Romance

Ah, les histoires d’amours! Ici, on les retrouve, accompagnées des triangles amoureux, des amours impossibles,… Tout ce qui met à l’avant-plan le bon plaisir (parfois relié à des complications) de l’amour!

Une déception finale.

Les 7 secrets, tome 3, 7 secrets à faire frissonner

Par Judith Bannon

Résumé en quatrième de couverture :

Laurie, qui poursuit sa brillante carrière au complexe de plein air Black Snow, n’a pas le coeur à la fête à l’approche de Noël. Non seulement Alex se montre distant et insensible à son endroit, mais elle est aussi confrontée à d’étonnantes sculptures de glace qui apparaissent quotidiennement sur la montagne.
Qui en est l’auteur, et quel message portent-elles? Habituée des énigmes obscures de la sorte, la femme d’affaires n’en a pourtant pas la moindre idée.
Majestueuses, les sculptures arrivent bientôt assorties de blocs de glace qui se veulent menaçants. Seul un message, publié chaque jour sur les réseaux sociaux et signé d’un pseudonyme, complète ces cadeaux qui font frissonner. Aucun doute, Laurie est directement visée par la manoeuvre.
Avec le soutien de ses meilleures amies et de sa famille, Laurie tentera de comprendre la signification du troublant phénomène qui la tourmente. Peut-être pourra-t-elle du même coup décoder les comportements contradictoires d’Alex… Résister au désir et à ses pulsions envers son ex sera-t-il plus facile que résoudre le mystère? Sa relation avec Alex s’en trouvera-t-elle refroidie une fois pour toutes?

Mon appréciation :

Encore un tome qui ne me fascine pas. Ayant acheté la série complète d’un seul coup, je me suis dit qu’il fallait bien que je les lise. Je n’ai pas détesté ma lecture de ce tome final, mais plusieurs éléments m’ont fait tiquer.
Tout d’abord, j’ai aimé l’idée qu’une petite enquête soit mêlée à l’histoire. Au départ, les géantes sculptures de glace étaient un peu intrigantes, mais ce sont ajoutées celles qui représentaient réellement une menace. Ces secondes sculptures, beaucoup plus petites, étaient les plus fascinantes. La conclusion de cette machination n’était pas mauvaise non plus. Par contre, celle des grandes sculptures n’était pas du tout à la hauteur. Ce mystère meuble essentiellement tout le roman, et le dévoilement du «  coupable » est décevant dans la mesure où il donne l’impression d’être faux, superficiel. Il faut dire aussi que l’identité de ce coupable devient très évidente à partir d’un certain moment du livre. La surprise n’est donc pas au rendez-vous.
Sur le plan des personnages, c’est surtout celui d’Alex qui m’a déçue. Fâché contre Laurie, mais toujours amoureux (une évidence!), il la repousse très durement. Il est froid et presque méchant envers la femme. Cette dernière, tout de même, va lui pardonner et passer par-dessus ce caractère déplaisant. Bien qu’elle soit, elle aussi, amoureuse, je me demandais vraiment comment elle pouvait pardonner si vite et si facilement à Alex. Si cela avait été de moi, je l’aurais traité en trou de cul. 😛
Le thème de la confiance revient beaucoup dans le roman, comme c’était le cas dans les autres. Sauf qu’il y a des maladresses à ce sujet. Alex demande toujours à Laurie de lui faire confiance, peu importe ce qu’il entreprend. Elle ne doit pas le questionner et doit le croire aveuglément. Par contre, le sens inverse ne fonctionne pas de la même manière. Laurie, quant à elle, doit à peu près toujours tout dire à Alex. Cela donne une supériorité que je n’aime pas au personnage d’Alex.
La lecture de ce troisième tome reste tout aussi facile que pour les autres. Les dialogues restent également la majorité du temps tous aussi faux et vides entre les proches. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas plus de profondeur, puisqu’ils restent essentiellement très stéréotypés. La conclusion du roman, et de la série, reste sur cette lancée. Elle laisse à désirer avec le dévoilement de l’auteur des manigances. Chaque personnage prend part à ce dévoilement comme dans une mauvaise mise en scène.
En bref, si le roman se lit facilement et qu’il permet d’intriguer un peu, son écriture reste peu recherchée et l’ensemble du récit peu travaillé.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Autant de masculinité, mais plus de psychologie.

Les 7 secrets, tome 2, 7 secrets plus intimes

Par Judith Bannon

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Séparés contre leur gré sept longues années, Laurie et Alex sont enfin réunis et profitent de leur dévorante passion amoureuse en goûtant avidement chaque moment passé ensemble.
Démasqué deux mois auparavant, le responsable de l’exil d’Alex a disparu à son tour. La haine que Laurie entretient envers ce criminel qui était si près d’elle est colossale, mais la jeune femme souhaite lâcher prise, jusqu’au jour où une enveloppe mystérieuse vient bouleverser son quotidien. Une enveloppe contenant un message… de lui.
Sept questions troublantes attendent Laurie, traitant toutes d’aspects secrets de la vie des gens de son entourage. À une étape décisive de sa carrière au complexe de plein air Black Snow, la voici replongée à contrecœur dans une quête de vérité qui pourrait ébranler la confiance et l’amour qu’elle voue à ses proches.
Alex, avec qui elle s’abandonne à l’exploration de toutes les dimensions du plaisir, sera-t-il éclaboussé par cette autre série de révélations intimes?

Mon appréciation :

Tout d’abord, comme l’indique le titre de l’article, il y a tout autant de références au sexe masculin dans ce deuxième tome que dans le premier. Je ne me répéterai donc pas trop à ce sujet, puisque j’en ai discuté dans mon avis précédent.
Mis à part cela, je dois dire que je trouvais cela un peu étrange que le père de Laurie décide de jouer lui aussi au jeu des sept secrets. Encore une fois, celui qui mène le jeu (le père, cette fois-ci, Alex dans le premier tome) se sert de matériel concret pour transmettre ses informations. Cela me paraît encore inutile de créer une mise en scène de la sorte pour exprimer une ou deux phrases.
Par contre, dans ce tome, le père de Laurie lui pose des questions par ce jeu. Ce qui est plus intéressant, c’est que ces questions poussent la femme à s’interroger sur Alex et les objectifs des deux hommes de sa vie. Cela cause évidemment quelques problèmes de confiance (heureusement), mais c’est ce qui était plaisant. Alex garde visiblement trop de secrets pour lui.
J’ai donc un peu plus apprécié ce deuxième volume de la trilogie, où j’ai eu l’occasion de découvrir d’autres vérités concernant les différents personnages. Certaines sont un peu étranges, voire peu vraisemblables, mais je m’y fais tranquillement. En fait, j’aime surtout l’effet qu’elles produisent sur les personnages, qu’il soit bon ou dévastateur.
Si je n’aime pas vraiment le style de Judith Bannon, je dois dire que je me suis quand même divertie avec 7 secrets plus intimes. Je me demande même comment toute cette étrange histoire va se terminer.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un nouveau type de personnages!

Histoires de vampires, tome 13, Sauvagement fou de vous

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Ce n’est pas courant pour Elsa Bjornberg de se sentir féminine, et ce n’est certainement pas le cas lorsqu’elle anime une émission de télévision portant sur la rénovation domiciliaire où elle peut démolir une cuisine sans effort. Par contre, elle se sent très certainement comme une femme dès le moment où elle rencontre Howard Barr, cet homme à la charpente digne d’un ours. Cette façon qu’il a de la regarder, comme si elle était un pot de miel qu’il aimerait lécher…
Howard n’est pas comme la plupart des hommes. D’abord, il est capable de changer de forme. Pour le reste, il a toujours pensé que ce béguin qu’il avait envers cette célébrité ne serait jamais rien de plus qu’une intense mobilisation de ses glandes salivaires quand il verrait Elsa à la télévision. Mais lorsque son employeur vampire décide de s’en mêler, la vedette se retrouve soudainement à sa portée — et à un cheveu de perdre la vie, car une ancienne malédiction leur interdit ce nouvel amour. Howard se retrouve soudainement déchiré entre son désir envers elle et son désir de la maintenir en vie.

Mon appréciation :

J’ai bien apprécié ma lecture de ce treizième tome (déjà treize!). Encore une fois, Kerrelyn Sparks sait où trouver l’inspiration pour amener du nouveau à ses lecteurs. Cette fois-ci, il s’agit d’une romance entre un être-ours et une femme qui apparaît d’abord comme une simple mortelle. Il se trouve qu’elle a finalement quelques capacités hors du commun. Cependant, les vampires ne sont pas à l’avant-plan, cette fois-ci, contrairement à plusieurs des autres tomes de la série.
Ce roman a beaucoup modifié la manière dont je visualisais Howard dans les volumes précédents. Tout de même, j’ai bien apprécié en savoir davantage sur lui. C’était un peu étrange au départ, puisqu’il est là depuis le début de la série, mais j’ai rapidement aimé ce personnage.
Afin de poursuivre sur cette lancée, la personnalité du personnage est directement liée à son côté animal. D’autant plus qu’Howard est massif, cela lui ajoute un côté bestial et sauvage qui a un quelque chose de séducteur. J’ai bien aimé ses métamorphoses en ours!
Concernant Elsa, j’aimais son personnage car elle amenait du nouveau à la série. En effet, elle et ses tantes sont un autre type de créatures surnaturelles. On en apprend peu à peu sur leur rôle et sur leurs capacités, ce qui est intéressant. Je suis bien curieuse de découvrir leur implication dans les prochains volumes.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé l’histoire. Pour une fois, même si le désir sexuel était présent considérant le côté animal d’Howard, cela était toutefois relégué au second plan, puisque la confiance devait être d’abord installée. Rien n’était trop précipité, et j’aimais ça.
Seul bémol : il y a eu quelques erreurs avec la mise en page, ce qui faisait en sorte que certains dialogues étaient mal agencés et que les lignes se mélangeaient. Je ne savais pas toujours qui parlait.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un peu trop de membres virils, mais une fin intrigante.

Les 7 secrets, tome 1, Les 7 secrets de mon ex

Par Judith Bannon

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Directrice événementielle à Black Snow, un impressionnant complexe de plein air niché dans une montagne, Laurie Morano perdait sept ans plus tôt Alex, l’homme de sa vie. Depuis, la jeune femme a été incapable de s’engager sérieusement avec un autre partenaire. Et à présent qu’elle souhaite enfin aller de l’avant en amour, son fameux ex disparu subitement se manifeste.
Alex s’affiche plus séduisant que jamais, résolu à reconquérir celle à qui il cause toujours un fol émoi malgré le temps passé.
Qu’est-il arrivé pour qu’il s’éclipse ainsi sans donner la moindre nouvelle? Ne voulant pas révéler d’un coup la raison de son absence, Alex propose un jeu à Laurie : il lui soumettra sept vérités en sept semaines, soit une pour chaque année de leur séparation.
Rencontres sensuelles intenses et mystère ponctueront ce qui deviendra rapidement une chasse à l’information enlevante. En plus de devoir résoudre l’énigme, Laurie devra décider si cet amant qu’elle a attendu et espéré si longtemps est digne d’une seconde chance…

Mon appréciation :

Mes attentes étaient un peu mitigés lorsque j’ai enfin décidé de me plonger dans cette lecture. À la fin du livre, alors que je l’ai refermé, mon avis est resté tout aussi mitigé. Il va donc falloir que je lise la suite (c’est une trilogie) pour pouvoir mieux évaluer de quel côté penche la balance.
De manière générale, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de références au membre masculin. Il n’était pas uniquement question des pensées du personnage principal, Laurie, qui désirait ardemment une relation sexuelle accomplie. Non seulement Laurie rêvait de l’attribut d’Alex, mais ses amies, ses frères, sa mère et sa grand-mère y faisaient référence. Je trouvais que ce sujet de conversation était trop présent. Il y avait vraiment beaucoup de sous-entendus, de références et de propos sexuels dans les conversations entre les protagonistes. Cela ne faisait pas très naturel.
Concernant l’histoire, j’ai trouvé long avant qu’une première vérité qui soit véritablement intrigante soit dévoilée. Les premières révélations ne piquaient pas réellement ma curiosité, ce qui créait une certaine longueur et rendait l’idée du jeu superflue et étrange. À ce moment, j’aurais nettement préféré qu’Alex fasse un long monologue pour expliquer ses actions passées, tout simplement.
Pour continuer sur l’idée du jeu, disons que l’effet de tension qu’il devait créer était plus ou moins présent. En effet, Alex refuse de s’offrir à Laurie tant qu’il ne lui aura pas tout révélé. Par contre, il n’y a pas vraiment de tension sexuelle dans le couple, puisque le jeune homme s’occupe tout de même du plaisir de sa partenaire.
Qui plus est, je n’ai pas senti que ce jeu était une chasse à l’information, puisque aucun indice permet de s’approcher du but. D’ailleurs, tous les éléments sont repris et résumés à la fin du roman pour amener à la dernière vérité. Laurie ne peut donc que s’interroger, mais ne peut pas chercher à résoudre l’énigme.
J’ai bien aimé les doutes de Laurie quant à la fidélité d’Alex, de même que le questionnement à savoir si elle peut lui faire confiance. Je trouvais cela tout de même bien amené, de sorte que je m’interrogeais un peu moi aussi. C’était pertinent.
J’ai trouvé la fin du livre intéressante, dans le sens où les vérité amènent un aspect un peu troublant. D’autant plus que la résolution de ce jeu amène une conclusion qui diffère des autres romans érotiques populaires. S’ajoute à cela l’épilogue, qui donne envie de lire la suite malgré tout, étant donné qu’il pique la curiosité.

Catégories : Contemporain, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une Brynley avec un lourd passé.

Histoires de vampires, tome 12, Recherchée : morte-vivante ou vivante

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Phineas McKinney croyait que New York était une ville de durs, jusqu’à ce qu’il se fasse attaquer par les Mécontents — des vampires maléfiques qui considèrent les mortels comme étant des collations. Sauvé par les bons vampires, Phin a juré de vouer sa nouvelle vie de mort-vivant à arrêter les Mécontents. Il aura donc beaucoup de travail à faire au Wyoming, car il semble que leur ennemie pourrait bien s’y cacher. Qu’est-ce qu’un gars de la ville comme lui connaît des chevaux et des feux de camp? C’est une bonne chose que Brynley Jones l’accompagne… si seulement elle ne détestait pas tous les vampires de la terre.
Bryn croit que les vampires sont des séducteurs charmants et que c’est ce qui les rend dangereux. Elle est donc réellement contrariée quand elle doit faire équipe avec Phin, même si c’est le seul suceur de sang capable de faire ronronner sa louve intérieure. C’est toutefois lorsqu’ils traquent la nouvelle chef des Mécontents que le danger les menace… et tant Phineas que Brynley découvriront une passion qui secouera les fontadions de leur monde surnaturel.

Mon appréciation :

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas eu l’occasion de remettre le nez dans cette série. J’étais bien heureuse d’y replonger. Rapidement, j’ai retrouvé les différents personnages rencontrés dans les tomes précédents (qui s’accumulent beaucoup, cependant).
Le type de relation n’est pas tout à fait nouveau dans ce douzième tome, puisqu’il s’agit, pour la deuxième fois, d’une relation entre un vampire et un change-forme. Ce qui est intéressant, par contre, c’est que Brynley est la soeur d’un personnage que l’on retrouve dans le septième tome de la série.
Si l’histoire d’amour qui unit les deux personnages est aussi divertissante qu’à l’habitude, que les doses d’action, de séduction et d’humour sont toujours aussi présentes, il y a bien entendu de nouveaux éléments intéressants dans ce volume (pour que la série soit si longue, il le faut bien!).
Ce qui est donc à la fois nouveau et le plus intrigant dans ce roman concerne le personnage de Brynley, mais tout particulièrement son passé. En effet, dès le début, le lecteur sait que la femme cache quelque chose à Phineas. Ce quelque chose concerne son père (un homme-loup) et semble très éprouvant. Lorsque le lecteur en fait finalement la découverte, il n’est pas déçu. Brynley garde effectivement un très gros secret. Un secret qui affecte son identité et son caractère. Sur le plan psychologique, la protagoniste est alors plus intéressante. Cela donne envie que cela soit davantage approfondi, mais ce n’est pas vraiment le cas. Néanmoins, cette nouveauté était agréable.
Enfin, ce qui m’a paru le plus étrange, c’est que celui qui se nomme « Le Docteur de l’amour », soit Phineas, arrive à être en couple. Après avoir autant lu ses échecs amoureux, c’est drôle de le voir réussir. Mais bon, après tout, il devait bien y passer lui aussi!

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Plongeon dans les capacités vampiriques.

Histoires de vampires, tome 11, Le vampire le plus séduisant du monde

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Lorsqu’une vidéo révèle au monde entier que les vampires vivent parmi nous, c’est au « jeune » vampire Gregori Holstein, vice-président du marketing chez Romatech, qu’incombe la tâche de persuader le gouvernement américain d’annoncer que ladite vidéo est un canular. Le président lui demande toutefois une faveur, qui obligera Gregori à passer 48 heures en contact très rapproché avec sa fille aînée.
Abby Tucker préférerait passer ses soirées dans un laboratoire plutôt que d’assister aux dîners d’État de son père. Elle a dédié sa vie à trouver un remède qui sauvera sa mère mourante et il ne lui manque plus que deux ingrédients. Elle devra s’aventurer dans la région la plus dangereuse du monde pour les trouver — avec un vampire. Son accompagnateur, vêtu d’un complet Armani, est peut-être un mort-vivant, mais il parvient tout de même à faire battre son cœur précipitamment. Le plus grand danger auquel elle devra faire face ne sera pas les hordes de prédateurs qui les guettent, mais bien son désir charnel pour le vampire le plus séduisant du monde.

Mon appréciation :

Comme l’indique le titre de l’appréciation, ce onzième tome de la série Histoires de vampires concerne beaucoup plus les capacités qu’ont les vampires par rapport aux tomes précédents. Gregori doit dévoiler certains pouvoirs des vampires au président afin que celui-ci puisse envisager une alliance qui serait gagnante pour les deux espèces. En parallèle, le vampire s’éprend de Abby, la fille du président. Non seulement parce qu’il est amoureux d’elle, mais aussi pour les besoins du voyage qu’ils entreprennent, il se doit de dévoiler encore plus de choses. Jusqu’à la toute fin du tome, nous recroisons toutes les capacités de cette espèce particulière. Et cela converge donc vers les possibilités de guérison qu’offre le sang de vampire, ce qui attirera à deux reprises la jeune femme. C’est intéressant et cela ramène au premier plan l’utilité que les morts-vivants vivent dans l’ombre des mortels.
Encore une fois, c’est ici l’histoire d’un rapide coup de foudre. J’avoue que j’aurais préféré que cela tarde un peu. Dès le premier échange de regards, Gregori et Abby se sont épris l’un de l’autre. C’est trop vite à mon avis. Et c’est aussi très souvent la même chose dans la série. Mais de ce que j’en sais, ce ne sera pas le cas pour le prochain volume!
Le coup de foudre a beau être rapide, ce n’est pas le cas pour l’action, qui ne vient que vers la fin. Qui plus est, il n’y a pas eu tant de combat que cela, mais c’étaient plutôt des captures. Et, malgré le grand nombre d’ennemis, j’avais l’impression qu’il n’y avait pas tant de danger que cela. Je me demande bien si je serai satisfaite sur ce point dans la suite de la série.
Finalement, comme l’action était condensée vers la fin du livre, cela a tout de même permis un plus long moment au couple pour se courtiser. Malgré leur coup de foudre, donc, ils ont un peu appris à se connaître durant le peu de jours qui passaient. De ce fait, même si les jours défilaient rapidement, cela a fait en sorte que le duo ne se précipite pas directement sur la couchette. D’ailleurs, il y avait aussi moins de sexualité, et ça n’était pas mauvais. Au final, cependant, Abby et Gregori officialisent rapidement leur relation.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

De l’érotisme sous toutes les coutures…

Nu

Collectif sous la direction de Stéphane Dompierre

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé :

De la littérature érotique. Assumée. Celle qui donne chaud dans le ventre, qui fait rougir d’excitation. Du sexe, des pulsions, de l’émotion. Voilà ce à quoi se sont attelés seize auteurs de talent : des histoires pour adultes consentants où le plaisir des sens n’exclut pas l’élégance.
Des histoires de tentations, de désirs qui nous font basculer. Ce moment où l’on se dit « je sais que je ne devrais pas, mais… »

Les auteurs :

Nancy B.-Pilon, Miléna Babin, Sophie Bienvenu, Charles Bolduc, Roxanne Bouchard, Guillaume Corbeil, Stéphane Dompierre, Geneviève Jannelle, Véronique Marcotte, Isabelle Massé, Eza Paventi, Marie Hélène Poitras, Patricl Senécal, Matthieu Simard, Chloé Varin et Guillaume Vigneault.

Mon appréciation :

J’étais bien curieuse de lire ce recueil de nouvelles québécoises. J’en avais beaucoup entendu parler depuis sa sortie en 2014. Il me tardait donc de me le procurer et de le lire.
Tout d’abord, je fus bien contente de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. Douze sur les seize m’étaient inconnus. Désormais, plusieurs d’entre eux me tentent pour de futures lectures. Aussi, j’ai bien aimé la variante dans les styles d’écriture et les idées enveloppant l’ambiance érotique. Si l’usage du vocabulaire sexuel se rapprochait pour plusieurs, aucune relation sexuelle décrite n’a été pareille à une autre.
Dans Nu, le lecteur retrouve différents plaisirs. Que ce soit les trips à trois, le voyeurisme, la domination, le film pornographique, l’homosexualité, l’infidélité, ou autre, on s’ennuie peu.
Plus précisément, j’ai apprécié Baise fondatrice, la nouvelle de Patrick Senécal. Même si j’en ai pressenti rapidement la tournure finale, l’ensemble du texte m’a plu. Allant de l’idée même de la nouvelle à la manière dont elle était écrite. Dans cette nouvelle, un homme est prêt à tester les prouesses de plusieurs femmes pour retrouver la toute première qui lui a fait… plaisir. Un voyage quasi éducatif.
De plus, en lisant Cinquante nuances de Gisèle, de Eza Paventi, je me suis amusée à ressentir l’attraction que le personnage avait lors de la lecture d’un roman érotique. En somme, même si le roman que Gisèle lit est mal écrit, elle s’y sent attirée malgré elle. Eza Paventi n’écrit pas mal, aucunement, mais j’ai ressenti une part de cette même attraction.
Dans ma face, mon amour, par Matthieu Simard, m’a permis de découvrir un personnage intéressant. Dans cette nouvelle, nous rencontrons une actrice pornographique qui tente de trouver l’amour. Sa quête n’est en rien complexe, mais sa conclusion n’aurait pu être mieux choisie pour représenter la jeune femme.
Finalement, la nouvelle de Roxanne Bouchard, Un moment d’égarement, fut plutôt amusante. L’innocence du personnage principal du texte était comique jusqu’à la conclusion. Plus le personnage s’enfonce dans une sexualité étrange basée sur les chakras, plus le résultat s’annonce ridicule… surtout lors de la lecture des dernières phrases. Assez drôle comme conclusion!
En somme, ce fut une lecture coquine bien divertissante!

Catégories : Livres adultes, Nouvelles, Romance | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Bien imbriqué, mais particulier.

Histoires de vampires, tome 10, Mon vampire

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Rien sur cette terre ne peut rendre ce vampire amoureux…
Connor Buchanan a eu besoin de ses 499 années d’existence pour en arriver à une conclusion absolument indéniable : il est bel et bien un bâtard au cœur insensible. Il a vu ses amis, de pauvres fous romantiques, tomber à pic dans le ravin de l’amour comme un troupeau de moutons étourdis. Ça n’allait cependant pas lui arriver. Il sait que l’amour ne mène tôt ou tard qu’à une peine de cœur.
Sauf peut-être Marielle…
Cet ange déchu a été banni du paradis pour cause de désobéissance. Coincée dans un corps de mortelle, elle découvre un protecteur en la personne de Connor, un vampire écossais hanté par un sombre passé. Marielle espère guérir son cœur brisé et obtenir ainsi le droit de rentrer à la maison, mais c’est alors qu’elle se met à éprouver ces… sentiments, prenant la forme d’un désir physique ardent tout aussi étrange que plaisant pour un vampire! S’agit-il là de l’œuvre d’un démon qui tenterait ainsi de l’attirer vers l’enfer, ou cet ange a-t-il trouvé en cela la béatitude céleste?

Mon appréciation :

Je crois que le titre de cette appréciation est assez évocateur. En simple : il m’a semblé que l’histoire était bien imbriquée, mais qu’elle était plutôt particulière.
Allons-y tout d’abord pour le premier point. Si j’ai trouvé que ce tome était bien lié avec les autres tomes de la série, ce n’était pas simplement parce que l’on y retrouvait encore une fois tous les vampires des tomes précédents, comme c’est toujours le cas. Non. En fait, ce détail concerne surtout le personnage de Marielle. Je ne veux pas dévoiler tous les éléments de l’intrigue, mais cette femme se trouve à ne pas apparaître si spontanément que cela dans la vie des autres. Je fus bien contente d’apprendre que sa vie avait croisé celles de d’autres protagonistes connus dans les autres bouquins. De cette manière, le rôle de Marielle a semblé accentué. Il n’était plus uniquement question d’une nouvelle histoire d’amour entre un vampire et une mortelle. Pour une fois, grâce à Marielle, les bons vampires et les Mécontants ne jouent plus au chat et à la souris! Et cela a mené à deux scènes d’actions fort divertissantes, d’ailleurs. Peu de blessés du côté des bons, il va sans dire (tout de même, on ne veut pas les voir mourir après s’y être attachés en dix volumes!), mais tout de même un revirement de situation important dans la famille de Shanna et de Roman, voire deux! Je vous laisse la surprise, mais je vous admets que je ne m’y attendais pas.
Par contre, si j’ai trouvé le tome particulier, c’était entre autres à cause du rapide attachement de Connor, éternel insensible, envers l’ange. La fêlure a été rapide dans sa carapace de fer. Sans doute trop. Et c’est certainement à cause de cela si je suis entrée moins rapidement dans l’histoire, cette fois-ci. Depuis le tout début de la série, Connor est celui qui sermonne ses compagnons de se laisser aller à l’amour. Puis, paf!, d’un coup il se fait attraper le cœur. J’étais très curieuse de lire cette histoire lorsque j’en ai lu le résumé. Le personnage de Connor me semblait bien intéressant à aborder. Heureusement, cela s’est rattrapé lorsqu’il a subit un certain rejet. Je ne vous dévoile pas dans quelles circonstances, mais la deuxième carapace de l’homme vampire était, cette fois, bien intéressante. Je me demandais quand il craquerait!
Ainsi, je n’ai pas tout à fait été rassasiée de certains éléments du romans. D’un autre côté, je me suis quand même divertie et j’ai apprécié en apprendre plus sur le personnage distant de Connor Buchanan.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une histoire d’amour plus complexe!

Histoires de vampires, tome 9, Mange, chasse, aime

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Carlos Panterra est à la recherche d’une partenaire. Une femme qui aimera les jeunes orphelins qu’il a récemment pris sous son aile (ou sous sa patte, puisque tel est le cas), et qui saura en prendre soin. Lorsque cet homme-panthère espionne la belle Caitlyn, il s’aperçoit qu’elle est un rayon de soleil dans toute cette obscurité ambiante. Il a enfin trouvé la femme parfaite, sauf que…
Caitlyn Whelan est une mortelle. Pire encore, c’est son père qui est à la tête d’une équipe de l’Agence centrale de renseignements dont la mission est de traquer les morts-vivants. Caitlyn sait toutefois que Carlos est l’homme qui lui convient, qu’il soit capable de changer de forme ou pas. Elle saute donc sur l’occasion que sa sœur lui offre de travailler avec lui, déterminée à démontrer à Carlos que leur attirance relève davantage que du simple magnétisme animal. Le danger rôde cependant dans la nuit, et leur passion déchaînée et indomptée pourrait bien les faire périr tous les deux…

Mon appréciation :

Comme le mentionne le titre de cette appréciation, j’ai trouvé que l’histoire d’amour entre les deux personnages était plus complexe que pour celles des autres tomes de la série. En effet, le personnage de Carlos désire ardemment se trouver une partenaire qui soit, comme lui, un être-panthère afin de perpétuer sa race. Cependant, il a le coup de foudre pour Caitlyn Whelan, la sœur de Shanna (personnage principal du premier tome).
Depuis le début de la série, à force de lire, l’idée de l’amour impossible entre mortel et mort-vivant se dissipe. Chaque vampire trouve son ou sa partenaire. Ici, l’idée de l’amour impossible ressort enfin. Les deux personnages sont très amoureux l’un de l’autre, mais Carlos se refuse cet amour et rejette Caitlyn dans l’espoir de trouver une femme-panthère. Cela rajouta donc de l’intérêt à l’histoire.
Qui plus est, le personnage de Carlos Panterra était fort intéressant sur le plan de sa personnalité (parce que le physique des hommes de cette série est toujours idéal 😛 ). Nous avons un personnage maladroit dans ses relations avec les plus jeunes qu’il a pris sous son aile, mais qui désire ardemment leur bien. Cependant, il ne sait pas comment s’y prendre et leur fait peser le poids du besoin de faire perdurer leur race en voie d’extinction. De plus, malgré tout son désir pour Caitlyn, il se refuse à céder à ses avances pour ne pas avoir à la repousser le moment où il trouvera une femme de son espèce. Ce qui fait heureusement en sorte que leur relation n’évolue pas trop rapidement.
Le personnage de Caitlyn est par contre moins intéressant par sa simplicité. Elle est têtue, ce qui est bien puisque cela l’accroche à Carlos. Cependant, elle se trouve à être, par un mystérieux hasard, exactement la femme qu’il faut pour compléter l’homme-panthère. Elle est douce et agréable avec les enfants, elle peut comprendre n’importe quelle langue (et donc parler le portugais avec Carlos), elle est fonceuse et aventureuse, etc. Bien qu’il soit intéressant que son personnage ramène un peu plus celui de Shanna dans la série, je n’ai pas trouvé sa personnalité assez profonde.
Mis à part cela, j’ai bien aimé l’action présente vers la fin du bouquin. Je ne veux pas trop vous en dévoiler, mais disons que Carlos ne l’a pas facile!

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Simple, cocasse et intelligent.

21 amants sans remords ni regrets

Par Mélanie Couture

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Charlie a trente-cinq ans et de généreuses rondeurs. Tatoueuse de son métier, elle assume ses courbes et ses pulsions sexuelles. Célibataire, elle prend plaisir à croquer les hommes originaires des quatre coins du globe en rejetant les jugements puritains. C’est tout en humour qu’elle raconte ses aventures à la fois cocasses, absurdes et tendres.

Mon appréciation :

Cela m’a été très facile d’entrer dans l’univers de Charlie avec la présentation que le personnage fait au début du livre. Ainsi, nous découvrons sa manière de penser par rapport à l’amour, à la sexualité et au désir « de chair », comme elle le mentionne. Je trouvais intéressante la manière dont les relations de la femme étaient amenées, de sorte que malgré sa libido parfois boostée, Charlie n’avait pas l’air d’une traînée. Qui plus est, ce livre, bien qu’il raconte différentes parties de jambes en l’air et les rencontres qui précèdent l’acte, apporte trois points importants qui sont soutenus tout au long.
1) La sécurité est importante lorsque l’on s’aventure avec un inconnu.
2) La protection est de mise (Charlie a toujours un condom à portée).
3) Le respect de la personne est essentiel.
Je trouvais donc très bien que ces éléments ressortent de la lecture de 21 amants, de sorte que les relations sexuelles gardent une part de sérieux.
Le style d’écriture m’a plu. Les chapitres étaient parfois entrecoupés de plus ou moins longues parenthèses pertinentes pour différents types de lecteurs. Amenées avec humour, Charlie apporte son point de vue et ses conseils allant de la sécurité aux préjugés, de certains trucs à faire ou à éviter, de même que des leçons de bonne conduite aux commentaires anodins. Ainsi, encore une fois, malgré que la lecture traite de l’histoire d’une femme qui assume ses pulsions sexuelles, le texte présente des passages plus sérieux qui évitent de divaguer vers des utopies rarement réalisables.
De plus, à chaque chapitre, Charlie présente un nouvel amant, la manière dont elle a croisé son chemin et une part de la performance. Contrairement à plusieurs livres érotiques, Mélanie Couture n’a pas fait en sorte que son personnage ne rencontre que des hommes au physique incroyable ou très talentueux. Ces hauts et ces bas masculins étaient bienvenus et permettaient de dresser un portrait plus réaliste de l’homme commun… bien que certains étaient fort exquis.
Pour ma lecture dans l’ensemble, je dirais que j’ai bien apprécié. Le ton était bien souvent léger et humoristique, de sorte qu’il était plaisant de lire le tout. Le canevas des rencontres reste par contre assez semblable à chaque fois, mais la personnalité des différents hommes apporte heureusement des variantes. En somme, c’était simple, cocasse et intelligent!

Catégories : Contemporain, Humour, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :