Articles tagués : Tome 6

Un début qui laisse présager le pire…!

Cobayes, tome 6, Elliot

Par Madeleine Robitaille

*Attention : présence de mutilations, de sexualité et de sang.*

Résumé en quatrième de couverture :

Pervers? Bizarre? Asocial? Je me fous royalement de ce que le monde pense de moi. Il n’y a que moi qui compte, mon plaisir et ma liberté. Je n’ai pas d’amis et je n’en veux pas. Mon monde intérieur, ce qui s’y trouve, n’appartient qu’à moi. Personne ne sait qui je suis réellement; ça vaut mieux ainsi.
Je travaille deux ou trois jours par semaine. Je pourrais bosser à temps plein — mon patron me l’a offert —, mais ça nuirait à mon autre passe-temps, qui nécessite préparation et prudence…
Mon seul problème, c’est que j’aimerais gagner plus d’argent. J’en ai besoin pour finir mes travaux dans la pièce insonorisée. Si je veux l’utiliser, un jour… Je devrais peut-être creuser du côté de ce laboratoire, celui qui cherche des candidats pour tester un nouveau médicament. Ça paie drôlement bien! Avec tout ce fric, ma salle de jeux serait rapidement opérationnelle.

Mon appréciation :

Ouh là là! Ce tome-ci n’est pas joyeux du tout!
Dès le début, nous sommes confrontés au personnage d’Elliot, qui a déjà des habitudes assez obscures. Déjà, il ne suffit que de songer à sa pièce insonorisée, qu’il construit pour en faire une salle de torture avant même d’avoir goûté au produit d’AlphaLab. Les choses détraquent donc rapidement.
Parsemé dans le récit, le lecteur a droit à quelques retours dans le passé qui permettent de découvrir les événements qui font d’Elliot le personnage meurtrier qu’il est au début de la lecture. J’aimais beaucoup ces passages. Je trouvais très intéressant de découvrir la psychologie du protagoniste, bien que cela cache d’horribles choses.
La psychologie du personnage est d’ailleurs très intéressante. En plus d’avoir un passé complexe, l’antihéros compose des nouvelles. Par contre, ces textes ne sont pas anodins. Ils consistent en une sorte de journal où le cobaye consigne ses méfaits dans le but de pouvoir les relire et se les remémorer. C’est de cette manière qu’il éprouve du plaisir.
Cependant, j’ai moins aimé la fin du roman. Je m’attendais à quelque chose de plus spécial, de plus grandiose, étant donné la manière dont le roman a commencé (c’est-à-dire en force). Le taux d’horrifique diminue peu à peu jusqu’à la dernière page. Cela n’était pas mauvais, mais cela ne répondait pas non plus à mes attentes. Avec un tel personnage, j’aurais apprécié quelque chose de plus intense.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé la lecture. Le style d’écriture n’était pas mon favori, mais j’ai beaucoup aimé les idées de départ. Elliot est un assez bon roman d’horreur.

Voici la bande-annonce du roman :

Catégories : Horreur, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Ensorcelant.

Sorcière, tome 6, Ensorcelée
Par Cate Tiernan

Résumé en quatrième de couverture :

La fête de Yule approche;
le jour le plus joyeux de l’année.
Ma magye grandit en force chaque jour.
Mes amitiés sont florissantes.
Je devrais être heureuse.
Mais un choix se dresse devant moi,
Une décision qui pourrait changer
mon monde à jamais.
Suis-je assez forte pour suivre la bonne voie?

Mon appréciation :

Un sixième tome d’une série toujours aussi captivante. Cela faisait un bon moment que je n’avais pas poursuivi cette série, et je suis heureuse de ne pas avoir eu trop de difficulté à m’y replonger assez rapidement. Quelques précisions étaient ajoutées pour se souvenir des événements passés, ce qui était bienvenue.
Ainsi à nouveau imbriquée dans le récit de Morgan, j’ai apprécié redécouvrir la magye wiccane. Il y a toujours des petits éléments qui me font un peu tiquer, comme si ces « pratiquants » étaient complètement mis dans un monde à part, mais on s’y habitue quand même facilement.
On en apprend toujours un peu plus sur Morgan et sa lignée, ses parents… tout comme on continue de voir le mauvais de Selene et de douter parfois de Cal.
Je dirais que Sorcière est une histoire où il est assez facile de s’embarquer, simple à apprécier et intéressante à découvrir. Des petits livres se lisant rapidement et présentant toujours, en début de chapitre, un extrait du livre des ombres d’un des personnages (une sorte de journal que les sorcières doivent écrire). Dans ce tome-ci, il est question de la vie de Selene, la mère de Cal, l’ex petit-ami de Morgan. Ainsi, tout en continuant de la craindre, on voit la vie et les pensées qu’elle a eues pour évoluer vers la personne qu’elle est. Enfin, je ne veux pas trop en dévoiler, mais il est question de magye drôlement puissante et de naissances…
Un autre détail qui me chicotte un peu est le nombre de répétitions, ce qui alourdit le texte à certains endroits. Cate Tiernan a tendance à rappeler toujours un ou deux événements bénins du premier tome de la série. Au moins le reste de la lecture se fait aisément, autant narré pour un public adolescent qu’adulte.
Je lirai prochainement le tome sept de cette série qui, je le pressens, sera aussi plaisant à grignoter que celui-ci.
Car malgré tout, on veut toujours en savoir plus sur Morgan et l’histoire de sa mère biologique… comme sur ce qu’il adviendra d’elle et de Hunter. Ne trouvez-vous pas qu’ils font un joli couple malgré leur difficulté à bien s’entendre à plusieurs reprises? Oh si, c’est à chaque fois plaisant d’y voir une histoire de coeur. 😛

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Un ennemi intéressant!

Les 5 derniers dragons, tome 6, La Cité de glace

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les chevaliers du Dragon rouge poursuivent leur quête du dernier dragon, le dragon de l’éther. Par malheur, ils ne sont pas les seuls à le rechercher. Arthur De La Chevrière, une personne aux intentions maléfiques, le convoite lui aussi activement, à des fins personnelles.
Souffrant d’horribles inflammations cutanées inesthétiques depuis son jeune âge, il croit à son talent de guérisseur. Poussé par son désir de beauté parfaite, il s’inflige de multiples traitements barbares pour acquérir un corps sans défaut. Les premiers résultats sont stupéfiants, mais au fil des interventions et des années, il devient une loque ambulante. De toute sa vie, son état de santé n’a jamais été aussi dramatique et aussi précaire.
À la lecture du grimoire d’un druide décédé, il découvre que son dernier recours serait de boire un élixir à base de sang de dragon et d’eau guérisseuse. Fort heureusement, les habitants de l’île aux Brigands lui révèlent qu’un magnifique dragon blanc survole les mers du nord. À la recherche des pouvoirs que procure le sang de dragon, les îliens partiront à la conquête du dragon blanc. Toutefois, un malheur mettra un terme à leur expédition fabuleuse.
Seuls Arthur De La Chevrière et les chevaliers du Dragon rouge s’affronteront pour le trouver. Bien que ce personnage aux intentions malveillantes fût le premier à atteindre la Cité de glace en quête de ce Précieux Sang, les chevaliers du Dragon rouge n’ont pas dit leur dernier mot.

Mon appréciation :

Dans ce sixième tome, la jeune troupe d’aventuriers se découvre un nouvel ennemi : Arthur De La Chevrière, surnommé Charpie en raison de son apparence. Je trouvais intéressant qu’un autre individu convoite le cinquième dragon recherché par nos héros. Cela apportait des difficultés de plus qui étaient bien divertissantes. Andrick, Nina et leurs amis avaient un mystère de plus sur les épaules une fois rendus sur les lieux où réside le porteur de dragon. Par contre, à la toute fin du livre, il m’a semblé que la manière dont l’histoire mettait fin aux activités négatives du vilain était plutôt simple et peu recherchée. J’aurais bien apprécié un peu plus d’action ou de suspense!
Encore au sujet de ce Charpie, je dois dire que j’ai apprécié la petite partie du texte où il était présenté. Découvrir l’histoire d’un personnage aussi particulier était intéressant et pertinent. En tant que lecteur, cela nous permet de comprendre les motivations derrière les actions du vilain. C’était même amusant. Cependant, le personnage de Mara qui l’accompagne me paraissait moins pertinent. J’avais parfois l’impression qu’elle était en trop. Qui plus est, elle n’a pas énormément fait avancer l’histoire. Mis à part cela, j’aurais aussi apprécié que le récit de Charpie soit enchâssé avec les aventures de nos héros. Même si les époques divergent, il aurait suffi d’indications temporelles pour ajouter un rythme bienvenu au début du roman.
Le petit groupe d’aventuriers rencontre éventuellement les habitants des lieux qu’ils visitent, nous ne nous le cachons pas. Toutefois, ces citoyens leur camouflent une vérité prochaine. J’aimais la sensation d’inconfort que ressentait le groupe. Cela ajoutait un mystère de plus à l’histoire. Par contre, lorsque la chose a été dévoilée, j’ai eu une petite déception. Je m’attendais à plus! 😛 Mais j’ai bien aimé l’idée.
D’ailleurs, j’ai pris plus de plaisir à lire ce sixième volume que pour le précédent. Je me demande ce qu’il en sera pour la suite!

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un départ bien construit.

Pandora, tome 6, Et la cupidité

Par Carolyn Hennesy

Résumé en quatrième de couverture :

Pandora est déconcertée. Elle sait que la Cupidité se cache à Rome, mais elle ne peut même pas commencer à deviner où chercher. Le fait qu’elle et Alcie soient déguisées en servantes ne les aide vraiment pas. Tout n’est que travail, et pas question de s’amuser — et de faire équipe avec Iole pour sauver le monde! Mais lorsque Homère est envoyé dans le ring des gladiateurs, les filles savent qu’elles doivent trouver ce mal et sortir de Rome rapidement!
Ce que Pandora et ses amis ignorent, c’est que les dieux grecs sont aussi dans la ville, rendant visite à leur homologues romains. C’est comme si, soudainement, chaque dieu avait un jumeau… incluant la malveillante Héra. Les dieux travaillent-ils de concert pour donner à Pandie l’aide dont elle a besoin? Héra finira-t-elle par prendre sa revanche?

Mon appréciation :

Ouh là! l’aventure de Pandora achève! Qui plus est, le dernier tome, à la suite de la lecture de celui-ci, promet!
Le livre commence relativement tranquillement. Enfin, pas tant que ça. Dès le début, Pandora et Alcie sont les esclaves d’un couple influent de Rome. Tous les Romains, à ce moment, sont invités à un combat de gladiateurs qui oppose le jeune Homère (au grand désespoir d’Alcie) à un autre Romain, fort combatif. Les deux filles ne peuvent rien faire face à la situation. Je ne vous dévoile pas la fin du combat, par contre. Ensuite, le deuxième chapitre se trouve à être une conversation entre certains dieux. Et je l’ai fort apprécié. Ces dieux racontent les derniers événements qui se sont écoulés depuis le cinquième tome. Ainsi, bien que le lecteur fait un certain bond dans le temps de la capture du mal précédent jusqu’au combat de gladiateurs, les dieux remédient aux trous dans l’histoire, de sorte que personne n’est égaré dans le déroulement des événements. J’ai trouvé que le tout était bien formulé.
Le roman était bien amusant. Surtout lorsque les dieux étaient de la partie. Ceux-ci ont un comportement qui est presque enfantin, ce qui est assez comique. D’ailleurs, à un moment, ils sont plusieurs à se chamailler pour des choses futiles. Il y a même une petite poursuite dans un bâtiment entre certaines divinités! J’ai pris plaisir à lire ce passage.
Autrement, malgré ces côtés plutôt légers occasionnés par les dieux, Pandora n’est pas au bout de ses peines. Justement, elle affronte, vers la fin du tome, une épreuve mentale assez exigeante. Un choix s’offre à elle, et trancher entre les deux options n’est pas du tout aisé. C’est là que ressort toute la force du personnage, qui a beaucoup évolué au cours de la série.
Finalement, comme je l’ai dit au début de cette appréciation, j’ai bien hâte de découvrir le tout dernier tome de Pandora. La fin est intrigante, puisque les héros apprennent que le dernier mal à capturer, la Peur, se retrouve en Enfer. Visiblement, ce ne sera pas de tout repos!

Catégories : Aventure, Coin filles, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Un peu semblable aux autres.

Histoires de vampires, tome 6, La vie secrète d’un vampire
Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Les enterrements de vie de garçon associent habituellement de jolies femmes et des bouteilles de bière. Les célébrations du même genre regroupant des vampires n’échappent pas à cette tendance, sauf que les hommes s’abreuveront de Swhisky, qui est une boisson composée de sang synthétique et de whisky. Personne ne sait organiser des fêtes aussi mémorables que Jack, le fils illégitime du légendaire Casanova, mais lorsque cette dernière tourne mal et que les policiers débarquent, Jack devra leur fournir des explications…, si seulement il n’était pas sans voix devant la beauté de l’agente Lara Boucher.
Lara est persuadée qu’il ne s’agit pas uniquement d’un simple enterrement de vie de garçon. Qu’est-ce que Jack dissimule? Et pourquoi s’intéresse-t-il autant à la récente vague de disparitions de jeunes femmes dans la ville? Son enquête lui permettra de découvrir des renseignements auxquels elle ne s’attendait pas, en particulier au sujet de ce Casanova des temps modernes. Le problème est qu’elle devra cependant dévoiler tous ses secrets, pour obtenir un jour ce grade d’enquêteuse qu’elle convoite. Si seulement son cœur n’était pas en jeu…

Mon appréciation :

Je trouve toujours bien amusant de replonger dans cette série, même si je sais que l’essentiel du roman traitera d’une histoire d’amour entre un(e) vampire et un(e) non-vampire. Sauf que cette série n’est pas uniquement un récit rempli de romance, mais aussi un récit où l’humour est plutôt présent. Que ce soit plus coquin ou simplement comique, un sourire finit toujours par s’étirer à la commissure des lèvres. J’imagine bien ceux qui me croisent en train de lire au cégep avec un sourire niais au visage parce qu’un personnage a eu une réaction ou a dit quelque chose de drôle.
Je dois dire, par contre, que ce livre-ci ne se distingue probablement pas des précédents. Il n’y avait pas une panoplie d’éléments différents — déjà que l’histoire générale consiste en une histoire d’amour entre deux « races », il est intéressant d’y avoir des distinctions qui amèneront quelque chose de nouveau. Ce n’était pas énormément le cas pour ce tome-ci. Tout de même, j’ai lu la quatrième de couverture du prochain tome, et c’est prometteur! Ainsi, probablement que l’intérêt ne sera pas moindre bien longtemps.
Heureusement, il y a eu quelques éléments qui différaient, de sorte que j’ai plus apprécié ces nouveautés. Entre autres, Jack prend beaucoup de temps avant de dévoiler sa vraie nature. Contrairement à d’autres vampires de la série, il se retient du mieux qu’il le peut, sachant que de se dévoiler comporte quelques risques. Par exemple, Lara pourrait le rejeter ou bien elle pourrait dévoiler le secret de l’existence des vampires au monde. Son combat intérieur qui opposait la vérité au mensonge était plutôt plaisant. Ensuite, comme je mentionne Lara, cela m’a fait songer qu’elle était un peu plus robuste que d’autres mortelles de la série. En effet, elle résiste au contrôle de l’esprit que les vampires peuvent exercer. Cela rendait la tâche plus complexe pour Jack qui, si la jeune femme le repoussait après avoir appris qu’il était un vampire, ne pouvait pas lui effacer l’information de sa mémoire. Finalement, un dernier élément : la réaction de Lara lorsque Jack révèle qu’il est un vampire vieux de plus de 200 ans (parce que ce moment est inévitable). Sans trop vous en dévoiler, je dirais que j’ai bien apprécié le tout.
Ainsi, bien que ce sixième tome ait apporté quelques petites nouveautés, je ne l’ai pas trouvé aussi plaisant que les autres, car il en est trop semblable. Il n’est en rien mauvais, non plus, puisque la lecture est très divertissante. Il n’empêche que j’ai plutôt hâte de lire la suite, après en avoir lu le résumé!

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une belle finale!

La muse de la magicienneVisions, tome 6, La muse de la magicienne
Par Linda Joy Singleton

Résumé en quatrième de couverture :

Trop léger pour faire tournoyer la vaporeuse fumée de la bougie, un murmure traversa le temps, au-delà de la vie et de la mort — et fut entendu.
Tandis que la série VISIONS atteint son paroxysme, les dons paranormaux de Sabine sont poussés aux limites du danger, tout comme ses talents de détective et son courage, quand elle doit composer avec la mystérieuse disparition de son ancien petit ami Josh, vivre avec la nouvelle menace pesant sur son amoureux Dominic, et se débattre avec des magiciennes maléfiques (vivante et morte) et un meurtrier sans scrupules.

Mon appréciation :

Longue a été l’attente de la sortie de ce tome. J’en venais à croire qu’il ne viendrait pas et que la série se terminait à cinq tomes (le cinquième est sorti en septembre 2008 et le sixième, en mai 2011). Enfin, c’est maintenant que je l’ai lu, après avoir relu toute la série pour me remettre dans l’ambiance.
Le tome cinq étant celui que je préférais, je me demandais si ce dernier de la série serait à la hauteur. Eh bien oui! et j’en suis bien heureuse. J’imagine que tout ce temps d’écart entre les deux volumes a permis une amélioration, même, puisque le gros du récit est mieux construit, et par le fait même, plus intéressant.
Les réflexions de Sabine sont plus mûres, lors de certaines situations, et aussi moins répétitives, ce qui rend le texte plus mature. Aussi, les événements qui se présentent dans le récit et qui en constituent les problèmes à régler, à mettre à terme, sont encore plus intrigants. Ils touchent des moments passés de la série, nous permettent d’en apprendre encore plus sur les personnages et de les voir sous leur vrai visage.
Je crois que le bémol qui m’a le plus fait tiquer concerne les problèmes qui touchent Dominic. Sans en révéler la conclusion, je dirais qu’il était plutôt facile de la deviner, selon la façon dont le tout se passait et selon le style de l’auteur de conclure chaque petite « aventure ».
Comme  je l’ai mentionné, ce qui m’a le plus plu est sans aucun doute l’amélioration de l’histoire, la maturité du texte et de quelques choix, mais aussi le fait que le récit touchait aux événements s’étant déroulés dans les tomes précédents.
C’est une bien belle finale, où chaque chapitre invite à la lecture et où le divertissement est assuré.

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :