Articles tagués : Littérature québécoise

Un retour un peu particulier.

Les 5 derniers dragons, tome 11, Dracontia

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Malphas n’est plus que l’ombre de lui-même, cherchant l’apaisement et un second souffle. Isolé et bien caché, il reprend du poil de la bête à Dorado lorsqu’il entend dire qu’Andrick, le chef des chevaliers du pentacle, recherche une pierre noire connue sous le nom de dracontia; cette pierre lui permettra possiblement de réintégrer son corps délaissé depuis plus d’un siècle dans une crypte.
Alors, une lutte à deux s’engagera afin d’acquérir cette pierre. Qui des deux mettra la main sur la dracontia, cette pierre gardée secrète et bien camouflée à Dorado?

Mon appréciation :

Quelques mois ont séparé ma lecture du dixième tome avec celui-ci. J’ai donc eu un peu de mal à me replonger dans l’histoire, étant donné les nombreux personnages et les liens qui les relient chacun entre eux. Il n’empêche que je crois que je m’en suis bien sortie, puisque j’ai très rapidement terminé ce volume.
Concernant la forme du récit, j’ai apprécié la taille des chapitres, qui était généralement assez courte. Cela me permettait de les enchaîner rapidement les uns après les autres… et je dévorais d’autant plus vite ce petit roman. De plus, et cela n’est pas nouveau, j’ai bien aimé que certains chapitres varient sur le plan des personnages suivis. Ainsi, le lecteur passe d’un passage où l’attention est centrée sur les chevaliers du pentacle à un autre où elle se concentre sur Malphas, par exemple. Cela permet d’avoir un point de vue d’ensemble sur tous les éléments qui se produisent tout au long de la lecture et ne laisse que très peu de choses se produire en hors champ. Le lecteur peut se permettre d’être à l’affût de tout!
L’histoire en soi était aussi assez bien. Alors que nos héros sont de retour sur leurs terres, il apparaît que leur aventure n’est pas encore terminée (bien entendu, il reste un tome à la série 😉 ). Il semble rester encore quelques épreuves à réaliser, et cela intrigue quant à la suite de la série.
Le petit bémol que j’ai remarqué de cet avant-dernier tome était qu’il me semblait plus facile pour les héros que plusieurs autres. J’ai trouvé que les épreuves n’étaient pas aussi ardues pour les personnages que l’on suit depuis déjà longtemps. La réussite de la mission d’Andrick réside plutôt en une bonne chance qu’en quelque chose de réellement éprouvant. L’affrontement contre Malphas, lui aussi, ne semblait pas bien complexe. Je m’attendais donc à plus de la presque-fin d’une longue aventure.
J’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. La lecture est simple et toujours facile. Les dialogues ne sont pas vraiment plus matures, mais ils ont le mérite de divertir. J’ai bien hâte de découvrir ce que me réserve le dernier tome.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un roman du terroir qui se laisse apprécier!

Le Survenant

Par Germaine Guèvremont

Résumé en quatrième de couverture :

Le Survenant est un grand roman d’amour et de liberté. Cette œuvre, qui a été adaptée pour la télévision où elle a connu un véritable triomphe, a valu à son auteur une audience internationale. Germaine Guèvremont compte parmi les figures majeures de la littérature québécoise du XXe siècle. De génération en génération, ses lecteurs continuent de se multiplier.

Mon appréciation :

J’ai découvert Le Survenant dans le cadre d’un cours de Corpus québécois durant l’une de mes sessions à l’université. N’ayant que très peu goûté aux romans du terroir, j’étais un peu craintive quand j’ai entamé le roman. Bien vite, cependant, je me suis laissée happer par l’histoire du Survenant, un personnage dont on ne connaît ni la provenance exacte, ni les pensées les plus profondes.
Le style d’écriture de Germaine Guèvremont m’a bien plu. La lecture est riche et agréable. Les dialogues, eux, sont très vivants et mettent en évidence le parler québécois de l’époque sans être lourds. Le roman présente également quelques extraits de chansons, ce qui donne envie de les écouter par la suite.
Aux premiers abords, c’est le personnage du Survenant qui intrigue et qui passionne. L’homme est un réel mystère ambulant. Personnage aux multiples talents et sans origine, le Survenant transforme les autres protagonistes par sa simple présence au Chenal du Moine. Il n’y reste qu’un an, étant donné sa condition de nomade, mais il laisse un vent de changement à la suite de son départ. Le héros du roman de Guèvremont permet d’aller chercher beaucoup de profondeur chez les autres personnages du récit. Le lecteur découvre alors davantage l’hôte du voyageur, et sa famille, mais aussi Angélina, vieille fille qui est enfin tombée sous le charme d’un homme, toutefois inaccessible.
Le roman se lit vraiment très bien et rapidement. Il fait partie d’un diptyque avec Marie-Didace, qui met en scène un nouveau personnage d’étranger dans la famille des Beauchemin, ceux qui avaient accueilli le Survenant. Je vais probablement lire cette suite dès que j’en aurai l’occasion!

Catégories : Historique, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une déception finale.

Les 7 secrets, tome 3, 7 secrets à faire frissonner

Par Judith Bannon

Résumé en quatrième de couverture :

Laurie, qui poursuit sa brillante carrière au complexe de plein air Black Snow, n’a pas le coeur à la fête à l’approche de Noël. Non seulement Alex se montre distant et insensible à son endroit, mais elle est aussi confrontée à d’étonnantes sculptures de glace qui apparaissent quotidiennement sur la montagne.
Qui en est l’auteur, et quel message portent-elles? Habituée des énigmes obscures de la sorte, la femme d’affaires n’en a pourtant pas la moindre idée.
Majestueuses, les sculptures arrivent bientôt assorties de blocs de glace qui se veulent menaçants. Seul un message, publié chaque jour sur les réseaux sociaux et signé d’un pseudonyme, complète ces cadeaux qui font frissonner. Aucun doute, Laurie est directement visée par la manoeuvre.
Avec le soutien de ses meilleures amies et de sa famille, Laurie tentera de comprendre la signification du troublant phénomène qui la tourmente. Peut-être pourra-t-elle du même coup décoder les comportements contradictoires d’Alex… Résister au désir et à ses pulsions envers son ex sera-t-il plus facile que résoudre le mystère? Sa relation avec Alex s’en trouvera-t-elle refroidie une fois pour toutes?

Mon appréciation :

Encore un tome qui ne me fascine pas. Ayant acheté la série complète d’un seul coup, je me suis dit qu’il fallait bien que je les lise. Je n’ai pas détesté ma lecture de ce tome final, mais plusieurs éléments m’ont fait tiquer.
Tout d’abord, j’ai aimé l’idée qu’une petite enquête soit mêlée à l’histoire. Au départ, les géantes sculptures de glace étaient un peu intrigantes, mais ce sont ajoutées celles qui représentaient réellement une menace. Ces secondes sculptures, beaucoup plus petites, étaient les plus fascinantes. La conclusion de cette machination n’était pas mauvaise non plus. Par contre, celle des grandes sculptures n’était pas du tout à la hauteur. Ce mystère meuble essentiellement tout le roman, et le dévoilement du «  coupable » est décevant dans la mesure où il donne l’impression d’être faux, superficiel. Il faut dire aussi que l’identité de ce coupable devient très évidente à partir d’un certain moment du livre. La surprise n’est donc pas au rendez-vous.
Sur le plan des personnages, c’est surtout celui d’Alex qui m’a déçue. Fâché contre Laurie, mais toujours amoureux (une évidence!), il la repousse très durement. Il est froid et presque méchant envers la femme. Cette dernière, tout de même, va lui pardonner et passer par-dessus ce caractère déplaisant. Bien qu’elle soit, elle aussi, amoureuse, je me demandais vraiment comment elle pouvait pardonner si vite et si facilement à Alex. Si cela avait été de moi, je l’aurais traité en trou de cul. 😛
Le thème de la confiance revient beaucoup dans le roman, comme c’était le cas dans les autres. Sauf qu’il y a des maladresses à ce sujet. Alex demande toujours à Laurie de lui faire confiance, peu importe ce qu’il entreprend. Elle ne doit pas le questionner et doit le croire aveuglément. Par contre, le sens inverse ne fonctionne pas de la même manière. Laurie, quant à elle, doit à peu près toujours tout dire à Alex. Cela donne une supériorité que je n’aime pas au personnage d’Alex.
La lecture de ce troisième tome reste tout aussi facile que pour les autres. Les dialogues restent également la majorité du temps tous aussi faux et vides entre les proches. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas plus de profondeur, puisqu’ils restent essentiellement très stéréotypés. La conclusion du roman, et de la série, reste sur cette lancée. Elle laisse à désirer avec le dévoilement de l’auteur des manigances. Chaque personnage prend part à ce dévoilement comme dans une mauvaise mise en scène.
En bref, si le roman se lit facilement et qu’il permet d’intriguer un peu, son écriture reste peu recherchée et l’ensemble du récit peu travaillé.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Un tome un peu particulier.

Les 5 derniers dragons, tome 10, Le soleil noir

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les chevaliers du Dragon rouge, maintenant appelés les chevaliers du Pentacle en raison du pentacle reconstitué, sont sur le point d’arriver à Dorado en compagnie des cinq derniers dragons. Rencontrant de nombreux obstacles à la Terre des Cinq Peuples, ils ignorent que de sombres projets se déroulent sur leur terre natale.
En effet, Launa et son frère Wilbras VI cherchent à déloger leur mère du trône. Tous les deux assoiffés de pouvoir, ils utiliseront tous les moyens malhonnêtes à leur disposition.
Tout à fait par hasard, la princesse découvre un excellent moyen pour accéder à la couronne royale. Une créature plus que mystérieuse lui facilitera la tâche.
Il n’y a pas qu’à Mysriak qu’une quête de pouvoir se poursuit. À la Terre des Cinq Peuples se déroulera une bataille singulière sous un soleil noir.
Comme un malheur n’arrive jamais seul, Andrick et les chevaliers du Pentacle auront encore des difficultés à surmonter lorsque Adora, à la recherche de son frère Galdor, dévoilera un secret qui contrariera l’humeur de la troupe. À vous de découvrir ce terrible secret!

Mon appréciation :

Mon avis sur ce dixième tome de la série est un peu mitigé. Il tangue entre le plaisir de la lecture et l’incompréhension derrière les motivations de certaines scènes du récit.
Tout d’abord, la troupe d’Andrick, lors du chemin du retour, se voit le « bonheur » de posséder la chance de se venger de petites créatures qui leur ont causé problème durant leur premier passage. Il faut dire que le groupe réfléchissait véritablement avec un esprit enfantin qui ne pèse pas réellement l’impact des décisions. De ce fait, il a été convainc qu’il y aurait une bataille (ceci n’est pas une grande révélation considérant le résumé du tome). Ainsi, j’ai trouvé que la justification de cet acte (d’ailleurs trop violent à mon goût) n’était pas très raisonnée.
Considérant cela, je trouvais que les dialogues et les réflexions des personnages n’étaient pas toujours très matures. Pourtant, les personnages ont tellement vécus d’aventures qu’ils devraient avoir appris à songer aux conséquences de leurs actes, entre autres.
Le personnage de Launa ne m’a pas autant plu qu’à l’habitude dans ce volume. Launa a des envies de meurtres qui m’ont un peu perturbées. Je ne m’attendais pas du tout à cela de la part d’un si jeune personnage. Pareillement pour sa soif de pouvoir qui semble la consumer.
Tout de même, la lecture du livre se fait toujours aussi facilement que les autres tomes de la série. L’histoire reste intrigante. On se demande comment le tome, voire la série entière, va se terminer.
Finalement, j’ai trouvé intéressant l’idée que la dragonne Draha éprouve des sentiments de tristesse. Par contre, cela n’a pas mené là où je m’y attendais et où je l’aurais voulu. J’avais un peu plus d’attentes envers la créature.
Il n’empêche que ma lecture était assez bien, malgré tous ces éléments qui m’ont fait tiquer. Cela justifie mon avis mitigé. Je ne suis cependant pas moins curieuse de lire la suite.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Un tome qui contient davantage d’action!

Les 5 derniers dragons, tome 9, Le sacrifice

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Depuis qu’Andrick est le porteur du pentacle, Nina le trouve étrange. Surtout qu’un matin, il leur annonce d’une voix grave : « Attendez-vous à des sacrifices! »
Depuis le début de leur aventure, chacun pense en avoir assez fait. Désenchantée, sa sœur jumelle se demande si ce pentacle pendu au cou de son frère lui donne la capacité d’anticipation. Elle ne peut se résoudre à ce qu’un gros sacrifice soit sur le point d’être demandé à tous. Et encore… le mot « sacrifice » comporte une certaine ambiguïté. Serait-ce un sacrifice comme un acte de bravoure, de dévouement, ou bien le sacrifice d’un être cher à un dieu? Cette idée la fait frémir.
Bien des surprises attendent les chevaliers des cinq derniers dragons de retour au pays des Elfes, dont une surprise de taille, celle d’une légende. Quelle est donc cette légende? Et surtout, de quel sacrifice est-il question?

Mon appréciation :

Ce neuvième tome, comparativement à d’autres de la série, contient une plus grande part d’action et une tonalité un peu plus mature. Cette augmentation de la présence de l’action dans le roman est certainement provoquée par les dragons, désormais libérés de leurs porteurs respectifs. N’ayant plus personne pour tenter de les contrôler directement, ils deviennent alors aussi dangereux que des dragons devraient l’être. Après tout, ces créatures inspirent très souvent la terreur. Il doivent entre autres se nourrir… Le lecteur devient alors le témoin de la violence de ces bêtes lorsqu’elles sont affamées.
Par contre, si certaines scènes acquièrent de la maturité, ce n’est toujours pas le cas pour les dialogues et les relations entre les personnages. Cela reste encore un peu enfantin.
J’ai été bien heureuse de découvrir que les protagonistes affrontaient un réel danger dans ce roman. Pour une rare fois, on s’interroge sur leur vie, leur santé et la possibilité qu’ils ont de se sortir de leur situation. En effet, la troupe, à son arrivée à la Terre des Elfes, se mérite un accueil qui est loin d’être très chaleureux. Ils sont traités comme des bandits.
Le titre de ce livre évoque le sacrifice. La curiosité est donc piquée et le lecteur se demande quel va être ce fameux sacrifice. Du moins, c’était le cas pour moi. Je m’attendais à plus de ce sacrifice qui, au final, n’était pas très gros.
D’autres détails m’ont chicotée, comme l’utilisation étrange des pouvoirs des enchanteurs alors qu’ils étaient faits prisonniers, de même que la légende concernant la grand-mère d’Adora. La vieille dame est captive d’un endroit particulier et aucune troupe de soldats n’a tentée de la sauver avec des méthodes très offensives.
Néanmoins, j’ai surtout aimer la présence de l’action et du danger dans ce volume de la série. C’est ce qui s’est davantage démarqué dans ma lecture et c’est ce que j’ai préféré.
Plus que trois tomes des 5 derniers dragons à lire. Comment l’histoire va-t-elle se terminer?

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une fixation plutôt morbide!

Cobayes, tome 5, Olivier

Par Yvan Godbout

*Attention : présence de violence gratuite sanglante.*

Résumé en quatrième de couverture :

Mon souhait le plus ardent : vaincre la tourmente.
J’en ai marre. Marre de mes cicatrices qui attirent le regard de tous et qui, paradoxalement, éloignent celui de mes parents. La mort de mon frère jumeau ne m’a pas que rendu invisible à leurs yeux, elle a également provoqué chez moi d’importants troubles anxieux. Au fil des années, la tourmente s’est nichée dans mon esprit. J’ai peur qu’elle ne s’y soit installée pour toujours.
À dix-huit ans, je devrais avoir d’autres ambitions que de devenir fou, non?
Je veux changer de vie. Fuir ce foyer où déambulent une mégère, un salaud, un vieux beagle dépendant affectif et un fantôme qui cherche sans cesse mon attention. Mais surtout, je veux guérir. Je crois avoir trouvé la solution. En fait, c’est plutôt la solution qui m’a trouvé…
Un simple cerne de café sur une page de journal, et le tour était joué.

Mon appréciation :

Encore une fois, la série Cobayes me permet de découvrir la plume d’un autre auteur tout en restant dans un univers qui me plaît bien.
Olivier est un roman qui se rapproche plus des tomes de Anita et de Benoit en terme d’ambiance. L’auteur n’a pas peur de faire des scènes de violence et de les rendre très sanglantes. C’est un peu dégoûtant, mais c’est très bien pour ce genre de roman.
Le personnage d’Olivier est bien amené et présenté tout au long du roman. Psychiquement, il est déjà intéressant au tout début de l’histoire, étant donné sa complexité reliée à la schizophrénie et à ses cicatrices corporelles. Dès lors qu’il prend le produit des laboratoires AlphaLab, le lecteur peut suivre l’évolution du traitement chez ce patient particulier. Cette progression s’observe dans ses envies de meurtre. Je ne veux pas trop vous en dévoiler, mais disons que ses victimes sont de taille croissante.
Mis à part cela, un peu comme dans Yannick, Olivier est conscient de la présence de Nettoyeurs derrière ses actes criminels. Il faut dire que le protagoniste fait énormément de dégâts et qu’il est curieux de savoir comment ses actes seront ensuite découverts par la population. Il se doute alors que quelqu’un l’aide afin de camoufler et maquiller le tout pour le protéger. J’aimais bien l’idée!
Le style d’écriture d’Yvan Godbout m’a bien plu. Il était plaisant et n’était pas trop complexe. Il était facile de plonger dans ce récit. J’ai également apprécié la présence des rapports d’AlphaLab. Ils permettaient d’avoir un point de vue extérieur du personnage d’Olivier, ce qui me semblait très intéressant pour le comprendre et l’analyser.
Seul petit bémol, qui est d’ailleurs de moindre importance : la vie collégiale du cobaye. On note la présence de l’éducation avec la rentrée au début du roman. Par la suite, cela disparaît peu à peu. J’avais l’impression qu’il était en congé tous les jours. 😛 J’aurais été curieuse de découvrir comment Olivier percevait le regard des autres étudiants au fil de ses injections.
Il n’empêche que j’ai bien aimé ma lecture et que je prévois lire d’autres romans d’Yvan Godbout!

Voici la bande-annonce du roman :

Catégories : Horreur, Livres adultes | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Autant de masculinité, mais plus de psychologie.

Les 7 secrets, tome 2, 7 secrets plus intimes

Par Judith Bannon

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Séparés contre leur gré sept longues années, Laurie et Alex sont enfin réunis et profitent de leur dévorante passion amoureuse en goûtant avidement chaque moment passé ensemble.
Démasqué deux mois auparavant, le responsable de l’exil d’Alex a disparu à son tour. La haine que Laurie entretient envers ce criminel qui était si près d’elle est colossale, mais la jeune femme souhaite lâcher prise, jusqu’au jour où une enveloppe mystérieuse vient bouleverser son quotidien. Une enveloppe contenant un message… de lui.
Sept questions troublantes attendent Laurie, traitant toutes d’aspects secrets de la vie des gens de son entourage. À une étape décisive de sa carrière au complexe de plein air Black Snow, la voici replongée à contrecœur dans une quête de vérité qui pourrait ébranler la confiance et l’amour qu’elle voue à ses proches.
Alex, avec qui elle s’abandonne à l’exploration de toutes les dimensions du plaisir, sera-t-il éclaboussé par cette autre série de révélations intimes?

Mon appréciation :

Tout d’abord, comme l’indique le titre de l’article, il y a tout autant de références au sexe masculin dans ce deuxième tome que dans le premier. Je ne me répéterai donc pas trop à ce sujet, puisque j’en ai discuté dans mon avis précédent.
Mis à part cela, je dois dire que je trouvais cela un peu étrange que le père de Laurie décide de jouer lui aussi au jeu des sept secrets. Encore une fois, celui qui mène le jeu (le père, cette fois-ci, Alex dans le premier tome) se sert de matériel concret pour transmettre ses informations. Cela me paraît encore inutile de créer une mise en scène de la sorte pour exprimer une ou deux phrases.
Par contre, dans ce tome, le père de Laurie lui pose des questions par ce jeu. Ce qui est plus intéressant, c’est que ces questions poussent la femme à s’interroger sur Alex et les objectifs des deux hommes de sa vie. Cela cause évidemment quelques problèmes de confiance (heureusement), mais c’est ce qui était plaisant. Alex garde visiblement trop de secrets pour lui.
J’ai donc un peu plus apprécié ce deuxième volume de la trilogie, où j’ai eu l’occasion de découvrir d’autres vérités concernant les différents personnages. Certaines sont un peu étranges, voire peu vraisemblables, mais je m’y fais tranquillement. En fait, j’aime surtout l’effet qu’elles produisent sur les personnages, qu’il soit bon ou dévastateur.
Si je n’aime pas vraiment le style de Judith Bannon, je dois dire que je me suis quand même divertie avec 7 secrets plus intimes. Je me demande même comment toute cette étrange histoire va se terminer.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un tome qui plaît davantage!

Les 5 derniers dragons, tome 8, Le destin de Rajni

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Jamais les porteurs de dragons n’auront été si près d’acquérir cette précieuse liberté. Pourtant, une hantise obsède Inféra : l’image de Waldo possédé par le diable. Elle craint que cette entité soit encore là, à la Terre d’Achille. Andrick fait tout pour la calmer, mais Arméranda le ramène à la réalité. D’une voix grave, elle déclare : « Elle a raison. Cette entité n’est peut-être pas partie après tout. Nous n’avons rien fait pour nous en assurer. » C’est la triste vérité.
Satant nourrissait l’espoir de diriger d’une main de fer son empire infernal, mais sa confiance envers Belzébuth s’est effritée puisqu’il n’a pas réussi sa dernière mission : celle de construire une tour de 66 mètres. Aussi, Belzébuth ajoute deux promesses pour adoucir la colère de son prince : celle d’un suppôt, Rajni, l’enfant de Purnima, et le chaos à Nourem. Pour ce faire, Belzébuth prend possession d’un dragon, mais la bête est loin d’être docile.
Réussira-t-il à la maîtriser et à accomplir ses actes funestes? Les chevaliers du Dragon rouge parviendront-ils à contrecarrer ses sombres projets? Vous le saurez en suivant les nouvelles péripéties de la troupe sur le chemin du retour.

Mon appréciation :

Pour ceux qui suivent mes avis depuis le premier tome de la série Les 5 derniers dragons, vous savez que je fais régulièrement l’observation qu’il manque d’éléments de résumé dans chacun des volumes pour éviter des petits oublis et plus aisément retomber dans l’histoire. Eh bien! ce ne fut pas le cas dans ce huitième volume! Enfin on me rappelait quelques éléments des tomes précédents. Ces détails étaient tout à fait pertinents, puisque j’en aurais oublié autrement. Cela m’a permis de bien suivre le fil du récit sans toujours me questionner sur les tomes qui étaient plus loin dans ma mémoire.
Mon intérêt pour ce tome était beaucoup plus élevé que pour le précédent. Comme la réunification du pentacle des cinq dragons est au centre du roman, j’étais bien intriguée de savoir ce qu’il adviendrait des héros une fois l’action faite. Là encore, toutes les réponses ne m’ont pas été données, ce qui fait que je suis curieuse de découvrir la suite.
Bien entendu, il y a encore des éléments qui m’ont moins plu. J’ai trouvé que Belzébuth, qui refait surface, était trop facilement contré. Il n’avait même rien de réellement effrayant, puisque s’il ne réussit pas ses missions, il a aussi un comportement un peu enfantin. Cette attitude se retrouve pareillement chez les autres créatures de Satan présentes dans le tome, de même que chez certains de nos héros (dont quelques uns ont pourtant la maturité requise pour être déjà mariés).
Finalement, les dernières pages du roman ont amené différentes interrogations qui donnent envie de lire le neuvième volume de cette série. D’abord, nous sommes intrigués quant à la personne de Philémon (le rat Picou) et nous voulons en apprendre plus sur lui. Mais encore, Andrick s’est vu donner un nouveau rôle dans l’équipe des héros. Il y a de quoi se demander en quoi cela consiste!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un peu trop de membres virils, mais une fin intrigante.

Les 7 secrets, tome 1, Les 7 secrets de mon ex

Par Judith Bannon

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Directrice événementielle à Black Snow, un impressionnant complexe de plein air niché dans une montagne, Laurie Morano perdait sept ans plus tôt Alex, l’homme de sa vie. Depuis, la jeune femme a été incapable de s’engager sérieusement avec un autre partenaire. Et à présent qu’elle souhaite enfin aller de l’avant en amour, son fameux ex disparu subitement se manifeste.
Alex s’affiche plus séduisant que jamais, résolu à reconquérir celle à qui il cause toujours un fol émoi malgré le temps passé.
Qu’est-il arrivé pour qu’il s’éclipse ainsi sans donner la moindre nouvelle? Ne voulant pas révéler d’un coup la raison de son absence, Alex propose un jeu à Laurie : il lui soumettra sept vérités en sept semaines, soit une pour chaque année de leur séparation.
Rencontres sensuelles intenses et mystère ponctueront ce qui deviendra rapidement une chasse à l’information enlevante. En plus de devoir résoudre l’énigme, Laurie devra décider si cet amant qu’elle a attendu et espéré si longtemps est digne d’une seconde chance…

Mon appréciation :

Mes attentes étaient un peu mitigés lorsque j’ai enfin décidé de me plonger dans cette lecture. À la fin du livre, alors que je l’ai refermé, mon avis est resté tout aussi mitigé. Il va donc falloir que je lise la suite (c’est une trilogie) pour pouvoir mieux évaluer de quel côté penche la balance.
De manière générale, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de références au membre masculin. Il n’était pas uniquement question des pensées du personnage principal, Laurie, qui désirait ardemment une relation sexuelle accomplie. Non seulement Laurie rêvait de l’attribut d’Alex, mais ses amies, ses frères, sa mère et sa grand-mère y faisaient référence. Je trouvais que ce sujet de conversation était trop présent. Il y avait vraiment beaucoup de sous-entendus, de références et de propos sexuels dans les conversations entre les protagonistes. Cela ne faisait pas très naturel.
Concernant l’histoire, j’ai trouvé long avant qu’une première vérité qui soit véritablement intrigante soit dévoilée. Les premières révélations ne piquaient pas réellement ma curiosité, ce qui créait une certaine longueur et rendait l’idée du jeu superflue et étrange. À ce moment, j’aurais nettement préféré qu’Alex fasse un long monologue pour expliquer ses actions passées, tout simplement.
Pour continuer sur l’idée du jeu, disons que l’effet de tension qu’il devait créer était plus ou moins présent. En effet, Alex refuse de s’offrir à Laurie tant qu’il ne lui aura pas tout révélé. Par contre, il n’y a pas vraiment de tension sexuelle dans le couple, puisque le jeune homme s’occupe tout de même du plaisir de sa partenaire.
Qui plus est, je n’ai pas senti que ce jeu était une chasse à l’information, puisque aucun indice permet de s’approcher du but. D’ailleurs, tous les éléments sont repris et résumés à la fin du roman pour amener à la dernière vérité. Laurie ne peut donc que s’interroger, mais ne peut pas chercher à résoudre l’énigme.
J’ai bien aimé les doutes de Laurie quant à la fidélité d’Alex, de même que le questionnement à savoir si elle peut lui faire confiance. Je trouvais cela tout de même bien amené, de sorte que je m’interrogeais un peu moi aussi. C’était pertinent.
J’ai trouvé la fin du livre intéressante, dans le sens où les vérité amènent un aspect un peu troublant. D’autant plus que la résolution de ce jeu amène une conclusion qui diffère des autres romans érotiques populaires. S’ajoute à cela l’épilogue, qui donne envie de lire la suite malgré tout, étant donné qu’il pique la curiosité.

Catégories : Contemporain, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une fanfiction inspirée de la série Averia!

Gouverneur Karanth

Illustration de Mylène Villeneuve

Il y a déjà quatre ans paraissaient les deux premiers tomes de la série Averia sur les tablettes des librairies. À ce jour, la série compte désormais cinq tomes et un sixième viendra éventuellement pour la clore.
Patrice Cazeault, l’auteur, a su créer un univers tout à fait captivant pour ses nombreux lecteurs. Cet univers a même été la source d’inspiration de certains, qui en ont fait des illustrations (l’auteur lui-même en réalise quelques unes qu’il met en ligne sur son blog personnel).
Maxime Duranté, jeune auteur, s’est inspiré du premier tome, Seki, pour réaliser une fanfiction. Celle-ci est disponible sur le site de L’Attelage avec une simple inscription, juste ici.
Curieuse comme je le suis, je n’ai pu m’empêcher de lire cette nouvelle dès que j’ai observé son existence. Ainsi, rapidement, j’en ai commencé la lecture. Si l’univers d’Averia était un peu loin dans ma tête lorsque j’ai lu les premières lignes, l’ambiance et les lieux me sont rapidement revenus en mémoire.
Dans cette fanfiction, le lecteur retrouve l’ambiance conflictuelle entre les deux races : les Humains et les Tharisiens. Prenant place sur le Haut-Plateau, une équipe de Tharisiens fait face à une multitude d’Humains révoltés. À ce mélange s’ajoute la présence du journaliste Charal Assaldion, un personnage téméraire puisque guidé par le seul désir de bien faire son travail. Et je dois avouer que j’aime bien ce personnage excentrique, tout comme c’est le cas pour Maxime Duranté, qui a jugé bon d’insérer le protagoniste dans son texte. Il me semble que cela colore très bien l’ambiance!
Plus le lecteur approche de la fin du récit, plus il plonge dans un climat chargé de danger. En effet, l’atmosphère de la nouvelle opère un crescendo jusqu’à la toute fin.
La fanfiction de Maxime Duranté peut être lue sans connaître l’univers de la série de Patrice Cazeault, comme elle peut aussi être très bien appréciée pour ceux qui ont déjà goûté à Averia.
Vous laisserez-vous tenter?

Catégories : Événements, Découvertes, Livres adultes, Nouvelles | Étiquettes : , , , , , , , | 2 Commentaires

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :