Aventure

Ici se retrouvent les livres d’aventure! Une quête, des épreuves, des énigmes : une belle recette pour une bonne lecture!

Plus proche de l’enquête

Harry Potter, tome 6, Et le Prince de Sang-Mêlé

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley? Dans quels extraordinaires voyages au coeur de la mémoire va-t-il l’entraîner?

Mon appréciation :

Ouf… j’ai probablement fait une erreur en lisant tout de suite le sixième tome après le deuxième (j’ai tout de même visionné les films entre les deux), mais je n’avais pas le choix étant donné mon temps limité (cette lecture était pour un cours). Ainsi, j’étais confrontée à certains manquements dans mes connaissances de l’univers et des personnages. Cela m’a certainement nui un peu.
J’ai trouvé que le roman ne contenait pas énormément d’action, mais qu’il relevait plutôt de l’enquête. C’était intrigant d’amasser les morceaux du casse-tête de l’existence de Voldemort, mais cela manquait de piquant. Cela a changé à la fin du récit, mais j’ai trouvé que c’était tard.
C’est très drôle, car j’en ai certainement entendu parler à un moment où à un autre, mais je ne m’attendais pas du tout à la mort du personnage à la fin du livre. Il me semblait que tout devait réussir à Harry. Mais j’ai trouvé que c’était bien. Ainsi, ça ne peut qu’emmener le personnage et son aventure ailleurs. Plus précisément, cela peut le sortir du cadre trop scolaire des romans, où l’horaire des cours prend une place assez marquée.
Le début m’a un peu déçue à cause des enfantillages entre les personnages et leurs histoires de cœur. Je m’en lassais un peu, mais c’est peut-être à cause de mon âge au moment de ma lecture. Et aussi parce que je sais avec qui Harry et Ron vont finir la série. Ça ne m’intéressait donc pas beaucoup.
Ce que j’ai aimé, par contre, c’était le manuel scolaire que possédait Harry. J’aurais aimé ça, moi aussi, posséder un tel livre pour performer en classe. J’ai horreur d’abîmer, d’annoter ou de saccager un livre, mais je le trouvais plutôt intéressant et… pertinent. 😛
Ainsi, je n’ai sans doute pas apprécié ce roman à sa juste valeur. Tout de même, je vais probablement lire la suite, mais en passant par les tomes manquants cette fois-ci, lorsque l’occasion se présentera. 🙂

Voici la bande-annonce du film :

Publicités
Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

L’intérêt de Harry Potter commence lentement à se faire sentir

Harry Potter, tome 2, Et la Chambre des Secrets

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry Potter trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Mon avis :

La lecture de ce second tome m’a davantage plu que celle du précédent. L’histoire me semblait mieux écrite et moins enfantine, ce qui a rendu ma lecture plus agréable. Le récit s’attarde davantage sur les événements et donne moins l’impression d’une succession ininterrompue d’actions visant toujours le jeune Harry Potter. J’ai bien apprécié ce changement.
J’ai aussi aimé l’énigme que Harry et ses amis avaient à résoudre afin de découvrir le mystère de la Chambre des secrets. Il y avait toutes sortes d’éléments à analyser avant qu’ils ne trouvent l’entrée de la Chambre et ne sachent qu’elle bête s’y trouvait. J’aimais particulièrement voir que les détails qui faisaient partie du mystère de la Chambre et de son monstre soient bien disséminés tout au long du roman. Ainsi, les personnages qui semblaient aux premiers abords peu utiles avaient leur lot de sens (le jeune photographe, par exemple).
Je n’ai pas du tout aimé le professeur Gilderoy Lockhart, mais je reconnais qu’il amenait sa part de choses amusantes. Cet homme, qui pullule le ridicule, me déplaisait d’avantage que ça pouvait être le cas pour Harry et Ron.
Enfin, j’ai trouvé un peu cocasse et étrange la manie des personnages à être attirés vers l’infirmerie. Il me semble que depuis le premier tome, c’est un lieu plutôt fréquenté dans la série. 😛 Puis, je trouvais cela un peu drôle comme les protagonistes n’étaient pas vraiment affectés par les fantômes, par exemple. Ces créatures, qui circulent dans l’école, sont assez morbides, mais l’horreur de leur mort ne semble pas déranger du tout les étudiants de Poudlard.
Néanmoins, j’ai apprécié ma lecture. Je n’ai toujours pas le coup de cœur qu’ont eu nombreux de mes amis, mais je vais quand même poursuivre ma lecture.

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

J’ai enfin commencé à lire Harry Potter…

Harry Potter, tome 1, À l’école des sorciers

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom?

Mon avis :

Croyez-le ou non, je n’avais jamais lu un seul tome de cette série culte jusqu’à ce jour! Sa popularité, lorsque j’étais plus jeune, ne m’intéressait pas. Si je l’ai lu aujourd’hui, c’est parce que je devrai lire bientôt le sixième tome pour un cours sur les best-sellers.
J’ai eu du mal à embarquer dans l’histoire lors de ma lecture des premiers chapitres. Puis, à mesure que je lisais, je reconnaissais des choses que j’avais vues il y a longtemps dans l’adaptation cinématographique ou dans le jeu vidéo sous forme de Lego auquel j’ai déjà joué. J’ai donc surtout pris plaisir à découvrir l’origine de ces adaptations.
Ce premier tome, écrit pour des enfants de dix ans et plus, se lit très facilement. Certains événements se passent assez rapidement, probablement en raison du public cible. Une année scolaire complète s’écoule en quelques 360 pages, ce qui fait que les péripéties s’enchaînent les unes derrière les autres. Le lecteur ne peut donc pas s’ennuyer durant sa lecture. Ça n’est pas mauvais du tout comme idée, mais j’ai eu l’impression que le récit se déroulait en quelques semaines à peine et que cette suite d’actions donnait l’impression que tout arrivait à Harry, ce qui était plus ou moins crédible. L’épaisseur des tomes suivants me laisse présager qu’ils jouent sur la durée ou qu’ils accumulent les péripéties (à cela, j’imagine que nombreux sont ceux qui peuvent me répondre).
Sur le plan des personnages, il faut dire qu’ils sont plutôt attachants. Nous nous mettons rapidement à les apprécier. Harry et Ron d’abord, puis Hermione et Neville. Et même Rogue lorsque nous connaissons ses véritables motivations. Leurs personnalités et le cadre scolaire qui les entoure est sans doute ce qui contribue à fidéliser les lecteurs, qui peuvent se reconnaître ou reconnaître leurs proches en eux.
Je dois donc admettre que j’ai tout de même passé une agréable lecture malgré mes appréhensions. Avec tout ce qui s’est dit sur cette série et connaissant nombre de personnes qui en sont fans, j’avais certaines attentes. Je n’ai pas été trop déçue, mais je n’ai pas non plus été émerveillée.
J’imagine que je vais devoir lire et étudier les autres afin de forger mon opinion sur cette série phénomène qui ne cesse de trouver de nouveaux adeptes en librairie (la série complète se faisait offrir en cadeau durant les Fêtes, là où je travaille).

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , , | 2 Commentaires

Une relecture d’un roman de mon enfance!

Amos Daragon, tome 1, Porteur de masques

Par Bryan Perro

Résumé en quatrième couverture :

Amos Daragon, un brillant garçon de douze ans, devient malgré lui le premier élu de la nouvelle génération des porteurs de masques. Grâce à ses pouvoirs sur les éléments et aidé de Béorf Bromanson, un jeune garçon de la race des béorites capable de se transformer en ours, Amos parcourt les contrées étranges peuplées de créatures légendaires, à la recherche des masques de pouvoir.

Mon appréciation :

J’ai lu la série Amos Daragon pour la première fois alors que j’étais en secondaire un. La série était complètement publiée, ce qui a fait en sorte que j’ai dévoré chaque volume à la suite du précédent. Après quelques années, l’auteur a racheté les droits sur ses romans et a décidé de les rééditer lui-même. Aujourd’hui, la série est presque complète à nouveau.
En relisant ce premier tome, je me suis rappelé les souvenirs que ma première lecture m’avait donnés. Bien que j’aie acquis de la maturité avec le temps, j’ai tout de même su apprécier ce roman (mais peut-être un peu moins qu’à l’époque).
Le personnage d’Amos est doté de tous les talents, ce qui peut l’éloigner d’un adolescent réaliste. Cependant, nous ne pouvons lui en vouloir trop pour cette perfection, puisque nous restons curieux de savoir jusqu’où ces talents vont le mener dans ses aventures (et comme je les ai déjà lues, le héros a énormément de péripéties à surmonter). Le protagoniste de Béorf, quant à lui, est intéressant d’une autre manière, voire davantage. Son passé est complexe, ce qui en fait un être doté de plein de bonté et de défauts. En comparaison d’avec Amos, Béorf est plus humain.
Ce premier tome, qui est le tout début de la grande quête que doit entamer Amos Daragon pour acquérir un grand pouvoir, est suffisament intriguant pour mener à la lecture des suivants. C’est une bonne aventure qui m’a, à tout le moins, donné envie de relire la série afin de me rappeler le bonheur que j’ai déjà eu à le faire il y a quelques années.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un dernier tome assez agréable.

Les 5 derniers dragons, tome 12, L’oppression

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Olibert de la Source désire se venger d’un acte perpétré 150 ans plus tôt. Cette chance lui est offerte lorsque Galaad, chevalier d’Actinide, lui propose un rôle intérimaire à la succession royale. Aussitôt en poste, il décide que son statut précaire deviendra permanent.
Devenu roi, sa vengeance s’accentue. Lorsqu’il acquiert une chevalière aux propriétés mystérieuses, sa vengeance devient démesurée. Il cherche par tous les moyens à détruire le dernier symbole identitaire des enchanteurs à Dorado. Réussira-t-il à mettre son plan à exécution?
Entre-temps, les multiples vols de dragons ont réveillé l’instinct chasseur d’anciens ennemis, des êtres oubliés. Qui sont-ils?

Mon appréciation :

Le voilà, le dernier tome de la série des 5 derniers dragons.
En le prenant en main avant de débuter ma lecture, j’étais bien curieuse de découvrir comment les événements allaient se dérouler dans la conclusion de la série. En même temps, je savais que ce ne serait pas une véritable fin, puisqu’il y a un deuxième cycle à la série : L’ordre des 5 dragons (trois tomes sont déjà parus à ce jour).
Ce volume met principalement en scène le personnage d’Olibert. L’essentiel du roman tourne autour de son désir de richesse et de pouvoir. Ainsi, si l’on préférerait suivre davantage les aventures des jeunes héros, il faut patienter et en profiter par petites portions durant la lecture. Concernant ce roi qui oppresse tout le royaume, il faut dire que cela ne s’étend que sur ce tome. Il n’a pas véritablement le temps de faire du mal à la population. Je crois que j’aurais aimé que les choses deviennent plus ardues et que la situation soit davantage mauvaise et dangereuse.
J’ai cependant aimé quelques autres points du roman. D’abord, j’ai apprécié l’idée qu’il y ait à nouveau une course de dragnards d’organisée, comme c’était le cas dans le tout premier tome de la série. Cela crée une sorte de boucle avec le reste du récit, de sorte que le lecteur a vraiment le sentiment qu’un cycle de l’aventure se termine. D’ailleurs, parlant de cette fin, je dois admettre qu’elle donne envie de découvrir ce qui va se passer dans les tomes de la deuxième série de romans. Les personnages semblent totalement prêts à repartir à l’aventure, et le lecteur aussi.
Finalement, il y a un dernier petit bémol. Cela concerne l’épilogue, qui fait défiler très rapidement quelques années. Il est vrai que ce temps est plus ou moins pertinent, mais j’ai trouvé que cela allait vraiment vite. J’aurais probablement aimé avoir un peu plus de détails. Pour une fois que les personnages prennent une pause de leurs quêtes, le lecteur n’a pas trop l’impression qu’ils peuvent en profiter, puisque cela ne s’étale que sur quelques pages. 😛
Enfin, j’ai bien aimé ce dernier tome dans son ensemble. Il se lit bien, comme le reste de la série. L’histoire a de quoi plaire aux jeunes lecteurs et leur donner envie de s’embarquer dans une deuxième grande aventure avec le deuxième cycle. 🙂

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un retour un peu particulier.

Les 5 derniers dragons, tome 11, Dracontia

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Malphas n’est plus que l’ombre de lui-même, cherchant l’apaisement et un second souffle. Isolé et bien caché, il reprend du poil de la bête à Dorado lorsqu’il entend dire qu’Andrick, le chef des chevaliers du pentacle, recherche une pierre noire connue sous le nom de dracontia; cette pierre lui permettra possiblement de réintégrer son corps délaissé depuis plus d’un siècle dans une crypte.
Alors, une lutte à deux s’engagera afin d’acquérir cette pierre. Qui des deux mettra la main sur la dracontia, cette pierre gardée secrète et bien camouflée à Dorado?

Mon appréciation :

Quelques mois ont séparé ma lecture du dixième tome avec celui-ci. J’ai donc eu un peu de mal à me replonger dans l’histoire, étant donné les nombreux personnages et les liens qui les relient chacun entre eux. Il n’empêche que je crois que je m’en suis bien sortie, puisque j’ai très rapidement terminé ce volume.
Concernant la forme du récit, j’ai apprécié la taille des chapitres, qui était généralement assez courte. Cela me permettait de les enchaîner rapidement les uns après les autres… et je dévorais d’autant plus vite ce petit roman. De plus, et cela n’est pas nouveau, j’ai bien aimé que certains chapitres varient sur le plan des personnages suivis. Ainsi, le lecteur passe d’un passage où l’attention est centrée sur les chevaliers du pentacle à un autre où elle se concentre sur Malphas, par exemple. Cela permet d’avoir un point de vue d’ensemble sur tous les éléments qui se produisent tout au long de la lecture et ne laisse que très peu de choses se produire en hors champ. Le lecteur peut se permettre d’être à l’affût de tout!
L’histoire en soi était aussi assez bien. Alors que nos héros sont de retour sur leurs terres, il apparaît que leur aventure n’est pas encore terminée (bien entendu, il reste un tome à la série 😉 ). Il semble rester encore quelques épreuves à réaliser, et cela intrigue quant à la suite de la série.
Le petit bémol que j’ai remarqué de cet avant-dernier tome était qu’il me semblait plus facile pour les héros que plusieurs autres. J’ai trouvé que les épreuves n’étaient pas aussi ardues pour les personnages que l’on suit depuis déjà longtemps. La réussite de la mission d’Andrick réside plutôt en une bonne chance qu’en quelque chose de réellement éprouvant. L’affrontement contre Malphas, lui aussi, ne semblait pas bien complexe. Je m’attendais donc à plus de la presque-fin d’une longue aventure.
J’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. La lecture est simple et toujours facile. Les dialogues ne sont pas vraiment plus matures, mais ils ont le mérite de divertir. J’ai bien hâte de découvrir ce que me réserve le dernier tome.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un tome un peu particulier.

Les 5 derniers dragons, tome 10, Le soleil noir

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les chevaliers du Dragon rouge, maintenant appelés les chevaliers du Pentacle en raison du pentacle reconstitué, sont sur le point d’arriver à Dorado en compagnie des cinq derniers dragons. Rencontrant de nombreux obstacles à la Terre des Cinq Peuples, ils ignorent que de sombres projets se déroulent sur leur terre natale.
En effet, Launa et son frère Wilbras VI cherchent à déloger leur mère du trône. Tous les deux assoiffés de pouvoir, ils utiliseront tous les moyens malhonnêtes à leur disposition.
Tout à fait par hasard, la princesse découvre un excellent moyen pour accéder à la couronne royale. Une créature plus que mystérieuse lui facilitera la tâche.
Il n’y a pas qu’à Mysriak qu’une quête de pouvoir se poursuit. À la Terre des Cinq Peuples se déroulera une bataille singulière sous un soleil noir.
Comme un malheur n’arrive jamais seul, Andrick et les chevaliers du Pentacle auront encore des difficultés à surmonter lorsque Adora, à la recherche de son frère Galdor, dévoilera un secret qui contrariera l’humeur de la troupe. À vous de découvrir ce terrible secret!

Mon appréciation :

Mon avis sur ce dixième tome de la série est un peu mitigé. Il tangue entre le plaisir de la lecture et l’incompréhension derrière les motivations de certaines scènes du récit.
Tout d’abord, la troupe d’Andrick, lors du chemin du retour, se voit le « bonheur » de posséder la chance de se venger de petites créatures qui leur ont causé problème durant leur premier passage. Il faut dire que le groupe réfléchissait véritablement avec un esprit enfantin qui ne pèse pas réellement l’impact des décisions. De ce fait, il a été convainc qu’il y aurait une bataille (ceci n’est pas une grande révélation considérant le résumé du tome). Ainsi, j’ai trouvé que la justification de cet acte (d’ailleurs trop violent à mon goût) n’était pas très raisonnée.
Considérant cela, je trouvais que les dialogues et les réflexions des personnages n’étaient pas toujours très matures. Pourtant, les personnages ont tellement vécus d’aventures qu’ils devraient avoir appris à songer aux conséquences de leurs actes, entre autres.
Le personnage de Launa ne m’a pas autant plu qu’à l’habitude dans ce volume. Launa a des envies de meurtres qui m’ont un peu perturbées. Je ne m’attendais pas du tout à cela de la part d’un si jeune personnage. Pareillement pour sa soif de pouvoir qui semble la consumer.
Tout de même, la lecture du livre se fait toujours aussi facilement que les autres tomes de la série. L’histoire reste intrigante. On se demande comment le tome, voire la série entière, va se terminer.
Finalement, j’ai trouvé intéressant l’idée que la dragonne Draha éprouve des sentiments de tristesse. Par contre, cela n’a pas mené là où je m’y attendais et où je l’aurais voulu. J’avais un peu plus d’attentes envers la créature.
Il n’empêche que ma lecture était assez bien, malgré tous ces éléments qui m’ont fait tiquer. Cela justifie mon avis mitigé. Je ne suis cependant pas moins curieuse de lire la suite.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Un tome qui contient davantage d’action!

Les 5 derniers dragons, tome 9, Le sacrifice

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Depuis qu’Andrick est le porteur du pentacle, Nina le trouve étrange. Surtout qu’un matin, il leur annonce d’une voix grave : « Attendez-vous à des sacrifices! »
Depuis le début de leur aventure, chacun pense en avoir assez fait. Désenchantée, sa sœur jumelle se demande si ce pentacle pendu au cou de son frère lui donne la capacité d’anticipation. Elle ne peut se résoudre à ce qu’un gros sacrifice soit sur le point d’être demandé à tous. Et encore… le mot « sacrifice » comporte une certaine ambiguïté. Serait-ce un sacrifice comme un acte de bravoure, de dévouement, ou bien le sacrifice d’un être cher à un dieu? Cette idée la fait frémir.
Bien des surprises attendent les chevaliers des cinq derniers dragons de retour au pays des Elfes, dont une surprise de taille, celle d’une légende. Quelle est donc cette légende? Et surtout, de quel sacrifice est-il question?

Mon appréciation :

Ce neuvième tome, comparativement à d’autres de la série, contient une plus grande part d’action et une tonalité un peu plus mature. Cette augmentation de la présence de l’action dans le roman est certainement provoquée par les dragons, désormais libérés de leurs porteurs respectifs. N’ayant plus personne pour tenter de les contrôler directement, ils deviennent alors aussi dangereux que des dragons devraient l’être. Après tout, ces créatures inspirent très souvent la terreur. Il doivent entre autres se nourrir… Le lecteur devient alors le témoin de la violence de ces bêtes lorsqu’elles sont affamées.
Par contre, si certaines scènes acquièrent de la maturité, ce n’est toujours pas le cas pour les dialogues et les relations entre les personnages. Cela reste encore un peu enfantin.
J’ai été bien heureuse de découvrir que les protagonistes affrontaient un réel danger dans ce roman. Pour une rare fois, on s’interroge sur leur vie, leur santé et la possibilité qu’ils ont de se sortir de leur situation. En effet, la troupe, à son arrivée à la Terre des Elfes, se mérite un accueil qui est loin d’être très chaleureux. Ils sont traités comme des bandits.
Le titre de ce livre évoque le sacrifice. La curiosité est donc piquée et le lecteur se demande quel va être ce fameux sacrifice. Du moins, c’était le cas pour moi. Je m’attendais à plus de ce sacrifice qui, au final, n’était pas très gros.
D’autres détails m’ont chicotée, comme l’utilisation étrange des pouvoirs des enchanteurs alors qu’ils étaient faits prisonniers, de même que la légende concernant la grand-mère d’Adora. La vieille dame est captive d’un endroit particulier et aucune troupe de soldats n’a tentée de la sauver avec des méthodes très offensives.
Néanmoins, j’ai surtout aimer la présence de l’action et du danger dans ce volume de la série. C’est ce qui s’est davantage démarqué dans ma lecture et c’est ce que j’ai préféré.
Plus que trois tomes des 5 derniers dragons à lire. Comment l’histoire va-t-elle se terminer?

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Un tome qui plaît davantage!

Les 5 derniers dragons, tome 8, Le destin de Rajni

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Jamais les porteurs de dragons n’auront été si près d’acquérir cette précieuse liberté. Pourtant, une hantise obsède Inféra : l’image de Waldo possédé par le diable. Elle craint que cette entité soit encore là, à la Terre d’Achille. Andrick fait tout pour la calmer, mais Arméranda le ramène à la réalité. D’une voix grave, elle déclare : « Elle a raison. Cette entité n’est peut-être pas partie après tout. Nous n’avons rien fait pour nous en assurer. » C’est la triste vérité.
Satant nourrissait l’espoir de diriger d’une main de fer son empire infernal, mais sa confiance envers Belzébuth s’est effritée puisqu’il n’a pas réussi sa dernière mission : celle de construire une tour de 66 mètres. Aussi, Belzébuth ajoute deux promesses pour adoucir la colère de son prince : celle d’un suppôt, Rajni, l’enfant de Purnima, et le chaos à Nourem. Pour ce faire, Belzébuth prend possession d’un dragon, mais la bête est loin d’être docile.
Réussira-t-il à la maîtriser et à accomplir ses actes funestes? Les chevaliers du Dragon rouge parviendront-ils à contrecarrer ses sombres projets? Vous le saurez en suivant les nouvelles péripéties de la troupe sur le chemin du retour.

Mon appréciation :

Pour ceux qui suivent mes avis depuis le premier tome de la série Les 5 derniers dragons, vous savez que je fais régulièrement l’observation qu’il manque d’éléments de résumé dans chacun des volumes pour éviter des petits oublis et plus aisément retomber dans l’histoire. Eh bien! ce ne fut pas le cas dans ce huitième volume! Enfin on me rappelait quelques éléments des tomes précédents. Ces détails étaient tout à fait pertinents, puisque j’en aurais oublié autrement. Cela m’a permis de bien suivre le fil du récit sans toujours me questionner sur les tomes qui étaient plus loin dans ma mémoire.
Mon intérêt pour ce tome était beaucoup plus élevé que pour le précédent. Comme la réunification du pentacle des cinq dragons est au centre du roman, j’étais bien intriguée de savoir ce qu’il adviendrait des héros une fois l’action faite. Là encore, toutes les réponses ne m’ont pas été données, ce qui fait que je suis curieuse de découvrir la suite.
Bien entendu, il y a encore des éléments qui m’ont moins plu. J’ai trouvé que Belzébuth, qui refait surface, était trop facilement contré. Il n’avait même rien de réellement effrayant, puisque s’il ne réussit pas ses missions, il a aussi un comportement un peu enfantin. Cette attitude se retrouve pareillement chez les autres créatures de Satan présentes dans le tome, de même que chez certains de nos héros (dont quelques uns ont pourtant la maturité requise pour être déjà mariés).
Finalement, les dernières pages du roman ont amené différentes interrogations qui donnent envie de lire le neuvième volume de cette série. D’abord, nous sommes intrigués quant à la personne de Philémon (le rat Picou) et nous voulons en apprendre plus sur lui. Mais encore, Andrick s’est vu donner un nouveau rôle dans l’équipe des héros. Il y a de quoi se demander en quoi cela consiste!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Difficile d’enter dans la suite.

Les 5 derniers dragons, tome 7, Un vent malsain

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les porteurs de dragon sont à la limite de leur temps et un rien semble les contrarier. En plus de ce vent malsain qui souffle, ils devront affronter un océan qui se lézarde comme à tous les printemps lors d’un dégel normal et attendu.
Pendant qu’Andrick essaie de calmer les porteurs et le reste de l’équipage, la princesse Launa, à Dorado, craint un malheur pour ses deux dragonneaux noirs. Là aussi, un vent malsain flotte dans les airs du pensionnat ainsi qu’au château Mysriak. Fort heureusement, Frankie Dévi veille au grain. Toutefois, Pacifida aura toutes les misères du monde à contenir l’excitation de sa classe lorsqu’une séance de dressage des jeunes dragons est annoncée.
De multiples surprises et rebondissements s’annoncent à l’horizon avec Launa et ses dragons ainsi qu’avec Spino, ce fougueux dragon rouge aux intrigues amoureuses compliquées. Ce dernier donnera du fil à retordre à Andrick et à sa porteuse.

Mon appréciation :

À chaque fois que je retombe dans cette série, je dois faire un effort pour me remémorer les événements des tomes précédents étant donné l’absence de retours sur ces aventures. Comme il y a plusieurs personnages, je m’y perds un peu au début. Surtout du côté de l’équipe des chevaliers et des porteurs de dragons, puisqu’ils sont plus nombreux. D’autant plus que la narration était moins centrée sur ceux-ci dans ce volume. En effet, l’intrigue principale semblait être celle de la princesse Launa.
De ce fait, je portais donc plus d’intérêt envers la jeune fille qu’envers les autres, qui me donnaient l’impression de stagner un peu. Leurs aventures étaient moins rocambolesques que dans certains tomes précédents (heureusement, le huitième tome promet beaucoup à ce sujet).
Le roman se lit toujours très facilement et est une bonne suite des six premiers volumes. La plume est plutôt fluide et simple, ce qui permet de bien suivre le développement du récit. Certaines structures de phrase me semblaient par contre un peu plus boiteuses, mais cela n’empêchait pas la compréhension du message qui était divulgué.
Comme le titre le sous-entend, quelque chose de malsain entoure les protagonistes. Ce vent qui est évoqué concerne très certainement la grande présence de jalousie. Je l’ai trouvée un peu trop marquée. J’ai eu le sentiment que cela ajoutait une touche plus enfantine au texte, qui, à mon avis, n’en a pas besoin pour être un bon livre jeunesse. L’Histoire le montre : les classiques de la littérature jeunesse que l’on connaît aujourd’hui étaient autrefois des romans pour adultes que les jeunes dévoraient pourtant avidement (je pense entre autres à Robinson Crusoé).
Au final, j’ai moins apprécié ce septième tome. Il n’empêche que je lirai la suite, puisque d’autres tomes m’ont plu et m’en avaient déjà donné envie. Je suis une femme très curieuse. 😛

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :