Articles tagués : Littérature anglaise

Une excellente BD sur la littérature!

En cuisine avec Kafka

Par Tom Gauld

Résumé en quatrième de couverture :

En quatrième de couverture de la bande-dessinée, nous n’avons aucun résumé, aucun texte. En fait, il n’y a qu’une seule image, probablement révélatrice de la bibliothèque personnelle de nombreux lecteurs. La voici :

En cuisine avec Kafka - Extrait 2

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

Cette bande dessinée m’a fait de l’œil un bon moment. Je ne m’étais pas résignée à me l’acheter encore. Toutefois, je l’ai finalement eue en cadeau, et j’en étais bien contente. Mais encore, j’ai attendu quelques mois avant de la lire. Pourquoi? Parce que ce sont tous des petits gags qui se lisent très rapidement et que je voulais faire durer le plaisir. J’ai fini par flancher.
J’ai bien apprécié ma lecture, ça c’est sûr. J’adore la littérature, et j’ai fait mes études dans le domaine. J’étais donc bien équipée pour passer un agréable moment avec cette bande dessinée qui parle, critique, pense et rit de la littérature.
Dans En cuisine avec Kafka, le bédéiste met de l’avant la littérature classique et la science-fiction. Une bonne connaissance des classiques de la littérature permet de faciliter la compréhension des gags. Tantôt, c’est Jane Eyre qui est évoqué, tantôt ce sont d’autres textes maintes fois repris. Se mêlent à cela de nombreuses cases abordant la technologie et le futur : mises en scène avec les tablettes électroniques, personnifications de robots, etc. Aussi, les planches évoquent le milieu littéraire, tout particulièrement avec l’auteur et son écriture, les schémas narratifs et actantiels, ainsi que les adaptations des œuvres.
L’un des gags, très simple, fait dialoguer un livre à lire pour l’école avec un étudiant. Nous n’avons accès qu’aux paroles du livre qui, au fil des cases, a du mal à se rendre compte que l’étudiant ne le lira jamais. Et cela se juxtapose à nombre de nos connaissances qui, à l’école, préféraient se contenter du film ou de la page Wikipédia de l’œuvre à l’étude. 😉
J’admets avoir vraiment apprécié ma lecture. Mais j’avoue aussi n’avoir pas compris 100% des planches. 😛 Cela n’a toutefois pas diminué mon plaisir. Au contraire, j’ai bien envie de lire les textes qui semblent manquer à ma culture. Pour le reste, je me suis régalée. Nombreuses sont les pages que j’avais envie de montrer à quelqu’un afin de partager un sourire.
En cuisine avec Kafka est une bande dessinée à lire pour les amoureux des mots et du milieu littéraire.

 

 

Publicités
Catégories : Bande-dessinée, Livres adultes | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Voyage inactif, intérêt intermittent

La machine à explorer le temps

Par Herbert George Wells

Résumé en quatrième de couverture :

« Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur; tantôt roux, tantôt verts; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée — ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s’évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps. »

Mon avis :

Ahh… J’ai été déçue par ma lecture, que j’aurais pourtant tant voulu apprécier. C’est peut-être aussi parce que je le voulais trop que je n’ai pas beaucoup aimé. Mais probablement aussi parce que c’est un récit de l’inaction qui n’est pas très récent non plus.
Je n’étais donc pas captivée par ma lecture. Dès le début, je n’ai pas développé d’intérêt particulier pour les personnages du récit. Nous en rencontrons quelques uns dès les premières pages, puis tous s’effacent pour laisser la place à l’Explorateur du Temps, un homme qui ne fait presque que cela, explorer. Parce que durant ses deux voyages, l’Explorateur du Temps n’est guidé que par la curiosité de voir comment le futur va se dérouler, et ce, jusqu’à la fin du monde, ou presque.
Durant son premier voyage, le plus long, il se retrouve dans un futur plutôt éloigné où la bourgeoisie et le prolétariat sont devenus davantage distincts. Les êtres humains deviennent des créatures toutes semblables selon deux catégories : les bourgeois sont pâles, frêles, ne font rien et se terrent en mangeant des fruits; les prolétaires sont monstrueux, vivent dans la noirceur, construisent des machines qui maintiennent en vie les bourgeois… pour en faire leur nourriture. (Désolée d’avoir révélé l’information.) L’Explorateur ne fait pas grand chose d’autre que d’observer ces deux groupes opposés et de rechercher sa machine qui lui a été subtilisée pendant une tentative de fraternisation. Toutefois, le deuxième voyage, très court, m’a davantage plu. J’ai quand même aimé voir la vision qu’avait l’auteur d’un futur possible et très très très lointain. Et ça n’est aucunement joyeux.
Ainsi, c’est l’inactivité que je n’ai pas aimé, mais aussi tous les questionnements sociologiques et politiques que se posait l’Explorateur du Temps. Ça alourdissait terriblement le texte pour une lectrice comme moi, qui ne suis pas tant captivée par ce genre d’interrogations.
Par contre, il y a quelques points que j’ai appréciés. Deux, outre le deuxième voyage. La narration est intéressante dans la mesure où le récit de l’Explorateur du Temps se fond dans celui du narrateur. Le narrateur est un témoin de ce qu’a raconté l’Explorateur à la suite de ses voyages. Et les deux s’imbriquent très bien. Enfin, j’ai apprécié le mystère qui englobe l’avenir incertain du personnage de l’Explorateur du Temps à la fin du roman. Notre narrateur-témoin n’a plus de nouvelles, et c’est à nous, lecteurs, de supposer ce qu’il peut bien se passer dans le temps.
Au final, donc, si je n’ai pas été divertie par ma lecture comme je l’aurais souhaité, j’y ai tout de même apprécié certains éléments. Je suis plutôt contente d’avoir lu l’un des tous premiers romans à traiter du voyage dans le temps, ça oui. 🙂

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , | 2 Commentaires

Plus proche de l’enquête

Harry Potter, tome 6, Et le Prince de Sang-Mêlé

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley? Dans quels extraordinaires voyages au coeur de la mémoire va-t-il l’entraîner?

Mon appréciation :

Ouf… j’ai probablement fait une erreur en lisant tout de suite le sixième tome après le deuxième (j’ai tout de même visionné les films entre les deux), mais je n’avais pas le choix étant donné mon temps limité (cette lecture était pour un cours). Ainsi, j’étais confrontée à certains manquements dans mes connaissances de l’univers et des personnages. Cela m’a certainement nui un peu.
J’ai trouvé que le roman ne contenait pas énormément d’action, mais qu’il relevait plutôt de l’enquête. C’était intrigant d’amasser les morceaux du casse-tête de l’existence de Voldemort, mais cela manquait de piquant. Cela a changé à la fin du récit, mais j’ai trouvé que c’était tard.
C’est très drôle, car j’en ai certainement entendu parler à un moment où à un autre, mais je ne m’attendais pas du tout à la mort du personnage à la fin du livre. Il me semblait que tout devait réussir à Harry. Mais j’ai trouvé que c’était bien. Ainsi, ça ne peut qu’emmener le personnage et son aventure ailleurs. Plus précisément, cela peut le sortir du cadre trop scolaire des romans, où l’horaire des cours prend une place assez marquée.
Le début m’a un peu déçue à cause des enfantillages entre les personnages et leurs histoires de cœur. Je m’en lassais un peu, mais c’est peut-être à cause de mon âge au moment de ma lecture. Et aussi parce que je sais avec qui Harry et Ron vont finir la série. Ça ne m’intéressait donc pas beaucoup.
Ce que j’ai aimé, par contre, c’était le manuel scolaire que possédait Harry. J’aurais aimé ça, moi aussi, posséder un tel livre pour performer en classe. J’ai horreur d’abîmer, d’annoter ou de saccager un livre, mais je le trouvais plutôt intéressant et… pertinent. 😛
Ainsi, je n’ai sans doute pas apprécié ce roman à sa juste valeur. Tout de même, je vais probablement lire la suite, mais en passant par les tomes manquants cette fois-ci, lorsque l’occasion se présentera. 🙂

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

L’intérêt de Harry Potter commence lentement à se faire sentir

Harry Potter, tome 2, Et la Chambre des Secrets

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry Potter trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Mon avis :

La lecture de ce second tome m’a davantage plu que celle du précédent. L’histoire me semblait mieux écrite et moins enfantine, ce qui a rendu ma lecture plus agréable. Le récit s’attarde davantage sur les événements et donne moins l’impression d’une succession ininterrompue d’actions visant toujours le jeune Harry Potter. J’ai bien apprécié ce changement.
J’ai aussi aimé l’énigme que Harry et ses amis avaient à résoudre afin de découvrir le mystère de la Chambre des secrets. Il y avait toutes sortes d’éléments à analyser avant qu’ils ne trouvent l’entrée de la Chambre et ne sachent qu’elle bête s’y trouvait. J’aimais particulièrement voir que les détails qui faisaient partie du mystère de la Chambre et de son monstre soient bien disséminés tout au long du roman. Ainsi, les personnages qui semblaient aux premiers abords peu utiles avaient leur lot de sens (le jeune photographe, par exemple).
Je n’ai pas du tout aimé le professeur Gilderoy Lockhart, mais je reconnais qu’il amenait sa part de choses amusantes. Cet homme, qui pullule le ridicule, me déplaisait d’avantage que ça pouvait être le cas pour Harry et Ron.
Enfin, j’ai trouvé un peu cocasse et étrange la manie des personnages à être attirés vers l’infirmerie. Il me semble que depuis le premier tome, c’est un lieu plutôt fréquenté dans la série. 😛 Puis, je trouvais cela un peu drôle comme les protagonistes n’étaient pas vraiment affectés par les fantômes, par exemple. Ces créatures, qui circulent dans l’école, sont assez morbides, mais l’horreur de leur mort ne semble pas déranger du tout les étudiants de Poudlard.
Néanmoins, j’ai apprécié ma lecture. Je n’ai toujours pas le coup de cœur qu’ont eu nombreux de mes amis, mais je vais quand même poursuivre ma lecture.

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

J’ai enfin commencé à lire Harry Potter…

Harry Potter, tome 1, À l’école des sorciers

Par J. K. Rowling

Résumé en quatrième de couverture :

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom?

Mon avis :

Croyez-le ou non, je n’avais jamais lu un seul tome de cette série culte jusqu’à ce jour! Sa popularité, lorsque j’étais plus jeune, ne m’intéressait pas. Si je l’ai lu aujourd’hui, c’est parce que je devrai lire bientôt le sixième tome pour un cours sur les best-sellers.
J’ai eu du mal à embarquer dans l’histoire lors de ma lecture des premiers chapitres. Puis, à mesure que je lisais, je reconnaissais des choses que j’avais vues il y a longtemps dans l’adaptation cinématographique ou dans le jeu vidéo sous forme de Lego auquel j’ai déjà joué. J’ai donc surtout pris plaisir à découvrir l’origine de ces adaptations.
Ce premier tome, écrit pour des enfants de dix ans et plus, se lit très facilement. Certains événements se passent assez rapidement, probablement en raison du public cible. Une année scolaire complète s’écoule en quelques 360 pages, ce qui fait que les péripéties s’enchaînent les unes derrière les autres. Le lecteur ne peut donc pas s’ennuyer durant sa lecture. Ça n’est pas mauvais du tout comme idée, mais j’ai eu l’impression que le récit se déroulait en quelques semaines à peine et que cette suite d’actions donnait l’impression que tout arrivait à Harry, ce qui était plus ou moins crédible. L’épaisseur des tomes suivants me laisse présager qu’ils jouent sur la durée ou qu’ils accumulent les péripéties (à cela, j’imagine que nombreux sont ceux qui peuvent me répondre).
Sur le plan des personnages, il faut dire qu’ils sont plutôt attachants. Nous nous mettons rapidement à les apprécier. Harry et Ron d’abord, puis Hermione et Neville. Et même Rogue lorsque nous connaissons ses véritables motivations. Leurs personnalités et le cadre scolaire qui les entoure est sans doute ce qui contribue à fidéliser les lecteurs, qui peuvent se reconnaître ou reconnaître leurs proches en eux.
Je dois donc admettre que j’ai tout de même passé une agréable lecture malgré mes appréhensions. Avec tout ce qui s’est dit sur cette série et connaissant nombre de personnes qui en sont fans, j’avais certaines attentes. Je n’ai pas été trop déçue, mais je n’ai pas non plus été émerveillée.
J’imagine que je vais devoir lire et étudier les autres afin de forger mon opinion sur cette série phénomène qui ne cesse de trouver de nouveaux adeptes en librairie (la série complète se faisait offrir en cadeau durant les Fêtes, là où je travaille).

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , , | 2 Commentaires

Une aventure étonnante!

Les trente-neuf marches

Par John Buchan

Résumé en quatrième de couverture :

Richard Hannay, ancien ingénieur des mines en Afrique du Sud, périt d’ennui dans sa garçonnière londonienne. Tard dans la nuit, un inconnu tambourine à sa porte, affolé, et le conjure de l’aider. Il se dit poursuivi par les agents de la Pierre-Noire, une organisation secrète ultra-puissante qui fomente un complot diabolique pour mettre l’Europe à feu et à sang. Avant que Hannay n’ait pu enregistrer toutes ces informations invraisemblables, le visiteur est poignardé, laissant derrière lui un message codé : « Les trente-neuf marches. Haute mer à 22h17 »…

Mon appréciation :

Au cégep, je suis allée voir la pièce de théâtre des 39 marches. Puis, j’ai appris qu’il y avait un film, et je ne l’ai toujours pas vu. Par contre, quand j’ai appris qu’il y avait un roman avant toutes ces adaptations, et que je pouvais le lire pour un travail scolaire, je me suis dit « pourquoi pas ». Pourquoi ne pas découvrir le avant du film, le avant de la pièce? J’ai sauté sur l’occasion.
J’ai bien aimé que l’histoire diffère de la pièce de théâtre sur de nombreux points. Je lisais quelque chose de nouveau et d’intrigant. J’étais la proie de plusieurs surprises tout au long de ma lecture. Je ne pouvais anticiper la suite.
J’ai beaucoup apprécié le personnage de Hannay. Il avait quelque chose de bien sympathique, et ses talents m’amusaient. Poursuivi par les hommes de la Pierre-Noire, Hannay a usé d’un grand nombre de stratagèmes pour berner ses ennemis, sans oublier ses compétences physiques (dont un très bon cardio). C’est surtout grâce à ce personnage que j’ai été surprise du déroulement des événements. L’homme arrivait à se sortir de situations très complexes de toutes sortes de manières. Rusé, mais aussi bon comédien, il se faisait toujours (ou presque) des amis pour l’aider.
L’histoire en soi était intéressante, bien que j’ai moins apprécié les parties où il était question de politique. Je préférais de loin les poursuites. 😛 Il n’empêche, j’aimais bien l’idée de complot, que seul Hannay semblait assez compétent pour déjouer.
Les chapitres étaient un peu longs, mais l’écriture était assez simple pour être bien comprise. Une grande importance était accordée aux descriptions, mais cela n’était pas trop lourd. Au contraire, pour bien sentir le sentiment d’aventure que vivait Hannay, les descriptions de paysages étaient pertinentes. Celles des vêtements et des esthétiques des protagonistes l’étaient tout autant afin de renforcer l’idée de tromperie et de comédie que se jouaient les personnages entre eux.
Dans l’ensemble, j’ai donc passé un très agréable moment. Peut-être écouterai-je le film, histoire d’avoir parcouru l’univers en entier. 😉

Catégories : Aventure, Livres adultes, Policier | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Une détective privée empathique!

La proie pour l’ombre

Par P. D. James

Résumé en quatrième de couverture :

Cordélia Gray n’a pas froid aux yeux. C’est une qualité utile quand on exerce le métier de détective privée.
Lorsque Sir Ronald Callender l’engage pour enquêter sur le suicide de son fils Mark, elle se met bravement à l’ouvrage et débarque à Cambridge, par un beau matin d’été. Promenades sur la Cam, parties échevelées. Pour un peu, Cordélia se laisserait gagner par la douceur des choses. Mais ce qu’elle découvre n’a rien d’aimable : la haine de classe, la médiocrité et le sadisme rongent cette société en décomposition.
Est-ce le mal de vivre qui a poussé Mark Callender à se tuer? Ou bien quelqu’un l’a-t-il froidement éliminé, maquillant le meurtre en suicide? La menace est toujours là, prête à surgir si on l’approche de trop près. Et c’est exactement ce que Cordélia a l’intention de faire.

Mon appréciation :

La proie pour l’ombre est un livre qui m’a plu sur différents aspects. D’abord, c’est le personnage de la détective qui m’a captée. Sa personnalité est mise en place dès le début, ce qui permet de bien la cerner et de comprendre les décisions qu’elle prend ensuite. Elle a un caractère assez fort qui lui permet de bien exécuter son rôle de détective et de garder son sérieux. Cela est d’autant plus pertinent, puisqu’elle tente de se faire une place dans un métier habituellement masculin. S’ajoute à cela sa bonté, qui fait d’elle une personne attachante. Elle se familiarise très bien avec les autres protagonistes, ainsi qu’avec sa perception qu’elle a du défunt Mark (elle s’en rapproche mentalement afin de comprendre ses agissements et tenter de résoudre son enquête).
L’enquête elle-même est intéressante. Cordélia travaille sur une affaire déjà classée comme suicide. Rapidement, elle se demande si la mort de Mark Callender n’était pas plutôt un assassinat. En poussant son enquête, la détective se met en danger. Un des sbire du criminel veut éviter les ébruitements. En bref, l’enquête de Cordélia est à la fois complexe et dangereuse.
Finalement, ce qui est intéressant avec ce roman de P.D. James, c’est que l’auteure montre que son héroïne a des principes et qu’elle y tient. La finale du livre est tout à fait révélatrice de ces principes, mais je vais vous laisser la découvrir par vous-mêmes. Il n’empêche que je dois dire que j’ai aimé cette résolution à laquelle je ne m’attendais pas du tout!
Oh, et pour les intéressés, ceci est la première enquête du personnage de Cordélia Gray. Il est donc possible de la suivre dans d’autres romans. Je vais probablement me laisser tenter. 😉

Catégories : Livres adultes, Policier, Policier et cie | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une enquête bien élaborée.

Sherlock Holmes, Le chien des Baskerville

Par Conan Doyle

Résumé en quatrième de couverture :

Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d’une lande sauvage : quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c’est la mort.
Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville, les hurlements lugubres qui s’échappent parfois du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent la sinistre légende.
Dès son arrivée à Londres, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme : « Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande. » Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall, en compagnie de Sherlock Holmes et du fidèle docteur Watson.
Captivant, angoissant, Le Chien des Baskerville est l’une des plus célèbres aventures de Sherlock Holmes et a fait l’objet de nombreuses adaptations cinématographiques.

Mon appréciation :

Enfin, je peux désormais dire que j’ai lu un roman qui met en scène le populaire personnage de Sherlock Holmes!
Bien entendu, comme Le chien des Baskerville est un roman d’enquête, la construction est semblable aux romans d’Agatha Christie, de la même époque. Par contre, Holmes semble un peu plus fonceur que Poirot. Sherlock Holmes semble se précipiter davantage sur les lieux pour attaquer la source. Watson, son coéquipier, donne aussi plus d’éléments analytiques au lecteur, qui devine donc plus facilement le coupable.
Le lecteur en apprend de plus en plus au fil de sa lecture concernant les faits précédents et suivants le meurtre qui a déclenché l’enquête. On sait également avant la fin qui est le coupable. Cependant, les manigances complètes de ce dernier sont, quant à elles, révélées dans le dernier chapitre. Néanmoins, le lecteur en sait déjà beaucoup avant la conclusion tant attendue, ce qui diminue de beaucoup la surprise.
Le chien des Baskerville est une lecture bien agréable qui est aussi intrigante et qui mêle une petite dose de fantastique.
Finalement, comme j’avais déjà visionné les récents films de Sherlock Holmes mettant en scène Robert Downey Jr, je prenais plaisir à lire l’aventure avec les apparences des acteurs et leurs manies. Cela ajoutait un visuel intéressant!

Voici la bande-annonce d’une vieille adaptation en film :

Catégories : Adaptations, Livres adultes, Policier, Policier et cie | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une longue et complexe enquête de Poirot!

Les Quatre

Par Agatha Christie

Résumé provenant du site le Livre de Poche :

Hercule Poirot semble enfin avoir trouvé des adversaires à sa mesure : un quatuor criminel, dont le but n’est rien moins que de s’assurer la domination du monde. Rude bataille en perspective!

Mon appréciation :

J’ai l’impression d’avoir enfilé des pantoufles confortables et de m’être enfoncée dans un fauteuil moelleux à souhait en plongeant dans cette autre enquête d’Hercule Poirot, ce petit homme rond à moustache. En lisant un roman d’Agatha Christie, c’est un peu comme si l’on dévore les délicieux biscuits de notre enfance. C’est appétissant et on connaît la recette! Qui plus est, on ne s’en lasse qu’après une grosse grosse… grosse indigestion (difficile de se lasser des recettes de ma mère, je l’admets 😛 ). Voilà comment je me suis sentie en lisant Les Quatre. Non pas que j’aie eu une indigestion, mais que je me suis régalée d’une lecture chaleureuse et agréable.
C’est toujours un plaisir de renouer avec Hercule Poirot, de retrouver ses manies et ses manigances. Nous le voyons, Poirot se sert bien souvent un peu de son collègue, Hastings. Parlant de ce dernier, je l’apprécie toujours autant.
Mais revenons à ce détective belge…
Dans cette aventure, Hercule Poirot ne dévoilera pas entièrement tout à la fin de l’histoire. Contrairement à d’autres livres, tel que Le meurtre de Roger Ackroyd, le personnage fera diverses révélations à mesure que des éléments de l’enquête seront résolus. Après tout, c’est contre quatre protagonistes qu’il se « bat ». Ainsi, dès lors que l’un d’eux est identifié hors de tout doute, le lecteur en est averti. Cela crée une sorte de progression dans la résolution de l’énigme, progression qui permet davantage au lecteur d’être participant à l’enquête. Il n’empêche, bien entendu, que Poirot se garde toujours une révélation finale. 😉
Quant à cette fameuse fin, parlons-en! Elle n’est pas très surprenante, il faut dire. Cependant, sans trop vous en dévoiler, je dirais qu’il reste une sorte de mystère concernant l’un des coupables… on ne sait pas exactement qui il est! Nos méninges continuent donc de tourner même lorsque le livre est terminé. À moins que ce soit moi qui suis passée à côté d’un détail durant ma lecture… haha!
Finalement, ce fut un petit plaisir de lire ce livre d’Agatha Christie. Comme toujours, la lecture est simple et agréable! Comme une bonne recette classique de notre enfance, histoire de continuer ma métaphore.

Voici la bande-annonce d’une des adaptations du livre :

Catégories : Adaptations, Livres adultes, Policier, Policier et cie | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une sexualité plutôt intense.

Une proposition

Par A.J. Molloy

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Jeune Américaine, Alexandra Beckmann, surnommée X, se rend à Naples pour y faire des recherches sur la Camorra, sujet de sa thèse d’histoire. Assoiffée d’aventures et désireuse de rompre avec la vie sage qu’elle a menée jusqu’ici, elle explore les rues italiennes ensoleillées.
À la terrasse d’un café, elle fait la rencontre d’un homme fascinant, lord Marcus Roscarrick, aristocrate et milliardaire anglo-italien. Tombée sous son charme, elle n’a plus qu’une idée en tête : le revoir. Mais Marcus, membre d’un cercle très fermé, n’est pas tout à fait libre de faire ce qu’il veut ni d’aimer comme il veut… Commencera alors un jeu de séduction tel que X ne pourra résister, et qui les mènera tous deux dans une relation tourmentée et douloureuse. X est-elle allée trop loin? Pourra-t-elle se dégager de l’emprise de son amant?
Une histoire d’amour où se mêlent danger, suspense et sensualité dans une Italie envoûtante et vertigineuse de plaisirs.

Mon appréciation :

Ce fut ma première lecture où l’on retrouve du sadomasochisme et ce fut assez… particulier. Il n’empêche que les différents passages sexuels étaient plutôt bien construits sur le plan de la mise en scène. Le personnage de Alexandra doit passer à travers un certain nombre d’épreuves pour pouvoir avoir une véritable relation avec Marcus Roscarrick. Bien évidemment, ce sont ces épreuves qui sont l’aspect le plus sexuel du roman. Cependant, même si les actions étaient un peu déplaisantes à mon avis (enfin, chacun ses goûts en ce domaine), je trouvais que ce qui précédait les actes était bien amené. Le tout est mystérieux et, en tant que lectrice, on s’interroge sur les événements qui vont suivre… qui sont sans douceur, voire bestiaux.
Lors de ces mises en scène, c’est là que le personnage de X m’a le plus plu. Elle doutait de ce qu’elle faisait, elle s’interrogeait à savoir si elle ne devrait pas tout arrêter et oublier et elle était même effrayée. Puis, étant donné son profond coup de foudre, elle prenait son courage à deux mains et se laissait faire et guider pour chacune des expériences. Les premières fois, j’ai apprécié cette forte volonté proportionnelle à son amour pour le milliardaire. Par contre, au fil du temps, et parce que les épreuves étaient de niveaux de plus en plus élevés, j’ai eu l’impression que le personnage n’était plus elle-même, mais plutôt une simple marionnette qui acceptait tout sans condition. Alexandra a beau vouloir vivre une aventure et changer sa routine de vie un peu banale depuis son adolescence, elle a trop changé à mon avis. Je ne m’accrochais plus au personnage et n’ai eu aucune sympathie au moment le plus triste pour elle.
Mis à part cela, j’ai aimé mes quelques visites dans l’Italie, de même qu’à d’autres endroits. En effet, lord Roscarrick n’hésite pas à utiliser sa fortune pour faire voir toutes sortes de lieux merveilleux à celle qu’il aime… de manière légèrement trop possessive. Ainsi, comme la jeune femme, je me suis plu à faire ma touriste lors de ces moments. Quelques fois, même, j’allais sur Google pour avoir un visuel véritable de ce qui était décrit.
En somme, si les décors étaient fort jolis et intéressants, la brutalité était trop omniprésente à mon goût.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :