Articles tagués : Patrice Cazeault

Une fanfiction inspirée de la série Averia!

Gouverneur Karanth

Illustration de Mylène Villeneuve

Il y a déjà quatre ans paraissaient les deux premiers tomes de la série Averia sur les tablettes des librairies. À ce jour, la série compte désormais cinq tomes et un sixième viendra éventuellement pour la clore.
Patrice Cazeault, l’auteur, a su créer un univers tout à fait captivant pour ses nombreux lecteurs. Cet univers a même été la source d’inspiration de certains, qui en ont fait des illustrations (l’auteur lui-même en réalise quelques unes qu’il met en ligne sur son blog personnel).
Maxime Duranté, jeune auteur, s’est inspiré du premier tome, Seki, pour réaliser une fanfiction. Celle-ci est disponible sur le site de L’Attelage avec une simple inscription, juste ici.
Curieuse comme je le suis, je n’ai pu m’empêcher de lire cette nouvelle dès que j’ai observé son existence. Ainsi, rapidement, j’en ai commencé la lecture. Si l’univers d’Averia était un peu loin dans ma tête lorsque j’ai lu les premières lignes, l’ambiance et les lieux me sont rapidement revenus en mémoire.
Dans cette fanfiction, le lecteur retrouve l’ambiance conflictuelle entre les deux races : les Humains et les Tharisiens. Prenant place sur le Haut-Plateau, une équipe de Tharisiens fait face à une multitude d’Humains révoltés. À ce mélange s’ajoute la présence du journaliste Charal Assaldion, un personnage téméraire puisque guidé par le seul désir de bien faire son travail. Et je dois avouer que j’aime bien ce personnage excentrique, tout comme c’est le cas pour Maxime Duranté, qui a jugé bon d’insérer le protagoniste dans son texte. Il me semble que cela colore très bien l’ambiance!
Plus le lecteur approche de la fin du récit, plus il plonge dans un climat chargé de danger. En effet, l’atmosphère de la nouvelle opère un crescendo jusqu’à la toute fin.
La fanfiction de Maxime Duranté peut être lue sans connaître l’univers de la série de Patrice Cazeault, comme elle peut aussi être très bien appréciée pour ceux qui ont déjà goûté à Averia.
Vous laisserez-vous tenter?

 

Publicités
Catégories : Événements, Découvertes, Livres adultes, Nouvelles | Étiquettes : , , , , , , , | 2 Commentaires

Patrice Cazeault se dévoile!

Patrice CazeaultAfin de mettre une nouvelle touche d’ambiance sur ce blogue, nous y ajoutons une toute première interview avec un individu fort divertissant : l’auteur Patrice Cazeault.
Patrice est l’auteur de la série Averia, présentant les sœurs Myr et Seki, Terriennes, ainsi que la Tharisienne Annika. Il a beau être un peu étrange lorsqu’on le fréquente, Patrice a du talent au bout de ses doigts, c’est indéniable! D’ailleurs, il est l’un des écrivains les plus persévérant et travaillant que je connaisse, et vous comprendrez sans doute pourquoi en lisant l’interview. Qui plus est, c’est toujours un plaisir de discuter avec lui et sa série gagne à être connue, tant elle est bien!
Bonne lecture!

En quelques mots, comment décrivez-vous la série Averia à ceux qui sont intéressés à la lire?
Averia, c’est une série de science-fiction avec du coeur. Un récit qui s’intéresse aux personnages et aux épreuves qu’ils doivent surmonter. C’est l’histoire captivante de deux groupes qui luttent à la fois pour leur survie et pour une cause qui les dépasse.

Comment le scénario d’Averia s’est-il imposé à votre esprit?
Ça s’est fait rapidement. Sur une période de quelques jours. Tout a commencé par un flash, une décharge d’inspiration alors que je roulais tranquillement sur une route de campagne.
Bien sûr, comme c’était la première fois que je voulais en faire un roman, c’était un peu compliqué de gérer toute cette inspiration! Il y a eu beaucoup de tâtonnements au départ!

En moyenne, combien de temps mettez-vous sur l’écriture et la révision d’un tome et combien de versions en faites-vous?
Aie! C’est dur de déterminer une durée pour chaque tome! Vois-tu, chère Manue, je suis un éternel insatisfait. Je réécris encore et encore et encore. Jusqu’à maintenant, c’est la quatrième ou la cinquième version du manuscrit qui atterrit sur le bureau de mon éditeur pour la publication.
Par contre, entre chaque version d’un même tome, j’aime bien entamer le suivant. Ça m’aide à me délier les neurones après quelques dizaines d’heures de révision!
D’accord, d’accord, je te donne un chiffre. En tout et pour tout, chaque tome me coûte entre 6 et 12 mois de ma vie (dépense que j’assume absolument! Ce que je m’amuse en écrivant!)

Comment gérez-vous votre temps d’écriture, surtout depuis que vous êtes devenu papa?
DÈS QUE J’AI UNE SECONDE, j’écris. C’est nécessaire. Vital. Je suis devenu très habile à rédiger des phrases dans ma tête tout en préparant de succulentes purées de carotte ou en réchauffant de délicieux choux-fleurs.

Comment décririez-vous votre relation avec vos personnages? Après quatre tomes de publiés, ça doit tisser des liens!
Je les aime d’amour. Même ceux que j’ai terrassés d’un trait de plume ou ceux que vous aimez détester. Mais, tu as raison, après quatre tomes publiés, je me sens très proche de mes personnages. Je crois que je les connais de fond en comble. Quand j’écris, je devine leurs contours, je sens leur texture. J’arrive facilement à voir si leurs actions reflètent leur personnalité ou si je fais n’importe quoi!

J’ai entendu dire que la série contiendrait six tomes. Comment se sent-on à l’approche de cette finale?
Très excité! J’ai entamé la rédaction du dernier tome et l’énergie est au rendez-vous. Faut dire que c’est Annika qui mène la barque de cet ultime opus. Elle est toujours très intéressante à mettre en scène!
Bon, pour tout te dire (ah les confidences que tu m’arraches! Redoutable interviewer, Manue!), j’appréhende tout de même le moment d’y mettre un point final. Averia, c’est un énorme morceau de ma vie. Je crois que ce sera douloureux.

Y a-t-il un tome que vous préférez, par rapport aux quatre en magasin?
Tu me demandes de choisir entre mes bébés! Vilaine!
Je vais trancher avec le tome 4. Même si j’adore le crescendo d’émotions du tome 3, c’est le tout dernier qui remporte la palme. Côté écriture, c’est vraiment celui où je note une affirmation de mon style. Je me suis débarrassé de mes maladresses et je vais plus loin dans mes folies. C’est celui dont je suis le plus fier.

Dans le même ordre d’idée, avez-vous un personnage coup de cœur? Quel est-il et pourquoi celui-là en particulier?
Ok, là, tu me tortures! ÇA, c’est difficile.
Je vais choisir Myr. C’est le personnage qui a la plus belle évolution dans cette série. Elle est le moteur qui a vraiment fait décoller le récit quand j’ai commencé à écrire en 2009. Myr, c’est la rebelle au coeur trouble, la gamine qui doit apprendre à grandir trop vite, la perle qui nage au milieu de la vase.
J’ai très hâte de vous montrer ce qu’elle devient dans le cinquième tome…

À ce jour, comment se déroule l’écriture du cinquième tome?
Ah! Tiens, puisqu’on en parle! Le cinquième tome est rédigé. J’ai déjà deux lecteurs-tests qui s’y attaquent. Mais… comme j’en suis seulement à la deuxième version, tout peut changer encore!
Il a été très difficile à écrire, par contre. Parce que 1 : je suis devenu papa pendant sa rédaction! 2 : C’est le bouquin qui doit clore la branche de Seki et de Myr dans cette aventure. Ouf! Tout un défi!

Avez-vous d’autres projets d’écriture par la suite? Seront-ils dans le même genre qu’Averia?
Oui! J’ai d’autres projets et j’ai même commencé l’écriture de l’un d’eux. Malheureusement, c’est classé « ultra secret ». Je ne peux pas t’en dire beaucoup. Ce sera, par contre, très différent d’Averia.
Un jour, oui, un jour, je retournerai sans doute à quelque chose de l’envergure d’Averia.
Tant que j’ai des personnages dans les tripes, j’écrirai!

Un grand merci à Patrice Cazeault pour son temps et nous espérons que vous aurez pris plaisir à lire cette interview, car il y en aura d’autres! Si vous désirez en lire plus et en apprendre plus sur l’auteur, il y a toujours son blogue Avis d’expulsion, où il parle de toutes sortes de choses avec sa fabuleuse plume!

Catégories : Événements, Interview | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Un souffle qui ne tarit pas…

Averia, tome 3, Myr
Par Patrice Cazeault

Résumé en quatrième de couverture :

Deux années se sont écoulées depuis l’insurrection qui a secoué Averia. Sur la colonie occupée, la vie a repris son cours normal. La nomination d’Haraldion, l’allié de Seki au temps de son emprisonnement, au poste de Gouverneur laisse présager un avenir meilleur pour les habitants de cette planète.
Alors que Seki s’efforce de rattraper son retard dans ses études, Myr, elle, éprouve plus de difficultés à retrouver une vie paisible. La révolution qu’elle chérissait de tout son être lui a été arrachée des mains et ce qu’elle a vu sur Terre a terminé de souffler ses convictions.
Dans l’obscurité, à l’abri des regards, Myr se lie à des gens dangereux.
Partagée entre son désir de protéger sa famille et sa quête pour rallumer les braises qui agonisent en elle, Myr commettra des gestes qui enflammeront beaucoup plus que son propre coeur.

Mon appréciation :

Je viens tout juste, à moins de dix minutes près, de terminer la lecture de ce troisième tome.
Comme toujours, Patrice ne lambine pas bien longtemps avant de nous plonger dans le récit. Après un petit retour aux sources, des éléments commencent à apparaître pour nous intriguer, pour mettre en place des situations qui pourront nous mener en plein dans l’action. Oui, encore de la politique, c’est évident. Mais la série Averia est bien la seule chose qui me fasse aimer la politique. L’espace d’une lecture, elle devient intéressante. Plus que présente dans les lectures — où se mêlent aussi d’autres sujets comme la famille, la guerre, l’amour —, la politique qui touche nos personnages devient une source attirante, une source qui, soudainement, vient chercher même ceux qui généralement l’oublient complètement tous les jours.
Quel plaisir de retrouver Seki et Myr, les deux soeurs au coeur du premier tome, de retourner dans leurs pensées et de découvrir ce qu’il se passe sur Averia. Il est plaisant d’être à nouveau dans la peau de ces deux soeurs, soeurs complètement différentes, et de lire toutes les étapes qu’elles franchiront. Rien n’est facile.
Myr revient en force dans ce volume, où elle jouera un rôle plus qu’important. Les actions qu’elle commettra ne lui plairont pas toutes. Dès que l’occasion se présentera de réfléchir à ses actes, Myr aura de la difficulté à résister aux émotions et sentiments qui l’habiteront. J’ai bien aimé assister aux changements qui opèrent en elle durant ma lecture. Telles des montagnes russes, l’adolescente naviguait dangereusement entre les moments où elle renforcissait sa carapace et les autres où celle-ci se fendillait et menaçait de s’écrouler. Ce sont ces changements qui permettent d’en apprendre encore plus sur elle, qui peuvent permettre au lecteur d’avoir un coup de coeur sur ce personnage.
Entre le premier tome et le troisième, c’est ce dernier qui me fait un peu préférer Myr. Enfin, chacun son avis! 🙂

La série est maintenant disponible dans une nouvelle édition. Pour acheter les tomes 3 et 4 dans une intégrale, c’est ici.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Un livre qui a du mordant!

Averia, tome 2, Annika
Par Patrice Cazeault

Résumé en quatrième de couverture :

Annika Aralia est une Tharisienne. Et elle les déteste tous. Les Humains, les Amiraux, le Conseil, les crétins de monarchistes…
Elle vit avec son oncle tyrannique, un dignitaire du régime qui se prend pour un monarque tout-puissant, et son cousin qui, pour survivre, n’a rien trouvé de mieux que de s’enfoncer dans la drogue.
Incapable de trouver sa voie dans les rouages de la société tharisienne, Annika emprunte un chemin dangereux. Elle entraîne ses compagnons dans une entreprise folle. Un projet risqué.
Dans les ghettos de l’arrogante capitale tharisienne, sa trajectoire croise celle de Valerio, un Tharisien qui prétend pouvoir l’aider à canaliser son énergie. Quelqu’un qui la force à porter un regard en elle. À affronter la haine qu’elle projette sur tous ceux qu’elle côtoie…
Une introspection qui pourrait bien avoir des répercussions désastreuses.

Mon appréciation :

Lorsque l’on lit le résumé de ce deuxième tome, on ne se doute pas une seule seconde de ce que l’on va découvrir en plongeant à l’intérieur. Surprise, surprise.
J’avais déjà lu à quelques endroits que l’auteur mettait en garde ses lecteurs et lectrices lorsqu’ils disaient débuter la lecture de Annika. Il est vrai que ce roman est bien différent du premier! Plus dur, plus fort, plus dangereux,…
Sur une terre aride, là où les tempêtes ne se retiennent pas, Annika nous montre dès le départ sous quelle facette elle prend place. Une Tharisienne qui n’en révèle pas facilement beaucoup sur elle, autre que la colère qui gronde en elle et qui la pousse presque sous impulsion à faire de grands actes qui pourraient, au moindre problème, lui coûter énormément.
On peut être surpris, voire un peu déstabilisés dans ce nouvel environnement d’ambiances et de personnages, mais c’est avec joie que l’on retrouve le reporter d’Averia, toujours aussi particulier. Si l’on est le moindrement déstabilisés, on ne l’est pas bien longtemps, puisque l’on prend part avec plaisir à cette nouvelle aventure.
Je me suis plu à lire Annika, je me suis plu à découvrir un côté sombre et sanglant à la plume de Patrice Cazeault, lui qui semble toujours rieur. Et puis… je me suis surprise à apprécier ces moments dangereux, glauques… J’en ai des frissons!
Oh, et le style d’écriture toujours aussi bien travaillé de Patrice! La structure du texte, la façon dont le tout est amené et les transitions avec les reportages,… tout ça rajoute du bon à cette belle série!

La série est maintenant disponible dans une nouvelle édition. Pour acheter les tomes 1 et 2 dans une intégrale, c’est ici.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Salon du livre de Montréal 2012

17 novembre 2012

Eh oui! Le Salon du livre de Montréal était hier pour moi!
Chaque année, je me dois de me rendre à cet événement au moins une journée complète (ou presque). D’avance, je planifie quelques auteurs que je désire ardemment rencontrer, voir ou revoir, ainsi que certains livres que je vais acheter. La facture monte vite! Je me donne un budget et j’essaie de ne pas le dépasser. Dur de dur.
Ensuite vient le plaisir de ranger les livres sur les tablettes, un par un. Sans mentionner tous les détails de ma journée, je vais vous parler de certains auteurs et l’achat qui leur est relié.

Brandon Mull, auteur de Fablehaven, Le mystère des bonbons magiques et de Beyonders.
Quel grand plaisir que de rencontrer cet auteur anglophone! Il a fait tout un trajet pour venir passer des heures à dédicacer les volumes de ses fans d’ici. Armée du deuxième tome de sa dernière série (Beyonders) et de mon maigre bagage en anglais, je me suis mise en file pour le rencontrer. En plus d’être un écrivain merveilleux et débordant d’imagination, Brandon est quelqu’un de bien gentil. Quelques paroles ont été échangées, une dédicace a été faite, une photo prise, puis, sous un « Bonne journée! » de sa part, je suis repartie voir d’autres auteurs.

Patrice Cazeault, auteur de Averia.
Jeune homme toujours souriant, sauf quand il s’amuse à être faussement sérieux, Patrice ne manque pas d’énergie. Encore une fois armée d’un tome deux, mais d’une autre série toutefois (c’est un peu évident 😛 ), je suis allée faire dédicacer mon roman. Un grand sourire au visage et le livre tendu, Patrice savait quelle était sa job. Chaque rencontre est remplie de sourires, de rires et de bons moments. Celle-ci n’y faisait pas exception! On s’est taquinés souvent lorsqu’on se croisait, et je suis finalement repartie chez moi avec mon livre et un dessin d’un… chaton (de Patrice).

Guy Bergeron, auteur de La trilogie de l’Orbe, L’Héritière de Ferrolia, Légendes d’Arménis et de Valse macabre.
Ah qu’il est bon de revoir ce gentil homme! Toujours présent, mais demandé. Il se promène d’un endroit à l’autre, que ce soit pour discuter, pour signer des livres ou pour passer des entrevues. À défaut de lui avoir acheté un livre cette année, je suis bien heureuse d’avoir eu autant de temps pour lui parler. Après tout, si Michel l’a apostrophé pour Les Clowns vengeurs, ce doit être parce que Guy a un nez et un tempérament de clown, quelques fois. 😉

Vraiment, ce fut un très beau Salon. J’en suis ressortie les bras pleins (trois sacs de livres), des souvenirs pleins la tête et quelques photos dans mon appareil.
J’ai déjà très hâte au prochain Salon du livre. Je dépense beaucoup, mais que c’est bon de lire!

Catégories : Événements, Salons du livre | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Surprenant!

Averia, tome 1, Seki
Par Patrice Cazeault

Résumé en quatrième de couverture :

Seki vit sur Averia, une colonie humaine qui a été conquise il y a 20 ans lors de la guerre avec les Tharisiens. Malgré cela, elle s’accommode bien de l’occupation. N’a-t-elle pas la chance d’étudier à l’université?
Sa soeur, Myr, ne partage pas son point de vue. Pour elle, la présence des Tharisiens sur Averia est une abomination. Le seul moyen de mettre fin aux injustices que subit le peuple humain est de se rebeller contre l’envahisseur.
Mais voilà que Seki, intimement convaincue que la reprise des hostilités serait une erreur, se voit entraînée malgré elle dans un groupe de résistants.
Les choses tournent mal. Une bombe explose.
La spirale de violence s’accélère.
Seki, qui doit assumer un rôle qu’elle n’a pas désiré, arrivera-t-elle à se sortir indemne de l’insurrection qui gronde dans la Colonie d’Averia?

Mon appréciation :

On débute la lecture de ce roman et nous sommes presque déjà en plein dans le coeur de l’histoire. Que ce soit dans la peau de Seki ou dans celle de Myr, nous vivons leurs pensées présentes à ce moment-là. Mais les questions s’imposent déjà à nous. Que s’est-il passé durant cette guerre? Quel en était le but? Et c’est ainsi que l’on se voit contraints, et avec plaisir!, de lire les pages suivantes.
On commence ensuite à prendre vraiment place avec Seki et sa soeur.
Mais la bombe mentionnée dans le résumé du livre intrigue. On tourne les pages en se demandant quand elle se manifestera, où cela sera-t-il, qu’est-ce qui en suivra…?
Ainsi tentés d’en savoir plus, nous n’avons d’autre choix que de lire la suite. Et ce qu’elle se lit bien! Lorsque j’ai acheté le livre, en avril (le pauvre, il a attendu si longtemps), je m’étais amusée à faire tourner les pages et à en lire une phrase par-ci par-là. La plume de Patrice me plaisait déjà. Ainsi, quand est venu le temps de m’y plonger, je dévorais rapidement les mots.
En plein centre d’un soulèvement qui mènerait au début d’une nouvelle guerre sur Averia, littéralement prisonnière du mouvement de cette révolution, Seki nous fera découvrir la guerre passée et ce qu’il en est advenu, tout en devant protéger une personne qui lui est chère et qui la met un peu plus dans le trouble à chaque fois.
C’est un tome qui commence bien une série, série qui promet!

Vous pouvez échanger avec le très sympathique Patrice Cazeault sur le blogue qu’il tient à l’adresse suivante : http://avisdexpulsion.blogspot.com

La série est maintenant disponible dans une nouvelle édition. Pour acheter les tomes 1 et 2 dans une intégrale, c’est ici.

Catégories : Livres adultes, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :