Articles tagués : Tome 7

Un jeune homme et un chat prometteurs

Cobayes, tome 7, Cédric

Par Alain Chaperon

*Attention : présence de violence gratuite.*

Résumé en quatrième de couverture :

Ce que j’aime faire de mes journées : rien.
Je me définis comme un paresseux. Les DVD et les livres sont mes seuls amis, car ils n’exigent aucune concession de ma part. Même travailler ne me viendrait pas à l’esprit. Voilà pourquoi je prête mon corps à la science. Je participe à des études cliniques en tant que cobaye. Pas de responsabilités, peu d’exigences. On me paie pour tester des produits. Point. J’ai récemment trouvé une compagnie pharmaceutique qui me proposait un énorme montant d’argent pour me guérir de ma dépendance à la marijuana. J’aurais été fou de ne pas sauter sur l’occasion.
Depuis quelques temps, je me sens bien. J’ai l’impression de devenir quelqu’un. Comme si je méritais enfin de prendre ma place parmi les meilleurs. Lisez mon blogue, vous allez comprendre.
Moi, Cédric Labonté, j’ai maintenant le monde à mes pieds!

Mon appréciation :

Cédric est le dernier tome de la série Cobayes que je lis. Je les ai tous lus dans l’ordre de parution, bien qu’il soit possible d’en faire une lecture tabulaire.
Avec le personnage de Cédric, il y a plusieurs références qui sont faites aux autres tomes. Ce protagoniste est plus observateurs que d’autres et relève des éléments qui concernent les autres cobayes. Que ce soit la réceptionniste d’AlphaLab qui change ou la manchette des journaux qui annonce qu’un carnage a eu lieu, Cédric a une conscience du taux croissant de disparitions et de meurtres qui atteint la ville.
Ce nouveau héros, ou anti-héros, se targue d’être déjà un cobaye pour de nombreux essais cliniques. Sa mentalité quant aux essais réalisés par AlphaLab est ainsi différente. Cédric, dès le départ, compare le laboratoire avec les autres qu’il a visités. L’endroit se révèle être différent sur plusieurs points… mais la promesse d’une grosse somme d’argent efface les doutes possibles.
Le produit injecté par le laboratoire a un impact intéressant sur le jeune homme. Sur le plan psychologique, cela se manifeste assez fortement. Tandis que d’autres personnages sont passés rapidement à l’action, c’est d’abord la psyché de Cédric qui est affectée par les injections. Lui qui, grâce à l’anonymat que lui procure son blog, paraît déjà se sentir supérieur à nombre d’individus se voit changer pour se sentir davantage en confiance. Cette puissance intérieure se répercute rapidement sur les agissements du personnage. Cette montée rend cependant un peu prévisible la fin du roman, mais reste intéressante.
Le protagoniste en soi est curieux à observer. Sa dépendance à la marijuana se transpose sur une nouvelle, que Cédric analyse lui-même et insère dans un processus de cycles (« prise » de drogue et manque).
L’histoire de Cédric commence avec un chat, ce que rappelle la couverture du livre. L’animal, qui semble d’abord anodin, amène une touche particulière au récit. Je ne veux pas trop en dévoiler, mais je vous annonce que le félin réserve quelques surprises. 😉
Finalement, j’ai apprécié les entrées du blogue du personnage, qui étaient plutôt divertissantes. Cependant, le protagoniste donne déjà bien son opinion au fil de la narration, et ces textes n’auraient pas été nécessaires. Qui plus est, le personnage étant plutôt cultivé, c’est cela que j’aurais aimé découvrir davantage dans ma lecture. Il n’empêche que j’ai bien aimé l’ensemble du roman.

Voici la bande-annonce du roman :

Catégories : Horreur, Livres adultes | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Difficile d’enter dans la suite.

Les 5 derniers dragons, tome 7, Un vent malsain

Par Danielle Dumais

Résumé en quatrième de couverture :

Les porteurs de dragon sont à la limite de leur temps et un rien semble les contrarier. En plus de ce vent malsain qui souffle, ils devront affronter un océan qui se lézarde comme à tous les printemps lors d’un dégel normal et attendu.
Pendant qu’Andrick essaie de calmer les porteurs et le reste de l’équipage, la princesse Launa, à Dorado, craint un malheur pour ses deux dragonneaux noirs. Là aussi, un vent malsain flotte dans les airs du pensionnat ainsi qu’au château Mysriak. Fort heureusement, Frankie Dévi veille au grain. Toutefois, Pacifida aura toutes les misères du monde à contenir l’excitation de sa classe lorsqu’une séance de dressage des jeunes dragons est annoncée.
De multiples surprises et rebondissements s’annoncent à l’horizon avec Launa et ses dragons ainsi qu’avec Spino, ce fougueux dragon rouge aux intrigues amoureuses compliquées. Ce dernier donnera du fil à retordre à Andrick et à sa porteuse.

Mon appréciation :

À chaque fois que je retombe dans cette série, je dois faire un effort pour me remémorer les événements des tomes précédents étant donné l’absence de retours sur ces aventures. Comme il y a plusieurs personnages, je m’y perds un peu au début. Surtout du côté de l’équipe des chevaliers et des porteurs de dragons, puisqu’ils sont plus nombreux. D’autant plus que la narration était moins centrée sur ceux-ci dans ce volume. En effet, l’intrigue principale semblait être celle de la princesse Launa.
De ce fait, je portais donc plus d’intérêt envers la jeune fille qu’envers les autres, qui me donnaient l’impression de stagner un peu. Leurs aventures étaient moins rocambolesques que dans certains tomes précédents (heureusement, le huitième tome promet beaucoup à ce sujet).
Le roman se lit toujours très facilement et est une bonne suite des six premiers volumes. La plume est plutôt fluide et simple, ce qui permet de bien suivre le développement du récit. Certaines structures de phrase me semblaient par contre un peu plus boiteuses, mais cela n’empêchait pas la compréhension du message qui était divulgué.
Comme le titre le sous-entend, quelque chose de malsain entoure les protagonistes. Ce vent qui est évoqué concerne très certainement la grande présence de jalousie. Je l’ai trouvée un peu trop marquée. J’ai eu le sentiment que cela ajoutait une touche plus enfantine au texte, qui, à mon avis, n’en a pas besoin pour être un bon livre jeunesse. L’Histoire le montre : les classiques de la littérature jeunesse que l’on connaît aujourd’hui étaient autrefois des romans pour adultes que les jeunes dévoraient pourtant avidement (je pense entre autres à Robinson Crusoé).
Au final, j’ai moins apprécié ce septième tome. Il n’empêche que je lirai la suite, puisque d’autres tomes m’ont plu et m’en avaient déjà donné envie. Je suis une femme très curieuse. 😛

Catégories : Aventure, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Sans jeu de mots, ce livre nous appelle.

Sorcière, tome 7, L’appel
Par Cate Tiernan

Rémusé en quatrième de couverture :

Enfin, je retrouve la lumière.
Les dangers auxquels je faisais face ont disparu.
Et je suis amoureuse; profondément amoureuse.
Mais dernièrement, j’ai commencé à faire des rêves.
Ils contiennent des visions d’une personne
ayant de graves ennuis.
D’une personne qui mourra
si je ne viens pas à son secours.
Qui m’appelle de cette façon?
Et que devrai-je sacrifier pour l’aider?

Mon appréciation :

En lisant le résumé de ce tome-ci, je m’étais dit qu’il serait un peu plus tranquille, mais plus je lisais, plus je me rendais compte qu’il y avait quelque chose derrière tout ça. Morgan n’avait visiblement pas terminé d’en apprendre sur son passé et sur celui de ses parents.
Je vais un peu revenir sur ce que j’ai écrit pour mon appréciation du tome précédent… Je mentionnais qu’il était fort agréable d’avoir des précisions, comme un retour sur les derniers événements s’étant produit avant, pour se remettre dans la série. Cependant, encore une fois, je me suis rendue compte que ces précisions n’étaient que bienvenues lorsque nous avions passé un certain temps sans lire la suite. Cela ajoute, si la lecture du tome précédent est fraîche dans notre mémoire, une certaine lourdeur au texte.
Ensuite, autre que les répétitions habituelles de mots (il faudrait un dictionnaire de synonymes lors de la rédaction), j’ai bien aimé les extraits du livre d’un certain homme, qui étaient donnés en début de chapitre. Je ne vous dévoile pas qui, car on le découvre au fil de ces extraits, mais aussi pouvons-nous faire des liens entre ce personnage et Morgan. Ce personnage vient donc à prendre une toute autre place dans l’histoire, et nous mène à une finale semi-attendue (enfin, si vous avez découvert le lien qui unis notre personnage principal et cet homme, parce que cela devient vite évident).
Sinon, j’ai bien aimé le fait que les personnages sortent de leur ville pour se rendre à New York. Cela amène une plus grande dimension à l’histoire, dans le sens où les protagonistes se mêlent de plus en plus au monde réel. Ils ne font plus partie d’un endroit isolé et le danger est présent sur une plus grande superficie (bien qu’on le voyait dans les différents livres des ombres des personnages).
Oh! Et puis… je suis certaine que vous ne vous attendrez pas à ce que Morgan prendra comme choix à la fin du tome. Choix qui ne plaira sans doute pas aux lecteurs qui… hum… non, je n’en dis pas plus!

Catégories : Fantastique, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Une complète conclusion.

Pandora, tome 7, Et la peur

Par Carolyn Hennesy

Résumé en quatrième de couverture :

Pandora a réussi à capturer six des grands maux qu’elle avait « ac-cidentellement » libérés; et maintenant, notre quatuor — Pandie, Alcie, Iole et Homère — est à la poursuite du pire de tous : la Peur. Ensemble, ils doivent se rendre dans les Enfers redoutés pour leur dernière aventure.
Pendant ce temps, d’ignobles vilains comme Tantale, Sisyphe et les Danaïdes ont été libérés de leurs punitions éternelles… et ils se trouvent sur le chemin de Pandie! Hum, qui pourrait bien être derrière eux?
Pandora pourra-t-elle vaincre Héra une fois pour toutes et trouver l’endroit où se cache la Peur? Dans l’excitante conclusion de la série bien-aimée des mésaventures mythiques, le septième mal doit être retourné.

Mon appréciation :

Le voilà, le tout dernier de cette série! Et il conclut merveilleusement bien les aventures de Pandora et de ses amis!
Si cette dernière aventure se déroule sur moins de jours par faute du temps restreint (rappelons que Pandie a un temps limite pour capturer les sept maux), elle n’est pas moins remplie de péripéties. Encore une fois, la tâche n’est pas facile du tout, mais cela n’empêche pas la petite équipe d’être très solidaire. Et c’est un élément que j’ai bien apprécié.
Tout au long des difficultés vécues, le quatuor se soutient et s’entraide continuellement, malgré qu’il puisse y avoir des hauts et des bas. Bien évidemment, leur relation ne peut être parfaite. Cependant, ils sont toujours là les uns pour les autres dès que la situation le permet.
Qui plus est, chacun se surpasse une dernière fois pour capturer la Peur. Et c’est, encore une fois, quelque chose que j’ai bien aimé. Pour Pandora, on discerne très bien l’évolution de son personnage lorsqu’elle trouve finalement le dernier mal de l’humanité. Même si Pandora en ressort grandie, le lecteur ou la lectrice peut être porté à réfléchir sur soi-même à ce moment de l’histoire. Sans tout vous dévoiler, disons que la jeune fille s’affirme enfin totalement et qu’elle accepte la personne qu’elle était et qu’elle est devenue.
Mis à part ce personnage, il y a aussi l’évolution de ses amis qui est explicitement soulignée à la fin du livre. Chacun y passe et c’est un moment plutôt joyeux. Bien sûr, dès lors que l’on plongeait dans le premier tome de la série, il fallait se douter que les héros réussiraient leur mission. Ainsi, ils sont aussi couverts d’éloges au terme de celle-ci.
La conclusion est donc complète. Les personnages principaux sont pleinement félicités, et les ennemies sont punies. De plus, certains protagonistes rencontrés dans les autres tomes refont leur apparition afin de bien terminer la boucle. Bref, c’est une histoire heureuse qui se termine bien et se laisse lire avec plaisir.

Catégories : Aventure, Coin filles, Fantasy ou merveilleux, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Un peu rapide…

Histoires de vampires, tome 7, Nuits interdites avec un vampire

Par Kerrelyn Sparks

*Attention : présence de sexualité.*

Résumé en quatrième de couverture :

Vanda Barkowski est dans le pétrin. En sa qualité de propriétaire d’une boîte de nuit olé olé, elle est encore moins conventionnelle que la plupart de ses semblables vampires. Et si des gens lui font perdre son calme quelque peu, ils n’ont qu’à en subir les conséquences. Trois de ses employés ont cependant porté plainte contre elle en vertu de son tempérament irascible, et Vanda doit maintenant suivre un cours de gestion de la colère. Pire encore, Phil Jones a accepté d’être son parrain. Phil, le mortel qui lui est interdit…
Si Vanda savait qui Phil est vraiment, ou ce qu’il est, elle repenserait sans doute à l’attirance qu’elle éprouve envers lui, car sa véritable nature est plus sauvage que tout ce qu’elle a pu s’imaginer au cours de sa vie. Il a su maîtriser la bête en lui et est maintenant la personne toute désignée pour aider Vanda avec sa colère…, s’il pouvait seulement être en mesure de garder son sang-froid quand elle lui donne incontestablement chaud. Des vampires aux intentions peu louables n’ont cependant pas l’intention de prendre des vacances. Phil et Vanda pourront-ils un bon jour profiter de leurs nuits interdites?

Mon appréciation :

Comme le titre de l’appréciation l’indique, j’ai trouvé qu’un élément du livre était un peu trop rapide à mon goût. En fait, cela concerne la relation entre Phil et Vanda. Bien évidemment, Phil doit l’aider à gérer sa colère, mais également la protéger en cas de besoin, ce qui est tout à fait correcte. Cependant, c’est au niveau de leur phase de séduction, que j’ai trouvé cela rapide. Quasiment dès le début du roman, les deux se lancent des phrases à double sens. Les personnages se connaissent tout de même déjà depuis quelques petites années. N’empêche que j’ai trouvé qu’ils semblaient n’avoir qu’une envie première, être peau contre peau. Il y a par contre un moment du tome où j’ai trouvé bien placé l’empressement de Vanda. Celle-ci a énormément de choses à refouler en elle, dont beaucoup de colère, et décide ardemment se changer les idées. Elle use donc de ce besoin pour profiter un peu de Phil. Bien sûr, ça n’est pas super bien, comme option. Aussi, même avant de lire la suite, le lecteur se doute que l’envie lui reprendra encore… et encore.
Autrement, je suis assez satisfaite de l’action. Elle arrive un petit peu tard mais, par la suite, l’urgence se fait bien sentir. Vanda est la cible d’un mauvais vampire, de même que d’autres vampires que le lecteur a appris à connaître au fil de la série. Sans compter les industries de Roman (personnage présent depuis le premier tome), qui sont menacées d’être éradiquées, ce qui forcerait les bons vampires à se nourrir aux cous de victimes, n’ayant plus de sang synthétique à portée de main. Rien n’est pris à la légère. D’ailleurs, certaines usines sont la cible d’attaques et quelques vampires meurent sur les lieux. De plus, lorsque le livre se termine, le danger est toujours présent. Ainsi, on se doute que l’action se poursuivra dans le prochain volume, et que la tâche ne sera pas aisée.
Mis à part cela, j’ai bien aimé les caractéristiques du  personnage de Phil. Celui-ci peut se changer en loup autant qu’il le veut, de la manière qu’il le veut. Il peut également utiliser sa force de loup sans se transformer. Je trouve l’idée intéressante. Mais ce qui m’a le plus plu dans cet aspect de lui, c’est la façon dont son corps se comporte lorsque Phil use de son pouvoir. Son corps ondule, les contours sont flous et semblent un peu lumineux… l’image que je me faisais mentalement de ces moments était assez spéciale et possédait un bon caractère fantastique et mystérieux. Les descriptions étaient plutôt bonnes.
En somme, j’ai passé une agréable lecture. Sans oublier que l’humour est assez présent dans cette série, ce qui est amusant. De quoi bien se divertir l’espace de quelques heures.

Catégories : Fantastique, Livres adultes, Romance | Étiquettes : , , , , | Un commentaire

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :