C’est un plaisir de retrouver le centenaire!

Le vieux qui voulait sauver le monde

Par Jonas Jonasson

 

Résumé en quatrième de couverture :

S’il voulait encore fêter son anniversaire, il vous le dirait : Allan Karlsson a 101 ans. Malin, il croit s’être offert une journée de tranquillité à bord d’une montgolfière. C’était sans compter l’accident : le ballon crève et échoue en pleine mer. Sauvé par un navire nord-coréen, Allan s’aperçoit qu’il est bourré d’uranium enrichi… Après une entrevue diplomatique avec le Leader Suprême, le poupon Kim Jong-un, Allan réussit à s’éclipser, le dangereux uranium en poche. Et sa tournée de visites se poursuit, de Trump à Angela Merkel : qui de mieux qu’un artificier centenaire pour sauver le monde de l’apocalypse nucléaire?

Mon avis :

J’avais adoré lire Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire il y a quelques années. Cette suite, j’étais donc bien curieuse de la découvrir. Des les premières pages, je retrouvais avec joie le bon vieux Allan, qui devait alors fêter son 101e anniversaire. Ce fut un réel plaisir!
Encore une fois, Allan est plongé malgré lui dans une aventure folle et abracadabrante qui le dépasse. Il voyage de pays en pays, rencontre des présidents et d’autres personnalités tantôt bien aimables, tantôt colérique ou désagréables. Tout au long de son trajet, le bonhomme se fait des alliés inattendus, mais aussi un nombre étonnement élevé d’ennemis.
J’aime beaucoup l’intensité et la spontanéité du personnage et ses manières de se sortir de drôles de situations un peu par hasard et grâce à de nombreux et volubiles discours. Ce sont les passages que j’ai préféré du roman! 😀
Toutefois, le personnage d’Allan ne m’a malheureusement pas toujours plu dans cette suite. Scotché à sa tablette noire, il ne cesse de reporter les événements inusités ou politiques qui se déroulent à travers le monde. Il les raconte à ses amis lorsque l’action est moins présente, par exemple. Ces derniers, comme moi, ce sont lassés de ces moments. Dans ces passages, Allan n’est pas aussi amusant et devient un personnage passif. Ce qu’il commente, d’ailleurs, ne fait pas toujours avancer le récit. J’ai donc peu apprécié ces passages, car ils modifiaient la personnalité du centenaire farfelu que j’aime tant.
Si, dans le livre, bon nombre de péripéties sont particulièrement divertissantes, d’autres le sont moins. Je parle ici des moments de narration où l’accent est mis sur le politique, les relations entre les différents dirigeants et les décisions qu’ils prennent ou ne prennent pas pour semer le bien ou la discorde. Je comprends que le romans se passe au « présent » et que les nouvelles aventures d’Allan sont plus politiques qu’historiques. Néanmoins, certain passages politiques créent des longueurs au récit, selon moi. Mais il se peut aussi que ce soit tout simplement parce que, moi, je m’intéresse peu au politique.
Dans tous les cas, la grande majorité du récit m’a amusée, étonnée, fait rire et intriguée. Je ne crois pas qu’une autre aventure d’Allan soit souhaitable dans une suite, même si j’aime beaucoup ce drôle de héros… à moins que ce soit à plus petite échelle (le hasard ne peut pas toujours le conduire à faire le tour du monde et à rencontrer toutes les grandes figures importantes de l’histoire et du monde politique!).

Catégories : Aventure, Contemporain/Réaliste, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :