Articles tagués : Kerrelyn Sparks

Qui n’aime pas les histoires d’amour?

Histoires de vampires, tome 5, Tout ce que je veux pour Noël, c’est un vampire
Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

La liste de Noël de Toni Davis :
1. Faire sortir sa meilleure amie de l’hôpital psychiatrique.
2. Vivre en un endroit où il n’y a pas de cercueils au sous-sol. Des cercueils occupés.
3. Trouver l’homme idéal. Faites qu’il soit grand, qu’il ait les cheveux bruns, qu’il soit beau, et surtout VIVANT.
Ce Noël n’est pas très joyeux pour Toni. Sa meilleure amie a été enfermée dans un hôpital psychiatrique depuis qu’elle a dit à des policiers qu’elle avait été attaquée par des vampires, et le seul moyen pour Toni de la faire sortir de là est de leur prouver que ces suceurs de sang existent vraiment. Elle a donc accepté un emploi de garde du corps pour les morts-vivants, ne s’attendant toutefois pas à ce qu’elle allait y découvrir. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne Ian MacPhie, un Écossais coquin à la recherche de la femme idéale.
Bien qu’Ian soit âgé de presque 500 ans, il a l’aspect physique et les manières d’un beau mec de 27 ans. Comment diable un homme mort peut-il être aussi séduisant? L’homme à éviter pourrait-il être l’homme idéal? Un baiser interdit pourrait mener à une passion éternelle, et tout ce qu’il faut pour que cela se produise est un petit instant sous la feuille de gui…

Mon appréciation :

Ce que j’aime le plus dans cette série, c’est de pouvoir à chaque fois retrouver un personnage que l’on a connu dans au moins un des tomes précédents et qu’il devienne l’un des membres du couple dont le récit sera narré dans le volume. Et dans ce même ordre d’idée, j’adore tout autant que l’on puisse toujours côtoyer les personnages que l’on a appris à apprécier dans les premiers tomes durant la lecture de chacun, puisqu’ils reviennent toujours faire au moins un passage dans le bouquin.
Bien évidemment, ce tome relate à nouveau une histoire d’amour entre un(e) vampire et un(e) mortel(le). Sauf qu’encore une fois, un autre élément que j’aime de cette série, jamais une histoire d’amour n’est comme une autre. Bien sûr, la base est la même. Mais chaque récit est parsemé d’évènements fort différents les uns des autres. J’ai bien aimé que le personnage qu’était Toni désire dévoiler la race des vampires, et ainsi briser le secret que les entoure. Aussi, le fait qu’elle s’était retrouvée comme garde de ces créatures rendait la chose encore plus intrigante. Car en effet, son poste lui empêchait de s’amouracher d’un vampire, sous menace de se faire renvoyer et effacer les souvenirs qu’elle avait de la période où elle avait côtoyé les suceurs de sang. J’ai aimé cette source d’interdits qui circulait entre Ian MacPhie et Toni Davis… même si je voulais ardemment les voir ensemble, je dois l’avouer!
Il est sûr que le récit se devine, puis que les finales se ressemblent tous dans le sens où un couple est formé (j’aimerais bien que le contraire arrive, dans un autre tome, qui sait?), mais cela n’empêche pas que j’avais justement hâte de les voir tous deux ensemble et que je guettais chaque rapprochements entre eux deux. Après tout, qui n’aime pas les histoires d’amour?
Un dernier élément que j’ai apprécié était les moments d’action. Eh oui! il n’y a pas seulement de l’amour sur ces pages, mais aussi des combats, des conflits! Et je les trouve fort bien narrés, ce qui me permet de bien les apprécier, étant donné que chaque mouvement est clair et fluide dans le récit. De quoi pouvoir paniquer avec les personnages!
Oh, et ce Constantin, l’enfant de Shanna (personnage du tome 1), qui ne cesse de nous épater avec les pouvoirs qu’il découvre! Chaque découverte à son sujet est vraiment intrigante. J’ai bien hâte d’en savoir plus sur lui ainsi qu’un autre personnage en particulier (que je ne dévoile pas 😉 ), mais pour ça, je dois attendre de me procurer la suite.

Publicités
Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Mieux que les précédents!

Histoires de vampires, tome 4, Le vampire d’à côté
Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Voici trois indices vous indiquant qu’il y a quelque chose de très différent chez votre nouvel amoureux :
1. Il dort toute la journée…, ce qui pourrait s’avérer plutôt fâcheux, s’il n’était pas si attentionné la nuit.
2. Il subit les attaques d’agresseurs armés d’épées, mais affirme qu’il n’a besoin de personne pour s’en sortir.
3. Il ne semble pas vieillir.
Heather Westfield a toujours mené une vie tranquille, mais tout cela bascule lorsqu’elle vient en aide à un très bel étranger fort mystérieux. Il y a bien quelque chose qui cloque chez Jean-Luc, mais un fait demeure : jamais elle n’a fréquenté un homme aussi charmant, tellement attirant et… vraiment merveilleux. Serait-il possible pour eux de vivre heureux pour toujours, si ce n’était de ce scélérat meurtrier lancé à leurs trousses?

Mon appréciation :

En effet, comme je le mentionne simplement avec le titre, j’ai trouvé ce tome 4 meilleur que les autres. Pas de beaucoup, mais certains éléments m’ont donné cet avis. Dans le tome 3, on y retrouvait aussi du changement. Mais dans celui-ci, je le trouve plus marqué, ce qui est plaisant.
D’abord, cela concerne Heather. Ce qui ne trompe pas, c’est qu’elle tombera amoureuse d’un vampire, bien sûr. Par contre, son passé la rend intéressante. Heather est une enseignante, elle a déjà eu un mari, mais ils ont divorcé, et elle a aussi une jeune enfant (j’y reviendrai). Donc, Heather est en premier différente par son physique. Dans le livre, elle se verra côtoyer des mannequins. Elle, par contre, possède plus de rondeurs. J’aime bien qu’on y intègre tout le monde et qu’on y démontre que tous les physiques attirent qui sait les aimer et les regarder avec les bons yeux. 🙂 On exclu alors ici le physique « parfait », et il est même mentionné que les mannequins ne sont pas toujours considérées plus belles par leur taille 0. Comme c’est le cas pour Jean-Luc.
Ensuite, la difficulté de la séduction. Quoique le « problème » n’était pas tant la séduction, mais plutôt, d’une part, le fait de s’avouer ses sentiments, et de l’autre part, le fait de devoir cacher la vérité à celle aimée. Je fais donc mention de Heather, qui voit à long terme et qui veille à ce que sa petite fille ait un bel avenir et qui s’interroge beaucoup plus qu’elle n’écoute son coeur. Aussi, je mentionne Jean-Luc, le vampire principal de ce tome-ci, qui a du mal à avouer sa vrai nature et tout autant à jouer avec le mensonge. Ils se rapprochent et s’éloignent à quelques reprises, ce qui ne nous mène pas à une relation facile dès le départ.
Finalement, la fillette. J’ai beaucoup aimé qu’elle soit dans le récit. Elle apportait une source de complications plaisantes, tout comme elle apportait aussi le côté familial bienvenu. Une mère attentionnée, un Jean-Luc très désireux de lui donner tout l’amour d’un père. Surtout que Jean-Luc a les dépenses faciles pour la petite. Elle ne manquera de rien, visiblement! Des jouets, par exemple. Il faut dire que cet homme a une petite fortune, alors…! J’ai trouvé ça très charmant de lire ces passages. L’enfant apportait une nouvelle touche de vitalité à l’histoire et donnait un bon effet. Plus de réalisme, même si tout tourne autour du surnaturel. Étonnant, mais vrai. Et intéressant.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Que de haine dans les coeurs…

Histoires de vampires, tome 3, Emma contre les vampires
Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Si seulement son coeur battait encore. Angus MacKay était un mort-vivant depuis près de 500 ans, et il était rare que quelque chose, ou encore quelqu’un, puisse le surprendre. C’était avant qu’Emma Wallace ne se manifeste. Le simple fait d’avoir la pulpeuse agente de l’équipe de Surveillance de l’Agence centrale de renseignement sous les yeux suffisait pour qu’Angus s’arrête net. Il allait ensuite découvrir qu’elle était une tueuse de vampires, résolue à tuer les « monstres » qui avaient assassiné ses parents, et c’était à lui qu’on avait confié la tâche de l’arrêter.
Les seuls vampires qui n’ont pas tort sont les vampires qui sont morts. C’était là la devise d’Emma depuis qu’elle avait décidé de consacrer sa vie à la destruction de ces choses. Angus MacKay souhaitait maintenant la convaincre de penser autrement. Oui, c’était un séduisant guerrier des Highlands, qui semblait s’être glissé dans le réel depuis la page couverture d’un roman d’amour, avec son accent écossais, son kilt et son épée, mais il faisait tout de même partie d’eux, et c’était son travail de le tuer.
La guerre est ouverte. Est-ce qu’elle se terminera par la destruction de l’un d’entre eux, ou même des deux, ou est-ce qu’ils capituleront en faveur d’une passion pouvant durer pendant des siècles et des siècles?

Mon appréciation :

De retour avec une histoire de vampires, une histoire d’amour qui semble impossible entre mortel et mort-vivant, mais qui, selon la logique habituelle de la finale de ces récits, se termine par une jolie fin amoureuse. Du changement dans ce tableau peint des romans de vampires romantiques serait bienvenu, non? Eh bien dans ce tome-ci, on y trouve quelques différences plaisantes. 🙂
D’abord, je vais parler d’Emma, personnage clé du livre. Emma, qui représente alors la mortelle dans la « relation », a tout un caractère. Bien évidemment, comme mentionné dans le résumé, ses parents ont été tués par des vampires. De ces morts tragiques naît le féroce dédain de la jeune femme pour ces créatures dites maléfiques. Afin de venger ses parents, elle entreprend de combattre ces êtres très puissants. Et il se trouve qu’elle est très douée et que c’est une chose qu’elle a fortement à coeur, à un point tel que l’image qu’elle se fait d’eux est intensément ancrée dans sa façon de percevoir les choses.
Cela fait changement, puisque de cette haine proviendra bon nombre de péripéties dangereuses, coquasses, coquines… et son lot d’émotions. Tout comme le fait qu’Emma voudra fermement mettre fin aux jours (plutôt aux nuits) du désirable Angus.
Du côté de cet homme très désirable, selon la tueuse de vampires, on découvre un personnage plutôt amusant et séduisant. Un personnage qui fait apparaître de petits sourires aux coins des lèvres, tout comme l’envie d’en apprendre plus sur lui, sans oublier de rêver d’un homme proche de l’idéal. Angus MacKay a un corps magnifique, un style historique et est en tout point un gentilhomme. Les besoins et la sécurité de la femme passent avant tout. Il a aussi l’habitude de se lever dès qu’une femme se lève, habitude qui lui vaudra quelques moqueries d’Emma lorsqu’elle prendra plaisir à le taquiner à ce sujet. Par contre, le cher Écossais nous présente un côté léger vis-à-vis de l’importance qu’il accorde à certaines choses. Par exemple le fait qu’il ne supporte pas qu’on parle de son sporran comme une bourse, ce qui porte atteinte à sa virilité. Ou sa manie de toujours s’assurer qu’il est en un morceau en regardant sous son kilt après s’être téléporté.
Pour en rajouter, j’ai bien aimé qu’il y ait plus d’action. Les choses bougent plus que dans le tome précédent, surtout avec les envies meurtrières d’Emma et son courage assez marqué. On n’y voyait ainsi pas qu’une histoire d’amour, ce qui était intéressant. Le danger est toujours intrigant.
Dernier détail que j’ai apprécié : on en apprend plus sur Sean, le patron d’Emma. On y découvre le point de départ de sa haine contre les vampires, ainsi, sans doute, que d’une probable explication de sa colère facile à se faire sentir.
Bref, un tome qui bouge plus et qui nous amène du nouveau, de quoi rendre la lecture plus palpitante!

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Un goût de mordant.

Histoires de vampires, Tome 2, Vampires à New York
Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Darcy Newhart pensait qu’elle avait eu un éclair de génie — la première émission de téléréalité où des mortels auraient à rivaliser avec des vampires pour le titre de « L’homme le plus séduisant sur terre ». En tant que réalisatrice de l’émission, la carrière de Darcy allait de nouveau être sur la voie du succès, et elle pourrait enfin avoir une vie en dehors du harem de vampires dont elle faisait partie. Oui, elle était encore techniquement morte, mais deux réussites sur trois possibilités, c’était tout de même acceptable. Elle n’avait plus maintenant qu’à s’assurer qu’un mortel ne remporte pas la palme. Si seulement elle n’était pas aussi distraite par un concurrent très séduisant et vivant nommé Adam…
Darcy ignorait cependant ce qui était encore pire que cela. Adam était en fait Austin Erickson, un tueur de vampires, et il avait la réalisatrice de l’émission (et ses cheveux blonds et ses jambes interminables) à l’oeil. Le seul problème, c’est qu’il n’avait jamais autant désiré une femme, qu’elle soit vivante ou morte. S’il parvenait à gagner son coeur, allait-il perdre son âme? Et si cela signifiait qu’il allait avoir droit à une vie éternelle d’amour enflammé avec Darcy, était-ce aussi grave que cela après tout?

Mon appréciation :

Tout d’abord, un aspect du roman que j’ai bien aimé, était celui de retrouver des personnages du tome précédent, comme Roman (vampire) et sa copine humaine, parce qu’en lisant les résumés des volumes, je croyais y trouver des histoires complètement différentes à chacun, sans lien avec les autres tomes. Ainsi, j’ai eu une agréable surprise.
Bien évidemment, comme dans le premier tome, il est avant tout question d’une certaine liaison entre un(e) vampire et un(e) humain(e). Donc, rien de nouveau de ce côté. Mais ça n’est pas pour déplaire, car bien que les amours impossibles soient un peu classiques, certains éléments de ces situations font qu’on aime cela.
Mis à part ça, j’ai bien aimé que l’aspect téléréalité soit amené comme maillon principal, dirais-je. Plusieurs émissions de téléréalité sont présentées sur nos chaînes, et j’ai trouvé plaisant qu’on y insère ce goût pour les visionner que plusieurs ont. On y découvre aussi un côté empreint de ridicule, car celles qui vont juger les hommes sur certains critères pour déterminer lequel sera le plus séduisant sont drôlement loufoques. Ces juges qui constituaient un ancien harem devront prendre, pour une fois, leurs propres décisions afin de se trouver un nouveau maître. Mais leur caractère rend la chose assez humoristique, sans doute dénigrant un côté de ces émissions de téléréalités, où ce ne sont pas toujours les bonnes valeurs qui sont mises de l’avant. Il n’y a qu’à voir les critères que ces femmes ont choisis pour juger les hommes! De quoi avoir un petit sourire.
Une autre chose que j’ai apprécié de ma lecture était qu’on y voyait une part positive de ces créatures maléfiques que sont les vampires. Car ici, il est question de « vrais » vampires. Ceux qui s’abreuvent du sang des humains, ceux qui ne se gênent pas pour torturer un peu leurs victimes et pour profiter d’elles. Et dans cette série, ces vilains vampires sont les Mécontants. Puis, l’autre côté de la médaille : les vampires modernes. Ou ceux qui se faufilent dans la masse, bien qu’ils doivent vivre de nuit seulement, comme les autres. Ces derniers boivent du sang synthétique, le mélangent pour former des boissons telles que le Sang Pétillant et le Chocosang. Bien que cela rende la chose un peu étrange et drôle, ces vampires ont de meilleures valeurs que les autres et arrivent même à cohabiter avec certains humains. Ils sont inoffensifs vis-à-vis des hommes. De quoi mener à bien des histoires de coeur…

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :