De l’horreur qui rassasie

Agonies

Par Jonathan Reynolds, Ariane Gélinas et Pierre-Luc Lafrance

Résumés en quatrième de couverture :

SAM
À 17 ans, Samantha découvre qu’elle partage son corps avec Bob, un tueur sanguinaire affamé de chair humaine. Son seul désir : en finir avant que Bob ne la force à dévorer sa famille et ses amis.
AMARANTE
Navire en perpétuel mouvement, l’Amarante accueille à son bord des êtres tourmentés. Vient le tour de Charles qui a tout perdu après le suicide de son amoureuse. Sur ce bateau où se mêlent l’art, l’érotisme et la cruauté, il s’éprend de Lysane, une artiste qui lui rappelle sa compagne défunte. Mais, sur l’Amarante, ceux qui ont le malheur de s’attacher à quelqu’un sont sévèrement punis.
BAPTÊME DE SANG
L’inspecteur Boisclair abat un suspect en plein interrogatoire. Questionné après le meurtre, il raconte son histoire sans demander qu’on le croie, puisque lui-même n’ose pas y croire. Comment peut-on démembrer un homme à mains nues, parler dans la tête des gens et, surtout, manger vivante sa victime sans qu’elle se débatte?

Mon avis :

Cela fait un bon moment, je l’admets, que je voulais lire ce livre. Au moment où je voulais me l’acheter, le format papier était épuisé. Puis, il y a quelques mois, il y a eu une réimpression. Ainsi, à l’automne dernier, j’ai enfin pu l’ajouter à ma bibliothèque. Cela m’a pris du temps avant de le lire, c’est vrai. Mais il faut dire que ma pile à lire est immense. Étant donné que je tente de relever les défis proposés par Les libraires, cet été est devenu le moment parfait pour enfin me plonger dans l’univers de trois auteurs, dont deux que je découvrais.
J’ai lu les textes dans l’ordre, parce que je suis une personne méthodique qui ne peut s’empêcher d’absolument commencer un livre par ses premières pages. N’empêche, j’avoue que cela m’a bien servi ici. J’ai été déstabilisée par l’horreur des deux premiers récits… et j’ai terminé ma lecture avec le plus long et le moins sanglant (c’est relatif) des trois. J’ai donc réussi à maintenir mon repas dans mon estomac!
J’ai aimé le premier texte, Sam, dans la mesure où il plonge très rapidement le lecteur dans une ambiance horrifiante. Nous avons accès aux pensées et aux sentiments de Sam, une adolescente qui vit l’horreur. Lorsque le récit commence, la maison de la jeune fille pue déjà la mort. Son ancienne chambre est qualifiée de garde-manger. Tout cela parce qu’un homme prend possession de son corps comme bon lui semble pour calmer son appétit morbide. Sincèrement, c’est dégueulasse. Et c’est pour cela que c’est une bonne histoire d’horreur. Toutefois, j’admets que j’en aurais pris plus. J’aurais fait durer le plaisir en commençant un peu plus dans le passé de Sam. J’avais envie de découvrir son histoire avec bien plus que des analepses.
Le second texte est à mon avis le plus désagréable. De façon positive. La vie sur le bateau sur lequel est embarqué Charles n’est pas rose, mais rouge sang. Les scènes, bien décrites, ne me donnaient aucunement envie de grignoter durant ma lecture. Si le récit nous laisse après un court passage sur l’embarcation, il est facile d’affirmer que les atrocités qui ont lieu sur le bateau continueront de se perpétrer longtemps.
Enfin, le troisième texte m’a bien plu dans la mesure où il est plus modéré (il faut dire que je n’ai pas encore lu beaucoup de romans d’horreur, donc je suis encore un peu sensible là-dessus). L’horreur n’est pas moins sanglant, mais l’angle de l’enquête que prend le récit permet de garder un certain recul. Nous avons à faire à un meurtrier très particulier, il va sans dire. Toutefois, le genre, qui se rapproche du policier, permet de souhaiter que le méchant sera arrêté. L’espoir que l’horreur puisse ne pas être éternel rassure.
Dans l’ensemble, j’ai donc passé un agréable moment, bien qu’un peu dégueulasse. Je n’ai pas fait de cauchemar, mais je crois quand même que je vais attendre un peu avant de plonger dans un autre livre d’horreur. Haha! 😛

Publicités
Catégories : Horreur, Livres adultes, Nouvelles | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “De l’horreur qui rassasie

  1. Pingback: Le défi de l’été des Libraires | Dans ma bibliothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :