Articles tagués : Wajdi Mouawad

Des mots qui percutent dans une ambiance qui joue sur la construction du texte.

Le sang des promesses, tome 1, Littoral

Par Wajdi Mouawad

Résumé en quatrième de couverture :

En apprenant la mort de son père inconnu, qu’il retrouve à la morgue, l’orphelin Wilfrid décide de lui offrir une sépulture dans son pays natal. Commence alors un voyage au bout de la nuit qui le conduit vers un monde dévasté par les horreurs de la guerre, où les cimetières sont pleins, où les proches de cet homme rejettent sa dépouille, qui terminera son périple dans les bras de la mer. À travers les rencontres douloureuses qu’il fait à cette occasion, Wilfrid entreprend de retrouver le fondement même de son existence et de son identité.

Mon appréciation :

J’ai beau avoir lu le deuxième tome de cette quadrilogie en premier, cela n’a rien changé au plaisir de ma lecture. Tout particulièrement parce que les tomes ne se suivent pas. C’est d’ailleurs grâce à Incendies que j’ai eu envie de me procurer les autres volumes et de les lire. En une seule sortie de mon portefeuille, je les ai tous pris (c’est le cadeau que je me suis fait après les fêtes).
Littoral, comme Incendies, est assez dur. Wajdi Mouawad ne mâche pas ses mots et donne directement au lecteur l’accès à un récit puissant. On y parle de guerre, de mort, de repos, de douleur, d’amour, d’amitié, de famille, d’exil, de fuite, de sexe, de conflits,… Le texte est relativement court, mais il communique beaucoup.
Ce qui est intéressant dans Littoral, c’est l’inspiration qu’a eue Mouawad. Il est entre autres question de Hamlet, d’Œdipe et de l’Iliade. On retrouve ces écrits dans les différents personnages de l’histoire. Cela ajoute une touche intéressante lorsque le texte est analysé, puisque l’on tente de décortiquer les personnages pour découvrir quel écrit les a inspirés.
La force de ce tome réside aussi dans le fait qu’il est marqué par l’absence. L’absence du père de Wilfrid, puisqu’il est décédé, mais aussi l’absence des pères des compagnons que se fait le personnage principal durant son voyage. Ce qui est par contre étrange, c’est que malgré cette absence, il y a aussi présence. En effet, il se trouve que le père, bien que mort, parle. L’imagination de l’orphelin lui permet de discuter avec son père à quelques reprises. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a accès à des informations sur le passé de son paternel et sur sa mère, qu’il n’a jamais connue.
L’aspect imaginatif de la pièce est très bien amené. Cela peut être un peu mêlant parfois, mais cela ajoute quelque chose de vraiment intéressant au récit. En même temps, il y a un certain parallèle, puisque non seulement il y a la réalité et le père mort qui parle, mais il y a aussi le fait que Wilfrid se retrouve en plein tournage d’un film où il doit enterrer son père.
En bref, Littoral, c’est rempli de sujets percutants tout en étant également complexe de par sa construction qui mêle imaginaire, réel et fiction. J’ai préféré Incendies, mais j’ai adoré Littoral.

Publicités
Catégories : Livres adultes, Théâtre, Théâtre/Poésie | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Un récit percutant.

Le sang des promesses, tome 2, Incendies

Par Wajdi Mouawad

Résumé en quatrième de couverture :

Lorsque le notaire Lebel fait aux jumeaux Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, il réveille en eux l’incertaine histoire de leur naissance : qui donc fut leur père, et par quelle odyssée ont-ils vu le jour loin du pays d’origine de leur mère? En remettant à chacun une enveloppe, destinées l’une à ce père qu’ils croyaient mort et l’autre à leur frère dont ils ignoraient l’existence, il fait bouger les continents de leur douleur : dans le livre des heures de cette famille, des drames insoupçonnés les attendent, qui portent les couleurs de l’irréparable. Mais le prix à payer pour que s’apaise l’âme tourmentée de Nawal risque de dévorer les destins de Jeanne et de Simon.

Mon appréciation :

Je dois dire que lorsque j’ai lu cette pièce de théâtre, j’avais déjà visionné l’adaptation cinématographique depuis un bon moment. Je me souvenais tout de même des points culminants de l’histoire, et je n’ai donc pas eu de surprises durant ma lecture. Il n’empêche que je l’ai bien appréciée.
Oui, les noms des personnages sont un peu particuliers à prononcer, mais c’est qu’ils sont arabes (ou quelque chose de semblable). Mais si l’on exclut cet élément (qui n’était pas si dérangeant que cela, à mon avis), la pièce se lit avec une réelle facilité. Quelques passages peuvent paraître confus à certains moments, puisque le passé et le présent se chevauchent, mais une fois que cela est compris, j’ai trouvé que la lecture coulait très bien.
Tant qu’à parler de l’écriture, je vais continuer un peu sur cette lancée. Les tableaux de la pièce sont très courts. Ainsi, l’on passe rapidement de l’un à l’autre, ce qui donne l’impression d’avancer très rapidement dans l’histoire. Cela affecte donc le rythme, ce qui était bien intéressant et pertinent pour ce texte.
Mis à part cela, bien que je connaissais déjà les punchs de l’aventure de Jeanne et de Simon, j’ai pris bien du plaisir à les lire. Je voyais les événements approcher, mais je n’étais pas déçue de cela. L’ensemble restait tout aussi captivant, et les révélations, percutantes. J’ai adoré redécouvrir tous les liens qui unissaient les personnages, de même que de retrouver Nawal sur le chemin de son histoire, et donc du passé des deux jumeaux et de leur frère inconnu et de leur père mystérieux.
De plus, les images présentes dans le livre sont réellement profondes. Elles sont fortes et vivantes. En voici donc un exemple qui m’a beaucoup touchée : « L’enfance est un couteau planté dans la gorge. On ne le retire pas facilement. » (p.18)
Je crois bien que je prends de plus en plus de plaisir à lire du théâtre et même si j’étais un peu réticente avant de plonger dans cette pièce-ci, j’y ai vraiment pris plaisir. Si le film (n’étant pas mon genre de film) ne m’avait pas attirée, la pièce écrite l’a fait à coup sûr.

Voici la bande-annonce du film :

Catégories : Adaptations, Livres adultes, Théâtre, Théâtre/Poésie | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :