Articles tagués : Daniel Foe

Visite d’une île

Robinson Crusoé

Robinson Crusoé
Acheter le livre.

Par Daniel Defoe

Résumé en quatrième de couverture :

Robinson Crusoé est avec Don Quichotte l’un des deux archétypes du roman occidental. C’est l’oeuvre de la vieillesse de Defoe (1719). Elle conte l’histoire d’un homme modeste, seul par nécessité, grand lecteur de la Bible, et qui serait ennuyeux s’il ne vivait des aventures « étranges et surprenantes », seul dans son île pendant vingt-huit ans. Le livre exprime aussi les aspirations et les craintes des lecteurs : ceux-ci s’offrent une aventure sans risque, grâce au malheur d’autrui. Reste le mythe, fait de grands thèmes qui hantent l’homme aujourd’hui : le naufragé dans l’île, l’idylle « verte », l’aspiration, loin de toute technique, à un degré zéro de civilisation, la nostalgie de la pureté originelle. Son île est le microcosme où toute civilisation vit en pensée grâce à lui.

Mon appréciation :

Cela faisait bien longtemps que j’avais envie de lire la véritable version de Robinson Crusoé (il y a eu plusieurs adaptations pour la littérature jeunesse qui rendent le texte accessible à ce public). L’occasion s’est enfin présentée, et j’étais bien contente de plonger dans cette oeuvre très connue.
Parce que j’avais hâte de lire ce livre et de découvrir l’histoire du personnage, bien que j’en connaissais déjà une partie, je crois que cela m’a laissée dans un continuel sentiment d’attentes, d’appréhensions, de désirs. J’avais hâte que Robinson soit prisonnier sur son île, qu’il rencontre Vendredi et qu’il quitte l’île. Le récit me faisait languir.
C’est long avant que Robinson ne se retrouve seul sur son île. Cependant, cela permet au texte d’amener clairement la personnalité du héros et de justifier les choix qu’il fait lorsqu’il est enfin de retour parmi la société. Cependant, c’est tout aussi long quand il est de retour sur la terre ferme, puisque le personnage a plusieurs questions de logistique à régler et que la narration les traite toutes.
Lorsqu’il est sur son île, cela prend également du temps avant qu’il ne rencontre le protagoniste de Vendredi. Néanmoins, la manière dont le héros doit apprivoiser les lieux pour survivre reste intéressante. Comme Moby Dick, la narration présente par moments des explications très détaillées sur les travaux exécutés par le personnage. Cela peut paraître long pour certains. À mon avis, je trouve ces descriptions pertinentes dans la mesure où le lecteur est entièrement plongé dans ce que vit le personnage et dans ses difficultés. Cela ajoute du réalisme au récit, qui reste tout de même fictif.
Il y en aurait encore beaucoup à dire sur ce premier roman. Cependant, je vais me restreindre et simplement ajouter que je me suis très bien divertie durant ma lecture. Cela m’a donné envie de lire les deux autres suites de cette aventure et de redécouvrir quelques adaptations cinématographiques et télévisées que j’ai déjà eu l’occasion de visionner. Je suis bien contente, maintenant, de pouvoir dire que j’ai lu Robinson Crusoé. 🙂

Voici la bande-annonce d’une des nombreuses adaptations du livre :

Publicités
Catégories : Adaptations, Aventure, Livres adultes | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :