Livres jeunesses

La section où il est question de livres pour les 8-16 ans (environ).

Une histoire et des thématiques intéressantes

Gamer, tome 2, Dans l’arène

Par Pierre-Yves Villeneuve

Résumé en quatrième de couverture :

Les derniers jours n’ont pas été de tout repos pour Laurianne et ses amis, et les choses ne semblent pas près de s’améliorer.
Malgré les heures passées à tenter de découvrir qui sont les auteurs derrière la page Facebook qui rend la vie de Margot si misérable, Laurianne fait face à un mur. Elle devra peut-être chercher de l’aide dans les recoins les plus obscurs d’internet, avec tous les dangers que cela comporte.
À l’école, la peste de Sarah-Jade continue de régner en tyran, mais Laurianne a un plan pour la remettre à sa place. Seulement, elle ne peut pas impliquer ses amis, car ils pourraient tous avoir de sérieux problèmes.
Comme si ce n’était pas assez, on rapporte des événements inquiétants sur les serveurs de La Ligue des mercenaires… Des gamers racontent avoir été la proie d’attaques bizarres, aussi foudroyantes que dévastatrices. Si certaines théories sont farfelues, les plus sérieuses font froid dans le dos. Ce qui n’empêche pas les quatre amis de parfaire leur entraînement en vue du tournoi de la Ligue qui doit avoir lieu dans quelques jours. Si seulement ils savaient ce qui les attend…

Mon appréciation :

Encore une fois, je me suis bien divertie durant ma lecture de cette série. L’histoire, bien que pour un public plus jeune que moi, m’a plu du début à la fin.
Le roman commence avec une séquence de jeu vidéo où les personnages de Gamer vivent une situation de plus en plus complexe. Le passage s’arrête au point culminant, alors que tout semble voué à l’échec. C’est donc intrigant pour le lecteur, qui ne retrouve cette scène que bien plus loin dans sa lecture. Entre-temps, les rebondissements ne manqueront pas.
En effet, entre sa vengeance pour Sarah-Jade et ses sentiments complexes pour son meilleur ami, Laurianne a beaucoup à faire. Chaque péripéties est intéressante et donne envie d’avoir l’adolescente pour amie.
Différentes thématiques pertinentes sont abordées dans ce deuxième volume. Nous y trouvons des sujets qui touchent les jeunes. Ces sujets ne sont pas abordés en profondeur, mais leur mention permet tout de même une courte réflexion. L’un de ces thèmes concerne la possibilité qu’un parent se remette à fréquenter une personne à la suite du décès de sa moitié. Dans l’arène dépeint les émotions qui assaillent le parent et l’enfant lorsqu’ils rencontrent cette possibilité. Au final, nous en retenons le besoin de se confier l’un à l’autre pour se rassurer et mieux aller de l’avant. Un autre sujet concerne le fil mince entre l’amour et l’amitié entre deux jeunes qui se connaissent depuis longtemps. La conclusion de cette affaire dévoile qu’il faut toujours écouter sa tête et son cœur pour prendre les meilleures décisions qui causeront le moins de torts à chacun. (Ai-je piqué votre curiosité? Lisez le roman et vous saurez ce qu’il se passe réellement.)
En somme, j’ai bien aimé ma lecture. Le roman se lit vraiment très bien, son écriture est fluide, et le récit donne envie de poursuivre les aventures de l’héroïne. Il va donc falloir que je me procure les prochains tomes!

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une autre histoire bien intéressante

Sorcière, tome 13, Braver la tempête

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Il existe un endroit pour moi, quelque part. Des gens qui me comprennent et qui peuvent m’expliquer les mystères de mon passé.
J’ai parcouru un long chemin à la recherche de ce lieu.
Mais plutôt que d’y trouver le savoir ou la compréhension, je me suis butée au danger, à l’hostilité et à la peur…

Mon appréciation :

Surprise! Le tome tourne entièrement autour du personnage d’Alisa, qui a pris les rênes de la narration. Le volume précédent était donc une sorte de préparation à cette transition.
Fuyant sa belle-mère et le futur enfant qu’elle aura, Alisa décide d’en apprendre davantage sur sa famille maternelle. Son voyage, qui s’étend sur la longueur du livre, lui permet de faire des découvertes, des rencontres et des apprentissages à la fois intéressants et divertissants.
Nous sommes toujours en contact avec Morgan, mais cela est très secondaire. Morgan représente plutôt une figure modèle qui rappelle à Alisa, malgré sa fugue, d’être prudente et de rassurer son père. La thématique familiale est très présente dans le roman. Que ce soient les conflits familiaux ou l’acceptation de nouveaux membres à la famille, beaucoup d’éléments sont abordés par l’entremise des épreuves que rencontre Alisa.
J’ai bien aimé ce tome, qui faisait très différent. Bien que ce soit toujours un peu dommage de s’éloigner du personnage principal, les volumes qui s’écartent de cette ligne du récit amènent de nouvelles perspectives intéressantes à l’histoire. La série Sorcière n’est pas l’histoire d’une seule sorcière, mais bien celle de ce que c’est que d’avoir une identité de sorcière, quel que soit le personnage (Hunter, Morgan ou Alisa, jusqu’à maintenant). La vision d’Alisa sur son statut est bien différente de celle des autres personnages. Ses pouvoirs l’effraient.
Au terme de sa fugue, Alisa en ressort grandie. C’est ce que j’ai préféré. J’aimais voir comment ses pensées évoluaient selon les obstacles et comment la jeune fille prenait de la maturité.
Au final, j’ai sincèrement apprécié ce plongeon dans la famille maternelle d’Alisa. Plusieurs jeunes peuvent s’identifier au personnage, ce qui la rend encore plus intéressante.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Amitiés, famille et culture : un bon mélange!

Gamer, tome 1, Nouveau port

Par Pierre-Yves Villeneuve

Résumé en quatrième de couverture :

Sur les serveurs de La ligue des mercenaires, les gamers la connaissent sous le nom de Stargrrrl, une soldate redoutable, une combattante aguerrie, une dangereuse tireuse d’élite dont il vaut mieux ne pas se retrouver dans la mire.
Derrière ce visage se cache Laurianne, une jeune fille douée en maths et adepte de course à pied, qui partage le plus clair de son temps entre l’école et l’écran de son ordinateur.
Son univers s’écroule le jour où son père lui annonce leur déménagement.
À sa nouvelle école, tout ce qu’elle souhaite, c’est passer incognito, se fondre dans le décor, tel Arno Dorian. Peu de chance que ça arrive! Malgré tous ses efforts, Laurie n’arrive pas à garder sa langue dans sa poche et réussit le tour de force de se faire à la fois adopter par la gang des geeks et se mettre à dos la clique la plus influente de l’école.
Autour d’elle, les coups les plus tordus s’enchaînent, lui faisant souhaiter de retourner près de Sam, son meilleur ami, avec qui elle ne compte plus les heures passées à jouer à la Ligue, et le seul vraiment capable de lui faire oublier tous ses malheurs.

Mon appréciation :

Un roman pour adolescents qui use, comme point de départ, du déménagement et de la nouvelle école, c’est commun. Cependant, la série Gamer fait changement en instaurant une jeune fille de quatorze ans qui adore les jeux vidéos, la course, les séries télé et les personnages de comics. Si ce ne sont pas tous les jeunes lecteurs qui percevront les références disséminées dans le livre, ce sont justement ces références culturelles qui plairont aux lecteurs adultes.
J’ai beaucoup apprécié ma lecture. Laurianne est une protagoniste qui peut rejoindre plusieurs jeunes selon ce qui est évoqué dans le récit, et ce autant les filles que les garçons. On s’attache rapidement à l’héroïne aux goûts variés. Elle peut faire penser à soi par ses questionnements adolescents (amitiés, amours, alternance loisirs et études) et à d’autres par ses goûts (jeux vidéos, grand appétit, sports, etc.). Laurie a donc la capacité de plaire à tous les lecteurs.
Le personnage du père est aussi très plaisant. Gaffeur, drôle et attentionné, il donne envie d’en avoir un semblable ou d’en connaître un ainsi. Il me semble d’ailleurs plus facile à percevoir en tant qu’ami qu’en tant que paternel.
Enfin, la trame narrative en soi est assez intéressante malgré qu’elle présente des péripéties plus classiques des romans adolescents sous forme de journal. Ce qui différencie Gamer, cependant, mis à part son personnage geek, c’est l’intensité des péripéties (dont la rivalité de Laurie avec la fille la plus populaire de sa nouvelle école). Je ne veux pas révéler trop d’éléments, mais je dirais que cette série crée du nouveau avec du déjà-vu. Le roman se lit très bien et donne envie de lire la suite (ce que je ferai très certainement).

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un dernier tome assez agréable.

Les 5 derniers dragons, tome 12, L’oppression

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Olibert de la Source désire se venger d’un acte perpétré 150 ans plus tôt. Cette chance lui est offerte lorsque Galaad, chevalier d’Actinide, lui propose un rôle intérimaire à la succession royale. Aussitôt en poste, il décide que son statut précaire deviendra permanent.
Devenu roi, sa vengeance s’accentue. Lorsqu’il acquiert une chevalière aux propriétés mystérieuses, sa vengeance devient démesurée. Il cherche par tous les moyens à détruire le dernier symbole identitaire des enchanteurs à Dorado. Réussira-t-il à mettre son plan à exécution?
Entre-temps, les multiples vols de dragons ont réveillé l’instinct chasseur d’anciens ennemis, des êtres oubliés. Qui sont-ils?

Mon appréciation :

Le voilà, le dernier tome de la série des 5 derniers dragons.
En le prenant en main avant de débuter ma lecture, j’étais bien curieuse de découvrir comment les événements allaient se dérouler dans la conclusion de la série. En même temps, je savais que ce ne serait pas une véritable fin, puisqu’il y a un deuxième cycle à la série : L’ordre des 5 dragons (trois tomes sont déjà parus à ce jour).
Ce volume met principalement en scène le personnage d’Olibert. L’essentiel du roman tourne autour de son désir de richesse et de pouvoir. Ainsi, si l’on préférerait suivre davantage les aventures des jeunes héros, il faut patienter et en profiter par petites portions durant la lecture. Concernant ce roi qui oppresse tout le royaume, il faut dire que cela ne s’étend que sur ce tome. Il n’a pas véritablement le temps de faire du mal à la population. Je crois que j’aurais aimé que les choses deviennent plus ardues et que la situation soit davantage mauvaise et dangereuse.
J’ai cependant aimé quelques autres points du roman. D’abord, j’ai apprécié l’idée qu’il y ait à nouveau une course de dragnards d’organisée, comme c’était le cas dans le tout premier tome de la série. Cela crée une sorte de boucle avec le reste du récit, de sorte que le lecteur a vraiment le sentiment qu’un cycle de l’aventure se termine. D’ailleurs, parlant de cette fin, je dois admettre qu’elle donne envie de découvrir ce qui va se passer dans les tomes de la deuxième série de romans. Les personnages semblent totalement prêts à repartir à l’aventure, et le lecteur aussi.
Finalement, il y a un dernier petit bémol. Cela concerne l’épilogue, qui fait défiler très rapidement quelques années. Il est vrai que ce temps est plus ou moins pertinent, mais j’ai trouvé que cela allait vraiment vite. J’aurais probablement aimé avoir un peu plus de détails. Pour une fois que les personnages prennent une pause de leurs quêtes, le lecteur n’a pas trop l’impression qu’ils peuvent en profiter, puisque cela ne s’étale que sur quelques pages. 😛
Enfin, j’ai bien aimé ce dernier tome dans son ensemble. Il se lit bien, comme le reste de la série. L’histoire a de quoi plaire aux jeunes lecteurs et leur donner envie de s’embarquer dans une deuxième grande aventure avec le deuxième cycle. 🙂

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un entraînement poétique.

Paysage aux néons

Par Simon Boulerice

Résumé en quatrième de couverture :

Dans ce court roman découpé comme un programme d’entraînement, ponctué d’illustrations et de conseils nutritifs, Simon Boulerice met de nouveau en scène Léon Renaud, l’attachant protagoniste de Jeanne Moreau a le sourire à l’envers. On le retrouve deux ans plus tard, dans un gymnase où il lit de la poésie sur un vélo stationnaire. Il y fait la rencontre de Marky Mark, qui sculpte compulsivement ses muscles tandis que son petit frère perd l’usage des siens, et de Félindra, fée Adidas aux kilos en trop qui boit du Coke Diet en veillant à distance sur son bien-aimé.
Œuvre grave et drôle, tendre et grinçante, Paysage aux néons creuse les thèmes du corps et du désir chers à son auteur.

Mon appréciation :

J’ai bien aimé la plume de Simon Boulerice, dont j’avais beaucoup entendu parler par un collègue de travail mais dont je n’avais jamais essayée. Désormais, c’est chose faite : j’ai lu du Boulerice et j’en veux encore!
L’histoire est assez simple et douce. J’ai bien aimé la lire. Si je ne m’identifiais pas aux personnages, qui étaient tous très loin de moi, j’ai apprécié apprendre à les connaître tout au long de ma lecture. L’environnement, très sportif, m’a plu. Je ne suis pas très sportive, alors j’avais l’impression de m’incruster dans ce genre de quotidien et d’espionner un peu les protagonistes. Je me suis amusée.
Le récit est très bien présenté. Les chapitres sont découpés comme des fiches d’entrainement : au début de chacun d’eux, nous avons des indications pour réaliser un entraînement, puis c’est la narration qui prend le relais. J’adorais l’ambiance qui était ainsi crée.
S’ajoutait à cela tout le côté poétique. Chaque chapitre présente en exergue des extraits de poèmes. Cela donne l’impression au lecteur de lire ce que Léon aime. Qui plus est, comme la poésie est très importante pour le jeune homme, cela permet de faire un lien avec la conclusion du texte, où la forme de la narration change et se constitue de vers.
Finalement, j’ai bien aimé l’idée que l’histoire soit inspirée de gens réels. L’auteur en glisse un mot à la fin du livre et nous avise que nous pouvons aller regarder sur un site internet le travail d’un photographe à propos de ces personnes. Le roman ne fait donc pas simplement représenter le quotidien mesuré d’un adolescent, mais il permet aussi au lecteur de rencontrer, comme dans la vraie vie, des individus qui diffèrent tout en restant très humains.

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Un tome prévisible, mais qui reste tout de même intéressant

Sorcière, tome 12, Éclipse

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Tout est étrange et sombre autour de moi.
Je ne suis pas celle que je croyais.
Le danger est imminent : je le sais maintenant.
Toutes mes croyances au sujet de ma famille sont un mensonge.
Je peux y mettre un frein, mais impossible d’y arriver seule.
Comment vivre avec ce nouveau savoir?
J’ai besoin d’aide…
J’ai besoin d’aide…

Mon appréciation :

Dans ce douzième tome de la série, nous retrouvons le personnage de Morgane dans la narration. Cepandant, elle n’est pas seule. Le récit alterne en effet entre le personnage d’Alisa, qui a été découverte quelques tomes plus tôt, et celui de l’héroïne. Cette mise en opposition des deux jeunes filles permet, tout au long de la lecture, de faire ressortir leurs ressemblances.
Dans le même ordre d’idées, nous prenons beaucoup de plaisir à découvrir les racines d’Alisa et ce qui la distingue des autres protagonistes. Morgan ne devient alors plus le centre de l’attention. Alisa, qui restait auparavant en second plan, devient plus importante. J’ai trouvé intéressant la manière dont cela était amené.
Dans l’ensemble, cependant, j’ai trouvé que le récit était plutôt prévisible. La montée des événements était évidente jusqu’à la toute fin. Je n’avais donc pas de surprises quant aux dangers qui guettaient les personnages. Tout de même, je n’en aurais pas attendu moins de cette histoire, puisqu’elle serait devenue trop simple si les péripéties ne se seraient pas rendues jusqu’au bout. En gros, en tant que lecteur, nous savons qu’il faut que les personnages affrontent réellement le danger qui les guette.
Enfin, ce tome-ci accentue le fait qu’Hunter ait des différends avec le Conseil pour lequel il travaille. Les deux tomes précédents de la série commençaient déjà à montrer que les opinions d’Hunter divergeaient de celles de l’institution. Dans celui-ci, la confiance du jeune homme envers le Conseil s’effrite encore plus. Ces changements sont intrigants. Nous en venons à nous demander de qu’il va advenir de cette institution et comment les choses vont évoluer par la suite.
Dans l’ensemble, donc, j’ai apprécié ma lecture. Je n’ai pas été surprise, mais j’ai aimé apprendre à connaître le personnage d’Alisa. Je me demande d’ailleurs quel rôle elle aura dans les derniers tomes… ou si elle va retourner au peu d’importance qu’elle avait auparavant.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Un excellent roman pour ados!

Le suivant sur la liste (Intégrale qui comprend Le suivant sur la liste et La nuit des fugitifs)

Par Manon Fargetton

Résumé en quatrième de couverture :

Izia, Morgane, Timothée, Samuel, Nathan.
Cinq adolescents aux dons exceptionnels.
Cinq adolescents épiés, menacés, traqués.
Cinq adolescents qui doivent découvrir le secret de leurs origines s’ils veulent survivre.

Mon appréciation :

J’ai été agréablement surprise de ma lecture, que j’ai très bien appréciée. J’ai dévoré cette intégrale de deux livres de Manon Fargetton assez rapidement.
Le récit, très bien composé, est très vite accrocheur. Dès le départ, l’action s’enclenche. Nous avons tout juste le temps de découvrir quelques uns des personnages principaux que les épreuves happent les jeunes mentionnés dans le résumé du roman. J’ai beaucoup aimé ce rythme. Chacun des tomes se déroule en peu de temps et donne véritablement l’impression de suivre le déroulement des événements en temps réel, comme si l’on assistait au visionnement d’un film.
Le suivant sur la liste est également très intéressant sur le plan psychologique de ses personnages. Les romans sont narrés des points de vue des multiples actants. En tant que lecteur, nous pouvons découvrir davantage la personnalité des héros, comme des autres protagonistes qui les côtoient et qui jouent un rôle majeur dans l’histoire. La narration, bien que toujours omnisciente, permet alors l’identification aux héros parce que nous connaissons d’autant plus leurs sentiments et leurs pensées. Aucun des cinq jeunes n’est mis de côté au détriment des autres.
J’ai très apprécié l’entraide dont faisaient preuve les jeunes, qui ne s’étaient pourtant jamais vraiment parlé auparavant. En quelques instants, le besoin de s’allier était plus important que leurs différences. Un seul élément propre à leur identité les reliait et cela était suffisant pour faire du petit groupe une excellente équipe prête à affronter le monde entier (ou presque). De plus, cette entraide ne négligeait pas non plus les adultes. Souvent, les jeunes de romans se dissocient des personnages adultes pour affronter eux-mêmes les épreuves de la vie. Dans Le suivant sur la liste, la figure d’adulte est aussi montrée sous un aspect valorisant. Le lecteur peut prendre conscience que ces personnes peuvent apporter beaucoup, même si les relations avec ceux-ci ne sont pas nécessairement toujours évidentes.
Enfin, j’ai particulièrement aimé l’élément qui reliait les jeunes et tout le mystère qui y était associé. J’adorais en découvrir peu à peu davantage tout au long du récit… d’autant plus que les découvertes se font jusqu’à la toute fin. Et puis, l’idée que ce que vivent les héros de cette intégrale pourrait se produire dans un avenir plus ou moins rapproché m’a semblé assez pertinente. Les avancées technologiques et scientifiques sont souvent surprenantes, et leurs limites, comme le montre le roman, semblent indéfinissables.

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Un retour un peu particulier.

Les 5 derniers dragons, tome 11, Dracontia

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Malphas n’est plus que l’ombre de lui-même, cherchant l’apaisement et un second souffle. Isolé et bien caché, il reprend du poil de la bête à Dorado lorsqu’il entend dire qu’Andrick, le chef des chevaliers du pentacle, recherche une pierre noire connue sous le nom de dracontia; cette pierre lui permettra possiblement de réintégrer son corps délaissé depuis plus d’un siècle dans une crypte.
Alors, une lutte à deux s’engagera afin d’acquérir cette pierre. Qui des deux mettra la main sur la dracontia, cette pierre gardée secrète et bien camouflée à Dorado?

Mon appréciation :

Quelques mois ont séparé ma lecture du dixième tome avec celui-ci. J’ai donc eu un peu de mal à me replonger dans l’histoire, étant donné les nombreux personnages et les liens qui les relient chacun entre eux. Il n’empêche que je crois que je m’en suis bien sortie, puisque j’ai très rapidement terminé ce volume.
Concernant la forme du récit, j’ai apprécié la taille des chapitres, qui était généralement assez courte. Cela me permettait de les enchaîner rapidement les uns après les autres… et je dévorais d’autant plus vite ce petit roman. De plus, et cela n’est pas nouveau, j’ai bien aimé que certains chapitres varient sur le plan des personnages suivis. Ainsi, le lecteur passe d’un passage où l’attention est centrée sur les chevaliers du pentacle à un autre où elle se concentre sur Malphas, par exemple. Cela permet d’avoir un point de vue d’ensemble sur tous les éléments qui se produisent tout au long de la lecture et ne laisse que très peu de choses se produire en hors champ. Le lecteur peut se permettre d’être à l’affût de tout!
L’histoire en soi était aussi assez bien. Alors que nos héros sont de retour sur leurs terres, il apparaît que leur aventure n’est pas encore terminée (bien entendu, il reste un tome à la série 😉 ). Il semble rester encore quelques épreuves à réaliser, et cela intrigue quant à la suite de la série.
Le petit bémol que j’ai remarqué de cet avant-dernier tome était qu’il me semblait plus facile pour les héros que plusieurs autres. J’ai trouvé que les épreuves n’étaient pas aussi ardues pour les personnages que l’on suit depuis déjà longtemps. La réussite de la mission d’Andrick réside plutôt en une bonne chance qu’en quelque chose de réellement éprouvant. L’affrontement contre Malphas, lui aussi, ne semblait pas bien complexe. Je m’attendais donc à plus de la presque-fin d’une longue aventure.
J’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. La lecture est simple et toujours facile. Les dialogues ne sont pas vraiment plus matures, mais ils ont le mérite de divertir. J’ai bien hâte de découvrir ce que me réserve le dernier tome.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une lecture dans une lecture.

Sorcière, tome 11, Origines

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Mon nom est Rose MacEwan.
Nous sommes en l’an 1682.
Ce n’est pas une bonne époque pour les sorcières.
Et encore moins pour les Wodebayne.
À présent que j’ai trouvé mon âme sœur, je me sens presque en sécurité.
Je ferai tout en mon pouvoir pour le garder.
Je plains la sorcière qui essaiera de se dresser entre moi et mon grand amour.

Mon appréciation :

Comme pour le dernier tomeOrigines est bien différent de la trame narrative habituelle. Dans ce volume, ce ne sont que le prologue et l’épilogue qui mettent en scène les personnages de Morgan et d’Hunter. Le reste ou plutôt l’entièreté du roman se déroule dans le passé, avec Rose MacEwan, une ancêtre de Morgan. Cette histoire se présente sous la forme d’une lecture d’un journal pour les personnages principaux habituels.
Je dois admettre que j’avais un peu de mal, au départ, à me plonger dans ce récit bien différent. L’époque et tous les personnages sont nouveaux. Cependant, au fil de la lecture, j’en suis venu à apprécier davantage ce que j’avais sous les yeux.
Rose est un personnage de 17 ans qui désire trouver l’amour dans une société où les clans de sorcière se haïssent de plus en plus chaque jour. Nous le savons dès le départ, Rose va pencher peu à peu vers la magye noire. Ainsi, nous sommes intrigués, tout au long du livre, de découvrir comment Rose MacEwan va développer ce pouvoir et qu’est-ce qui va l’en motiver. Son innocence et sa bonne volonté, tout au long des épreuves, m’ont semblé une excellente façon de montrer l’attrait du pouvoir généré par la magye noire. J’ai donc assez apprécié le développement du personnage.
Ce que j’ai moins aimé, c’était que Morgan et Hunter soient complètement délaissés du tome. Ceux-ci lisent le journal de Rose, et ce, de façon continue. J’aurais apprécié une ou deux interventions, probablement. En même temps, je ne sais pas non plus ce que cela aurait pu amener à l’histoire.
Ainsi, j’ai bien aimé ma lecture. Mais j’ai surtout hâte de retrouver pour de bon les véritables personnages principaux de cette série. Si Morgan découvre davantage ses origines dans ce tome, c’est la manière dont elle va gérer cet apprentissage qui m’intéresse. À suivre dans le prochain tome, j’imagine! 🙂

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Changement de voix!

Sorcière, tome 10, Investigateur

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

J’aime Morgan.
Elle est mon âme sœur.
Mais je dois retrouver mes parents.
À présent, je détiens des renseignements.
Des pistes qui semblent prometteuses.
J’ai l’impression de m’approcher du but.
Mais suis-je assez fort pour supporter ce que je pourrais découvrir?

Mon appréciation :

Cela fait déjà quelques mois que j’ai lu le neuvième tome de cette série. Mais je dois admettre que je n’ai eu aucune difficulté à me replonger dans l’histoire.
D’abord, Investigateur est en quelque sorte en rupture avec les tous les précédents tomes de la série. Contrairement aux neuf autres volumes, celui-ci est raconté du point de vue de Hunter, le copain de Morgan. Pour la première fois, nous avons un accès complet à l’intériorité du jeune homme (nous l’avons déjà eu par intermittences avec des extraits de son livre des ombres). C’est très intéressant de découvrir l’entièreté de ses sentiments pour celle qu’il aime, mais aussi toutes les autres pensées qui le travaillent. J’ai, ainsi, bien aimé ce changement de voix qui permettait d’approfondir le protagoniste.
De plus, le roman ne se déroule pas au même endroit qu’à l’habitude. Hunter a l’occasion de partir à la recherche de ses parents et quitte donc Window’s Vale, mais aussi les États-Unis. Coup de chance, le personnage traverse la frontière et se retrouve au Québec, dans un type d’environnement qui est donc connu du lecteur Québécois. Si les passages où des personnages ont un dialogue en français laissent à désirer, le reste du voyage est divertissant. Allant du climat aux routes tortueuses, le lecteur retrouve des petits clins d’œils amusants.
Enfin, le récit en soi du roman est aussi intéressant. La relation qu’a Hunter avec son père est très complexe. Elle est aussi très peu aisée, et nous sentons combien cela affecte le jeune homme. Outre cela, Hunter a un travail d’investigateur à faire. Ce travail, le lecteur va s’en rendre compte, a un effet particulier sur la pensée de Hunter. Il suscite chez le héros des questions qui reviendront nécessairement dans les prochains tomes.
Ce dixième tome est bien différent des autres et donne bien envie de poursuivre la série pour en découvrir la conclusion, qui approche à grands pas.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :