Archives d’Auteur: Manue

À propos de Manue

Moi, c'est Manue. J'aime lire et inventer des histoires depuis le plus loin que je me souvienne. Toute petite, autant je dévorais les romans de Gilles Tibo, autant je jouais à « the floor is lava » et sauvais mes nombreux toutous du danger dans un scénario extrême. Maintenant adulte, mon éventail de lectures a nettement évolué et varié. Concernant mes histoires, elles se retrouvent plutôt sur papier... ou sur un fichier électronique.

Une fin qui arrive très vite

La Sélection, tome 5, La couronne

Par Kiera Cass

Résumé en quatrième de couverture :

Sa mère à l’article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l’amour et du pouvoir, détestée par une partie de l’opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants.
Devenir femme, épouse et reine en l’espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le cœur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l’écouter…

Mon avis :

J’ai vite plongé dans ce cinquième livre de la série La Sélection. J’avais une bonne idée d’avec qui l’héroïne voudrait terminer l’aventure dès les premiers chapitres, et j’étais bien intriguée de voir comment les choses allaient se conclure. Car même si je me doutais bien de qui l’héroïne était devenue amoureuse, je me demandais si elle suivrait son cœur ou opterait plutôt pour un choix stratégique.
Dans cette conclusion, il est intéressant de voir comment la princesse doit prendre de complexes décisions, et ce, rapidement. J’ai trouvé très intéressant cette percée au cœur des différentes tâches d’une reine, des choix et des sacrifices quelle doit faire pour le bien de son peuple.
Ce que j’ai moins aimé, c’est ce qui a fait en sorte qu’Eadlyn a précipité la fin de la Sélection. C’était très rapide, voire étrange. Même si je soupçonnais le personnage problématique de n’être pas totalement correct dès la première rencontre, le tout m’a semblé pratiquement sorti de nulle part. Enfin… peut-être que c’est moi qui ai mal perçu ce qui le concernait. (Je m’excuse si c’est un peu flou, j’essaie de ne pas trop dévoiler d’éléments.)
Grâce à ce même protagoniste, nous avons un bref aperçu de la population d’Illeá. Mais très bref!
J’aurais aimé en apprendre beaucoup plus sur ces gens, leurs désirs et leurs difficultés, comme je le mentionnais dans mon avis du tome précédant. J’ai été un peu déçue sur ce point. L’histoire est très centrée sur ce qu’il se passe dans la résidence de ceux qui gouvernent, tandis que le reste n’a que peu d’importance. Et pourtant! La jeune femme doit prendre des décisions qui concernent directement le peuple et qui peuvent changer la manière dont ce dernier vit. La société d’Illeá était, à mon avis, un sujet important du récit. Trop peu représenté…
Dans l’ensemble, toutefois, je me suis bien divertie. J’aimais découvrir comment l’héroïne tissait des liens avec ses prétendants. Plusieurs m’ont semblé agréables… j’aurais presque accepté que l’aventure se conclue avec un harem! Haha! 😛
Il ne me reste plus qu’un dernier hors-série à lire et je suis prête pour l’adaptation! 🙂

Catégories : Livres jeunesses, Romance, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Des candidats masculins? Pourquoi pas!

La Sélection, tome 4, L’héritière

Par Kiera Cass

Résumé en quatrième de couverture :

Vingt ans après la Sélection d’America Singer, et malgré l’abolition des castes, la famille royale d’Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l’heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.
À dix-huit ans, la princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l’est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l’a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l’arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l’accompagne. Mais entre les raisons du cœur et la raison d’État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l’avenir d’Illeá.

Mon avis :

Ce fut d’abord amusant de plonger dans cette suite de La Sélection, car nous y retrouvons de nombreux personnages qui étaient présents dans les trois premiers tomes et qui ont vieilli. Parmi ceux-ci se retrouvent bien entendu le couple royal formé de Maxon et d’America, qui sont alors parents de quatre enfants. C’est assez drôle de voir comment ces protagonistes ont pu évoluer en vingt ans et comment ils sont devenus des adultes, des parents et des dirigeants accomplis. J’ai beaucoup aimé cet aperçu de leur transformation, ce qu’on voit peu avec les héros d’une série de romans jeunesses.
Concernant le nouveau personnage d’Eadlyn, j’ai encore un peu de mal à m’en faire une opinion. Outre le fait que je lis toujours mal son nom (va savoir pourquoi, mes yeux voient Edalyn!? :P), c’est sont caractère qui me laisse perplexe. Elle est renfermée, un peu autoritaire, orgueilleuse et surtout très solitaire. Si une partie de ces caractéristiques peuvent s’expliquer par son statut de futur reine, il n’en reste pas moins qu’elle tarde à devenir agréable. J’ai hâte de voir comment cela va se transposer dans la conclusion de la série.
Quant aux candidats masculins, je dois admettre que je reste toujours curieuse de les découvrir (sans doute plus que  héroïne!). Si certains ont visiblement trop de testostérone, les autres sont plutôt agréables et gagnent à être connus. Et ce tout particulièrement celui qui ne fait pas partie directement du groupe de Sélectionnés, mais qui se trouve à être plutôt le traducteur de l’un d’eux! J’ai tout ce suite pressenti que ce jeune homme serait important et je suis heureuse de ne pas mettre trompée. Néanmoins, puisqu’il ne fait pas véritablement partie des prétendants, je me demande sincèrement ce qu’il adviendra de lui dans la suite.
Enfin, en ce qui concerne l’ambiance qui règne au sein du peuple, j’ai surtout hâte d’en savoir davantage. Les aperçus présentés dans ce roman sont brefs et laissent pourtant présager qu’il se passe de nombreuses choses en dehors du château. J’aurais apprécié avoir un plus grand accès à ces événements extérieurs.
Dans l’ensemble, donc, j’ai passé un agréable moment de lecture. Je crois bien que je ne tarderai pas trop avant de lire la suite et la fin de cette histoire!

Catégories : Livres jeunesses, Romance, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une lecture rafraîchissante qui fait du bien au moral

Ensemble, c’est tout

Par Anna Gavalda

 

Résumé en quatrième de couverture :

« Et puis, qu’est-ce que ça veut dire, différents? C’est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes… Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c’est leur connerie, pas leurs différences… »
Camille dessine. Dessinait plutôt, maintenant elle fait des ménages, la nuit. Philibert, aristo pur jus, héberge Franck, cuisinier de son état, dont l’existence tourne autour des filles, de la moto et de Paulette, sa grand-mère. Palette vit seule, tombe beaucoup et cache ses bleus, paniquée à l’idée de mourir loin de son jardin.
Ces quatre-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant, le destin va se charger de les bousculer un peu. Leur histoire, c’est la théorie des dominos, mais à l’envers. Au lieu de se faire tomber, ils s’aident à se relever.

Mon avis :

J’apprécie beaucoup l’écriture d’Anna Gavalda. Les récits qu’elle raconte sont remplis d’émotions et de beauté, en plus de présenter des personnages si bien campés que nous croirions vivre à leur côtés le temps de la lecture.
En lisant Ensemble, c’est tout, j’ai eu le bonheur de redécouvrir tous ces éléments. J’ai pris beaucoup de plaisir à apprendre à connaître les différents personnages du roman et à voir comment leurs liens se créaient et se renforçaient. J’en ai dégusté chaque instant, et même ces petits moments moins joyeux.
Le récit se concentre surtout sur le personnage de Camille, mais ne délaisse pas pour autant les autres protagonistes. Nous avons accès à un portrait de chacun des personnages, et même un peu de ceux qui sont plutôt secondaires. Mais Camille revêt toutefois plus d’importance. Peut-être parce que même si c’est elle que l’on suit le plus durant la lecture, c’est aussi celle qui s’ouvre le moins sur ses sentiments, ses désirs, ses relations et son passé. Nous découvrons peu à peu son histoire au fil des chapitres et de ses actions, tandis qu’elle s’ouvre lentement à ceux qui l’entourent. Le récit montre donc surtout comment cette jeune femme reprend goût à la vie, à l’amitié et à l’amour. Et ce qui est intéressant, c’est que chacun des personnages qui devient proche d’elle prend également de l’assurance et apprend à apprécier davantage sa vie.
Tout ces chapitres sont agréables à lire, d’autant plus qu’ils évoquent continuellement l’amour, l’amitié, la bonté, l’humanité et une foule d’autres belles choses.
Ensemble, c’est tout est une excellente lecture pour avoir un baume sur le cœur. C’est léger et plein de bons sentiments.
Je te remercie, délicate Anne, camarade universitaire, de m’avoir donné ce roman il y a quelques année, car j’ai passé un excellent moment. 🙂

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Contemporain/Réaliste, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une lecture effrénée

Le joueur d’échecs

Stefan Zweig

 

Résumé en quatrième de couverture  :

Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, champion du monde des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique? Peut-on le croire, quand il affirme qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans?
Les circonstances dans lesquelles l’homme a acquis cette science sont terribles. Elles nous renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.
Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit un personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d’illustration à la charmante époque où nous vivons ».

Mon avis :

J’ai quelquefois entendu parler de cette nouvelle de Stefan Zweig. Peu coûteuse, je n’ai donc pas trop hésité à me la procurer lorsque je suis tombée dessus en librairie.
J’ai pris plaisir à dévorer ce texte en un court après-midi. Je me suis rapidement plongée dans le récit et j’ai bien aimé la structure de la narration. J’aimais beaucoup la manière dont les personnages étaient présentés, et dont leur existence et leurs compétences aux échecs étaient racontés.
Si l’histoire que l’inconnu (le fameux prodige!) raconte au personnage principal est loin d’être joyeuse, son côté historique est très intéressant. Je me demande d’ailleurs à quel point le texte collait sur la réalité au temps des nazis d’avant la Seconde Guerre mondiale. Le confinement provoqué par la Covid-19 n’est rien comparativement à l’isolement de cet homme. Je ne pourrais même pas m’imaginer passer à travers cet enfer sans devenir folle! La psychologie du protagoniste est, à cet effet, fort captivante.
Je ne développerai pas davantage sur ce texte, car il est relativement bref et que je ne pourrais que dévoiler trop d’informations. Toutefois, je peux vous affirmer que ma lecture m’a semblé effrénée et altérée par la narration et l’attitude des principaux personnages. Par exemple, je lisais avec avidité les passages où les hommes s’affrontaient aux échecs, curieuse de découvrir l’issue, et je lisais avec frénésie ceux ou l’ambiance était remplie d’anxiété. C’était donc une expérience de lecture fort particulière pour moi. Une belle et agréable expérience!

Catégories : Historique, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

De l’humour déjanté et des références à n’en plus finir!

Game of trolls

Par L’odieux connard

 

Résumé en quatrième de couverture :

Fraîcheur is coming…
… comme on dit à Winterfrais, royaume du Nord dirigé par Ned Stroke, un brave homme à la tête d’une famille recomposée et épuisante. Il faut dire que dans un monde où les saisons durent des années, on ne voit pas approcher avec sérénité les vacances d’hiver de la zone B. Pour couronner le tout, l’armée de cadavres qui grogne, qui sent fort et qui va déferler sur le Sud suscite bien des questions : sont-ce des retraités en partance pour leur résidence secondaire? Ou, comme le pense Jean Neige, une déferlante de Mexicains avides de franchir le Mur?
Mais surtout : comment diable le gobelet d’une célèbre marque de café a-t-il débarqué au milieu de tout ça?

Mon avis :

Après Hamburger Games, Game of trolls est la seconde parodie que je lis. Ayant écouté la série télévisée Le trône de fer, j’ai pu m’amuser en découvrant la version de L’odieux connard, dont je lis occasionnellement le blogue.
Retrouver l’écriture sarcastique et ironique de L’odieux connard m’a beaucoup amusée. D’autant plus que cela servait bien l’objectif de la parodie : rire un peu de cet univers de fantasy si populaire qu’est Le trône de fer.
J’ai beaucoup apprécié ma lecture, non seulement parce que je me plaisais à découvrir les différentes références qui y étaient disséminées, mais aussi parce qu’elle m’a laissée échapper quelques rires.
Ainsi, donc, le roman regorge de diverses références à la série elle-même, mais aussi à d’autres œuvres culturelles. Nous retrouvons, entre autres, une référence à Full Metal Jacket lorsque les membres de la Garde du Mur effectuent une sorte de prière pour leur épée; une autre au Seigneur des anneaux lorsque la narration rit de la dénomination de certains lieux; une encore à propos du mur de Trump, qui est comparé au mur de glace qui surplombe le Nord; ainsi que d’autre fort bien placées concernant certains films de Disney (tels Le roi lion, La reine des neige ou même Blanche-Neige).
Côté humour, je dois admettre que ce petit livre n’en manque pas! Nous retrouvons le fameux gobelet de café de Starbuck, ainsi que d’autres placements de produits (histoire d’en rajouter une couche!), un débat typique à savoir si l’expression « pain au chocolat » doit être préférée à « chocolatine », de nombreuses blagues tellement plates qu’elles en sont drôles, des jeux de mots sur les noms des personnages… Et il y a ce fameux vent d’ironie qui ne cesse de souffler, annonçant la mort inévitable des protagonistes, ce qui est assez drôle.
Vraiment, cette lecture est un pur divertissement! Néanmoins, elle est déconseillée à tous ceux qui n’ont pas terminé au moins la série télé, car le roman contient de nombreuses révélations sur l’avenir des personnages, notamment en raison de ce vent d’ironie ou de références directes à la conclusion la fameuse saison 8. Vous êtes avertis!

Catégories : Fantasy ou merveilleux, Humour, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une romance rafraîchissante

Autoboyographie

Par Christina Lauren (Christina Hobbs et Lauren Billing)

Résumé en quatrième de couverture :

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).
C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté!
Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige — et accessoirement mormon — qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée. Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

Mon avis :

Je crois bien qu’Autoboyographie est la première romance homosexuelle que je lis. Et pour une première expérience, je dois dire que c’était un agréable roman.
J’ai beaucoup aimé entrer dans la peau de ce personnage bisexuel qu’est Tanner. Il a une super amie et des parents très compréhensif, ce que j’ai bien apprécié. Nous entendons souvent parler de coming-out difficiles ou de parents qui n’acceptent pas la sexualité de leur enfant. Ici, ce n’était pas le cas avec Tanner, et je trouvais cette acceptation rafraîchissante.
Côté ambiance et thématique, celle de l’écriture m’a beaucoup plu. Mais je n’en étais pas étonnée, puisque j’ai fait mes études en ce sens.
Cependant, la partie religieuse du récit était un peu trop présente à mon goût. Je comprends qu’elle est au cœur du récit et qu’on ne pourrait la retirer ou la diminuer sans que la trame narrative ne perde de son sens. En fait, je dis simplement que cela ne me rejoignait pas trop. Mais c’est de ma faute, car je n’avais pas saisi l’entièreté des renseignements de la quatrième de couverture (le fait de rentrer dans le placard et la mention des mormons). Si je n’avais rien contre la religion du personnage de Sebastian, j’avais un peu plus de difficulté à saisir toutes les références du récit ou à m’habituer aux répliques et aux blagues sur cette religion.
Mis à part cela, j’ai bien apprécié ma lecture. C’était agréable de lire une histoire d’amour dans un univers tout à fait actuel.

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses, Romance | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une séquestration plus que particulière

La cave

Par Natasha Preston

Résumé en quatrième de couverture :

Il m’appelle Lilas.
Depuis des mois il me garde enfermée dans une cave avec trois autres filles : Rose, Iris et Violette.
Nous sommes ses jolies fleurs, sa famille idéale.
Nous devons être parfaites, ou il nous tuera.
Mais je suis Summer, quoi qu’il en dise.
Jamais je ne baisserai les bras. Je sortirai de là.
Imaginez une maison comme n’importe quelle autre.
Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire.
Derrière cette armoire, une porte.
Et en bas, une cave.
Une cave où sont séquestrées quatre filles.
Avant, Lilas s’appelait Summer.
Elle avait des parents, un frère insupportable, des copines, un petit ami. Elle fera tout pour les retrouver.

Mon avis :

J’ai repéré ce livre des sa sortie en grand format sur les tablettes des librairies, il y a plusieurs mois. Cette sombre histoire m’intriguait. J’avais déjà lu des romans mettant de l’avant des scènes d’enlèvement, voire même un livre entier portant sur la recherche d’une enfant kidnappée. Cependant, cette fois-ci, j’avais la perspective de la personne séquestrée. Cela m’a pris du temps avant d’acheter ce roman, mais je l’ai maintenant lu! (Et je m’excuse d’avance pour la longueur de cet avis! 😛 )
Nous n’attendons pas longtemps avant que les choses sérieuses ne se passent. En effet, Summer est kidnappée dès le premier chapitre du roman! L’auteure ne tarde pas à nous faire plonger au cœur du récit, sans trop prendre le temps de camper tous les personnages présents dans l’entourage de l’héroïne. J’ai apprécié cette absence de détails. Quand nous sommes attirés par un livre qui aborde l’enlèvement et la séquestration, nous ne souhaitons pas tergiverser sur des détails de la vie d’adolescente.
Nous prenons aussi rapidement conscience de l’endroit et de la situation dans laquelle Summer a été emmenée contre son gré. Séquestrée avec trois autres filles, elle fait désormais partie de la « famille parfaite » du kidnappeur. Il lui faut utiliser un nouveau nom, celui de Lilas, mais aussi agir comme le kidnapper le demande, au risque d’être la proie d’une de ses colères incontrôlables… et trop souvent meurtrières. S’ajoute à ce cauchemar un degré supplémentaire d’horreur. Si le bourreau tombe amoureux de sa « protégée », il l’emmène dans une chambre spécialement dédiée pour avoir des rapports sexuels.
Mais ce n’est pas tout! Car ce qui empêche le plus les filles de tenter de s’évader, c’est le côté meurtrier de leur ravisseur. Sans en dévoiler trop, je vais simplement dire qu’elles ont le malheur d’assister à des scènes épouvantables qui ont de quoi freiner l’envie de s’échapper avant même de le désirer.
Parlant de ces tentatives d’évasion… La première, bien que réalisée impulsivement, ne m’a pas déplu. Elle a parmi de mesurer combien l’homme est maléfique et ce qu’il est prêt à faire pour obtenir sa petite famille parfaite.
La seconde tentative était moins intéressante. Trop similaire à la première, je n’en ai pas réellement vu l’intérêt. À mon avis, il aurait soit fallu qu’il se passe davantage de choses dans ce passage, soit que la tentative soit tout simplement repoussée à un autre moment du récit pour être mieux travaillée.
Finalement, l’absence d’une tentative d’évasion bien calculée m’a un peu déçue. Il a fallu que les personnages soient acculés au pied du mur pour tenter un petit quelque chose… qui n’a d’ailleurs pas pu être complété.
Parlant de la fin du récit… Il va de soit que Summer, protagoniste principale, se sort de sa situation étant donné qu’elle raconte son histoire. Elle se fait donc porter secours, mais nous ne savons pas exactement ce qui a poussé ses sauveurs à passer à l’action. Nous ne savons pas quel à été l’élément déclencheur, et ce manque de précision, à mon avis, rend le sauvetage un peu superficiel. (Pour ceux qui ont lu le roman, vous comprendrez peut-être ici que je parle de procédures un peu trop expéditives.)
Enfin, la phase de retour à la normale pour Summer m’a laissée un peu perplexe. Soudainement, celle qui refusait le plus l’endroit dans lequel elle était confinée durant plusieurs mois avait désormais du mal à quitter ce qui s’y rattachait. J’ai trouvé ce changement un peu soudain et étrange. Un peu désagréable, même. Et chaque chapitre de ce retour à la « normale » présentait beaucoup de répétitions. Une narratrice qui ne cesse de se répéter que rien ne sera plus pareil, qu’elle a été salie, qu’elle n’est plus la même, que son copain ne peut être qu’amoureux de celle qu’elle était avant, etc. C’était un peu dérangeant.
Et, mis à part les difficultés à reformer les liens avec ses proches, Summer n’a pas de véritables traumas. Elle n’est plus calculée comme une horloge pour se laver, par exemple, et reste de sang froid en regardant un film d’horreur qui aurait dû lui rappeler d’atroces scènes dans la cave. Je trouve très étrange qu’elle n’en fasse pas de cauchemars…
Enfin, dans l’ensemble, j’ai bien apprécié ma lecture. J’ai surtout eu quelques problèmes avec les derniers chapitres… et j’espère ne pas trop en avoir révélé à ce sujet pour ceux qui souhaitent lire le livre, car il reste intéressant dans son ensemble (nous sommes même quelques fois dans la tête du ravisseur!).

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses, Policier | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Retour dans l’univers de La Sélection

La Sélection : histoires secrètes, Le prince & Le garde

Par Kiera Cass

Résumé en quatrième de couverture :

Ce hors-série exceptionnel vous propose une plongée fascinante dans le cœur et l’esprit de Maxon et d’Aspen, les deux jeunes hommes qui se livrent bataille pour conquérir America Singer.
Avant qu’America n’arrive au Palais pour la Sélection, il y avait déjà une fille dans la vie de Maxon. La nouvelle « Le prince » s’ouvre sur la semaine précédent l’arrivée des trente-cinq candidates et suit Maxon lors de la première journée de compétition.
Élevé en tant que Six, Aspen Leger n’aurait jamais imaginé intégrer un jour la très réputée Garde royale affectée au Palais. À travers le quotidien d’Aspen, la nouvelle « Le Garde » lève le voile sur cet univers très ferme auquel America n’aura jamais accès…
Ce recueil regorge de bonus : une scène coupée, les play-list des deux premiers tomes, et des révélations en cascade!

Mon avis :

Cela fait déjà un bon moment que j’ai terminé la première trilogie de La Sélection et j’ai pris plaisir à replonger délicatement dans cet univers grâce aux nouvelles de ce petit roman. Avec l’annonce d’un film à venir et cette relecture, je ne tarderai pas avant de me plonger dans la suite de La Sélection!
Durant ma lecture, j’ai trouvé bien intéressant de découvrir le point de vue des deux jeunes hommes qui sont amoureux d’America. Il est fort plaisant d’apprendre à les connaître de l’intérieur et sans le regard de l’héroïne. Ils deviennent alors, à mon avis, beaucoup plus humains et vraisemblables. Leurs motivations sont plus évidentes et leur passion et leur caractère, mieux expliqués.
Ce livre se lit très rapidement et laisse un agréable sentiment lorsqu’il est terminé. Ces éclaircissement sur les personnages ne manquent pas de plaire!
Et cela se poursuit dans les précisions de l’auteure sur la généalogie de la famille de chacun des personnages principaux, soit America, Maxon et Aspen. Cela donne également un bel aperçu de comment la monarchie d’Illeá fonctionne et de comment elle s’est construite à travers les années, et ce, avant même le début du récit d’America.
Dans le livre, on retrouve aussi quelques commentaires de l’auteure sur son procédé d’écriture. J’ai trouvé intéressant de découvrir comment elle a fonctionné pour rédiger la trilogie et comment les idées lui venaient (les personnages lui parlent, à ce qu’il paraît!).
Dans l’ensemble, j’ai donc passé un très agréable moment. Je suis curieuse de découvrir la suite des aventures des personnages de Kiera Cass, mais aussi de découvrir les autres surprises du second hors-série, que je ne possède pas encore!

Catégories : Livres jeunesses, Romance, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | Un commentaire

C’est un plaisir de retrouver le centenaire!

Le vieux qui voulait sauver le monde

Par Jonas Jonasson

 

Résumé en quatrième de couverture :

S’il voulait encore fêter son anniversaire, il vous le dirait : Allan Karlsson a 101 ans. Malin, il croit s’être offert une journée de tranquillité à bord d’une montgolfière. C’était sans compter l’accident : le ballon crève et échoue en pleine mer. Sauvé par un navire nord-coréen, Allan s’aperçoit qu’il est bourré d’uranium enrichi… Après une entrevue diplomatique avec le Leader Suprême, le poupon Kim Jong-un, Allan réussit à s’éclipser, le dangereux uranium en poche. Et sa tournée de visites se poursuit, de Trump à Angela Merkel : qui de mieux qu’un artificier centenaire pour sauver le monde de l’apocalypse nucléaire?

Mon avis :

J’avais adoré lire Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire il y a quelques années. Cette suite, j’étais donc bien curieuse de la découvrir. Des les premières pages, je retrouvais avec joie le bon vieux Allan, qui devait alors fêter son 101e anniversaire. Ce fut un réel plaisir!
Encore une fois, Allan est plongé malgré lui dans une aventure folle et abracadabrante qui le dépasse. Il voyage de pays en pays, rencontre des présidents et d’autres personnalités tantôt bien aimables, tantôt colérique ou désagréables. Tout au long de son trajet, le bonhomme se fait des alliés inattendus, mais aussi un nombre étonnement élevé d’ennemis.
J’aime beaucoup l’intensité et la spontanéité du personnage et ses manières de se sortir de drôles de situations un peu par hasard et grâce à de nombreux et volubiles discours. Ce sont les passages que j’ai préféré du roman! 😀
Toutefois, le personnage d’Allan ne m’a malheureusement pas toujours plu dans cette suite. Scotché à sa tablette noire, il ne cesse de reporter les événements inusités ou politiques qui se déroulent à travers le monde. Il les raconte à ses amis lorsque l’action est moins présente, par exemple. Ces derniers, comme moi, ce sont lassés de ces moments. Dans ces passages, Allan n’est pas aussi amusant et devient un personnage passif. Ce qu’il commente, d’ailleurs, ne fait pas toujours avancer le récit. J’ai donc peu apprécié ces passages, car ils modifiaient la personnalité du centenaire farfelu que j’aime tant.
Si, dans le livre, bon nombre de péripéties sont particulièrement divertissantes, d’autres le sont moins. Je parle ici des moments de narration où l’accent est mis sur le politique, les relations entre les différents dirigeants et les décisions qu’ils prennent ou ne prennent pas pour semer le bien ou la discorde. Je comprends que le romans se passe au « présent » et que les nouvelles aventures d’Allan sont plus politiques qu’historiques. Néanmoins, certain passages politiques créent des longueurs au récit, selon moi. Mais il se peut aussi que ce soit tout simplement parce que, moi, je m’intéresse peu au politique.
Dans tous les cas, la grande majorité du récit m’a amusée, étonnée, fait rire et intriguée. Je ne crois pas qu’une autre aventure d’Allan soit souhaitable dans une suite, même si j’aime beaucoup ce drôle de héros… à moins que ce soit à plus petite échelle (le hasard ne peut pas toujours le conduire à faire le tour du monde et à rencontrer toutes les grandes figures importantes de l’histoire et du monde politique!).

Catégories : Aventure, Contemporain/Réaliste, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Une conclusion qui convient bien

Arcanum, tome 3

Par Erubo Hijihara

 

Résumé en quatrième de couverture :

Un Idra de forme humaine atterrit sur le toit du quartier général, plongeant le C.I.O. dans le chaos le plus total.
Seul Jeff, l’un des scientifiques, semble garder son sang-froid. Sait-il quelque chose qu’Ilya et ses amis ignorent? Anna, quant à elle, perd totalement le contrôle, les cellules Idra prenant le dessus sur son cerveau. Considérée comme une menace pour l’humanité, le commandant Sullivan décide de la placer en quarantaine.
Après la découverte du plus sombre secret concernant les Idra, nos deux héros parviendront-ils à reprendre en main leur destin?

Mon avis :

Lorsque j’ai ouvert ce troisième et dernier tome d’Arcanum, j’étais très intriguée de découvrir comment les choses allaient se terminer pour nos héros, alors que, quelques pages (ou tomes) plus tôt, nous apprenions à peine à les connaître. Je me demandais comment un univers si complexe et dangereux (en raison de la présence des Idra) pouvait avoir une conclusion aussi rapide.
Je dois avouer que je suis satisfaite de cette fin, mais qu’elle me laisse tout de même une petite impression de manque. Je vais tenter de vous expliquer ce sentiment, et ce sans trop vous dévoiler les moments importants du récit.
D’abord, ce troisième volume vient répondre à plusieurs questions que les deux précédents volets avaient apportées. Nous découvrons, entre autres, comment en est venue l’idée de jumeler des cellules extraterrestres à celles d’humains pour en faire des armes. Nous sommes ainsi mis au courant des projets exacts de celui qui dirige l’équipe des Arcanas, ce qui éclaire par la même occasion tous ses comportements précédents. J’ai beaucoup apprécié trouver réponse à ces interrogations.
Ensuite, comme le personnage d’Anna éprouve des problèmes à se contrôler, elle et son petit frère Ilya prennent une grande décision. Car leur désir premier ne s’est pas évaporé malgré toutes les épreuves récentes qu’ils ont rencontrées. Seuls et ensemble, ils veulent découvrir le monde et tentent d’y parvenir à leur façon. Cette partie, je l’ai trouvée intéressante et douce. J’ai aimé comment les choses sont expliquées et comment les protagonistes en arrivent là où ils sont durant les toutes dernières pages. Sur le coup, j’ai trouvé les changements un peu brusques, trop rapides. Puis des analepses ont éclairci quelque peu les choses. J’ai un peu de mal à croire à ce nouvel état des deux personnages (certains petits détails me font tiquer), mais, dans l’ensemble, cela me convient.
Enfin, comme il n’y a que trois tomes, il faut bien entendu se douter que les Idra, ces extraterrestres ennemis, ne sont pas exterminés pour de bon. Ils sont toujours repoussés tant bien que mal. Cependant, le combat est loin d’être terminé. Et tant de choses pourraient encore se produire.
Selon moi, cette fin ouverte était indispensable. Il aurait été impossible et invraisemblable qu’Ilya et sa soeur mettent fin à cette espèce de guerre en quelques centaines de pages seulement. C’est donc une conclusion parfaite pour une trilogie. Néanmoins, j’aurais sincèrement aimé qu’il se passe plus de chose dans ce récit. L’univers était très prometteur, et j’aurais bien apprécié y poursuivre mon exploration. J’y ai trouvé mon passage plutôt court… trois petits tomes qui se dévorent en claquant des doigts. J’en aurais pris plus.
Ainsi, je crois que nos héros auraient encore bien des choses à nous dire et à nous faire vivre. Toutefois, je vais devoir me contenter de les imaginer. N’empêche, j’ai bien aimé mon aventure et je souhaite que l’auteure ait un prochain projet plus consistant et rassasiant! 😛

Catégories : Livres jeunesses, Manga, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :