Livres jeunesses

La section où il est question de livres pour les 8-16 ans (environ).

Un intéressant mélange de contes plus ou moins connus

Cloaked

Cloaked

Livre en anglais

Par Alex Flinn

Résumé en quatrième de couverture (traduction personnelle) :

Je ne suis pas un héro moyen. Je n’ai même jamais été moyen. Simplement un pauvre gars qui travaille dans une boutique de réparation de chaussures près d’une plage du sud, après l’école, pour aider sa mère à joindre les deux bouts. Mais un peu de magie a changé tout cela.
Tout a commencé avec un mauvais sort. Et le kidnapping d’une grenouille. Et une princesse particulièrement attirante qui m’a envoyé sur une mission de sauvetage.
Il n’y avait pas de marraine la bonne fée ni rien d’autre du genre. Et même si je suis tombé amoureux en cours de route, ce qui m’est arrivé ne ressemble à aucun conte de fée que j’aie pu entendre auparavant. Parce qu’avant que je m’en rende compte, je me prenais pour un espion avec un groupe de cygnes, je parlais (oui, oui, je parlais!) à un renard nommé Todd et j’étais pratiquement piétiné par des géants dans les Keys.
Vous ne me croyez pas? J’avais du mal à le croire moi-même. Mais vous verrez. Parce que j’ai su que c’était vrai dès l’instant où j’ai enfilé une cape.

Mon avis :

Cela faisait déjà quelques temps que je n’avais pas lu un livre en anglais ou qui soit dans l’univers d’Alex Flinn, et je me suis étonnée de si bien m’y replonger. Bon, il va de soi que je n’étais pas captivée dès le départ… mais j’ai fini par l’être, comme à chaque fois.
L’histoire commence simplement et de manière un peu clichée : le personnage principal rencontre, avec une chance immense, une fille qu’il trouve particulièrement belle et qui lui porte un intérêt marqué, contrairement à toutes les autres personnes que peut croiser le héros. Entre-temps, il a un ami beau gosse qui rafle n’importe quelle fille et une amie pour laquelle il ne ressent que de l’amitié depuis plusieurs années. Les dialogues et les pensées du protagoniste sont très peu recherchés. Tout est en surface et le personnage est plutôt caricaturé, trop simpliste et trop prévisible. Néanmoins, plus tard, on apprend à passer par dessus ces éléments et à apprécier le jeune homme de 17 ans.
La quête du héros est absurde, mais elle est construite dans le but d’inclure un maximum de contes peu connus ou populaires… ce qui fait que les événements sont tous pratiquement plus abracadabrants les uns que les autres. On en vient donc à très peu croire cette histoire ou à la trouver vraisemblable dans son absurdité. Mais cela se lit toujours bien (enfin, si on exclut les tentatives de l’auteure de faire transparaître les accents des personnages dans les dialogues, car c’était parfois difficile pour moi de décoder les mots).
Une fois que l’on passe par dessus tous ces éléments, la lecture de Cloaked devient plutôt divertissante. On s’amuse à tenter de découvrir quels sont les contes qui ont inspiré l’auteure dans ce roman et, si on devine aisément la conclusion des différentes péripéties, on prend plaisir à lire le déroulement de chaque événement.
Ma lecture de Cloaked n’était donc ni innovante, ni captivante à proprement parler. Néanmoins, elle m’a tout de même plu. C’était agréable à lire et cela m’a amusée (bien que le comportement des personnages me faisaient parfois tiquer).  Je suis donc tout de même curieuse de lire les autres romans d’Alex Flinn, tout particulièrement ceux qui seront plus récents et qui risquent, par le fait même, d’être plus aboutis.

Publicités
Catégories : Contemporain, Contes, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Retour au début de mon adolescence!

Un roman-savon

Par Geneviève Lemieux

Résumé en quatrième de couverture :

« Miss Bigoudis a l’excellente idée de perdre connaissance. Joe, sur sa chaise, vient de passer du gris tourtière au gris charbon. L’Italienne est déjà à genoux face à une sécheuse, agitée de tremblements. Reste le macho et moi.
Des feux rouges et bleus se mettent à tournoyer dans la fenêtre givrée. L’horreur de la situation m’apparaît enfin. Il est huit heures du soir, il fait noir. Nous sommes pris en otage dans une buanderette. Faut l’faire!
… C’est drôle comme la vie s’obstine à remettre sur le même chemin des gens qu’un univers aurait dû séparer. Ça doit être cela le destin.
La vie est un cycle. Un cycle de lavage, et pas toujours délicat.
Le cycle de lavage, le cycle de la vie. Tout ce qui est propre finit par se salir. C’est un éternel recommencement.
Ce fameux soir de décembre, bien malin celui qui aurait pu déceler le fil conducteur unissant l’agresseur à ses victimes. »

Mon avis :

Je me suis fait plaisir en lisant ce roman jeunesse pour la deuxième fois. La première fois, j’avais un peu moins de 12 ans. Je me souviens avoir véritablement adoré cette lecture à l’époque. Il y a quelques mois, l’occasion s’est présentée et je me suis acheté ce livre que j’avais autrefois emprunté à la bibliothèque.
Le livre vient dans une petite boîte cartonnée qui rappelle celle des boîtes de savon dans les buanderies, soit là où se passe l’essentiel de l’action du roman. Un endroit et une thématique (celle du lavage) que je n’avais jamais explorés en personne lors de ma première lecture. Aujourd’hui, en appartement sans mes parents, j’ai bien appris ce que c’était que de laver et relaver, de transporter son linge dans de gros sacs pour aller faire une brassée. Ma lecture était donc différente. Non seulement parce que je fais maintenant mon propre lavage, mais aussi parce que j’ai vieilli de plus de dix ans.
J’ai pris beaucoup de plaisir à relire ce court roman. Peut-être pas autant que la première fois que je l’ai lu, car cette expérience de lecture était unique, mais tout de même beaucoup. Je redécouvrais avec grand plaisir cette scène de prise d’otages dans la buanderie… et sa conclusion particulière. Je retrouvais des personnages que j’avais oubliés partiellement ou complètement. Pour ces derniers, je trouvais amusant de retrouver l’opinion que la narratrice se faisait d’eux d’abord en ne se contentant que des apparences, puis ensuite alors qu’elle apprenait à les connaître.
Le roman ne contient pas beaucoup d’action en soi après la fameuse scène de la prise d’otages. Il s’agit plutôt d’une histoire de révélations. Cela reste intéressant, tout particulièrement parce que cela montre très bien la relation entre les apparences et la réalité. C’est surtout de cela qu’il est question, en fait. Derrière une petite boîte de savon se cache un livre qui parle d’identité, de vérité et de bonheur.
Si la vie est un cycle de lavage qui n’est pas toujours délicat, il reste que le linge qui en sort sent toujours très bon! Et si ma lecture n’a pas été aussi magique que la première fois, j’ai tout de même rudement apprécié plonger mon nez dans ces pages qui sentaient bon les souvenirs.
Un roman-savon, c’est une lecture légère, facile, agréable. Cela se lit vite, c’est divertissant et tu en ressors avec un petit message chaleureux et encouragent sur la façon de voir les autres autour de toi. C’est très simple… mais, parfois, c’est tout ce qu’il faut.

Un roman-savon - boîte

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

La fin d’un diptyque en deux temps

The book of Ivy, tome 2, The revolution of Ivy
Par Amy Engel

Résumé en quatrième de couverture :

Au-delà de la barrière, l’hiver approche. Il va me falloir trouver des vivres, un abri. Et des alliés. Mais je dois aussi faire un choix : oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener la révolution?
Je ne suis plus une Westfall ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

Mon avis :

J’ai commencé ma lecture avec beaucoup d’appréhension. À la fin du premier tome, l’avenir d’Ivy est incertain. C’est sûr que, comme c’est l’héroïne, elle va s’en tirer et survivre. Toutefois, ce deuxième tome a bien réussi à me surprendre.
Ivy ne rencontre aucunement la facilité dans les premiers chapitres de cette finale. Là où elle se retrouve, de l’autre côté de la barrière, rien n’est tout rose. Ivy rencontre le danger sous de nombreuses formes et elle doit se battre pour assurer sa survie. J’ai bien aimé que le personnage ne soit pas du tout dans la facilité. Aucune épreuve n’est négligée et Ivy doit affronter chacune d’entre elles avec un courage tout nouveau. Un courage qui m’a même fait m’étonner et me questionner à mon propre sujet. Que ferais-je si je devais lutter seule pour ma survie? Étonnement, je crois que je vaincrais une majeure partie de mes peurs et que, même, j’y arriverais plutôt bien (et sachez que j’ai peur d’un tas de trucs! 😛 ).
Par la suite, le récit s’est un peu gâté à mon avis. Les événements sont devenus plus tranquilles, et les péripéties étaient moins dans l’action et davantage dans la réflexion. Ce n’était pas mauvais, non, mais je trouvais que le récit gagnait en longueur. J’avais hâte de retourner dans l’action!
Et j’ai été servie vers la fin du livre. C’était rapide, précipité, mais il était bien temps que les événements craints par Ivy se chamboulent et mènent à des conclusions difficiles (voyez tous les détours que je prends pour ne pas trop vous en dévoiler!). J’ai aimé cette action qui montrait Ivy en femme forte, courageuse et déterminée par ses convictions. Ivy donne, j’en suis surprise, une excellente leçon d’amour.
Je n’ai donc pas pleinement apprécié ma lecture, car la partie centrale du récit me semblait un peu longue. Néanmoins, j’ai eu de belles surprises, et le début et la fin du roman ont su brillamment capter mon intérêt, et ce, pour plusieurs raisons. Ce fut donc une agréable lecture et une belle découverte!

Catégories : Livres jeunesses, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Une dystopie agréable!

The book of Ivy, tome 1

Par Amy Engel

Résumé en quatrième de couverture :

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Mon avis :

J’ai régulièrement vu des avis de ce roman sur internet. Ces avis étaient très bons, ce qui a bien piqué ma curiosité. J’étais donc très tentée de découvrir l’histoire d’Ivy.  Lorsque j’ai vu que les deux tomes étaient parus en format de poche, je n’ai pas hésité et me les suis procurés d’un seul coup.
Ce premier tome était une lecture plutôt intéressante. Je dois avouer, par contre, que les premiers chapitres ne m’ont pas totalement captivée. Il était bien trop facile de deviner le déroulement des événements. Ivy marie un homme qu’elle ne connaît que de nom et a pour objectif prochain de le tuer. Facile de se douter de ce qu’il va se passer entre eux au fil des jours qu’ils auront à passer dans la même demeure.
Si j’ai trouvé la trame narrative trop prévisible, j’ai toutefois eu quelques belles surprises. Bishop n’est pas un jeune homme stupide. Bien entendu, je ne pensais pas que ce serait le contraire! 😛 Néanmoins, je ne croyais pas non plus que ce personnage questionnerait des sujets aussi profonds avec sa nouvelle épouse, dont celui du mariage lui-même. Le roman ayant été écrit il y a quelques années à peine, il traite de la vision actuelle des mariages, mais aussi des mariages forcés qui sont la norme de l’univers de Engel. Une norme qui, par le passé, fût également vraie… bien bien avant que je ne sois née. Ce jeu entre les générations, les traditions et le temps, je l’ai bien aimé. Ainsi que les autres questions importantes soulevées par le couple principal, comme la gestion des prisonniers, des violeurs, des assassins, etc. Cette question sera toujours d’actualité, peu importe l’époque à laquelle nous vivons. Et elle soulèvera toujours autant de débats.
Enfin, les derniers chapitres du roman m’ont particulièrement plu. C’est à ce moment que j’ai pu avoir quelques surprises, notamment sur le passé de la mère d’Ivy, mais aussi sur son choix pour « se sortir » de la situation dans laquelle elle se trouve. Ça m’a vraiment donné envie de lire la suite. Et je vais m’y mettre vraiment bientôt!
On se retrouve après! 😉

Catégories : Livres jeunesses, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | 3 Commentaires

Un petit dino bleu qui a beaucoup de courage!

Aventurosaure, tome 1, Le réveil de Rex
Par Julien Paré-Sorel

Résumé en quatrième de couverture :

Rex, un jeune dinosaure bleu, rêve de devenir le plus grand aventurier de tous les temps! En attendant, il cumule les petits boulots au village de Crétincia tout en prenant soin de son père, atteint d’une mystérieuse maladie. Survient alors un événement tragique qui précipite Rex dans une quête épique. Avec ses amis Patchy et Gogo, il voyagera aux quatre coins du grand royaume de Mézoïk. Que l’aventure commence!

Mon avis :

Je vous avoue que j’ai un faible pour les dinosaures, et c’est certainement parce que, toute petite, j’aimais particulièrement écouter les films de la trilogie originale de Jurassic Park. Mais j’apprécie aussi beaucoup les bandes-dessinées, et ce même si je n’en lis pas énormément (mon rythme de lecture pouvant être très élevé, et mon budget, trop bas). Ainsi, lorsque j’ai su qu’un gars, Julien Paré-Sorel, allait publier une BD de dinosaures, je ne me suis pas retenue et j’ai sorti mon argent! (J’ai même fait dédicacer mon exemplaire. 😛 )
Aventurosaure est une bande-dessinée jeunesse. Elle vise un public d’environ huit ou neuf ans. Le fait que j’aie près du triple de cet âge ne m’a pas empêché d’avoir du plaisir durant ma lecture qui, je dois l’admettre, s’est effectuée très rapidement.
Rex, le héros du récit, a  beaucoup de courage. À vrai dire, il en a bien plus que je n’en aurai jamais. Si une catastrophe se produit à son village, il ne se morfond pas et entreprend aussitôt la quête qu’on lui propose. Rex, jeune dino rêveur, n’hésite pas à transformer ses rêves en réalité. J’ai donc beaucoup d’admiration pour ce petit personnage et j’espère qu’indirectement il donnera envie à des jeunes de tenter l’aventure (avec de moins  grands dangers, bien entendu!).
J’ai donc bien apprécié ce personnage, même si je ne peux m’y identifier (je n’ai pas de dents aussi grandes et tranchantes, après tout!). Le trio de protagonistes est assez classique, caricaturé, mais bien plaisant. S’ajoute donc un dino costaud mais peureux et une femelle intelligente, herbivore et à lunettes. Pour le moment, la BD reste très en surface sur ces personnages. J’espère sincèrement en apprendre davantage sur eux dans la suite de la série, car, même si le public cible est très jeune, je crois qu’il est bien plus intéressant d’offrir des portraits de héros qui se démarquent par leur personnalité propre et leurs différences. Il faut aller au-delà des portraits typiques du gros peureux, de la maigre intello et du beau héros qui, nécessairement, arrivera au bout de ses aventures.
L’histoire, elle aussi, reste assez simple pour l’instant. Il se passe beaucoup de choses en 53 pages, c’est tout de même vrai. Et, si ce n’était de toutes les émotions que vivent les trois jeunes dinosaures, nous aurions l’impression de survoler l’aventure. Parce que les choses se déroulent à un rythme assez élevé. Nous avons à peine le temps d’assimiler les personnages, de faire des liens entre les lieux et les actions que l’aventure commence et que les héros affrontent leurs premières difficultés dans leur quête. C’est intéressant, mais c’est vraiment précipité à mon goût. Je me demande toutefois ce que j’en aurais pensé à huit ou neuf ans.
La coloration de la BD est, quant à elle, magnifique. C’est très coloré, ce qui capte nécessairement le regard des jeunes lecteurs. Les couleurs représentent très bien tantôt le danger, tantôt la tristesse. Et l’auteur a fait d’excellents choix pour son récit lorsqu’il s’est mis à jouer avec les blancs des cases et à en faire dépasser d’autres de leur cadre. J’ai particulièrement aimé me questionner sur les sensations qu’apportaient de telles décisions (sans doute est-ce à cause de la BD de Scott McCloud, L’art invisible).
Dans l’ensemble, donc, j’ai passé un agréable moment. Ma lecture a été rapide, divertissante et agréable. Je crois que j’aurais préféré un contenu plus recherché, plus adulte, mais je savais très bien que je n’obtiendrais pas cela en ouvrant ce livre. Toutefois, je me suis vraiment plu à mettre mon cerveau à off pour ce moment de divertissement.
Avez-vous d’autres lectures préhistoriques à me proposer? Parce que je suis très curieuse de découvrir d’autres histoires dérivées des dinosaures!

Catégories : Aventure, Bande-dessinée, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Prolongement estival

Our summer love

Par Takeru Furumoto

Résumé en quatrième de couverture :

7 ans après la mort de son amour de jeunesse, Naoto revient enfin sur son île natale. Il va retrouver par hasard la petite sœur de cette dernière, qui a bien grandi depuis son départ. À ses côtés, il va se remémorer ce tragique été qui a changé sa vie…

Mon avis :

Je vais être tout à fait honnête avec vous. J’ai été attirée par ce livre uniquement par sa couverture avec son effet métallique. Le livre était scellé en librairie, donc je n’ai pu le feuilleter (en fait, j’aurais pu ouvrir l’emballage, mais j’étais trop charmée ou trop paresseuse). Je trouvais la quatrième de couverture intrigante. Enfin, quand j’ai appris qu’il n’y avait pas de suite, c’était parfait pour moi. Je me cherchais un manga à lire sans être obligée d’acheter 87 tomes par la suite (One Piece, vous connaissez?). Our summer love s’est donc ramassé sur mes tablettes un très court moment avant que je ne me mette à le lire.
Ma lecture s’est faite toute en douceur sur quelques courtes soirées, un peu comme on étire l’été. C’est rare que je « mange » un livre aussi lentement, mais je crois que c’était un rythme bienvenu pour ce récit. L’histoire est toute délicate et est construite sous forme alternée entre le temps présent, qui met en scène le retour de Naoto sur l’île, et le temps passé, qui recrée tous les moments que le jeune homme a passé avec Mizuki, la fille dont il s’était épris.
J’ai apprécié ma lecture, mais j’avoue ne pas m’être attachée vraiment aux personnages. Je les ai aimé, je ne les ai pas détesté, mais ils ne m’ont pas véritablement rejointe. C’est peut-être parce qu’un manga se lit très rapidement et que, comme c’était ma première expérience d’un tome unique en manga, je n’ai pas su vite créer de lien avec les protagonistes. En fait, je crois que j’aurais bien aimé lire ce récit en roman, avec plus de descriptions et de développements. Parce que l’histoire, je ne peux le nier, est très belle.
Et vous, avez-vous lu Our summer love? Qu’en avez-vous pensé? Avez-vous eu le temps de vous attacher aux personnages? Je suis curieuse de comparer mon expérience à la vôtre!

Catégories : Livres jeunesses, Manga | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Disney, aujourd’hui

A kiss in time

A kiss in time

Livre en anglais

Par Alex Flinn

Résumé en quatrième de couverture (traduction personnelle) :

Talia est victime d’un mauvais sort… Jack rompt la malédiction.
On m’a prévenue de prendre garde au fuseau maudit, mais il était si enchanteur, si hypnotique…
Le jour où j’ai séché mon groupe touristique, j’étais à la recherche d’un peu d’aventure. Sauf que j’ai trouvé une ville dans le coma, en plus d’une très séduisante fille endormie, ce qui était bien loin de ce que j’avais en tête.
Je me suis réveillée à la même place, mais à un autre temps, par le doux baiser d’un étranger.
Je n’ai pas pu m’empêcher de l’embrasser. Parfois, on a juste besoin d’embrasser quelqu’un. Je ne savais pas que cela arriverait.
Maintenant, je suis dans un trouble immense parce que mon père, le roi, affirme que j’ai amené la ruine sur notre pays. Je n’ai pas d’autre choix que de fuir avec ce roturier!
Maintenant, je suis coincé avec une peste de princesse et un coffre rempli de ses bijoux… La bonne nouvelle : mes parents vont flipper!
Vous pensez que vous avez des problèmes? Essayez d’embrasser une hypnotisante beauté endormie qui se révèle avoir 316 ans. Un baiser peut-il tout transcender, même le temps?

Mon avis :

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette adaptation du conte de la Belle au bois dormant. Comme j’ai en grande partie grandi avec les films de Disney, les contes (dont ceux avec des princesses) captent rapidement mon intérêt et me replongent instamment dans l’enfance.
J’ai trouvé plutôt amusant de lire ce roman moins d’un an après le mouvement #metoo qui a fait fureur un peu partout. Pourquoi? Parce que la princesse, ici Talia, n’est pas consciente lorsqu’elle se fait réveiller par un baiser… et qu’elle n’est donc pas non plus consentante. Si le baiser est nécessaire à l’histoire, parce qu’il fait partie des grands moments du conte que nous connaissons toutes et tous, le héros masculin, ici Jack, ne peut s’empêcher de s’interroger sur son geste. Il ne pouvait pas s’en empêcher, comme l’indique la quatrième de couverture. Toutefois, même s’il trouve Talia très séduisante, il ne fera que la respecter par la suite. Les scènes sont un peu cocasses et permettent, sans en donner vraiment l’impression, de penser au consentement.
La narration du roman se fait en alternance entre Talia et Jack. J’ai trouvé cela très plaisant et amusant d’avoir les points de vue des deux personnages. Pourquoi? Parce que Talia se réveille 300 ans plus tard, dans un monde moderne où les gens s’habillent autrement (exit les grandes robes de bal qui couvrent toute la peau) et où tous les moyens de transport sont plus rapides que des calèches. 😛 La narration devient d’autant plus intéressante qu’elle permet d’expliquer les pensées et les agissements des deux héros. Ils ne réagissent pas de la même manière à leur environnement et aux codes de la société. La double narration permet de comprendre leurs paroles et leurs actions. À l’époque de Jack, l’époque actuelle, la solitude est de mise et tout le monde passe du temps devant son écran. À l’opposé, pour Talia, il n’y a que les rencontres et la parole qui comptent, puisqu’il n’est pas possible de faire autre chose. Les différences entre les protagonistes permettent, l’air de rien, de nous questionner sur notre rapport au monde (si! si!). Ce sont aussi ces oppositions qui leur permettent à tous deux de devenir de meilleures personnes.
Enfin, comme la malédiction est levée à la suite du baiser, le royaume de Talia devient peu à peu visible à la face du monde moderne. Durant ma lecture, je m’étais plu à imaginer ce qui pouvait advenir d’un tel endroit… à la fin du récit, j’ai été amusée de découvrir que j’avais visé juste. (Vous vous demandez de quoi je parle exactement? Eh bien, qu’attendez-vous pour lire le bouquin? 😉 ).
Au final, j’ai bien apprécié ma lecture et j’ai bien envie de plonger dans les autres remakes de contes d’Alex Flinn.

Catégories : Contemporain, Contes, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une fraction de douceur

Whispering — Les voix du silence, tome 2

Par Yoko Fujitani

Résumé en quatrième de couverture :

Depuis sa rencontre avec Daichi, Kôji envisage son quotidien d’un œil nouveau. Assumant désormais son pouvoir pour ce qu’il est, le lycéen veille avec bienveillance sur le petit garçon. Mais sa confrontation avec le père de ce dernier pourrait bien le surprendre… Pendant ce temps, dans l’ombre, un mystérieux individu semble s’intéresser aux capacités surnaturelles dont Daichi et lui font preuve. L’adolescent sera-t-il capable d’affronter les chamboulements que lui réserve encore le quotidien?

Mon avis :

J’étais plutôt intriguée lorsqu’est venu le temps de plonger dans ce deuxième tome de Whispering. Le premier m’avait plu et je me demandais si j’allais autant (et peut-être plus) aimer celui-ci.
Il s’avère, je crois, qu’il y a tellement de douceur et peu d’action au fil des pages que je ne peux être totalement captivée par le récit. Je me suis beaucoup plu à le lire, c’est vrai. Et puis, il faut dire que c’est un manga qui se dévore très rapidement. Toutefois, il manquait quelque chose pour que je sois pleinement scotchée au livre. L’ambiance est tellement douce qu’il n’y a aucune adrénaline à avoir, aucun stress quant à ce qui peut arriver aux personnages, très peu d’angoisse et d’inquiétude.
Le récit est très doux, et c’est agréable à lire. Les relations entre les personnages sont vraiment intéressantes et donnent envie qu’elles soient approfondies. Nous avons donc envie de savoir la suite afin de voir comment chaque relation évolue. Sincèrement, chaque personnage donne envie d’apprendre à le connaître. Même le chien Gonta! D’autant plus qu’il est possible de savoir exactement ce qu’il pense grâce aux deux « camarades de pouvoir ». J’aimerais posséder ce pouvoir pour communiquer avec mon chien. 😉
Ce que j’ai moins aimé n’est pas nouveau. En fait, ce sont des éléments qui étaient déjà présents dans le premier tome. D’abord, l’attitude de Kôji envers les filles. C’est un peu comique, je l’admets. Sauf que je trouve que ça contraste beaucoup avec l’ambiance générale du manga. Il devient gaga dès qu’il y a une joli fille. Et il se retient lorsqu’il est question de la mère du petit Daichi même si le père de celui-ci lui lance des piques pour tenter de lui faire dire les mauvaises choses. Sinon, ce qui m’a déplu concerne les dialogues, encore une fois. En général, j’arrivais très bien à savoir qui parlait. Mais j’avoue que je me suis perdue un peu pour quelques cases. Démêler les paroles n’était pas nécessairement très important, mais je trouve ça plus intéressant et plus agréable de savoir qui dit quoi.
Dans l’ensemble, j’ai donc passé un agréable moment de détente, même si je l’ai trouvé un peu court et imparfait. Je crois qu’il va falloir que je tente de ralentir ma vitesse de lecture lorsque je lis des mangas afin de pouvoir mieux les savourer. 😛

Catégories : Livres jeunesses, Manga | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Heureuse de ne pas en avoir fini avec cet univers

La Sélection, tome 3, L’élue

Par Kiera Cass

Résumé en quatrième de couverture :

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux.
America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du cœur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…

Mon avis :

Dès l’instant où j’ai ouvert le livre, je me suis retrouvée plongée dans l’univers de la Sélection. C’était très agréable de replonger si facilement dans l’histoire.
Le récit était intéressant, mais ne m’a pas énormément scotchée au livre. En fait, c’est la fluidité du texte qui m’a fait le dévorer rapidement (et j’ai réussi à ne pas négliger trop mon sommeil cette fois 😛 ).
J’ai trouvé un peu dommage de deviner quelques éléments du récit assez facilement. Tout particulièrement concernant les relations entre America, Maxon et Aspen. Je me gâchais quelques surprises. Si je me suis tout de même amusée à lire le tout, cela me faisait moins apprécier certains passages. Disons que j’avais parfois un peu de mal à croire aux sentiments des protagonistes.
Néanmoins, j’ai eu droit à quelques surprises. Si celle qui concerne la famille d’America s’est terminée sur une note un peu quétaine (ça n’est pas nécessairement négatif), j’ai apprécié (ne me tapez pas sur les doigts!) lire les « péripéties » lors de la cérémonie où Maxon a le devoir de choisir sa future épouse. J’ai moins aimé la mise à l’écart d’America, mais j’ai apprécié tout ce mouvement, que j’ai même trouvé un peu court.
J’ai du mal à faire mon avis sur la finale de la trilogie, puisque j’ai trouvé ça un peu simple, et ce malgré la promesse d’un avenir qui ne soit pas nécessairement toujours facile pour le couple final. Je me console en songeant que l’histoire de la Sélection ne se termine pas ici et que ma lecture peut se poursuivre encore pour deux tomes et quelques textes supplémentaires.

Catégories : Livres jeunesses, Romance, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Des personnages attachants qui agissent comme un aimant

La Sélection, tome 2, L’Élite

Par Kiera Cass

Résumé en quatrième de couverture :

La Sélection de trente-cinq candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de six prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illeá, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie.
Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales…
Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie…

Mon avis :

Après avoir lu le premier tome, je n’ai pas pu m’empêcher de plonger dans le suivant. Tout comme le précédent, ce roman se lit très facilement et se dévore en l’espace de peu de temps. Malheur à moi, je n’ai pas su résister et j’ai encore réduit une nuit de sommeil pour terminer ce livre. J’espère que ça ne paraît pas trop quand je suis au travail! 😛
Comme d’autres critiques de blogues l’ont mentionné, l’ambiance du livre est très près de celle de Royales. Cela ne me dérange pas du tout, puisque ce que je veux en ouvrant La Sélection, c’est trouver un peu d’amour et d’amitié.
Dans ce deuxième volume, il y a enfin moins de personnages inconnus. Comme les candidates sont moins nombreuses, nous apprenons à mieux connaître chaque protagoniste. J’ai trouvé ça plus agréable et cela m’a permis de mieux me familiariser avec chacun des personnages.
Parlant de personnages, je dirais que c’est ce qu’il y a de mieux dans le roman. Ce sont eux qui importent, que ce soient le Roi, le Prince, America ou les autres. Très vite, nous nous lions de sympathie avec la Reine, qui a vécu une histoire semblable à celle d’America et qui est à même de pouvoir comprendre son parcours. (Je dis nous, mais je parle surtout de moi, vous l’aurez compris.) Le Roi, lui, nous nous mettons rapidement à ne pas l’aimer. Il est sévère et cache de nombreuses choses. J’ai hâte de voir comment il agira avec America dans le troisième tome.
Concernant le Prince Maxon, mon avis ne cesse de diverger. Tantôt, son romantisme me fait fondre; tantôt, ses écarts de conduite me rendent jalouse pour America. Aspen, l’amant d’America, me rend encore plus mêlée. S’il est attentionné, ses décisions hâtives me font douter de ses réels sentiments. Enfin, je m’attache beaucoup à America, entre autres parce qu’elle est la narratrice, mais aussi parce que sa personnalité me rejoint par moments.
Je vous laisse ici, car je vais désormais plonger dans le troisième tome afin de découvrir tout ce qui va arriver à ces personnages que j’aime et que je déteste en alternance. 😉

Catégories : Livres jeunesses, Romance, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :