Très original.

La tempêteDes plumes et des os : chroniques des corneilles, tome 1, La tempête
Par Clem Martini

Résumé en quatrième de couverture :

Chaque printemps, depuis des générations, la famille Kinaar migre vers le nord pour participer à la réunion annuelle des corneilles. Cette année, au cours du voyage, le jeune et téméraire Kyp cause accidentellement la mort d’une corneille. À la suite de cette tragédie, un tribunal le condamne à l’exil.
Toutefois, quand une tempête menace la survie de son clan, Kyp décide d’enfreindre les lois. N’écoutant que son courage, il revient à l’Arbre du Rassemblement et tente de sauver les siens. Mais un danger encore plus grand se prépare…
La tempête, le premier tome de la trilogie Des plumes et des os : chroniques des corneilles. Une série captivante où l’on découvre le monde du point de vue aérien des corneilles.

Mon appréciation :

Tout d’abord, j’ai trouvé bien original de me retrouver à lire un récit de corneilles. Voir le monde des airs, observer celui-ci avec des yeux d’oiseau et de petite taille. En lisant, on devient ignorants du monde des humains : on devient une corneille. On y voit les gros nids des humains, les animaux domestiqués qui sont leurs esclaves, leurs serres rosées (leurs doigts), etc. On se questionne sur eux, on tente de comprendre leur logique. On voit le mode de vie des humains d’un tout autre angle, ce qui est agréable et fait drôlement changement.
Le récit de Kyp nous est raconté par Kalum, une vieille corneille, qui a le statut d’Élu (l’Élu a pour tâches de guider les corneilles dans des choix, de trancher sur ceux prises dans un tribunal, de prendre des décisions quant aux lieux où la Famille doit aller, et encore plus). Kalum nous aborde, nous, corneilles, comme un groupe d’oiseaux désireux de connaître les événements passés. Kalum nous invite à prendre place sur une branche, à bien écouter, à faire un petit vol avec lui, etc. C’est une chose que j’ai bien appréciée. On prend alors la place d’une corneille désireuse de découvrir les aventures de Kyp, tout comme d’autres qui nous entourent. Ça donne un certain cachet au roman. Ça lui ajoute un quelque chose de vraiment bien.
Kymmy, une jeune corneille avec un petit côté aventureux, est celle qui nous fait le plus voir les humains avec le point de vue de ces oiseaux. La jeune adore se promener, s’approcher des humains ou se cacher pour passer du temps à regarder ce qu’ils font, leurs façons d’agir,… J’aime bien ce personnage qui va même aller pousser l’audace jusqu’à tenter de discuter avec les humains. Il est amusant de voir ce qu’elle entreprend et aussi les conséquences, pas nécessairement négatives, qui en découlent.

Publicités
Catégories : Aventure, Contemporain, Livres jeunesses | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :