Articles tagués : Légendes d’Arménis

Probablement le meilleur de ses semblables jusqu’à maintenant.

Légendes d’Arménis, tome 2, Les âmes perdues
Par Guy Bergeron

Résumé en quatrième de couverture :

Bourne, prêtre de Valiar, amoureux de bon vin, de bonne bière et de bonne chère, gagne au jeu, un peu malgré lui, une soi-disant carte au trésor, qui doit le mener à une découverte aussi enlevante qu’enrichissante. Il n’y croit qu’à demi, mais comme l’oisiveté ne lui sourit pas tellement, la recherche de ce trésor lui sert de prétexte pour partir à l’aventure. Sur sa route, quelques guerriers se joindront à lui, mais aussi et surtout la belle Danaé, prêtresse d’Agizel, avec qui il développera une relation qui ira au-delà de la camaraderie.
Leur quête bon enfant prend fin abruptement lorsqu’une tragédie frappe le village de Sirénis et devient le point de départ d’une traque qui dépassera en force et en intensité tout ce qu’ils ont vécu jusqu’à ce jour et qui les plongera dans un tourbillon d’évènements tous plus périlleux les uns que les autres.
Il faudra du courage, de l’abnégation, de la magie, de la résilience, de l’amour et une grande force morale au groupe pour endiguer cette menace ultime que font peser sur Arménis les « Âmes perdues ». Mais la mort viendra frapper tragiquement — et plus d’une fois — le groupe d’amis, rendant illusoire le succès de leur mission.

Mon appréciation :

Eh oui! il semblerait que j’aie bien aimé ma lecture! En effet, comme le souligne très bien le titre de cet article, je crois bien que ce livre-ci est l’un des plus forts de ceux de Guy, niveau fantasy.
L’action est plus que présente et forte à souhait. Parfois très brutale et sanglante, on ne doute pas un instant que les héros font face à une périlleuse situation. Ils ne semblent en aucun cas invincibles, ce qui est idéal. De plus, comme toujours, les combats sont bien décrits, sans que ça ne ralentisse trop le rythme de lecture. Vraiment, les personnages de Les âmes perdues n’avaient pas la tâche facile et perdaient des leurs lors des gros combats. Il est triste de voir disparaître un personnage que l’on apprécie, mais cela rend plus réel le bouquin, même si les évènements sont insolites.
Mis à part cela, un autre élément qui m’a bien plu se situe dans les premiers chapitres. Il y a bien d’autres scènes que j’ai aimées, mais celle-ci me semblait encore plus forte. Sans vous la raconter au grand complet, je vous dirais que à ce moment, Danaé et son frère se retrouvent devant une image poignante, dans une petite maison d’un village, semble-t-il, hanté. Le tout est si bien décrit que l’on en ressent l’ambiance! C’est sombre, on sent le mal dans la pièce où ils se tiennent. Le tout est lourd, horrible, fort, une scène exquise de par son essence. J’aurais bien vu ce passage dans un film!
De plus, le lecteur se voit voyager sur les mers, à bord d’un bateau, où les intempéries et les dangers sont bien présents. Encore une fois, on est visiblement enfoncés dans cette ambiance qui est créée par des phrases bien construites. Un peu plus et le lecteur sent ses pieds sur le bois du navire, où il peut observer tout ce qui se déroule autour.
Finalement, il y a un personnage que j’ai moins aimé. Un livre ne peut être totalement parfait, voilà donc mon petit côté négatif. Ça n’était rien de bien flagrant, c’en est même une question de goût, tout simplement. Personnellement, me retrouver face à ce personnage, je ne serais pas du genre à m’entretenir avec. Malheureusement pour moi, ce personnage était Bourne, l’un des principaux. Il avait bien sûr bien des bons côtés, mais je n’appréciais pas toujours sa propension à boire et à boire.
Il n’empêche, comme je l’ai mentionné plus haut, que j’ai adoré ce livre et que je le classe au-dessus des autres livres de fantasy de Guy Bergeron. J’ai bien hâte de découvrir quel autre livre je pourrai dévorer de cet auteur!

Publicités
Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Lecture invitante.

Légendes d’Arménis, tome 1, Cœur de givre
Par Guy Bergeron

Résumé en quatrième de couverture :

Une avalanche libère un artéfact mystérieux, enfoui dans la montagne depuis des temps immémoriaux, artefact qui vient se loger dans les ossements d’un dragon mort dans une caverne des siècles auparavant. Un dragon mort-vivant, d’une puissance ahurissante prend alors vie…
Thomas, fils de Servia et Keiko, de l’Ordre de l’épervier, devra s’entourer d’alliés pour combattre le mal qui s’apprête à s’abattre des montagnes. Au cours de leur périple, semé d’embûches qui les entraînera parfois loin de leur but ultime, ils retrouveront Feren le nécromancien, Raimonishatralavax, dragon artiste et poète, Elfes et autres créatures du monde d’Arménis — toutes menacées par le dragon de givre, qui du haut de sa montagne gagne en force et en puissance chaque jour —, afin de combattre la plus grande menace qui ait jamais plané sur leur univers.
Dans un furieux combat qui oppose le dragon et ses créatures cruelles — gobelins, cyclopes et géants —, à l’armée dirigée par Thomas, la fureur du dragon mort-vivant s’avèrera d’une ampleur inouïe; si la coalition des humains et des Elfes arrive à le terrasser, ce sera au prix de pertes cruelles, et tous ne reviendront pas du combat.

Mon appréciation :

Tout d’abord, je tiens à affirmer que j’adore tout particulièrement l’idée d’amener certains personnages des deux autres séries de Guy Bergeron dans cette nouvelle trilogie (qui n’a d’ailleurs pas d’ordre particulier de lecture). C’est un plaisir de renouer avec ces protagonistes si bien appréciés des livres précédents. On arrive difficilement à se séparer des personnages que l’on apprécie et, ainsi, on ne s’éloigne pas d’eux!
La majorité des chapitres étaient relativement courts, ce qui était très bien, permettant ainsi une petite lecture à tous moments. Un chapitre par-ci et un autre par-là.
Cœur de givre, c’est une toute nouvelle histoire, même si elle nous permet de « revoir » certains personnages. Malgré le fait que nous y retrouvons des éléments déjà connus (les change-formes, par exemple), plusieurs nouveautés sont présentes. Qui plus est, j’ai aussi remarqué une amélioration du niveau d’écriture de l’auteur, rendant la lecture encore meilleure.
Peut-être que le véritable moment clé du récit, soit la bataille finale, arrive un peu tard dans le roman, mais le contenu du livre en tant que tel nous fait patienter avec délice. Et puis, même si la finale du tome semble un peu rapide, elle est assez bien construite pour nous sustenter. Enfin, j’ai complètement apprécié ma lecture au point où voir le livre traîner sur mon bureau me le rendait si attrayant que je ne pouvais résister à m’y plonger pour y lire quelques chapitres. J’avais même du mal à en décrocher pour aller me faire à manger!
Autant dire que j’ai aimé ma lecture et que j’ai fort hâte de me procurer le prochain tome des Légendes d’Arménis!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :