Articles tagués : Naomi Nash

Tout ne peut rester toujours noir.

Style et sortilègesStyle et sortilèges
Par Naomi Nash

Résumé en quatrième de couverture :

Vick Marotti a cessé de jeter des sorts à ses camarades de classe pour vivre une relation avec le beau Gio Carson. Toutefois, elle n’avait pas prévu un obstacle de taille entre elle et son mec : la popularité.
Vick doit faire face à de nouveaux cauchemars : des invitations à des soirées et des imitateurs déterminés à copier son style unique! Aux aspects déjà déroutants de sa vie s’ajoutent les doutes sur la fidélité de Gio et les soucis à la maison… sans parler d’un autre garçon qui pourrait déloger Gio de son cœur. Que peut faire une magicienne de rue hors pair, sinon jeter un sort de son propre cru?

Mon appréciation :

J’ai bien aimé lire cette suite de Au-delà du réel. C’était plaisant de retrouver Vick dans ce nouveau roman, ainsi que ses compagnons.
Ce livre se lit très bien. L’écriture est toute simple et plutôt fluide. C’est tout simplement un bon divertissement. Le récit ne tient pas en halène, mais on peut tout de même être curieux de découvrir la suite. Et puis… on a beau ne pas nécessairement être pressé de dévorer la suite que cela se fait malgré tout rapidement, étant donné que c’est un petit roman avec une mise en page très aérée. Ça se lit vite!
Le père de Vickie a des problèmes financiers car il n’a qu’un petit travail. Ainsi, la jeune adolescente décide d’avoir un emploi afin d’aider financièrement son père pour avoir des repas les plus complets possible dans la journée. De ce fait, on voit que l’existence de l’étudiante n’est pas superbe. Je trouve néanmoins intéressant d’évoquer ce type de problème dans un roman pour jeunes. Les personnages de romans où les jeunes lisent des histoires de personnages de leur âge ont souvent une vie plus aisée (lorsqu’il n’est pas question de combats de capes et d’épées, bien entendu). On découvre donc une existence loin d’être pleine de richesses. J’ai donc apprécié ce portrait malgré le fait que ce ne soit pas très joyeux.
Sinon, s’il y a un personnage que j’ai bien aimé, c’est le mystérieux garçon mentionné en quatrième de couverture, celui qui semble éprouver des sentiments pour Vick. On ne se le cachera pas, c’est le cas. Cependant, tout au long du livre, lorsqu’il est en présence de la jeune fille, il s’occupe plutôt bien d’elle et devient quelqu’un de rassurant. En tant que lectrice, j’appréciais ces moments amicaux et aurais sans doute aimé que cela se développe plus par la suite, mais bon. J’aime tout de même la part de mystère que l’auteure laisse à la fin du livre. On devine que l’histoire continue et ne peut qu’aller mieux, le pire étant visiblement derrière.
J’ai bien apprécié ma lecture. Je trouve d’ailleurs que c’est un très bon livre pour les adolescentes, qui montre d’ailleurs que les amis sont un bon soutien dans toutes les situations et qu’il suffit de se confier à eux pour se sentir peu à peu mieux.

Publicités
Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un bon petit bouquin.

Au-delà du réelAu-delà du réel
Par Naomi Nash

Résumé en quatrième de couverture :

Soyez sur vos gardes!
L’école est une jungle, mais Vickie Marotti sait se défendre. Rejetée par les vedettes sportives et les meneuses de claques? Mal vue du très rigide directeur adjoint? Pas de problème. Pas quand vous êtes une magicienne hors pair, qui jette des sorts aux grosses brutes qui osent vous harceler.
Puis, un jour, le beau Gio Carson, élève apprécié de tous et issu de la classe bourgeoise perce son secret : Vick n’est pas plus sorcière que reine de bal. Ses maléfices ne sont que des écrans de fumée. Le dévoilera-t-il à tout le monde ou fera-t-il équipe avec elle?
Vick va devoir affronter certaines têtes d’eau sarcastiques, la diva responsable de l’album des élèves, sans parler de la chèvre Rambo, la mascotte de l’école qui souffre d’un sérieux problème intestinal. Et elle va en tirer une leçon inestimable : savoir reconnaître ses vrais amis, voilà la vraie magie.

Mon appréciation :

J’ai bien apprécié ma lecture. Au départ, je trouvais cela assez simple. Puis, plus j’avançais, plus j’embarquais dans le texte. Surtout à partir de la moitié du livre.
En effet, je m’attachais de plus en plus au personnage de Vickie. De plus, ce qui se passait devenait plus sérieux. Tout semblait aller mal pour l’adolescente de quatrième secondaire. On touchait ainsi plus aux sentiments du personnage principal, ce qui était intéressant.
Vickie fait des tours de magie. J’ai trouvé plaisant que l’auteure, Naomi Nash, nous décrive aussi le côté caché des tours de l’adolescente. De cette manière, la lectrice peut savoir comment Vick s’y prend pour se faire passer pour une sorcière. Ce qu’elle n’est pas, en réalité, puisque ses tours ne sont qu’illusion et que le hasard semble alors jouer en sa faveur par la suite. Dans le sens où elle prédit malheur à un autre élève de son école et qu’il lui arrive quelque chose de mal dans les jours suivants.
Tout au long du livre sont disséminés quelques petits passages plus comiques. Ainsi, tout n’est pas sérieux, ce qui est bien. Que ce soit Vick qui éprouve de la difficulté à diriger une chèvre dans les couloirs de l’école (si, si) ou bien le directeur adjoint à l’haleine fétide au point de faire roussir les poils de nez!
Mis à part cela, il arrive un moment où Vickie prend conscience qu’elle est dans le tord, que certaines choses qu’elle a faites ou pensées sont fausses. À ce moment, la lectrice en sait visiblement plus que l’héroïne, même si le livre est narré à la première personne. Cela peut être intéressant, parfois, mais il arrivait que je trouvais que Vickie me semblait un peu idiote. Idiote dans le sens d’aveugle, aveugle de ne pas accepter les faits, de ne pas les voir, de ne pas s’avouer qu’elle est dans le tord. Dans sa tête, elle ne pouvait visiblement qu’avoir raison sur tout, ou presque.
Finalement, il y a une scène que j’ai bien aimée. Sans trop vous en dévoiler, Vick aura visité la maison d’une autre personne du livre. Cette maison est totalement impeccable, bien décorée, etc. Puis, plus tard, la personne se rend chez l’adolescente. Et là, l’individu découvre dans quel genre d’endroit vit la jeune fille. Un appartement miteux, salle, mal meublé, etc. La manière dont l’endroit où vit Vick est décrit est splendide. En effet, on y distingue clairement tout ce qui gêne l’adolescente lorsqu’elle est obligée de montrer le lieu où elle habite à quelqu’un d’autre. La lectrice peut très bien visualiser le tout, ce que j’ai trouvé formidable. Cela donne un certain cachet à ce passage du livre, bien que l’ensemble soit assez bien aussi.

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :