Articles tagués : Mathieu Fortin

Salon du Livre de Montréal 2016

17 novembre 2016salon-du-livre-de-montreal-2016

Cette année, j’ai pu faire un petit tour au Salon du Livre entre deux séances d’études. J’avais tout juste terminé mon cours et englouti mon dîner que j’étais sur place à discuter avec des gens très sympathiques. Je vais donc profiter de cet article pour mentionner quelques unes de mes rencontres. 🙂

Mathieu Fortin, auteur du Protocole Reston, de La volonté d’Odi, de Mathias et de Enraciné (pour n’en nommer que quelques uns).
Cela faisait six ans que je n’avais pas vu Mathieu, et j’étais bien contente de pouvoir lui parler en personne à nouveau. Nous avons discuté du temps qui avait passé et de nos vies respectives. À défaut d’avoir acheté son petit dernier (Mathias, un roman qui traite de l’obésité), nous avons immortalisé le moment sur photo. Il n’empêche qu’il va falloir que je me procure  éventuellement son livre pour pouvoir lui transmettre mon avis!

Suzanne Roy, auteure, entre autres, de Un cadeau du ciel, de la série Le Cercle félin, de la série Alice et de Après l’orage.
J’ai été bien contente de rencontrer Suzanne Roy, qui était pleine d’énergie (j’imagine qu’elle recharge ses batteries par les sourires de ses fans 😉 ). J’ai fait signé mon exemplaire d’Un cadeau du ciel, et nous avons beaucoup discuté. L’auteure en a long à dire sur le sujet de la romance en littérature, et c’est intéressant de l’écouter en parler. Cela m’a donné envie de plonger dans ses autres bouquins, mais mes travaux scolaires me supplient de ne pas les oublier. Tout de même, j’ai bien aimé ma rencontre et je suis certaine que l’on va se revoir!

Isabelle Laflèche, auteure de la série J’adore.
Isabelle Laflèche est une auteure tout à fait pétillante. J’ai bien apprécié la rencontrer. J’ai fait dédicacer mes trois tomes de la série (dont le dernier n’est pas encore lu) et nous avons immortalisé le moment par une photo. Nous avons également parlé des nouvelles de la série, qui sont disponibles en numérique, de même que de la mode et du domaine juridique, bien évidemment! L’auteure m’a dit que le premier tome était majoritairement inspiré de son expérience réelle dans le domaine, bien que la fiction s’y mêle. Il n’est alors pas difficile de comprendre pourquoi la série m’a rapidement plu, puisqu’elle pleine de réalisme.

Enfin, j’ai également rencontré des membres de l’équipe de la nouvelle maison d’édition Lumigny. Cette maison a la particularité d’éditer simultanément ses livres en français et en anglais afin d’atteindre le marché américain. Je lui souhaite une belle réussite!
J’ai passé un agréable moment au Salon du Livre et j’ai déjà hâte à celui de l’an prochain! D’ici-là, je dois retourner faire mes devoirs. 😛

Publicités
Catégories : Événements, Salons du livre | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Peu en ressortiront vivants…

Le protocole Reston
Par Mathieu Fortin

Résumé en quatrième de couverture :

Un monstre est capturé en Asie. S’agit-il d’un mutant ou d’une créature dont on n’a encore jamais soupçonné l’existence? Une équipe de scientifiques de Toronto demande à ce qu’on lui expédie la chose, pour en déterminer l’origine, mais le cargo qui la transporte frappe un haut-fond en face de Trois-Rivières. La cage de plexiverre craque et le monstre s’enfuit.
Trois-Rivières est assiégée. Victor, un jeune professeur, et son coloc Lucien tentent d’échapper au fléau, mais les hommes et les femmes dont le monstre s’abreuve deviennent eux-aussi des monstres assoiffés de sang. Même le voisin Raoul, pourtant si cool… Pendant que la ville est sous le coup de cet assaut, le Protocole Reston est appliqué : tous les moyens de communication sont coupés : téléphone, radio, internet, télévision… et on refuse l’entrée aux journalistes à l’intérieur du périmètre.
Des luttes de pouvoir se jouent, dont les règles échappent aux dirigeants eux-mêmes.
Parce que personne ne doit savoir. Personne. Jamais.
Le protocole Reston, un roman d’action qui file à un train d’enfer.

Mon appréciation :

Je ne lis pas souvent de ce genre de roman, comme en témoigne ce blogue avec toutes les appréciations qui y paraissent depuis plus de deux ans. Ainsi, c’est toujours une surprise lorsque j’y plonge, parce que ce type de livre est loin de m’avoir révélé toutes les possibilités qu’il offre et tous ses secrets.
Dès le tout début de ma lecture, j’ai été scotchée. Le livre commence avec une lettre mystérieuse envoyée au patron de la maison d’édition Coups de tête. C’est intrigant. Il est question de danger et le tout est si bien formulé que l’on ne peut que tourner la page et commencer à lire l’histoire.
Le premier chapitre est à peu près le seul qui soit tranquille du livre. Victor fait sa course habituelle en soirée, où il parcourt divers lieux de la ville de Trois-Rivières. Seulement, Victor sent une présence qui l’observe lorsqu’il longe des boisés durant son jogging. On s’inquiète. Et s’il lui arrivait quelque chose? Après tout, une bête effroyable rôde dans les parages.
Par la suite, tout dégringole. Raoul débarque devant la porte de l’appartement de Victor et Lucien, tambourinant le battant avant de s’écrouler à l’intérieur, couvert de sang. Puis… quelques minutes seulement après que son décès ait été constaté, il semble renaître, mais avoir une soif dévorante de s’attaquer aux deux jeunes hommes afin de s’abreuver et reprendre des forces. Dès cet instant, le danger ne cesse de guetter les deux amis.
J’ai bien aimé que les deux personnages principaux rencontrent beaucoup de difficultés. Après tout, ils se retrouvent dans une ambiance pleine de risques et leur survie dépend de chaque acte qu’ils posent. Qui plus est, lorsque des gens les interpellent pour de l’aide, ils se doivent de les aider (particulièrement Victor). Je ne veux pas vous gâcher la surprise, mais j’ai bien aimé le côté réaliste (autant que ça puisse l’être dans la situation) qu’apportait le fait que tous ne survivent pas au bout de cette éreintante journée morbide.
Tout est dangereux et la fin ne peut certainement pas être des plus joyeuses. Parlant de fin, elle est assez mystérieuse et ne semble laisser présager rien de réellement bon pour le personnage que l’on suit jusqu’à la dernière page. À vous de découvrir ce qu’il en est, mais avant, vous devrez affronter bon nombre de macchabés!

Catégories : Fantastique, Horreur, Livres adultes, Policier et cie, Suspense | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Belle idée!

Les clowns vengeurs, tome 3, La volonté d’Odi
Par Mathieu Fortin

Résumé en quatrième de couverture :

« Armé de ma canne d’or, j’ai donc frappé parmi les concurrents, à l’aveuglette, en m’approchant toujours de ma cible, que je n’ai jamais lâchée du regard, jusqu’à ce que je l’attrape et l’embroche. Il est mort en quelques secondes à peine. Il y avait du sang partout, sur mon costume comme sur les planchers et sur les autres participants terrorisés, quand mon rire a de nouveau éclaté, signature d’une requête bien accomplie. »
L’ancien menvatt devenu carimate, Kholl Tran, digne émule de John Lithargo, se voit contraint de revêtir de nouveau le costume de clown vengeur quand réapparaît une femme appartenant à son passé, qui lui révèle les intentions sordides des arcurides à l’égard de quelqu’un qui pourrait bien être la plus importante personne que le menvatt ait jamais croisée…

Mon appréciation :

Ah, l’univers des clowns vengeurs, toujours aussi sanglant, rempli de technologies! De surprises, aussi, puisqu’il vole entre les mains d’un auteur différent à chaque fois! Et c’est d’ailleurs bien intriguant de se retrouver à ouvrir l’un de ces livres, de voir un autre style d’écriture et d’y découvrir de nouvelles idées. Comme dans ce volume-ci, par exemple.
Parmi tout ce qu’à rajouté Mathieu à ce monde de science-fiction, il y a aussi un détail qui est venu me chercher. Curieux? Eh bien ça n’a rien à voir avec le contenu, soyez-en surpris! Comparativement aux autres romans, le personnage de celui-ci nous amène un petit changement un chapitre sur deux. Kholl Tran nous raconte des événements passés en écrivant dans un carnet, un peu comme dans un journal intime, sauf qu’il est destiné à une certaine personne. J’ai donc apprécié cette différence par rapport aux deux tomes précédant La volonté d’Odi.
Mais le plaisir de lire ce livre ne se restreint évidemment pas à la façon dont les chapitres ont été construits. Car bien sûr, qui n’aimerait pas en découvrir un peu plus sur ce groupe de clowns aux dents pointues? Ainsi, j’en ai appris plus sur la façon de fonctionner des Odi-menvatts, sur un autre groupe camouflé par des tempêtes phénoménales et des créatures plus horribles les unes que les autres, tout comme j’en ai appris plus sur le groupe qui oppose les fameux clowns : les arcurides. Et pour en rajouter, il y a aussi tous les gadgets dont se sert Kholl Tran pour éliminer ses ennemis. J’ose presque espérer que ce genre de technologies ne soit pas inventé de sitôt, puisque notre monde deviendrait sans merci et incroyablement… violent.
Miam, un bon petit livre coloré de rouge sang!

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :