Un début qui laisse présager le pire…!

Cobayes, tome 6, Elliot

Par Madeleine Robitaille

*Attention : présence de mutilations, de sexualité et de sang.*

Résumé en quatrième de couverture :

Pervers? Bizarre? Asocial? Je me fous royalement de ce que le monde pense de moi. Il n’y a que moi qui compte, mon plaisir et ma liberté. Je n’ai pas d’amis et je n’en veux pas. Mon monde intérieur, ce qui s’y trouve, n’appartient qu’à moi. Personne ne sait qui je suis réellement; ça vaut mieux ainsi.
Je travaille deux ou trois jours par semaine. Je pourrais bosser à temps plein — mon patron me l’a offert —, mais ça nuirait à mon autre passe-temps, qui nécessite préparation et prudence…
Mon seul problème, c’est que j’aimerais gagner plus d’argent. J’en ai besoin pour finir mes travaux dans la pièce insonorisée. Si je veux l’utiliser, un jour… Je devrais peut-être creuser du côté de ce laboratoire, celui qui cherche des candidats pour tester un nouveau médicament. Ça paie drôlement bien! Avec tout ce fric, ma salle de jeux serait rapidement opérationnelle.

Mon appréciation :

Ouh là là! Ce tome-ci n’est pas joyeux du tout!
Dès le début, nous sommes confrontés au personnage d’Elliot, qui a déjà des habitudes assez obscures. Déjà, il ne suffit que de songer à sa pièce insonorisée, qu’il construit pour en faire une salle de torture avant même d’avoir goûté au produit d’AlphaLab. Les choses détraquent donc rapidement.
Parsemé dans le récit, le lecteur a droit à quelques retours dans le passé qui permettent de découvrir les événements qui font d’Elliot le personnage meurtrier qu’il est au début de la lecture. J’aimais beaucoup ces passages. Je trouvais très intéressant de découvrir la psychologie du protagoniste, bien que cela cache d’horribles choses.
La psychologie du personnage est d’ailleurs très intéressante. En plus d’avoir un passé complexe, l’antihéros compose des nouvelles. Par contre, ces textes ne sont pas anodins. Ils consistent en une sorte de journal où le cobaye consigne ses méfaits dans le but de pouvoir les relire et se les remémorer. C’est de cette manière qu’il éprouve du plaisir.
Cependant, j’ai moins aimé la fin du roman. Je m’attendais à quelque chose de plus spécial, de plus grandiose, étant donné la manière dont le roman a commencé (c’est-à-dire en force). Le taux d’horrifique diminue peu à peu jusqu’à la dernière page. Cela n’était pas mauvais, mais cela ne répondait pas non plus à mes attentes. Avec un tel personnage, j’aurais apprécié quelque chose de plus intense.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé la lecture. Le style d’écriture n’était pas mon favori, mais j’ai beaucoup aimé les idées de départ. Elliot est un assez bon roman d’horreur.

Voici la bande-annonce du roman :

Publicités
Catégories : Horreur, Livres adultes | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :