessinée m’a fait de l’œil en librairie dès sa sortie. Son prix élevé me retenait cependant d’en faire un achat impulsif. Puis, l’envie m’a prise de lire une volumineuse et intéressante bande-dessinée. Je suis donc passée à la caisse… et je n’ai pas attendu longtemps avant d’ouvrir le livre et de m’y plonger.
J’ai rapidement pris goût aux illustrations, non colorées mais très fortes en même temps. Visuellement, l’effet est intéressant. Le noir et blanc des cases permet de plonger dans une ambiance bien sentie, où les mystères pullulent et où le danger rôde. À cela s’ajoute la forme même des cases, qui change selon les émotions ressenties par les personnages. Plus la peur est présente, plus les cases sont difformes et s’entremêlent.
Le récit est plutôt complexe, mais c’est en cela qu’il attire et intrigue. Alors qu’une grand-mère fait un AVC, un étrange personnage vient lui rendre visite et tombe sur sa petite fille. Maud étant indisponible, l’homme-oiseau s’adresse à la jeune Clara et, d’un air menaçant, lui ordonne de lui donner le paquet qu’il recherche lors d’un prochain rendez-vous. C’est cette histoire qui enclenche une quête pour Clara et sa mère, une quête qui les plonge dans le passé de Maud. Les héroïnes rencontrent de nombreux mystères, dont certains s’éclaircissent au fil de la lecture. Le lecteur se retrouve dans une véritable ambiance d’enquête, où la menace de l’étrange homme-oiseau se fait bien sentir et où des vérités doivent être découvertes. Le récit ne révèle pas tout, mais l’ambiance est assurément bien dosée et songée.
Lorsque nous déposons la bande-dessinée, une fois la lecture terminée, il ne peut rester qu’un sentiment de contentement mêlé à de la frustration. Le danger est écarté, du moins pour un temps. C’est heureux. Néanmoins, certains mystères ne sont pas éclaircis, certaines vérités ne sont pas dites… Il reste un certain nombre de blancs à combler. C’est un peu fâchant, il est vrai. En même temps, j’ai aussi trouvé cela bien pensé. En effet, le fameux secret dont il est question en quatrième de couverture concerne la famille des héroïnes. Ainsi, comme le lecteur n’en fait assurément pas partie, il ne peut être mis dans la confidence totale. Du moins, c’est ainsi que je l’interprète. Et cela me console un peu de ne pas pouvoir tout savoir et tout comprendre. 😉

Publicités
Catégories : Bande-dessinée, Livres adultes | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Des plumes et du mystère

  1. Pingback: Le défi de l’été des Libraires | Dans ma bibliothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :