Articles tagués : Collection Kiss

Quelques jours mouvementés…

Mes super seize ansMes super seize ans
Par Jax Abbott

Résumé en quatrième de couverture :

Cinq PIRES façons de célébrer votre seizième anniversaire :
1. Envoyer la voiture du petit ami de votre mère au fond de l’étang.
2. Accuser le capitaine de l’équipe de football d’avoir mis le feu à l’école.
3. Dire à la Ligue de la Liberté que les superpouvoirs, c’est complètement dépassé.
4. Paniquer totalement quand votre petit ami essaie d’aller plus loin.
5. Faire exploser les instruments de votre orthodontiste sadique.
Éteindre les bougies est le dernier des soucis de Jessie…

Mon appréciation :

J’ai pris plaisir à lire ce petit roman jeunesse. Ce fut divertissant, étant donné les mésaventures de la jeune Jessie, tel que le souligne le résumé ci-haut.
L’écriture est simple et les événements ne sont pas trop complexes à suivre. La malchance en a après Jessie, et cela rend les choses cocasses. Et, ma foi, il s’en est passé quand même plusieurs, des choses, dans ce petit livre.
Jessie mène une vie d’adolescente à peu près normale, si l’on exclut qu’elle a des pouvoirs. On retrouve donc dans Mes super seize ans une histoire d’amour entre adolescents, une histoire d’amitié entre filles, une histoire d’amour entre une mère et un amant ainsi qu’une histoire d’amour entre une mère et une adolescente. En somme, tous les éléments qu’une personne de près de seize ans peut connaître dans sa vie quotidienne, de quoi permettre aux jeunes lectrices de s’identifier à Jessie ou à l’un des autres personnages du récit. Sur ce point, j’ai trouvé cela plutôt bien. Il manquait peut-être un peu de contenu quant à la relation de la mère avec son amant, mais comme ça n’était pas l’intérêt principal de l’histoire, je ne m’en suis pas trop occupé.
Cependant, il manquait de force dans le personnage de Seth, le petit copain de Jessie. À un certain moment, celui-ci prend ses distance dans leur relation. Le personnage s’éloignait un peu de la jeune fille, puis revenait parfois, avec une maigre explication. Cela ne m’a pas semblé suffisant, à mon avis. Oui, la justification du garçon était acceptable. Par contre, elle manquait de… jus. Il semblait manquer d’informations, d’explications quant à la raison de son éloignement amoureux. Même, Jessie n’a pas tant mal réagi que cela. J’avais l’impression que leur amour, à ce moment, n’était pas très fort.
Sinon, pour ce qui est de l’existence moins normale de Jessie, je dois admettre que c’était un peu flou. Nous avons quelques éléments, telle qu’une espèce d’organisation de superhéros, la Ligue de la Liberté. Nous en savons peu sur son influence dans la vie de la famille de Jessie (sa mère, sa sœur et sa grand-mère ayant également des capacités hors norme). Il m’en aurait fallu un peu plus pour que je sois moins sur ma faim à ce sujet.
Tout de même, les péripéties de Jessie m’ont bien divertie. Les quelques jours à partager son quotidien étaient bien mouvementés!

Publicités
Catégories : Coin filles, Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Quand le froid de l’hiver réchauffe les coeurs…

Après-skiAprès-ski
Par Kaz Delaney

Résumé en quatrième de couverture :

L’amour peut :
Vous réchauffer sur les pentes de ski glaciales. Qui aurait dit que le Colorado était le paradis des beaux mecs? Pas Jo Vincent.
Vous éviter de mourir d’ennui. Ce n’est pas avec son père que Jo pourra se distraire. Il a emmené sa partenaire de jeu — son nom est Kate.
Vous apporter un Hans dans votre vie. Hans : Gars suisse, aussi délicieux et irrésistible que du chocolat chaud. Si européen! Si majestueux! Mais aussi, si mystérieux…

Mon appréciation :

Après-ski débute assez simplement. En effet, Jo, le personnage principal, se rend chez son père afin d’y passer la semaine. Seulement, la relation entre elle et son père n’est pas des meilleures, étant donné qu’ils ne se sont pas revus depuis trois ans. Jo n’apprécie donc plus tout à fait son père. Elle l’aime au fond d’elle-même, bien entendu, mais elle ne se plait plus en sa présence. Les passages où ils se côtoient sont donc caractérisés par l’animosité.
Bien sûr, dans ce roman très féminin, l’héroïne prend plaisir à observer les garçons. Et ça n’est pas long qu’elle a le coup de foudre pour le Hans dont il est question dans le résumé du livre! Et ce, même si elle ne connaît rien de lui. Je trouve cela très simpliste et peu original de fonctionner comme cela pour amorcer une relation entre les protagonistes, mais je dois me raviser un peu parce que cela est tout de même amusant et non complexe pour de jeunes lectrices. Il n’empêche que ça reste très semblable aux autres romans de ce genre et qu’un peu de diversité ne ferait pas de tort.
Par contre, s’il y a un personnage que j’ai bien apprécié, c’est Kate, l’amoureuse du père de Jo Vincent. Comme toute belle-mère, elle est incapable de se lier d’amitié dès le début avec l’adolescente. Mais elle essaie grandement, ce qui m’a fait l’apprécier de plus en plus. Surtout lorsqu’elle penche du côté des opinions de la jeune fille et qu’elle tente tout pour l’aider. D’ailleurs, c’est grâce à Kate que le père et la fille se rapprocheront un peu.
Mis à part cela, je dirais que l’histoire est assez bien dans l’ensemble. Je me suis plu à la lire. Jo et le jeune skieur, Hans, sont des personnages plutôt réfléchis. En effet, ils sont responsables et agissent de bonne manière. Ils peuvent donc être un peu des modèles pour les lecteurs de ce bouquin. Ainsi, c’était un bon petit livre amusant à lire et très coloré!

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Une petite histoire d’amour.

Sk8ter boySk8ter boy
Par Mari Mancusi

Résumé en quatrième de couverture :

ES-TU UNE BRAVE FILLE? Est-ce que tu…
– permets à tes parents de microgérer ton existence, de sorte que tu puisses fréquenter une bonne école (c.-à-d. l’alma mater de ton père)?
– t’inscris à un million d’activités parascolaires pour parfaire ton éducation?
– fréquentes des filles populaires et obsédées par la mode et qui rejettent quiconque ne porte pas du rose?
– sors avec des sportifs riches et odieux comme Brent Baker III?
OU ES-TU UNE VILAINE FILLE? Est-ce que tu…
– te lies d’amitié avec de nouvelles connaissances telles que Starr, la fille punk rock du directeur de l’école?
– te fais faire un perçage quelque part (OK, seulement le nombril, mais tout de même!) en espérant que tes parents ne s’en rendront pas compte?
– sors avec un planchiste super hot qui habite les mauvais quartiers (bien que tes parents refusent net que tu le voies)?
– tombes amoureuse du planchiste à la manière sombre et tragique de Roméo et Juliette (avec texto à l’appui)?
La brave Dawn Miller s’apprête à découvrir combien il est bon d’être vilaine!

Mon appréciation :

Parmi cette petite collection de romans jeunesses féminins, je crois que c’est l’un de ceux que j’ai le plus apprécié. Le fait que je ne m’attende jamais à quelque chose de bien époustouflant y a peut-être joué pour quelque chose.
Contrairement aux autres romans de cette collection que j’ai lus, le personnage principal (toujours une fille — j’aimerais bien y voir un garçon, pourquoi pas?) n’était pas autant extravagant. En fait, ce sont les trois amies de Dawn qui étaient vraiment des filles plus superficielles, dirais-je. Dawn est différente, ce que j’ai aimé. Elle passe de la jeune fille dont l’existence est contrôlée par ses parents à celle qui fait toutes sortes de folies, à la seule condition qu’elle s’amuse pour ce qu’elle est réellement. Bien sûr, elle s’en veut de déroger aux règles de ses parents, et ça la rend encore plus vraie en tant que personnage. C’est sans doute ce qui est venu me chercher durant ma lecture. Le réel de son personnage. J’y croyais plus que dans les autres livres.
Malgré le fait que j’ai préféré celui-ci, il y a bien un peu de négatif. J’ai trouvé bien court le moment à la Roméo et Juliette des tourtereaux. Sans en dévoiler beaucoup, ils doivent s’éloigner l’un de l’autre à un certain moment, et j’ai trouvé que ce dernier était passé très rapidement. Quelques pages plus loin et tout était redevenu bien. Un peu comme s’il y avait eu un saut dans le temps. J’aurais préféré une continuité au même rythme que le début du récit.
Reste que dans l’ensemble, c’était une bien bonne lecture tout à fait divertissante!

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une femme totalement féminine qui attire les ennuis!

La honte de ma vie
Par Katie Maxwell

Résumé en quatrième de couverture :

Objet : Pourquoi ma vie est tellement nulle en ce moment?
De : Emster@seattlegrrl.com
À : Hollyberry@britsahoy.co.uk
1. La fin du secondaire, ça semble plutôt bien non? Vous vous rappelez cet épisode de Buffy où le serpent démon mange tout le monde à sa remise des diplômes? Et bien la mienne a été pire.
2. La vie en résidence universitaire. Top pour quitter la maison, mais nul, nul, nul côté dortoir de mordus où passer mes quatre prochaines années. Ça va me prendre une éternité pour dévergonder tous ces dingues de science et techno.
3. Le mariage de rêve de Dru. C’est peut-être l’une de mes meilleures amies, mais si elle imagine que je vais porter une robe de demoiselle d’honneur en plaid rose et jaune, elle se met le doigt dans l’oeil.
4. Une croisière romantique… sans le plus délicieux petit ami de la Terre? Un mot : Ouaaaaaaaaah!

Mon appréciation :

Un petit roman très très (ai-je dis « très »?) très féminin, qui se lit plutôt bien. Écrit de la même manière que La pire année de MA VIE!, de la même auteure, il peut tout autant être une suite de ce livre ou bien se lire séparément, bien qu’il présente des événements après La pire année de MA VIE!
Emily pourrait être qualifiée d’excentrique, vu les réactions qu’elle a. Lorsqu’elle se fâche, elle se fâche totalement, lorsqu’elle s’inquiète, c’est comme si la pire des choses était en train d’arriver, et ainsi de suite selon les émotions. C’est un peu drôle de voir ses réactions, au seul détail qu’on ne croirait aucunement qu’elle a atteinte l’âge de la majorité. Oui, cela peut mettre de l’humour, ce qui est loin d’être désagréable, mais je trouve simplement qu’à la longue, Emily est un peu trop… un peu trop, tout simplement.
Mais il n’empêche que cela met aussi de la vie dans le récit, puisqu’il est simplement constitué d’un échange de courriels (les versions écrites par le personnage principal) et de quelques conversations sur un forum de discussion avec son amie Dru. Je crois que sans ce côté « foufou » de la jeune femme, l’histoire se serait trouvée à être un peu ordinaire. C’est ce qui met des péripéties tout au long, en fait.
Un petit détail qui m’a chicoté : le fait qu’on mentionne sa vie en résidence universitaire dans le résumé, mais que cela passe comme un nuage porté par un vent fort dans le livre. C’est à peine mentionné qu’elle devra  « dévergonder les dingues de science et techno ». J’aurais aimé en lire plus à ce sujet, la voir débuter les cours, du moins, parce qu’elle ne fait qu’une visite de l’endroit dans le genre « élève d’un jour ».
Un bon petit livre que j’ai lu plutôt rapidement, et dont le ridicule des situations me faisait sourire un peu, car ridicule, ça l’était amplement selon mon goût. Emily a visiblement le don de se mettre les pieds dans les plats, car elle enchaîne problèmes et malchances sans se laisser de pause, il semblerait!

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Totalement filles.

La pire année de MA VIE!
Par Katie Maxwell

Résumé en quatrième de couverture :

Objet : Horreurs et délices (Non, ce n’est pas une chanson.)
De : Mrs.Oded@btelecom.co.uk
À : Dru@seattlegrrl.com
Ce que je ne peux vraiment pas supporter de la vie en Angleterre
— L’uniforme à l’école
— Piddlington-on-the-weld (Appelez-moi Emily de Piddlesville.)
— La Marmite (C’est de la vase de levure condensée! POUAH!)
— Le fantôme dans mon tiroir à sous-vêtements (Des mains spectrales tripotant mes soutiens-gorge — passons!)
— Pas de centre commerciaux! Mais à quoi ils pensent, ces Anglais???
Ce qui m’empêche de prendre le premier avion pour Seattle direction café potable
— Aidan (Canonissime!)
— Devoon (Beau à mourir? Je te raconte pas!)
— Fang (On en mangerait!)
— Holly (N’importe quelle fille qui traque les vedettes avec moi — et qui me laisse Oded Fehr — est une amie pour la vie.)
— Le Polo Club giga-cool (Là où les baisers sont tops!)

Mon appréciation :

Ah lala! Seize ans, une année bien mouvementée pour Emily, l’héroïne de ce livre. L’alcool, les histoires de couple, les soirées de fêtes, les expériences personnelles, les beaux gars, les gentils, les machos, les baisers, l’école, les parents, la mode, le maquillage, etc. Ce roman en contient amplement!
La pire année de MA VIE!, un roman tout rose qui est raconté par des échanges de courriels entre Emily et son amie, Dru, qui est aux États-Unis. On assiste aux moindres pensées et commentaires d’une fille superficielle, dirais-je. Une fille qui ne peut supporter de ne pas avoir de maquillage, de ne pas avoir la bonne tenue et qui fantasme plus que souvent sur le physique des charmants jeunes hommes qu’elle côtoie. Ah oui! aussi y a-t-il les vilaines filles qui ricanent d’elle. L’Américaine parmi les Anglaises. C’est plutôt humoristique de voir dans quels troubles elle se plonge!
Il aurait été plaisant d’avoir un échange complet de courriels entre les deux jeunes filles, bien que cela ne soit pas nécessaire au récit, puisqu’il est complètement axé sur la vie d’Emily.
Comme je l’ai mentionné plus haut, le côté plus plaisant de cette lecture est sans doute le simple fait de lire le récit d’une jeune adolescente qui ne semble visiblement pas toujours prendre les bons choix. En tant que lecteur, je dirais qu’il est assez facile de pouvoir critiquer l’héroïne durant ses mésaventures. Elle aurait dû faire ci, elle ne doit pas écouter celui-là, etc.
Un roman, ma foi, très féminin, et donc un petit plaisir tout simple pour un bon divertissement, sans plus. Possiblement déconseillé aux filles plus jeunes qu’Emily, selon certains sujets abordés dans le roman, mais cela reste une bonne petite lecture rapide pour les intéressées.

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :