Articles tagués : Tome 3

Culture, mode et mystères

J’adore Rome

Par Isabelle Laflèche

Résumé en quatrième de couverture :

Catherine n’a pas un moment de répit. Alors que la jeune avocate croyait se rendre dans la capitale italienne pour un week-end en amoureux, elle se retrouve plutôt mêlée à une nouvelle affaire de contrefaçon qu’elle devra dénouer avec l’aide de Rikash, son indéfectible allié. Quelle idée, que d’avoir offert leur aide à une inconnue rencontrée au hasard d’une séance de shopping! Il faut dire que l’extravagante Graziella pourrait leur ouvrir bien des portes de la scène locale de la mode, de Rome à Florence en passant par Prato.
Entrepreneurs sans vergogne, pasta succulentes, ateliers clandestins et bellâtres ambitieux seront au rendez-vous!
Heureusement que Catherine peut compter sur ses lunettes porte-bonheur — et sur l’aide d’un certain architecte au charme ravageur… Quand l’escouade de choc de Dior est décidée à faire la lumière sur une histoire de collants contrefaits, la mafia de la mode n’a qu’à bien se tenir.

Mon appréciation :

Ouf! Cela fait deux ans que je ne suis pas plongée dans la série J’adore! Il me fallait me remettre dans le bain, ce qui fait que le début de ma lecture était un peu plus lourd (je tentais de me remémorer le plus d’éléments des deux autres tomes). Ensuite, lorsque j’ai commencé à recoller les morceaux, je me suis laissée bercer par ma lecture. 🙂
J’ai apprécié mon voyage à Rome par l’entremise du personnage de Catherine. Je dois admettre qu’il y avait cependant beaucoup de descriptions concernant les différents lieux (restaurants et bâtiments historiques ou non) et l’histoire de la mode italienne. Il est vrai que cela permet de se mettre sérieusement dans l’ambiance. Par contre, j’avais surtout envie que les choses bougent, ce qui créait parfois de petites longueurs.
Comme le titre de l’article l’indique, le roman est, entre autres, rempli de références culturelles. On y retrouve des dictons, des citations, des références musicales et cinématographiques… ainsi que beaucoup d’autres sur la mode, bien entendu. Je suis mitigée quant à toutes ces références, mais il se peut que cela ne concerne que moi. Lorsque je les comprenais, j’étais contente. Autrement, ce que je lisais était un peu superflu.
Mis à part cela, j’ai bien aimé ma lecture. J’étais intriguée quant à ce qui allait arriver à la relation complexe de Catherine et d’Antoine, d’autant plus qu’un beau Romain était de la partie. J’aimais les moments où l’enquête prenait vraiment forme, soit lorsque les protagonistes se rendaient sur place pour faire des constatations et converser, de manière pas toujours agréable, avec des personnages importants.
Dans l’ensemble, j’ai bien apprécié ma lecture, même si j’y ai trouvé quelques petites longueurs. Me plonger dans ce monde de la mode me sort totalement de mon quotidien habituel, ce qui rend ma lecture très divertissante. J’espère bien qu’il y aura d’autres aventures pour Catherine. 😀

Publicités
Catégories : Contemporain/Réaliste, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une déception finale.

Les 7 secrets, tome 3, 7 secrets à faire frissonner

Par Judith Bannon

Résumé en quatrième de couverture :

Laurie, qui poursuit sa brillante carrière au complexe de plein air Black Snow, n’a pas le coeur à la fête à l’approche de Noël. Non seulement Alex se montre distant et insensible à son endroit, mais elle est aussi confrontée à d’étonnantes sculptures de glace qui apparaissent quotidiennement sur la montagne.
Qui en est l’auteur, et quel message portent-elles? Habituée des énigmes obscures de la sorte, la femme d’affaires n’en a pourtant pas la moindre idée.
Majestueuses, les sculptures arrivent bientôt assorties de blocs de glace qui se veulent menaçants. Seul un message, publié chaque jour sur les réseaux sociaux et signé d’un pseudonyme, complète ces cadeaux qui font frissonner. Aucun doute, Laurie est directement visée par la manoeuvre.
Avec le soutien de ses meilleures amies et de sa famille, Laurie tentera de comprendre la signification du troublant phénomène qui la tourmente. Peut-être pourra-t-elle du même coup décoder les comportements contradictoires d’Alex… Résister au désir et à ses pulsions envers son ex sera-t-il plus facile que résoudre le mystère? Sa relation avec Alex s’en trouvera-t-elle refroidie une fois pour toutes?

Mon appréciation :

Encore un tome qui ne me fascine pas. Ayant acheté la série complète d’un seul coup, je me suis dit qu’il fallait bien que je les lise. Je n’ai pas détesté ma lecture de ce tome final, mais plusieurs éléments m’ont fait tiquer.
Tout d’abord, j’ai aimé l’idée qu’une petite enquête soit mêlée à l’histoire. Au départ, les géantes sculptures de glace étaient un peu intrigantes, mais ce sont ajoutées celles qui représentaient réellement une menace. Ces secondes sculptures, beaucoup plus petites, étaient les plus fascinantes. La conclusion de cette machination n’était pas mauvaise non plus. Par contre, celle des grandes sculptures n’était pas du tout à la hauteur. Ce mystère meuble essentiellement tout le roman, et le dévoilement du «  coupable » est décevant dans la mesure où il donne l’impression d’être faux, superficiel. Il faut dire aussi que l’identité de ce coupable devient très évidente à partir d’un certain moment du livre. La surprise n’est donc pas au rendez-vous.
Sur le plan des personnages, c’est surtout celui d’Alex qui m’a déçue. Fâché contre Laurie, mais toujours amoureux (une évidence!), il la repousse très durement. Il est froid et presque méchant envers la femme. Cette dernière, tout de même, va lui pardonner et passer par-dessus ce caractère déplaisant. Bien qu’elle soit, elle aussi, amoureuse, je me demandais vraiment comment elle pouvait pardonner si vite et si facilement à Alex. Si cela avait été de moi, je l’aurais traité en trou de cul. 😛
Le thème de la confiance revient beaucoup dans le roman, comme c’était le cas dans les autres. Sauf qu’il y a des maladresses à ce sujet. Alex demande toujours à Laurie de lui faire confiance, peu importe ce qu’il entreprend. Elle ne doit pas le questionner et doit le croire aveuglément. Par contre, le sens inverse ne fonctionne pas de la même manière. Laurie, quant à elle, doit à peu près toujours tout dire à Alex. Cela donne une supériorité que je n’aime pas au personnage d’Alex.
La lecture de ce troisième tome reste tout aussi facile que pour les autres. Les dialogues restent également la majorité du temps tous aussi faux et vides entre les proches. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas plus de profondeur, puisqu’ils restent essentiellement très stéréotypés. La conclusion du roman, et de la série, reste sur cette lancée. Elle laisse à désirer avec le dévoilement de l’auteur des manigances. Chaque personnage prend part à ce dévoilement comme dans une mauvaise mise en scène.
En bref, si le roman se lit facilement et qu’il permet d’intriguer un peu, son écriture reste peu recherchée et l’ensemble du récit peu travaillé.

Catégories : Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Le mythe de Pandore réduit au maximum.

Élias Sparte, tome 3, Le sanglier de CalydonLe sanglier de Calydon
Par Agnès Ruiz

Résumé en quatrième de couverture :

Curiosité, désir, convoitise. Zeus avait remis un cadeau très spécial pour l’ogresse Kishimo-Jin; une boîte aux mille et une pierreries à n’ouvrir sous aucun prétexte. Sa fille, Pandora, convaincue d’y trouver de somptueux bijoux, rompt la promesse faite à sa mère et ouvre la boîte. Aussitôt, mille et une calamités soufflent sur Éphoria, à commencer par le sanglier de Calydon qui devient fou. Kishimo-Jin accuse les trois élus d’être responsables des malheurs qui s’accumulent. Élias, Sandros et Auxane n’ont même pas le temps de souffler qu’ils doivent partir en chasse pour arrêter un sanglier géant. Sauf que les traces s’arrêtent subitement à un carrefour étrange. Mais où est donc passé le sanglier de Calydon?

Mon appréciation :

Cela faisait quelques mois que j’avais mise cette série de côté. D’ailleurs, je n’y voyais aucune raison de me presser, puisque je savais que cette série a été interrompue. En effet, seulement trois tomes sont parus et sont maintenant épuisés. De ce fait, je me doutais que la fin de ce troisième volume ne serait pas une véritable finale, ce qui me laisserait sans doute sur ma faim selon mon appréciation. Comme vous allez le voir, j’aurais été curieuse de découvrir la suite, mais aucunement avide de la connaître… un peu comme cela a été le cas avec chacun des trois premiers tomes de la série.
Tout d’abord, comme le spécifie le titre de cette appréciation, l’histoire de ce troisième volume est basée sur le mythe de Pandore. Nous retrouvons donc une boîte mystérieuse remise à une certaine Pandora. Bien évidemment, celle-ci ouvre la boîte et les maux en sortent. Cependant, ces maux sont étrangement représentés par deux gros sangliers fous. Décidément, c’est bien moindre que l’idée de Carolyn Hennesy pour sa série Pandora. Le tome est donc centré sur l’idée de retrouver ces deux bêtes afin de régler les problèmes occasionnés par l’ouverture de la boîte. Tout simplement. Et le tout se fait tout aussi simplement.
C’est l’un des problèmes de la série. Chaque étape des missions du trio n’est pas très complexe. Si elle l’est, elle se résout par contre très rapidement. Nos héros ne cherchent pas longtemps les solutions aux épreuves qu’ils affrontent, ce qui est un peu dommage. Il manque de contenu sur ce plan, à mon avis.
Un autre bémol concerne le personnage d’Antarès. Celui-ci est, en quelque sorte, l’ennemi de Sandros, Élias et Auxane. Pourtant, je n’ai pas senti grande méchanceté dans ce tome. Qui plus est, lui qui a fait un mauvais coup à la fin du deuxième tome n’a pas eu de conséquences… de même que sa manigance ne semble avoir eu aucun effet. J’ai été un peu déçue de ne rien découvrir à ce sujet, puisque c’est ce qui m’avait le plus intriguée à la fin du tome précédent.
On retrouve également le mythe d’Icare et de ses ailes de cire. Le passage concernant ce personnage mythologique est très bref et peu pertinent.
Ainsi, j’ai eu plusieurs petites déceptions durant ma lecture. Par contre, même si elles ne sont pas assez fournies, j’aime bien les évocations de différents mythes. Je trouve cela intéressant comme idée. Et malgré tous ces points négatifs, il est certain que j’aurais été curieuse de découvrir jusqu’où se seraient rendues les aventures du trio.

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

L’intrigue s’agrandit!

Sorcière, tome 3, Sorcière de sang

Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

Chaque jour, j’en apprends davantage sur la magie.
Plus j’en sais, plus mes pouvoirs sont grands.
Il m’arrive d’avoir peur de ma propre force.
Ma sœur et moi ne sommes pas du même sang.
Cependant, je sais que je ne suis pas seule.
Cal, mon âme sœur, mon compagnon, mon amour, est avec moi.
En ce moment, je sens une ombre planer sur nous.
Lorsque tous mes sens sont en état d’alerte, je sens le danger.
Mais est-il réel, ou est-ce le fruit de mon imagination?

Mon appréciation :

J’ai pris plaisir à relire ce troisième tome de la série Sorcière comme si je venais tout juste de quitter le deuxième. Pourtant, j’ai lu quelques autres livres entre les deux. Et c’était volontaire.
En fait, dans chacun des tomes de la série sont disséminés divers éléments qui rappellent les tomes précédents. Comme je possède désormais toute la série et que j’en avais lu un peu plus de la moitié déjà, je sais que je n’aurais pas apprécié les lire tous un à la suite de l’autre à cause de ces petits résumés. J’aurais trouvé ma lecture redondante. Ce qui n’est pas le cas en ce moment, même si je relis tous les premiers tomes! Je laisse suffisamment de temps entre mes lectures (quelques jours à peine, quand même) pour que ce ne soit pas trop lourd, mais bien juste agréable.
Dans ce tome-ci, j’ai particulièrement aimé lire les débuts des chapitres, où nous lisons des extraits du Livre des ombres de deux personnages masculins. Avec le temps, on découvre qui ils sont, soit Cal et Hunter. C’est intéressant, puisque l’on peut lire à quel point Cal aime Morgan, le personnage principal. Cependant, nous pouvons aussi apprendre qu’il attend quelque chose d’elle et qu’il ne le lui dit pas encore. Du côté de Hunter, nous découvrons surtout son enfance… ainsi qu’un élément qui reviendra dans les toutes dernières pages du tome, lors d’un affrontement entre les deux garçons. Je trouve cela bien amené. Qui plus est, une rivalité est dès le départ installée entre les deux personnages. Cette rivalité découle de Cal pour rejoindre Morgan, dans le sens où son opinion de Hunter est influencée… ce qui l’amène à commettre un acte qu’elle va regretter.
Morgan en apprend plus sur ses origines dans ce troisième volume. Enfin, le lecteur sait à quel clan de sorcières elle appartient. C’est intrigant, surtout si l’on considère le poids que cela a sur la vie de la jeune femme. C’est une source d’intrigues pour la suite de l’histoire.
Mis à part tout cela, j’ai eu un faible pour les descriptions concernant la température extérieure, tout au long de ma lecture. J’ai trouvé le dosage bon pour nous rappeler qu’il fait frisquet dehors. Avec la neige et la glace, c’était même annonciateur de dangers! À vous de découvrir quels sont ces dangers…

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Drôle, mais peu dangereux.

Cobayes, tome 3, Yannick

Par Martin Dubé

Résumé en quatrième de couverture :

Mon principal défaut : ma générosité.
Coup de pouce, oreille attentive, dos large, cœur sur la main. Je me fends toujours en quatre pour aider les autres… à mon détriment. Et j’ai l’embarras du choix. De mon meilleur ami Lucien pour qui je suis le parfait confident, à ma voisine d’en dessous, la charmante Marguerite, qui me prend pour son homme à tout faire, tous me considèrent comme le candidat idéal pour satisfaire leurs caprices et calmer leurs angoisses. Et il y a ma sœur, Myriam, pour qui je donnerais ma vie. La sienne n’est pas facile et j’aime croire que je suis toujours là pour elle. Souvent, je m’oublie pour qu’elle puisse être heureuse. Sauf que, ces derniers temps, je sens que j’ai franchi le point de non-retour. Depuis que je participe à cette étude clinique, ma vie me semble lourde, déréglée, impossible. Oui, l’argent que je reçois aide beaucoup ma sœur, mais toute cette expérience me dépasse. Je suis de moins en moins charitable, de plus en plus impatient. Et je commence à faire des cauchemars. À avoir des hallucinations qui me semblent parfois tellement vraies…

Mon appréciation :

Yannick fut pour moi une occasion de découvrir un autre auteur québécois que je n’avais encore jamais lu auparavant. J’ai bien apprécié la plume de l’auteur, mais je dois admettre que je l’aurais probablement préférée dans le cadre d’un roman en-dehors de la série Cobayes (série qui, je le rappelle, n’a pas d’ordre de lecture). De ce fait, lorsque j’en aurai l’occasion, je me procurerai les autres livres de Martin Dubé. En attendant, parlons donc de Yannick.
Je vous explique d’abord ce qui m’a plu dans l’écriture de l’auteur. Dès le tout début du livre, avant même de commencer le récit du personnage principal, une page présente l’auteur et les quelques conseils qu’il donne avant d’entamer la lecture. Le tout est bien teinté d’humour, ce qui donne un bon aperçu de ce que contient le bouquin. Parmi les mises en garde de cette fameuse page nous retrouvons celles-ci :
« Les hommes qui allaitent des femmes enceintes doivent consulter un psychiatre avant de lire ce roman.
Ce roman peut causer de l’excitation. Éviter toute activité qui nécessite de la vigilance, telle que la jonglerie avec des sabres en feu. » (p.5)
Tout au long de la lecture, nous pouvons retrouver une petite touche d’humour un peu farfelu. Entre autres, Yannick prend plaisir à jouer à imaginer la vie des gens qui l’entourent. Et son imagination est assez fertile, ce qui donne d’amusants résultats!
J’ai beaucoup aimé l’idée que le personnage soit totalement bon de nature. J’étais curieuse de savoir ce qu’il se passerait à la suite des injections du produit d’AlphaLab, j’étais curieuse de savoir à quel point il déraperait. À ce sujet, les pensées du personnage m’ont plu. Cependant, j’étais déçue que cela ne reste, justement, que des pensées, des scénarios imaginés. Malgré son indifférence intéressante devant la mort, il ne prend pas activement part à la mort d’autrui… Enfin, à un certain point, mais je vous laisse la surprise. Il reste que c’est essentiellement cela durant la majeure partie du livre.
Excluant cette déception, les rapports du Docteur Williams (celui qui dirige l’étude clinique) m’ont un peu manqué. Heureusement que certaines scènes du livre se rapprochaient de ces rapports, puisque le docteur mentionnait ses inquiétudes quant au sujet.
Finalement, j’ai aimé l’idée que Yannick soit conscient du Nettoyeur qui le suivait, cet homme engagé pour camoufler les dégâts que le patient pourrait faire sous l’emprise du produit. Cela démontrait une certaine intelligence de la part de Yannick de le remarquer, et cela faisait découvrir un peu plus d’éléments concernant ces protagonistes camouflés qui ont le talent nécessaire pour faire disparaître les traces d’un crime. C’était pertinent!

Voici la bande-annonce du roman :

Catégories : Horreur, Livres adultes | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une aventure cocasse.

Love Hina, tome 3

Par Ken Akamatsu

Résumé en quatrième de couverture :

Keitarô et Naru passent leur examen à Tôdai… Suite à leurs résultats, ils décident de partir en voyage chacun de leur côté mais le hasard se charge de les remettre en présence l’un de l’autre, les emmenant de Kyoto à Okinawa… Un voyage initiatique dans lequel chacun s’est fixé l’objectif de décider ce qu’il veut faire au cours de l’année à venir.

Mon appréciation :

J’ai l’impression d’avoir dévoré ce manga en très peu de temps. Bon, c’est certain que c’est un peu le cas, puisque cela se lit rapidement, mais tout de même. J’ai passé un bon moment de lecture et j’ai bien hâte de lire la suite (pour ça, il faut que je me la procure, bien entendu).
J’ai trouvé assez cocasse que les personnages de Keitarô et de Naru se rejoignent dans leur petit voyage. Non seulement ils se croisent dans le train, mais ils tombent également nez à nez à quelques autres reprises avant de décider de poursuivre leur route ensemble. Sur leur chemin, ils rencontrent une jeune femme tout aussi maladroite que Keitarô. J’ai trouvé le personnage amusant. Et il faut dire que c’est un moment qui fait un peu avancer les choses, puisque cela prend toujours une autre fille dans les parages pour que les sentiments de la première se dévoilent. Ce n’est pas nouveau, et je ne vous dévoile donc rien de très surprenant.
Mis à part cela, je dois avouer que j’étais légèrement déboussolée sur le plan des déplacements. J’avais du mal à me repérer avec les villes mentionnées. Surtout concernant deux des amies de Keitarô et de Naru qui se sont beaucoup promenées à travers le Japon. Pour faire court, disons que l’une des deux était impulsive et n’avait pas le sens de l’orientation.
Sinon, j’ai remarqué que je n’avais pas encore parlé des dessins depuis les premières appréciations. Je les trouve bien faits. Contrairement à certains mangas, je ne me mélange aucunement entre les personnages. Surtout qu’il y en a quand même plusieurs. Chacun est bien différent au niveau de la coiffure et de l’agissement, de sorte que je les replace dans l’instant. Cela aide à la fluidité de l’histoire, et donc de ma lecture.

Catégories : Livres jeunesses, Manga | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une aventure qui paraît un peu simpliste, mais pas trop courte.

Les 5 derniers dragons, tome 3, La terre des elfes

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

L’extraordinaire périple des chevaliers du Dragon rouge se poursuit. La troupe, composée d’une dragon-fée, d’une camarade appartenant à la chevalerie des Anciens, mieux connus comme les chevaliers de l’Actinide, de deux enchanteurs et d’un rat magicien, se retrouve maintenant au pied de montagnes protégées par des gardiens appelés les Douades, des monstres cupides et sanguinaires. Bien que la petite troupe soit tentée de survoler cette chaîne de montagnes séparant le territoire des Cinq peuples et la Terre des Elfes, grâce à un magnifique cheval ailé du nom d’Horus et à de superbes et puissants dragnards, elle attend la manifestation de ces gardiens des lieux de passage pour éviter toute confrontation avec eux.
À leur arrivée à la Terre des Elfes, Inféra rencontre Adora, une porteuse de dragon comme elle. Contrairement à elle-même, qui fut gardée loin de tout regard, celle-ci était adorée et aimée de son peuple.
Elles se lieront d’amitié et éprouveront une inquiétude commune qu’elles ne révéleront à personne.
À vous de découvrir ce terrible secret.

Mon appréciation :

Comme le titre l’indique d’abord, j’ai une petite déception par rapport au niveau de difficulté rencontré durant l’aventure des personnages principaux. Les épreuves rencontrées m’ont semblé relativement simples. Andrick et ses compagnons n’ont pas vraiment fait face à un échec quelconque. En fait, tout semblait se résoudre dès l’instant où le problème était mis en place.
Par contre, encore une fois comme l’indique le titre de l’appréciation, la durée de l’aventure n’est pas trop courte. J’en suis seulement au troisième tome et j’ai la nette impression que les personnages ont encore beaucoup à faire. Et il faut dire que la série sera constituée de douze tomes. C’est un élément que j’aime de cette série. Le fait que l’histoire semble vraiment se dérouler au jour le jour, que l’on ne fait pas de bonds dans le temps… Ça ajoute une certaine touche de réalisme intéressante.
Mis à part cela, j’ai bien apprécié le retour de Launa parmi les siens. C’était surtout les descriptions qui me plaisaient. Sans trop vous dévoiler le tout, le château était en piteux état. Les sentiments qu’éprouvait Launa à ce moment étaient intéressants dans le contexte. J’en aurais même pris un petit peu plus. 😛
Le tome ne termine pas sur un suspense. Cependant, l’envie de lire la suite reste présente, puisque les dernières lignes invitent sur le prochain tome, comme si celui-ci raconterait la journée de demain. J’ai l’impression que cela va s’enchaîner doucement, un peu comme si l’on poursuivait la lecture d’un même livre, mais avec un nouveau chapitre. On ne se sent pas précipité. N’empêche que la curiosité est présente. Après tout, il manque encore trois dragons et les protagonistes se doivent de les trouver. Sans compter que certains risquent de ne pas trop s’entendre entre eux, ce qui laisse présager un peu d’action!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un peu d’émotion!

Pas besoin des garçons

Pas besoin des garçons
Par Stephie Davis

Résumé en quatrième de couverture : 

Allie trouve sa cible pour l’été. Il a dix-sept ans et il est totalement craquant. En plus, il la trouve mignonne. Que demander de plus?
Tout simplement que le garçon avec qui elle doit travailler tout l’été ne la déteste pas… Car si Allie joue l’indifférence, au fond, elle ne s’en moque pas du tout!
Le défi pour Allie : arrêter de remarquer son sourire et se rappeler qu’elle ne drague pas les gars qui ne l’aiment pas.

Mon appréciation : 

Ce livre est la suite du roman Garçons sous surveillance. Encore une fois, bien évidemment, c’est l’histoire d’une jeune fille qui tombe amoureuse d’un jeune homme. C’est l’histoire classique de ce genre de romans, mais c’est divertissant et amusant.
Dans ce cas-ci, un pari est lancé. Y a-t-il des garçons immunisés au charme d’Allie? Le fait est que cette dernière, un peu comme agit sa mère, a des fréquentations d’un soir. Des échanges langoureux, des rigolades, mais sans plus. Allie ne s’amourache pas. Il n’empêche qu’elle est toujours bien vêtue pour attirer le regard du sexe opposé. Tad, le gars qui ne semble pas l’aimer, semble être immunisé à l’adolescente de quatorze ans. Deux des trois amies d’Allie parient sur le fait que la jeune fille ne pourra faire en sorte que le garçon ne l’aime. Nathalie, quant à elle, embarque Allie dans son camp et parie que oui. Seulement, Tad semble méchant avec Allie et elle préfère plutôt le beau grand Rand. L’idée est amusante, bien que l’on peut en deviner la tournure au fil du livre. Ce genre de récits est assez évident.
Par contre, j’ai bien aimé un élément du livre. Allie est émotive. Ses parents sont séparés : son père habite en Californie et n’a que peu vu sa fille en six ans et sa mère est toujours absente à force de travailler et de fréquenter des hommes. Cette absence parentale pèse de plus en plus sur la jeune fille, ce qui l’affecte beaucoup et lui fait parfois venir les larmes aux yeux. J’ai trouvé intéressant cette idée du personnage. Tout le temps, Allie se targue d’être chanceuse de pouvoir faire ce qu’elle veut et semble avoir une rigide carapace composée de vêtements à la mode et de maquillage. Cependant, la carapace se fendille au fil de l’histoire.
J’ai donc aimé ma lecture, qui jonglait entre les petits plaisirs des fréquentations d’adolescents et entre les côtés plus dramatiques d’une vie avec un soutient familial trop peu présent.

Catégories : Coin filles, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une fin chargée!

Hunger Games, tome 3, La révolte
Par Suzanne Collins

Résumé en quatrième de couverture :

Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu’elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n’est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens habitants du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer.

Mon appréciation :

Le dernier tome de cette fameuse trilogie m’a été offert pour mon anniversaire, il y a quelques semaines. Je me devais donc de le lire prochainement, sans compter que la première partie de son adaptation cinématographique sortira prochainement. Je n’avais pas le choix de m’y mettre avant de me faire dévoiler des punchs par le film!
Je dois avouer que j’ai bien aimé ma lecture. Je me suis rapidement plongée dedans pour le lire tout aussi rapidement. Je ne prenais pas la peine de savourer, je ne pouvais que continuer à tourner les pages.
La première moitié du roman était par contre un peu plus relaxe que l’autre. Katniss se retrouve chez les rebelles et s’y adapte tranquillement, tout en se demandant si elle doit à nouveau redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion, que plusieurs attendent. Lorsqu’elle accepte, cela commence à devenir plus mouvementé. On assiste à des attaques, le danger est bien présent, mais il n’est rien en comparaison de la suite. C’est pourquoi, malgré l’action, j’affirme que c’est plus « doux » que la deuxième moitié du livre (environ), où certains personnages, dont Katniss, se rendent sur le territoire du Capitole afin de tenter de porter le coup final : assassiner le président Snow, l’être ignoble derrière les Hunger Games de ces jours.
À partir de ce moment, de l’action, « en veux-tu en v’là »! Les rues du Capitole sont le territoire d’un autre Hunger Games, étant truffées de pièges pour éviter que les rebelles ne se rendent à la résidence du président. C’est dangereux et vraiment plaisant à lire. Les pièges sont tous plus fascinants les uns que les autres, autant que peuvent l’être des pièges ayant pour but de tuer. Bien évidemment, les morts sont désolantes… mais on se sent dans le feu de l’action et c’est poignant.
Les dernières pages sont plus tranquilles, mais elle en révèlent relativement beaucoup. Le pire est derrière, et Katniss en est éprouvée, c’est normal. J’ai trouvé ces quelques pages un tout petit peu longues, mais à la lecture de l’épilogue, il est facile de comprendre que ces quelques pages étaient importantes pour mener à ce dernier « chapitre » de la trilogie.

Catégories : Aventure, Aventure, Livres adultes, Livres jeunesses, Science-Fiction, Science-Fiction | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Une prophétie inattendue!

Kiam Tasgall, tome 3, La pierre d’Elzyrion
Par Nadine Bertholet

Résumé en quatrième de couverture :

Hanté par les dernières paroles de l’homme qu’il a vu mourir sous ses yeux, Kiam n’a qu’une idée en tête. Idée qui se fait chaque jour plus obsédante.
Convaincu que le secret du mystère le tourmentant réside dans les deux premières années de sa vie, Kiam fomentera le plus ambitieux des plans afin de se rendre là où il vit le jour, sur Oméros. Malgré les efforts de ses compagnons de l’en dissuader, ils se retrouveront tous les quatre projetés sur le royaume de l’eau.
C’est en cherchant à percer l’énigme de son passé que Kiam découvrira l’effroyable futur qui l’attend. Confronté à un choix douloureux, il tentera de changer le cours de son destin, pour le meilleur ou peut-être bien pour le pire…
La pierre d’Elzyrion, troisième volet de la série Kiam Tasgall, vous transportera dans un nouvel univers où, pour Kiam, le pas à franchir pour sombrer du côté obscur pourrait s’avérer chose beaucoup plus facile qu’il ne l’aurait cru…

Mon appréciation :

Je me demande sérieusement pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de lire la suite de cette fantastique série. Je regrette d’avoir attendu aussi longtemps, parce que j’ai passé un merveilleux moment! Et… je regrette aussi de ne pas m’être procurée le quatrième et dernier tome en même temps, car je vais devoir attendre le prochain Salon du livre de Montréal pour me l’acheter et l’avoir dédicacé. Je sais, je me torture! 😛 Mais ça me donnera l’occasion de placoter avec Nadine et d’en savoir plus sur ses prochains projets, ce qui reste plutôt bien! 😉 Je ne sais quand même pas comment je fais pour résister…
Enfin, il faudrait que je vous donne mon appréciation sur ce tome…
Je l’ai dévoré! Il a fallu que je me remette dans le bain en me remémorant un peu les derniers événements du deuxième volume, puis je me suis complètement plongée dans ma lecture. Je me suis à nouveau laissée charmer par le personnage de Pottam, toujours aussi mignon et amusant, et je me suis laissée embarquer dans les projets plus fous les uns que les autres du personnage principal, Kiam. J’ai aussi eu bien du plaisir à retrouver Flarente et Jolik (je me demande toujours comment il fait pour traîner autant de matériel pour ses potions dans son sac).
J’ai trouvé bien humoristique un certain passage du roman, où Pottam, petite créature poilue, rencontre de ses semblables. Les réactions de la beloute étaient amusantes, de même que sa gourmandise, qu’il partage avec ses semblables.
Autrement, j’ai bien apprécié découvrir les nouveaux paysages, qui semblent tous plus fabuleux les uns que les autres, dans chacun des tomes de la série. J’ai également aimé rencontrer de nouvelles créatures, quelles soient gentilles ou dangereuses. Les passages où elles étaient amicales étaient divertissants et ceux où elles ne l’étaient pas ne manquaient pas d’action!
Je me dois aussi de dire que j’ai bien apprécié la fin du livre. Je ne m’attendais aucunement à cette tournure des événements et cela apporte bien des promesses pour le dernier tome de la série! Les personnages risquent d’en voir de toutes les couleurs! Kiam avait fait son interprétation de la vision qu’il avait eu et tentait à tout prix de la changer, cependant deux autres protagonistes nous font voir la prophétie sous un tout autre jour et cela s’annonce… mal!
J’ai hâte de lire la suite!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :