Science-Fiction

Une dystopie franchement révélatrice

Les hommes dénaturés

Par Nancy Kress

Résumé en quatrième de couverture : 

La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.
Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.
Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration.
Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.
Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité?

Mon avis :

Ma critique de ce roman, je l’ai réalisée pour la revue de science-fiction et de fantastique Solaris. Vous la retrouverez donc dans le numéro 211 , disponible en format numérique tout comme papier dès maintenant. Comme mon avis est publié dans une revue professionnelle, vous ne pourrez le lire sur ce blogue. Toutefois, afin de vous ouvrir un peu l’appétit, voici quelques extraits de ma critique :

Dans Les hommes dénaturés, les scientifiques ont trouvé le moyen de guérir tous les types de cancers et de permettre toutes les greffes imaginables afin que chaque humain puisse avoir à la fois une certaine santé, mais aussi l’apparence qui lui convient.

La dystopie amène tantôt le lecteur à planifier les préparatifs de sa propre mort, tantôt à réfléchir sur les répercussions positives et négatives des activités effectuées illégalement dans une situation critique.

N’hésitez pas à vous procurer la revue. Vous pourrez y lire de nombreuses autres critiques, mais aussi des œuvres originales tout à fait captivantes!

Publicités
Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Une science-fiction qui questionne l’humanité

Les océans stellaires

Par Loïc Henry

Résumé en quatrième de couverture :

Encouragée par ses premiers succès, Luu Ly cherche une nouvelle planète à explorer. Son objectif? Trouver des Seuils, ces passages interplanétaires cachés au fond des mers, et les vendre à prix d’or à la Fédération ou à ses adversaires, la Ligue et l’Empire. Pourtant, elle est loin d’imaginer les conséquences de sa prochaine mission.
Psycho-éthologue de la Fédération, Stella est en état d’alerte : une jeune explo vient de faire une découverte majeure. Les bases de l’exploration spatiale pourraient être bouleversées.
Dans la partie qui s’engage, et dont l’enjeu n’est rien moins que l’avenir de l’humanité, un dirigeant de la Fédération dévoré d’ambition, un généticien avide de vengeance, un couple d’explorateurs mystérieux et deux petits prodiges aux ressources surprenantes vont jouer leur propre partition.
Et si certains d’entre eux partageaient sans le savoir un secret ancien?

Mon avis :

Ma critique de ce roman, je l’ai réalisée pour la revue de science-fiction et de fantastique Solaris. Vous la retrouverez donc dans le numéro 211 , disponible en format numérique tout comme papier dès maintenant. Comme mon avis est publié dans une revue professionnelle, vous ne pourrez le lire sur ce blogue. Toutefois, afin de vous ouvrir un peu l’appétit, voici quelques extraits de ma critique :

Nous sommes dans les années 3200, là où la découverte de nouvelles planètes ne se fait pas en voyageant dans l’espace, mais plutôt en parcourant les océans. Pour se rendre sur un autre astre, il suffit de traverser ce que l’on appelle un Seuil. Mais encore faut-il les trouver, car ceux-ci sont bien cachés et qu’il est impossible d’en connaître le nombre exact sur chaque planète.

Les océans stellaires pose beaucoup de questions et met de l’avant des thématiques humaines qui encouragent le lecteur à poser un regard sur lui-même et sur l’humain en général.

N’hésitez pas à vous procurer la revue. Vous pourrez y lire de nombreuses autres critiques, mais aussi des œuvres originales tout à fait captivantes!

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Des points de vue à perte de vue

Nous sommes Bob, tome 1, Nous sommes Légion

Par Dennis E. Taylor

Résumé en quatrième de couverture :

Bob Johansson vient de vendre sa start-up et va pouvoir profiter de la vie. Tant de lieux à visiter, de livres à lire et de films à voir! Pas de bol, il se fait écraser en traversant la rue.
Lorsque Bob revient à lui, un siècle plus tard, c’est pour découvrir qu’il appartient désormais au gouvernement. Téléchargé dans un ordinateur, il est pressenti pour devenir une IA capable de se répliquer à volonté, aux commandes d’une sonde interstellaire destinée à la recherche de planètes habitables. Les enjeux sont considérables. S’il refuse cette mission, on l’éteindra et un autre prendra sa place. S’il accepte, il devient une cible de choix. Au moins trois autres puissances se verraient bien envoyer leur sonde en premier, et tous les coups sont permis.
Pour Bob, l’endroit le plus sûr, c’est dans l’espace, le plus loin possible de la Terre. C’est du moins ce qu’il croit…

Mon avis :

 

Ma critique de ce roman, je l’ai réalisée pour la revue de science-fiction et de fantastique Solaris. Vous la retrouverez donc dans le numéro 210 , disponible en format numérique tout comme papier dès maintenant. Comme mon avis est publié dans une revue professionnelle, vous ne pourrez le lire sur ce blogue. Toutefois, afin de vous ouvrir un peu l’appétit, voici quelques extraits de ma critique :

Bob n’a plus de bras ni de jambes, mais des articulations mécaniques. Non seulement son aspect physique a drastiquement changé et est loin d’être ce à quoi il s’attendait, mais son esprit a également subi quelques modifications.

Le lecteur apprend à découvrir ce nouveau corps et cette nouvelle version de Bob en même temps que le personnage. Le processus est amusant, insensé, mais apporte malgré lui une certaine réflexion sur l’identité

N’hésitez pas à vous procurer la revue. Vous pourrez y lire de nombreuses autres critiques, mais aussi des œuvres originales tout à fait captivantes!

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

À la découverte des années 80!

Player one

Par Ernest Cline

Résumé en quatrième de couverture :

2044. La Terre est à l’agonie.
Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS — un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante.
Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars!
Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne…

Mon avis :

Il y a quelques années, avant même que la réalisation de l’adaptation cinématographique soit annoncée, ce livre me faisait déjà envie en librairie. Avec le film de sorti, maintenant, je ne pouvais que me dépêcher à lire le roman avant de visionner son adaptation. Aujourd’hui, c’est fait. Il ne me reste plus qu’à trouver l’occasion pour regarder le long métrage. 😉
J’ai bien apprécié ma lecture. En fait, cela n’a pas pris de temps que j’étais plongée dans l’univers. La narration nous met en complicité avec Wade, qui narre l’histoire, et nous nous sentons aussitôt en confiance. Je n’avais aucun mal à me replonger dans ma lecture lorsque je devais l’interrompre.
J’ai beaucoup aimé les références aux années 80 qu’il était possible de relever à tout moment du livre. Je ne les reconnaissais pas toutes, mais lorsque c’était le cas, c’était agréable. Il n’empêche que le roman s’adresse idéalement à un lecteur qui a grandi dans ces années. Pour ce genre de lecteur, lire Player one, ce serait de replonger dans son enfance.
Côté trame narrative, disons que c’était plutôt bien. Je prenais un grand plaisir à suivre la compétition du créateur de l’OASIS. Lorsque Wade explorait la réalité virtuelle, je pouvais très bien visualiser tous les éléments, un peu comme si j’avais accès, sur un écran, à ce qu’il voyait et faisait.
Toutefois, il y a quelques longueurs. J’étais captivée par la Chasse. Mais lorsque Wade stagnait dans sa compréhension des énigmes, je perdais un peu l’intérêt de la lecture. Mais pas trop, n’empêche. Et c’était dans ces moments que l’on retrouvait le plus de références aux années 80. Donc c’était loin d’être inintéressant pour autant. Il y avait simplement moins d’action, moins de rythme.
Dans l’ensemble, donc, j’ai passé un excellent moment de lecture. Le livre se lit facilement et donne très envie de lire, de visionner des films, d’écouter de la musique et de jouer à des jeux vidéos. Au fond, j’aurais presque pris une liste des références à la fin du livre pour pouvoir découvrir celles qui ont capté mon intérêt! 😀

 

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Livres adultes, Livres jeunesses, Science-Fiction, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | 3 Commentaires

Un récit déconcertant

La Ruche

Par Michèle Laframboise

Résumé en quatrième de couverture :

« Marilyn danse.
Un courant d’air traverse la grille sous ses escarpins, soulevant le bas de sa robe. L’actrice se penche pour presser les pans rebelles, un geste souligné par un accord de cuivres. Le vent coquin soulève l’arrière de sa robe, dénudant ses jambes galbées.
Elle éclate de rire, un rire perlé, chorégraphié au quart de seconde, chaque note sonnant comme une invitation.
Des sifflements montent autour du plateau surélevé sur lequel elle se trémousse. Une masse de touristes et d’habitués dégustent des flûtes de vin, chacun palpant le bouquet de roses rouges au centre de leur table.
Aucun d’eux ne connaît l’origine du numéro de Marilyn, de la robe ou du courant d’air. Cela ne les empêche pas d’évaluer leurs chances d’obtenir un rendez-vous galant, pourvu que la mise encryptée dans leur bouquet soit suffisante. »
Et vous, avez-vous déjà rencontré Marilyn? Suivez-la au cœur de la Ruche, là où la sensualité épouse le mystère.
Version revue et améliorée de la nouvelle « Le Vol de l’abeille », récipiendaire du Prix Solaris 2006, La Ruche vous propose une incursion à l’intersection de l’érotisme et de la science-fiction.

Mon avis :

L’univers de La Ruche déstabilise lorsqu’on le découvre dans les premières pages. Le lieu, un complexe bar de prostitution, est construit et pensé en tous points avec l’univers d’une ruche (bourdons, fleurs, abeilles, etc.). En tant que lecteur, on cherche à se familiariser, à comprendre cet endroit. Plus on le comprend, cependant, plus on le déteste. Parce que le personnage de Marilyn n’est nullement là par plaisir. Et c’est là le plus grand intérêt du roman : on veut comprendre comment cette jeune femme en est arrivée où elle est… et pourquoi.
Nous retrouvons ces explications dans des analepses qui décrivent par la même occasion dans quel univers de science-fiction nous nous situons. Je dois avouer que j’ai trouvé cela à la fois intéressant et apeurant. Apeurant dans la mesure où je me figurais vivre dans ce monde. Les décors prennent vie afin de donner aux personnages ce qu’ils désirent. Mais rien n’est éternel.
Au départ, lorsque nous comprenons dans quel lieu se retrouve Marilyn, nous nous rendons compte qu’elle n’est pas bien là. Toutefois, rien n’indique encore à quel point cet endroit est sordide. Lorsque j’ai compris tout ce que la Ruche impliquait, je me suis questionnée sur l’humain.
La force du récit réside donc en la construction de l’univers et de la Ruche. Parce que lorsque les choses dérapent, nous devinons qui contribuera à sauver Marilyn de son cauchemar. Et lorsque cela est fait, la fin est un peu abrupte. Nous aurions aimé poursuivre et apprendre ce que Marilyn fera ensuite.
Ce fut donc une lecture appréciée, pour ma part. J’ai été déstabilisée, oui, mais ça n’était pas mauvais signe. Un roman plus long et étoffé m’aurait davantage plu. Toutefois, je suis bien contente d’avoir découvert cette auteure. 🙂

Je tiens à remercier les Six Brumes pour le livre.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Coup de cœur pour Blitz : la suite

Blitz, tome 2, All clear

Par Connie Willis

Résumé en quatrième de couverture :

Comme des milliers de Londoniens, Polly, Michael et Merope se retrouvent pris sous les bombes ennemies qui s’abattent sans relâche sur la capitale britannique en ce mois de décembre 1940. Pour ces historiens du XXIe siècle venus étudier le Blitz, la nécessité de survivre a désormais pris le pas sur la recherche : il leur faut à tout prix découvrir le moyen de regagner leur époque. Mais leur marge de manœuvre est étroite, car chaque action peut modifier le cours de la guerre et réécrire l’histoire des siècles à venir…

Mon avis :

Wow.
J’ai lu All clear avec énormément de plaisir… et aussi un peu de frustration, mais c’était très bon signe à chaque fois.
Le roman prend place directement après le premier. Il faut lire les deux d’un coup ou de façon très rapprochée, parce qu’ils forment ensemble un tout, une seule grosse aventure. Ainsi, dès lors que nous avons été happés par le premier volume, nous tombons directement dans le deuxième, déjà captivés. Dès les premières lignes de All clear, je désirais ardemment savoir ce qu’il adviendrait des jeunes historiens coincés à l’époque du Blitz.
J’ai bien aimé les théories des personnages sur ce que leur présence dans le passé pouvait impliquer. Ils s’interrogeaient beaucoup à savoir s’ils modifiaient le continuum ou non, et si c’était le cas, s’ils l’affectaient en mal ou en bien. Est-ce que, par leur présence durant la Seconde Guerre, Hitler gagnerait finalement la guerre? Lorsqu’une dernière théorie est mise de l’avant par le personnage de Polly, avec de nombreuses observations sur les actions de chacun des historiens à l’appui, j’admets avoir beaucoup aimé l’idée. Cela amène beaucoup de réflexions sur les voyages temporels et sur la construction même du temps, et c’était vraiment intéressant. Pour ma part, cela m’a donné envie de lire davantage sur le sujet.
J’ai dit que le roman m’avait causé quelques frustrations, mais que c’était positif. En fait, en tentant de ne rien dévoiler de trop important, disons que les fins des chapitres terminaient souvent sur des révélations, des questionnements ou des dangers à venir. Tantôt nous apprenons une information qui permet aux protagonistes d’aller de l’avant, mais nous sommes coupés par un ou quelques autres chapitres. Ou tantôt nous sommes laissés en suspens avec une question, qui ne sera répondue que lorsque nous retrouverons le personnage concerné un peu plus loin. Ou bien le chapitre termine alors qu’un protagoniste est en très grand danger, que l’on craint qu’il soit blessé ou pire encore. À ce sujet, mon cœur s’est serré à deux reprises (et les scènes avant et après étaient, à mon avis, fabuleusement écrites).
La fin du récit, quant à elle, reste plutôt particulière. Ce n’est pas que je n’ai pas apprécié, non. Toutefois, elle laisse quelques questions en suspens qui tournent et tournent dans l’esprit des lecteurs. Oui, je dis bien « lecteurs », car en consultant quelques sites internet, j’ai observé les mêmes interrogations chez les autres admirateurs de Blitz. Tous en viennent à la conclusion que les mystères qui restent lorsque le livre est fermé étaient voulus par Connie Willis. Tous sont d’avis que c’est alors aux lecteurs de spéculer sur différentes théories qui ont guidé ou qui relient les personnages. Et je suis bien contente de ne pas avoir été la seule à m’interroger à savoir si j’avais manqué une information quelconque durant ma lecture. 😛
Vraiment, j’ai bien aimé lire Black-out et All clear. L’écriture et la construction du récit étaient idéales pour que je sois totalement ancrée dans l’univers dépeint. Cela m’a donné la nette envie de lire tous les autres livres de l’auteure. C’est assurément un projet à venir. 😉

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Voyage inactif, intérêt intermittent

La machine à explorer le temps

Par Herbert George Wells

Résumé en quatrième de couverture :

« Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur; tantôt roux, tantôt verts; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée — ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s’évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps. »

Mon avis :

Ahh… J’ai été déçue par ma lecture, que j’aurais pourtant tant voulu apprécier. C’est peut-être aussi parce que je le voulais trop que je n’ai pas beaucoup aimé. Mais probablement aussi parce que c’est un récit de l’inaction qui n’est pas très récent non plus.
Je n’étais donc pas captivée par ma lecture. Dès le début, je n’ai pas développé d’intérêt particulier pour les personnages du récit. Nous en rencontrons quelques uns dès les premières pages, puis tous s’effacent pour laisser la place à l’Explorateur du Temps, un homme qui ne fait presque que cela, explorer. Parce que durant ses deux voyages, l’Explorateur du Temps n’est guidé que par la curiosité de voir comment le futur va se dérouler, et ce, jusqu’à la fin du monde, ou presque.
Durant son premier voyage, le plus long, il se retrouve dans un futur plutôt éloigné où la bourgeoisie et le prolétariat sont devenus davantage distincts. Les êtres humains deviennent des créatures toutes semblables selon deux catégories : les bourgeois sont pâles, frêles, ne font rien et se terrent en mangeant des fruits; les prolétaires sont monstrueux, vivent dans la noirceur, construisent des machines qui maintiennent en vie les bourgeois… pour en faire leur nourriture. (Désolée d’avoir révélé l’information.) L’Explorateur ne fait pas grand chose d’autre que d’observer ces deux groupes opposés et de rechercher sa machine qui lui a été subtilisée pendant une tentative de fraternisation. Toutefois, le deuxième voyage, très court, m’a davantage plu. J’ai quand même aimé voir la vision qu’avait l’auteur d’un futur possible et très très très lointain. Et ça n’est aucunement joyeux.
Ainsi, c’est l’inactivité que je n’ai pas aimé, mais aussi tous les questionnements sociologiques et politiques que se posait l’Explorateur du Temps. Ça alourdissait terriblement le texte pour une lectrice comme moi, qui ne suis pas tant captivée par ce genre d’interrogations.
Par contre, il y a quelques points que j’ai appréciés. Deux, outre le deuxième voyage. La narration est intéressante dans la mesure où le récit de l’Explorateur du Temps se fond dans celui du narrateur. Le narrateur est un témoin de ce qu’a raconté l’Explorateur à la suite de ses voyages. Et les deux s’imbriquent très bien. Enfin, j’ai apprécié le mystère qui englobe l’avenir incertain du personnage de l’Explorateur du Temps à la fin du roman. Notre narrateur-témoin n’a plus de nouvelles, et c’est à nous, lecteurs, de supposer ce qu’il peut bien se passer dans le temps.
Au final, donc, si je n’ai pas été divertie par ma lecture comme je l’aurais souhaité, j’y ai tout de même apprécié certains éléments. Je suis plutôt contente d’avoir lu l’un des tous premiers romans à traiter du voyage dans le temps, ça oui. 🙂

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | 2 Commentaires

Perplexe, mais tout de même curieuse

Ze-ther, tome 2, Le jour du dépassement 

Par Atriana Reeves

Résumé en quatrième de couverture :

Et si vous étiez un ZE-THER en mode dormance? Si tous les hasards, coïncidences, répétitions de chiffres, objets inusités, plumes trouvées sur votre route, cette musique qui vous appelle n’étaient que des codes de réveil, que des appels à vous éveiller?
Si ce que nous voyons de nos yeux n’était pas la réalité? Que ce qu’on nous a appris à propos de l’histoire de l’humanité n’était qu’un tissu de mensonges? Que ce que nous croyons être des souvenirs nous aurait plutôt été implanté pour mieux nous contrôler, pour nous inciter à consommer, à posséder plus, à entretenir un confort illusoire et nous empêcher de nous questionner sur le voile et sur notre réelle existence?
Et si le plan de l’adversaire était de nous mener à notre autodestruction, vers le jour du dépassement, où la Terre serait devenue stérile, invivable? Ce jour où la Terre aurait tout donné à l’hommerie et ses démons. Ce moment-là, ceux qui savent depuis trop longtemps domineront la planète et verront leur race émerger au grand jour.
Ce jour où ce combat entre la dualité, le bien et le mal, qui persistait depuis que le monde était monde devait finir une fois pour toutes.
2037, Station de Golly. Aïko est anéantie. Yordan, celui qui était pressenti pour réactiver la Gouve, le berceau de naissance des âmes, et rétablir l’équilibre sur Terre, est mort dans ses bras. La chef intérimaire des ZE-THER s’apprête à commettre l’irréparable et enfreindre les lois du Concile de Trian. Il lui fait lever le voile de l’oubli.
La réalité ne serait-elle que fiction?

Mon avis :

J’ai malheureusement eu du mal à entrer dans ce deuxième tome de la série Ze-ther. Cela s’explique d’abord par le fait que le roman commence immédiatement après que le premier soit terminé, sans aucuns éléments de résumé de disséminés à travers le récit. Ainsi, dès lors que l’histoire n’est plus fraîche à notre mémoire, les premiers chapitres se perdent dans notre besoin de reconnecter avec l’univers. Ce genre de série gagne à être lue d’un seul coup, comme un seul et même grand roman. Je conseille donc une relecture du premier volume avant de plonger dans celui-ci.
Ceci découle peut-être du fait que ma lecture du tome précédent était un peu loin dans ma mémoire, mais j’ai trouvé que le livre était moins approfondi, moins abouti. Il se passe beaucoup de choses, ce qui est intéressant. Toutefois, j’aurais aimé qu’elles soient développées davantage afin que je m’imprègne de l’univers et de son ambiance. J’aurais aimé mieux le comprendre, lui, ses personnages et ses technologies.
Pour continuer sur cette même lancée, et cela me semble directement relié à ce que je viens de mentionner, j’ai trouvé les personnages plutôt caricaturaux. Ils manquaient, oui, de profondeur. Ou lorsque la narration semblait développer sur le sujet, cela restait en surface et plutôt commun. J’aime quand je peux m’attacher aux personnages et, pour cela, il m’en faut plus. Et que cela soit moins superficiel. Les personnages « gentils » qui ont de la substance ne sont jamais parfaits, ils ont des défauts. C’est ce que je voudrais retrouver dans la suite.
Toutefois, j’ai apprécié que la narration multiple revienne dans ce volume. En lisant, nous sentons qu’il y a de plus en plus de liens entre les différents protagonistes de ces narrations. J’ai hâte de découvrir comment ils se rejoindront tous (en supposant que cela arrive, car ce n’est pas toujours le cas).
Enfin, la fin du livre, avec le dernier chapitre, amène le récit à la réalité du lecteur. Cela m’a intriguée. Je suis curieuse de découvrir où l’auteure veut en venir avec ce dernier chapitre. Je crois que je vais devoir patienter pour cela!

Merci aux éditions Lumigny pour ce livre.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , , | 2 Commentaires

J’ai faim de la suite

Blitz, tome 1, Black-out

Black-out
Acheter le livre

Par Connie Willis

Résumé en quatrième de couverture :

En 2060, l’histoire n’a plus rien d’une discipline poussiéreuse. Grâce à la maîtrise du voyage dans le temps, les chercheurs de l’université d’Oxford se rendent fréquemment dans le passé, au plus près des événements qu’ils étudient — la guerre de Sécession, l’attaque de Pearl Harbor, les attentats du World Trade Center… — pour collecter des données toujours plus précises. Mais à trop vouloir s’approcher du feu de l’action, on finit par s’y brûler. C’est ce qu’apprendront à leurs dépens les jeunes historiens envoyés au coeur de l’horreur de la Seconde Guerre mondiale. Car à Londres, en 1940, les bombes nazies n’ont plus rien d’une abstraction…

Mon avis :

En lisant la quatrième de couverture de Black-out, je savais déjà que le récit allait me plaire. En commençant ma lecture, je suis tombée sous le charme, malgré les nombreux personnages présentés presque d’un coup. À la fin de ma lecture, j’étais un peu fâchée, l’histoire était coupé en plein milieu : je suis vite aller acheter la suite, All clear.
Le style d’écriture de Connie Willis est fluide. Les descriptions servent très bien le texte et permettent aisément de se mettre dans l’ambiance de l’époque visitée par les protagonistes, celle de la Seconde Guerre mondiale. Peu importe les connaissances du lecteur, donc, il est facile de comprendre le déroulement des événements narrés dans le livre, bien que l’époque ait été fort difficile.
J’ai beaucoup aimé l’idée de raconter la Seconde Guerre de l’intérieur, alors qu’elle est terminée dans le temps de la narration. Les protagonistes sont des historiens voyageurs qui reculent dans le temps afin d’étudier la période ciblée dans le but de pallier aux manquements des manuels d’histoire. Je trouve très intéressant cette idée de vouloir trouver la vérité derrière toutes les facettes d’un conflit aussi grand et sombre. Il s’agit vraiment d’une quête de vérité, et cette volonté des personnages m’a beaucoup plu. Ce qui est intéressant, aussi, c’est que ces chercheurs historiens ne peuvent/veulent (je ne prends pas de chance au cas où cela change dans la suite) pas modifier le passé qu’ils visitent. Cela génère beaucoup de craintes chez les héros quand les événements virent vers des sentiers dangereux, mais cela permet de coller aux réels faits historiques et de ne pas porter atteinte au sérieux qu’ils représentent.
Sinon, petite fantaisie de ma part, j’ai beaucoup aimé les implants électroniques que pouvaient avoir les personnages. Ces implants leur permettent d’assimiler en un seul instant une foule d’informations (les langues et les jargons, les adresses, les heures exactes des bombardements, etc.) et même de modifier leur voix lorsqu’ils en ont besoin afin d’avoir l’accent requis pour leur mission.
Enfin, j’ai tout particulièrement aimé lorsque les choses se sont mises à déraper. Je ne veux pas trop dévoiler d’informations, mais il s’avère que les personnages vivent un gros stress et sont menacés par les dangers de la guerre. Lorsqu’ils partent en mission dans le passé, il est hors de question qu’ils rencontrent des dangers. Sauf que, bien entendu, c’est ce qui se produit. Moi, cela m’a happée. Tellement que je me suis fait avoir par la fin du roman, une fin qui n’en est pas une. Parce que Black-out, c’est la première partie de Blitz. L’histoire est donc coupée en plein dans le feu de l’action, alors que le danger se fait de plus en plus présent. Ce n’est plus un choix : il faut lire la suite. Le plus tôt possible.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | 3 Commentaires

Un univers qui ne s’est pas encore totalement ouvert à moi

Neuromancien

Par William Gibson

Résumé en quatrième de couverture :

Jusqu’à aujourd’hui, Case était le meilleur hacker à croiser sur les autoroutes de l’information. Le cerveau directement relié à la matrice, il savait comme personne se frayer un chemin parmi les labyrinthes du cyberspace et pirater des données confidentielles pour le compte de ses clients richissimes. Mais il a commis l’erreur de vouloir doubler un de ses employeurs qui, en guise de représailles, l’a amputé de son système nerveux, le privant ainsi de son accès à la matrice. De retour dans la prison de chair de son corps, Case tente de s’échapper à nouveau par le biais des drogues, jusqu’à ce qu’une obscure conspiration lui offre une seconde chance… mais à quel prix?

Mon avis :

J’ai aimé lire Neuromancien, mais j’ai trouvé ma lecture difficile par moments. Je crois qu’il aurait mieux valu que je le lise en un seul coup, puisque je me perdais parfois entre les personnages et entre les univers (celui du réel et celui de l’informatique).
J’ai aimé ma lecture parce que je me suis plu à découvrir les personnages, tout particulièrement ceux de Case et de Molly.
Case est le personnage principal. Il est intéressant d’en apprendre sur son passé et sur ce qui l’a mené à accepter une offre dangereuse en échange de se faire rétablir les fonctions détruites de son système nerveux. Il est un peu un bad boy aux prises avec de gros défis pour retrouver la vie de pirate de l’information qu’il aime. Mais il n’est pas fermé comme une pierre. Dans le récit, il rencontre deux femmes. J’ai surtout trouvé intéressant de voir les effets qu’elles avaient sur lui tout au long du roman, alors qu’il suait abondamment pour accomplir sa mission.
Molly est l’une de ces deux femmes. Sauf qu’elle en jette, pour une femme. Ses yeux sont cachés derrière des miroirs incrustés à sa peau, des lames acérées sortent comme des griffes de sous ses ongles et elle a une horloge holographique interne qui lui permet de toujours savoir l’heure qu’il est. Et elle est très agile. Sa personnalité apparaît d’abord comme difficile. Puis, bien plus loin dans le récit, les événements font qu’elle se confie. Cela m’a donné vraiment envie d’en apprendre davantage sur elle. J’aurais aimé poursuivre le récit avec elle à la fin du roman. C’est une bad girl pleine de potentiel.
Sinon, comme je l’ai dit plus haut, ma lecture a été un peu ardue. Certains personnages sont réels tandis que d’autres sont des intelligences artificielles… en plus de ceux qui ont deux noms. Je me perdais par moments entre le réel et le virtuel du roman, parce que je baignais dans un univers de science-fiction que je ne connaissais aucunement. C’était difficile pour moi de me repérer avec tous les termes scientifiques qui s’ajoutaient aux lieux du récit sans qu’ils soient adéquatement expliqués. Cela faisait beaucoup d’information à assimiler, et cela a rendu moins accessible ma lecture. Mais cela ne m’a pas empêchée d’y prendre plaisir.
Dans l’ensemble, donc, j’ai apprécié le roman. Sauf que je crois que je vais devoir le relire pour pleinement le saisir. 😛

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :