Articles tagués : Littérature américaine

Un peu trop d’amour, mais un récit agréable quand même

Lucky Harbor, tome 1, Irrésistible

Par Jill Shalvis

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Cœur brisé cherche réparateur habile de ses mains.
Maddie Moore a tout perdu ou presque : son mec, son job, et sa mère, Phoebe, qu’elle n’a jamais vraiment connue. Tout ce qu’il lui reste, c’est un ego en miettes, un goût prononcé pour les chips au vinaigre et un tiers de l’héritage que Phoebe a laissé à ses trois filles : un petit hôtel qui a vu des jours meilleurs, situé à Lucky Harbor.
Alors que Tara et Chloe, ses deux demi-soeurs, ont hâte de vendre la propriété pour retourner à leur routine, Maddie se surprend à envisager un avenir dans cette petite ville située en bordure du Pacifique.
La présence de l’irrésistible Jax, à qui elle a confié la rénovation de l’hôtel, y est sans doute pour quelque chose. En effet, celui-ci semble bien décidé à réveiller son cœur…

Mon appréciation :

Je suis un peu mitigée quant à ma lecture de ce premier tome de la série Lucky Harbor. J’ai moins aimé tout ce qui touchait trop à l’érotisme. Malheureusement pour moi, il y en avait tout de même beaucoup, que ce soient les ébats directement ou les références sexuelles. Je trouvais qu’une plus petite proportion de ces éléments aurait été plus adéquate.
Mis à part cela, je n’ai pas aimé le personnage de Jax. Dès le début du roman, il avait déjà trop de liens, bien que cachés, avec la protagoniste principale. Puis, au fil de l’histoire, l’homme s’est avéré posséder énormément de choses et donc détenir un très grand pouvoir au sein de la communauté. L’homme super-puissant et à la virilité en feu, non merci, ça n’est pas trop ce qui m’intéresse.
Par contre, il y a bien des choses que j’ai aimées. Comme l’idée de départ : les sœurs doivent reprendre l’hôtel de leur mère, avec laquelle elles n’ont pas toutes eu une superbe relation. Les liens entre les sœurs ne sont pas non plus les meilleurs. Ces difficultés qui résultaient de divergences d’opinion entre les personnages me plaisaient. C’est d’ailleurs tout le défi que représentait l’hôtel et sa rénovation qui me faisait apprécier l’histoire. De même que les relations familiales.
L’écriture est simple et légère. Le roman se lit plutôt rapidement et reste agréable. Les lieux visités par les personnages me semblaient vraiment plaisants. La fin est un peu prévisible, mais ne déplaît pas non plus.
Finalement, j’ai tout de même apprécié ce premier tome, bien qu’il ne correspondait pas tout à fait à mes attentes. J’avais acheté le deuxième tome en même temps que le premier. Je vais probablement le lire bientôt, mais je ne sais pas si je vais poursuivre… N’empêche, l’histoire n’est pas mauvaise. Ne vous découragez pas. 😉

La série fait peau neuve en changeant ses couvertures. Voici celle que vous retrouverez désormais en magasin :

Irrésistible nouvelle couverture

Catégories : Livres adultes, Romance, Contemporain | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Un tome prévisible, mais qui reste tout de même intéressant

Sorcière, tome 12, Éclipse

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Tout est étrange et sombre autour de moi.
Je ne suis pas celle que je croyais.
Le danger est imminent : je le sais maintenant.
Toutes mes croyances au sujet de ma famille sont un mensonge.
Je peux y mettre un frein, mais impossible d’y arriver seule.
Comment vivre avec ce nouveau savoir?
J’ai besoin d’aide…
J’ai besoin d’aide…

Mon appréciation :

Dans ce douzième tome de la série, nous retrouvons le personnage de Morgane dans la narration. Cepandant, elle n’est pas seule. Le récit alterne en effet entre le personnage d’Alisa, qui a été découverte quelques tomes plus tôt, et celui de l’héroïne. Cette mise en opposition des deux jeunes filles permet, tout au long de la lecture, de faire ressortir leurs ressemblances.
Dans le même ordre d’idées, nous prenons beaucoup de plaisir à découvrir les racines d’Alisa et ce qui la distingue des autres protagonistes. Morgan ne devient alors plus le centre de l’attention. Alisa, qui restait auparavant en second plan, devient plus importante. J’ai trouvé intéressant la manière dont cela était amené.
Dans l’ensemble, cependant, j’ai trouvé que le récit était plutôt prévisible. La montée des événements était évidente jusqu’à la toute fin. Je n’avais donc pas de surprises quant aux dangers qui guettaient les personnages. Tout de même, je n’en aurais pas attendu moins de cette histoire, puisqu’elle serait devenue trop simple si les péripéties ne se seraient pas rendues jusqu’au bout. En gros, en tant que lecteur, nous savons qu’il faut que les personnages affrontent réellement le danger qui les guette.
Enfin, ce tome-ci accentue le fait qu’Hunter ait des différends avec le Conseil pour lequel il travaille. Les deux tomes précédents de la série commençaient déjà à montrer que les opinions d’Hunter divergeaient de celles de l’institution. Dans celui-ci, la confiance du jeune homme envers le Conseil s’effrite encore plus. Ces changements sont intrigants. Nous en venons à nous demander de qu’il va advenir de cette institution et comment les choses vont évoluer par la suite.
Dans l’ensemble, donc, j’ai apprécié ma lecture. Je n’ai pas été surprise, mais j’ai aimé apprendre à connaître le personnage d’Alisa. Je me demande d’ailleurs quel rôle elle aura dans les derniers tomes… ou si elle va retourner au peu d’importance qu’elle avait auparavant.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une enquête intéressante en tous points

Relic

Par Douglas Preston et Lincoln Child

Résumé en quatrième de couverture :

Le Muséum d’histoire naturelle de New York prépare une grande exposition sur les croyances mystiques des peuples primitifs. Mais une série de meurtres sauvages sème la panique… D’où vient cette présence mystérieuse qui semble hanter les recoins du musée? C’est ce que Aloysius Pendergast, expert du FBI, est bien décidé à découvrir. La réponse pourrait-elle se trouver dans les sous-sols, là où ont été oubliées ces mystérieuses caisses, derniers vestiges d’une expédition en Amazonie dont personne n’est revenu?

Mon appréciation :

C’est la première fois que je lis un roman du duo Preston & Child, et je dois admettre que j’ai été agréablement surprise de ma lecture.
En tant que lecteur, nous sommes servi. Le roman regorge de détails concernant le musée et les recherches scientifiques qui y sont réalisées. La connaissance des deux auteurs permet de bien développer chaque élément qui est présenté dans le livre. Bien que nous pouvons ne pas tout comprendre des termes utilisés par les personnages érudits, certains moments de vulgarisation permettent de comprendre l’essentiel et de se sentir presque au même niveau que les protagonistes.
Le roman m’a paru intéressant dès le début. Rapidement, nous sommes plongés dans les faits. Quelqu’un ou quelque chose rôde dans les sous-sols du musée et s’en prend aux hommes de manière sauvage. Le sang coule, mais les hauts-placés du bâtiment veulent à tout prix présenter leur nouvelle exposition à la date promise. Cela présage d’avance d’un carnage, que le lecteur sait inévitable plus il progresse dans sa lecture. Il faut le dire aussi, l’entêtement de ces gens les conduit à un résultat que l’on devine rapidement.
J’ai beaucoup aimé la manière dont les personnages principaux en apprenaient davantage sur leur ennemi. Ses caractéristiques et son histoire étaient intéressantes jusqu’à la toute fin du roman, où toutes les pièces du puzzle sont mises en place (ou presque).
La fin du livre, elle aussi, est fort plaisante. Les auteurs laissent planer un certain mystère. C’est à se demander si les autres enquêtes de l’inspecteur Pendergast auront un lien avec Relic. Ma foi, j’ai vraiment envie d’en lire d’autres!

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Policier, Suspense | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Pas tout à fait à la hauteur.

Histoires de vampires, tome 14, Le vampire qui m’aimait

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Dougal Kincaid a quelque chose à prouver. Après avoir été blessé lors d’une bataille contre les Mécontents, il est prêt à reprendre du service et à protéger les mortels qui ne se doutent de rien de ces vilains vampires qui veulent régner sur le monde. Il doit cependant et avant toute chose apprendre à se maîtriser… car le simple fait d’entrevoir une certaine docteure adorable a comme conséquence d’inspirer sa main blessée à faire certaines choses particulières, sans parler de la sensation de brûlure intense qu’il ressent tout le long de son tatouage de dragon…
Des vampires? Des vampires?!? En tant que scientifique, Leah a de la difficulté à croire que ces créatures existent. Ils sont cependant là, devant elle, à lui demander son aide afin de résoudre un casse-tête génétique qui pourrait sauver l’humanité. Il y en a même un parmi eux qui porte un kilt et qui est plutôt séduisant! Elle n’a qu’à regarder les magnifiques yeux verts de Dougal pour que son rythme cardiaque accélère. Peut-elle toutefois lui faire confiance? Et que faire de ce désir irrésistible qui refuse de se taire?

Mon appréciation :

Après autant de tomes à la série, il fallait, pour Kerrelyn Sparks, trouver le moyen d’amener encore du nouveau à ses lecteurs. L’auteure a réussi sur certains points, mais d’autres le sont moins.
Tout d’abord, sur le plan de la bataille contre les Mécontents, les choses se passent plutôt bien. Avec le personnage de Leah, scientifique en génétique, les avancées promettent d’être intéressantes. Dans ce quatorzième volume, les gentils vampires développent des techniques pour affronter intelligemment leurs ennemis. Cependant, et c’est peut-être pour cela, le tome semble plus tranquille, moins mouvementé. Il y a toujours une part d’action dans le roman, mais elle est moins présente. La bataille la plus intéressante, à mon avis, est d’ailleurs assez courte. Ce point m’a déçue, puisque l’auteure amenait de nouvelles créatures dans l’aventure, soit des guerriers de Dieu. La scène était trop rapide, de sorte qu’il n’y a pas vraiment eu d’action par rapport au reste du livre.
Outre cela, la fin du roman m’a un peu aussi déçue. Malgré tous les événements que les personnages ont traversés, Leah et Dougal passent vite aux galipettes (la réussite de leur couple n’est pas une surprise pour personne).
Il n’empêche que j’ai aimé divers autres points. D’abord, il y avait la rivalité entre Lazlo et Dougal au début du roman. Les deux ont un œil sur Leah. C’était amusant de sentir cette petite rivalité et de découvrir les maladresses de chacun dans le but de séduire la jeune femme.
J’ai aussi aimé les difficultés qu’éprouvaient les personnages, dont Dougal et Leah, à la fin du roman. Je ne veux rien vous dévoiler, mais je dirais que cela était un peu émouvant. J’aimais bien que les choses n’aillent pas si bien. Autrement, cette histoire d’amour aurait été un peu trop simple.
En somme, j’ai apprécié ma lecture malgré quelques petites déceptions. Ainsi, j’ai beaucoup d’attentes concernant les deux derniers tomes de la série qu’il me reste à lire.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une lecture dans une lecture.

Sorcière, tome 11, Origines

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Mon nom est Rose MacEwan.
Nous sommes en l’an 1682.
Ce n’est pas une bonne époque pour les sorcières.
Et encore moins pour les Wodebayne.
À présent que j’ai trouvé mon âme sœur, je me sens presque en sécurité.
Je ferai tout en mon pouvoir pour le garder.
Je plains la sorcière qui essaiera de se dresser entre moi et mon grand amour.

Mon appréciation :

Comme pour le dernier tomeOrigines est bien différent de la trame narrative habituelle. Dans ce volume, ce ne sont que le prologue et l’épilogue qui mettent en scène les personnages de Morgan et d’Hunter. Le reste ou plutôt l’entièreté du roman se déroule dans le passé, avec Rose MacEwan, une ancêtre de Morgan. Cette histoire se présente sous la forme d’une lecture d’un journal pour les personnages principaux habituels.
Je dois admettre que j’avais un peu de mal, au départ, à me plonger dans ce récit bien différent. L’époque et tous les personnages sont nouveaux. Cependant, au fil de la lecture, j’en suis venu à apprécier davantage ce que j’avais sous les yeux.
Rose est un personnage de 17 ans qui désire trouver l’amour dans une société où les clans de sorcière se haïssent de plus en plus chaque jour. Nous le savons dès le départ, Rose va pencher peu à peu vers la magye noire. Ainsi, nous sommes intrigués, tout au long du livre, de découvrir comment Rose MacEwan va développer ce pouvoir et qu’est-ce qui va l’en motiver. Son innocence et sa bonne volonté, tout au long des épreuves, m’ont semblé une excellente façon de montrer l’attrait du pouvoir généré par la magye noire. J’ai donc assez apprécié le développement du personnage.
Ce que j’ai moins aimé, c’était que Morgan et Hunter soient complètement délaissés du tome. Ceux-ci lisent le journal de Rose, et ce, de façon continue. J’aurais apprécié une ou deux interventions, probablement. En même temps, je ne sais pas non plus ce que cela aurait pu amener à l’histoire.
Ainsi, j’ai bien aimé ma lecture. Mais j’ai surtout hâte de retrouver pour de bon les véritables personnages principaux de cette série. Si Morgan découvre davantage ses origines dans ce tome, c’est la manière dont elle va gérer cet apprentissage qui m’intéresse. À suivre dans le prochain tome, j’imagine! 🙂

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une BD pleine de culture.

Fun Home

Par Alison Bechdel

Résumé en quatrième de couverture :

Une petite ville de Pennsylvanie, un salon funéraire : le Fun Home. Alison grandit dans ce cadre peu banal, entre secrets de famille et blessures cachées. Jusqu’à ce qu’elle découvre son homosexualité et en même temps celle du tyran charmant qu’est son père.
Cette plongée vertigineuse dans les non-dits d’une famille américaine est le prétexte à revisiter l’une des plus grandes révolutions du XXe siècle — celle des genres sexuels.

Mon appréciation :

Mon avis est plutôt mitigé sur cette bande-dessinée. Il s’avère que je l’ai appréciée, mais que je sens que cela n’était pas à sa juste valeur.
En premier lieu, j’ai bien aimé suivre l’histoire du personnage d’Alison par l’entremise des images. L’aspect très visuel de chacun des éléments et des moments évoqués m’a bien plu. Cela me permettait une meilleure plongée dans l’ambiance de la famille dépeinte. Allant du papier peint de la maison d’enfance au caractère particulier du père d’Alison, tout était pertinent pour permettre un bon ancrage dans le récit.
Ensuite, concernant le récit en soi, je ne l’ai trouvé ni enlevant ni mauvais. Peut-être est-ce parce que l’on m’avait dit que cette bande-dessinée était merveilleuse et que cela m’a donné trop d’attentes. Ou peut-être est-ce simplement que cela ne m’a pas enivrée, bien que j’aie tout de même apprécié ma lecture. J’étais assez curieuse pour poursuivre ma lecture, en ne l’étant en même temps pas suffisamment pour m’empêcher de la déposer quelques temps.
Je ne me suis pas non plus attachée aux personnages. Parmi les principaux, celui d’Alison ne me ressemblait en rien, et ne venait donc pas me rejoindre. Quant à celui de son père, il ne me faisait ni penser à moi ni à mon propre père. En somme, je n’avais rien pour m’accrocher véritablement aux personnages. Ils ne m’étaient cependant pas désagréables non plus. Mais je crois que j’aurais aimé pouvoir m’attacher à eux et que cela me donne davantage envie de découvrir la suite.
Enfin, j’ai bien aimé que le livre mette de l’avant un grand nombre de références de toutes sortes, mais surtout littéraire. Le seul bémol était que je n’avais lu aucune des références évoquées. 😦 J’aurais vraiment aimé les avoir lues, puisque cela aurait transformée ma lecture. Des sens et des détails qui m’ont échappé me seraient apparus.
Peut-être que je relirai Fun Home plus tard, après avoir préalablement noté les références qui y sont faites et en avoir lu une partie ou des résumés. J’ai tout de même apprécié mon expérience de lecture et je ne vous déconseille pas de lire Bechdel.

Catégories : Bande-dessinée, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Changement de voix!

Sorcière, tome 10, Investigateur

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

J’aime Morgan.
Elle est mon âme sœur.
Mais je dois retrouver mes parents.
À présent, je détiens des renseignements.
Des pistes qui semblent prometteuses.
J’ai l’impression de m’approcher du but.
Mais suis-je assez fort pour supporter ce que je pourrais découvrir?

Mon appréciation :

Cela fait déjà quelques mois que j’ai lu le neuvième tome de cette série. Mais je dois admettre que je n’ai eu aucune difficulté à me replonger dans l’histoire.
D’abord, Investigateur est en quelque sorte en rupture avec les tous les précédents tomes de la série. Contrairement aux neuf autres volumes, celui-ci est raconté du point de vue de Hunter, le copain de Morgan. Pour la première fois, nous avons un accès complet à l’intériorité du jeune homme (nous l’avons déjà eu par intermittences avec des extraits de son livre des ombres). C’est très intéressant de découvrir l’entièreté de ses sentiments pour celle qu’il aime, mais aussi toutes les autres pensées qui le travaillent. J’ai, ainsi, bien aimé ce changement de voix qui permettait d’approfondir le protagoniste.
De plus, le roman ne se déroule pas au même endroit qu’à l’habitude. Hunter a l’occasion de partir à la recherche de ses parents et quitte donc Window’s Vale, mais aussi les États-Unis. Coup de chance, le personnage traverse la frontière et se retrouve au Québec, dans un type d’environnement qui est donc connu du lecteur Québécois. Si les passages où des personnages ont un dialogue en français laissent à désirer, le reste du voyage est divertissant. Allant du climat aux routes tortueuses, le lecteur retrouve des petits clins d’œils amusants.
Enfin, le récit en soi du roman est aussi intéressant. La relation qu’a Hunter avec son père est très complexe. Elle est aussi très peu aisée, et nous sentons combien cela affecte le jeune homme. Outre cela, Hunter a un travail d’investigateur à faire. Ce travail, le lecteur va s’en rendre compte, a un effet particulier sur la pensée de Hunter. Il suscite chez le héros des questions qui reviendront nécessairement dans les prochains tomes.
Ce dixième tome est bien différent des autres et donne bien envie de poursuivre la série pour en découvrir la conclusion, qui approche à grands pas.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une bonne idée, mais une déception d’ensemble.

ADDICT

Par Jeanne Ryan

Résumé en quatrième de couverture :

ADDICT est un jeu qui diffuse sur Internet des défis filmés en direct. Vee, 17 ans, ne sait pas si elle aura le cran d’y participer. Mais les organisateurs connaissent ses désirs les plus secrets et finissent par la convaincre avec des cadeaux qu’elle ne peut refuser, et un partenaire irrésistible…
Dès qu’elle fait équipe avec le beau Ian, Vee ne peut qu’accepter le défi suivant, puis un autre, et encore un autre… D’autant que l’engouement des milliers d’Observateurs en ligne la pousse à dépasser ses limites et ses peurs.
Bientôt, le jeu prend un tournant plus que malsain : dangereux. Mais comment décrocher quand on est devenu complètement addict?

Mon appréciation :

La bande-annonce de l’adaptation cinématographique, sous le titre Nerve, est ce qui m’a poussée à me procurer ce roman. Cependant, bien qu’elle m’ait donné envie de découvrir l’histoire de Vee, cette bande-annonce m’a menée vers deux déceptions : le livre et le film.
Tout au long de ma lecture, il me semblait qu’il manquait toujours quelque chose au roman. Soit c’était l’écriture qui était plus ou moins plaisante, soit c’était la maturité fautive des personnages, ou enfin des attentes qui n’étaient pas comblées.
J’ai trouvé le concept du jeu ADDICT plutôt intéressant. Cela exploitait à merveille la société d’aujourd’hui qui est toujours rivée à son écran et qui y dévoile sa vie par l’entremise des réseaux sociaux. Alors que le personnage de Vee se rend compte que les concepteurs d’ADDICT puisent dans ses informations personnelles diffusées sur Internet et qu’ils prennent le contrôle de son téléphone cellulaire, le lecteur peut se mettre à réfléchir à l’impact de la technologie sur la vie privée. Au fil du roman, le jeu auquel prend part Vee transgresse les lois pour forcer les participants à commettre des actes dangereux. Le lecteur peut alors s’interroger sur ce qui est raisonnable ou non.
Outre l’intéressant concept du jeu, le roman ADDICT n’est guère extraordinaire. Les défis sont davantage psychologiques que physiques et ne donnent pas toujours l’impression d’être très demandant. Je n’en voyais pas toujours l’intérêt. Tout particulièrement pour le dernier, qui durait beaucoup trop longtemps à mon goût et qui ne donnait aucune matière pertinente pour la réflexion ou la suite des événements.
La conclusion du roman laisse également à désirer. Un lien se fait avec le prologue, mais laisse des zones d’ombres. Le prologue renvoie à la fin du livre, mais seulement en partie, puisqu’il présente un moment que l’on ne revoit aucunement et qui n’est pas expliqué. Cela me paraissait étrange de ne pas avoir la conclusion de cette introduction au roman, qui laissait d’ailleurs un léger suspense. Mis à part cela, la dernière épreuve ne me semble pas à la hauteur, tout comme la résolution, qui est mi-facile mi-difficile. Si Vee éprouve des difficultés à retrouver le monde réel, elle s’en tire pourtant sans aucun dommage (ce qui est un peu étonnant sachant qu’ADDICT possédait une mine d’information sur l’adolescente).
Le film, quant à lui, est plus demandant sur le plan des défis. Sa finale, quant à elle, est plus riche en émotions. Cependant, elle montre une résolution très facile contre le système de jeu.
Cela fait donc de mon avis quelque chose de très mitigé qui tend un peu plus vers le moins bon. J’ai lu le roman par curiosité, mais je n’ai pas pu en apprécier l’intégralité. Il n’empêche que j’ai aimé le fait que les événements pourraient se dérouler dans un avenir très rapproché. L’idée était très bien pensée.

Catégories : Adaptations, Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Un tome rempli de questions!

Sorcière, tome 9, Conflit

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Des événements effrayants ont lieu autour de moi.
Quelqu’un utilise sa magye à des fins violentes.
Mes amis pensent que je suis responsable.
Ils ont tort.
Ce n’est pas moi qui suis hors de contrôle.
Mais comment le prouver…
avant qu’il ne soit trop tard?

Mon appréciation :

Après avoir relu les huit premiers tomes de la série, j’en suis rendue à découvrir les tomes suivants. Ce neuvième volume contenait une moins grande part d’action que certains des tomes précédents. En effet, cet élément est un peu mis de côté afin d’amener davantage de questionnements chez Morgan et les autres personnages de la série. Une grande partie de ces interrogations ne sont cependant pas résolues à la fin du livre. Cela augmente l’empressement à lire la suite.
Le lecteur s’interroge donc sur plusieurs éléments. Alice, la jeune protagoniste et amie de la sœur de Morgan, est la source de plusieurs questionnements. L’adolescente a des réactions particulières envers Morgan, ce qui nous amène à nous demander exactement ce qui les génère.
Mis à part cela, comme Morgan est victime de télékinésie, le lecteur attend impatiemment de découvrir l’auteur de ces actions. À mon avis, la véritable raison de ces preuves de pouvoir n’a pas été trouvée dans Conflit.
Dans ce tome, même si Ciaran est éloigné géographiquement de sa fille, sa présence reste bien marquée. Le personnage étant plutôt important dans la série, il est bien de savoir qu’il en fait toujours autant partie.
Finalement, j’ai bien aimé ma lecture, qui s’est faite très rapidement. S’il n’y a pas eu énormément d’action, j’espère que c’est parce que ce tome était une sorte d’intermède avant une suite plus mouvementée!

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Un nouveau type de personnages!

Histoires de vampires, tome 13, Sauvagement fou de vous

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Ce n’est pas courant pour Elsa Bjornberg de se sentir féminine, et ce n’est certainement pas le cas lorsqu’elle anime une émission de télévision portant sur la rénovation domiciliaire où elle peut démolir une cuisine sans effort. Par contre, elle se sent très certainement comme une femme dès le moment où elle rencontre Howard Barr, cet homme à la charpente digne d’un ours. Cette façon qu’il a de la regarder, comme si elle était un pot de miel qu’il aimerait lécher…
Howard n’est pas comme la plupart des hommes. D’abord, il est capable de changer de forme. Pour le reste, il a toujours pensé que ce béguin qu’il avait envers cette célébrité ne serait jamais rien de plus qu’une intense mobilisation de ses glandes salivaires quand il verrait Elsa à la télévision. Mais lorsque son employeur vampire décide de s’en mêler, la vedette se retrouve soudainement à sa portée — et à un cheveu de perdre la vie, car une ancienne malédiction leur interdit ce nouvel amour. Howard se retrouve soudainement déchiré entre son désir envers elle et son désir de la maintenir en vie.

Mon appréciation :

J’ai bien apprécié ma lecture de ce treizième tome (déjà treize!). Encore une fois, Kerrelyn Sparks sait où trouver l’inspiration pour amener du nouveau à ses lecteurs. Cette fois-ci, il s’agit d’une romance entre un être-ours et une femme qui apparaît d’abord comme une simple mortelle. Il se trouve qu’elle a finalement quelques capacités hors du commun. Cependant, les vampires ne sont pas à l’avant-plan, cette fois-ci, contrairement à plusieurs des autres tomes de la série.
Ce roman a beaucoup modifié la manière dont je visualisais Howard dans les volumes précédents. Tout de même, j’ai bien apprécié en savoir davantage sur lui. C’était un peu étrange au départ, puisqu’il est là depuis le début de la série, mais j’ai rapidement aimé ce personnage.
Afin de poursuivre sur cette lancée, la personnalité du personnage est directement liée à son côté animal. D’autant plus qu’Howard est massif, cela lui ajoute un côté bestial et sauvage qui a un quelque chose de séducteur. J’ai bien aimé ses métamorphoses en ours!
Concernant Elsa, j’aimais son personnage car elle amenait du nouveau à la série. En effet, elle et ses tantes sont un autre type de créatures surnaturelles. On en apprend peu à peu sur leur rôle et sur leurs capacités, ce qui est intéressant. Je suis bien curieuse de découvrir leur implication dans les prochains volumes.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé l’histoire. Pour une fois, même si le désir sexuel était présent considérant le côté animal d’Howard, cela était toutefois relégué au second plan, puisque la confiance devait être d’abord installée. Rien n’était trop précipité, et j’aimais ça.
Seul bémol : il y a eu quelques erreurs avec la mise en page, ce qui faisait en sorte que certains dialogues étaient mal agencés et que les lignes se mélangeaient. Je ne savais pas toujours qui parlait.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :