Policier

Une catégorie où l’on retrouve la littérature policière pour la jeunesse. Des enquêtes, des morts à élucider, etc.

Une séquestration plus que particulière

La cave

Par Natasha Preston

Résumé en quatrième de couverture :

Il m’appelle Lilas.
Depuis des mois il me garde enfermée dans une cave avec trois autres filles : Rose, Iris et Violette.
Nous sommes ses jolies fleurs, sa famille idéale.
Nous devons être parfaites, ou il nous tuera.
Mais je suis Summer, quoi qu’il en dise.
Jamais je ne baisserai les bras. Je sortirai de là.
Imaginez une maison comme n’importe quelle autre.
Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire.
Derrière cette armoire, une porte.
Et en bas, une cave.
Une cave où sont séquestrées quatre filles.
Avant, Lilas s’appelait Summer.
Elle avait des parents, un frère insupportable, des copines, un petit ami. Elle fera tout pour les retrouver.

Mon avis :

J’ai repéré ce livre des sa sortie en grand format sur les tablettes des librairies, il y a plusieurs mois. Cette sombre histoire m’intriguait. J’avais déjà lu des romans mettant de l’avant des scènes d’enlèvement, voire même un livre entier portant sur la recherche d’une enfant kidnappée. Cependant, cette fois-ci, j’avais la perspective de la personne séquestrée. Cela m’a pris du temps avant d’acheter ce roman, mais je l’ai maintenant lu! (Et je m’excuse d’avance pour la longueur de cet avis! 😛 )
Nous n’attendons pas longtemps avant que les choses sérieuses ne se passent. En effet, Summer est kidnappée dès le premier chapitre du roman! L’auteure ne tarde pas à nous faire plonger au cœur du récit, sans trop prendre le temps de camper tous les personnages présents dans l’entourage de l’héroïne. J’ai apprécié cette absence de détails. Quand nous sommes attirés par un livre qui aborde l’enlèvement et la séquestration, nous ne souhaitons pas tergiverser sur des détails de la vie d’adolescente.
Nous prenons aussi rapidement conscience de l’endroit et de la situation dans laquelle Summer a été emmenée contre son gré. Séquestrée avec trois autres filles, elle fait désormais partie de la « famille parfaite » du kidnappeur. Il lui faut utiliser un nouveau nom, celui de Lilas, mais aussi agir comme le kidnapper le demande, au risque d’être la proie d’une de ses colères incontrôlables… et trop souvent meurtrières. S’ajoute à ce cauchemar un degré supplémentaire d’horreur. Si le bourreau tombe amoureux de sa « protégée », il l’emmène dans une chambre spécialement dédiée pour avoir des rapports sexuels.
Mais ce n’est pas tout! Car ce qui empêche le plus les filles de tenter de s’évader, c’est le côté meurtrier de leur ravisseur. Sans en dévoiler trop, je vais simplement dire qu’elles ont le malheur d’assister à des scènes épouvantables qui ont de quoi freiner l’envie de s’échapper avant même de le désirer.
Parlant de ces tentatives d’évasion… La première, bien que réalisée impulsivement, ne m’a pas déplu. Elle a parmi de mesurer combien l’homme est maléfique et ce qu’il est prêt à faire pour obtenir sa petite famille parfaite.
La seconde tentative était moins intéressante. Trop similaire à la première, je n’en ai pas réellement vu l’intérêt. À mon avis, il aurait soit fallu qu’il se passe davantage de choses dans ce passage, soit que la tentative soit tout simplement repoussée à un autre moment du récit pour être mieux travaillée.
Finalement, l’absence d’une tentative d’évasion bien calculée m’a un peu déçue. Il a fallu que les personnages soient acculés au pied du mur pour tenter un petit quelque chose… qui n’a d’ailleurs pas pu être complété.
Parlant de la fin du récit… Il va de soit que Summer, protagoniste principale, se sort de sa situation étant donné qu’elle raconte son histoire. Elle se fait donc porter secours, mais nous ne savons pas exactement ce qui a poussé ses sauveurs à passer à l’action. Nous ne savons pas quel à été l’élément déclencheur, et ce manque de précision, à mon avis, rend le sauvetage un peu superficiel. (Pour ceux qui ont lu le roman, vous comprendrez peut-être ici que je parle de procédures un peu trop expéditives.)
Enfin, la phase de retour à la normale pour Summer m’a laissée un peu perplexe. Soudainement, celle qui refusait le plus l’endroit dans lequel elle était confinée durant plusieurs mois avait désormais du mal à quitter ce qui s’y rattachait. J’ai trouvé ce changement un peu soudain et étrange. Un peu désagréable, même. Et chaque chapitre de ce retour à la « normale » présentait beaucoup de répétitions. Une narratrice qui ne cesse de se répéter que rien ne sera plus pareil, qu’elle a été salie, qu’elle n’est plus la même, que son copain ne peut être qu’amoureux de celle qu’elle était avant, etc. C’était un peu dérangeant.
Et, mis à part les difficultés à reformer les liens avec ses proches, Summer n’a pas de véritables traumas. Elle n’est plus calculée comme une horloge pour se laver, par exemple, et reste de sang froid en regardant un film d’horreur qui aurait dû lui rappeler d’atroces scènes dans la cave. Je trouve très étrange qu’elle n’en fasse pas de cauchemars…
Enfin, dans l’ensemble, j’ai bien apprécié ma lecture. J’ai surtout eu quelques problèmes avec les derniers chapitres… et j’espère ne pas trop en avoir révélé à ce sujet pour ceux qui souhaitent lire le livre, car il reste intéressant dans son ensemble (nous sommes même quelques fois dans la tête du ravisseur!).

Catégories : Contemporain, Livres jeunesses, Policier | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Un policier jeunesse qui exploite une thématique forte

15 ans ferme

Par Laurent Chabin

Résumé en quatrième de couverture :

Un violent incendie, avenue Victoria à Westmount. Une folle poursuite à travers Montréal. Un riche avocat et sa femme retrouvés morts dans leur résidence. Un être fragile caché dans un bosquet du quartier Saint-Henri, la peur au ventre. En voilà assez pour que Sara, l’héroïne du roman Les Trois Lames, se sente interpellée et décide d’aider la victime. Mais qu’est-ce qui peut bien unir un riche homme d’affaires, son épouse et des immigrants clandestins?
Un jeu de pistes qui tient en haleine du début à la fin. Une intrigue habilement ficelée et des personnages qui se cachent derrière des apparences trompeuses. Un récit qui laissera constamment le lecteur dans le doute et que dévoreront les amateurs de romans policiers.

Mon appréciation :

Je n’ai pas lu le roman précédant celui-ci. Je n’avais jamais lu de romans de Laurent Chabin auparavant, non plus. Pourtant, cet homme a écrit une multitude d’œuvres policières, autant jeunesses que pour adultes. On m’a mis ce tome entre les mains dans l’objectif de l’analyser. Néanmoins, comme c’est un roman jeunesse, je me suis tout de même amusée à le lire avec les yeux que j’aurais eus adolescente.
L’une des particularités de ce livre est que la narration est plurielle. Le lecteur a le point de vue de chaque personnage selon les moments du récit. Chacun raconte ses parties au je, de sorte que le lecteur peut avoir accès à une certaine intimité de la part des protagonistes. Question de connaître davantage nos héros, j’aurais aimé avoir lu le premier tome… mais cela ne change pas grand chose à la lecture que j’ai pu en faire, tout de même. Je ne sentais pas que j’avais un gros manque à combler à ce sujet.
J’ai beaucoup aimé l’intégration d’extraits de journaux dans le fil de la lecture, bien qu’il n’apportaient pas nécessairement beaucoup. Je les trouvais essentiellement amusants et j’aimais avoir un point de vue extérieur aux événements.
Le roman reste aussi intéressant dans la mesure où il aborde le sujet des réseaux clandestins où l’on profite de personnes dépourvues de moyens provenant de d’autres pays. J’aimais bien cette thématique, qui n’est pas toujours abordée, d’autant plus dans la littérature jeunesse. Se plonger dans les expériences atroces que vivent ces gens était assez particulier. C’était complexe à déchiffrer, mais cela était un bon prétexte pour s’interroger sur l’humain.
Par contre, la fin était un peu étrange. Nous nous sommes d’ailleurs tous interrogés à ce sujet dans mon cours. La victime du livre pend une décision rapide par rapport à une situation qui la dépasse et qui est très complexe. Cela rend son choix superficiel, sans teneur réelle des conséquences qu’il peut entraîner.
Au final, j’ai eu une agréable lecture. Le roman se lit très bien, malgré la grande alternance de personnages. Peut-être que je vais m’attaquer aux romans pour adultes de Laurent Chabin, histoire d’en voir la différence.

Catégories : Livres jeunesses, Policier | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :