Une longue histoire…

Mémoire d’une nuit d’orage
Par Nancy Pickard

Résumé en quatrième de couverture :

Par une nuit d’orage, le destin d’une petite fille et de deux familles vole en éclats. Vingt-trois ans plus tard, les fantômes et les secrets du passé resurgissent…
Jody est sous le choc lorsqu’elle apprend que l’homme accusé du meurtre de ses parents est sorti de prison et revient en ville. Jody n’avait que trois ans lors de cette tragédie. Le fils de l’assassin, Collin, en avait sept. Depuis, lui et sa mère ont vécu en parias. Jusqu’à ce que Collin, devenu avocat, parvienne à faire libérer son père. Mais avec le retour de ce dernier, la ville entière va s’embraser, et les langues se délier…
Que s’est-il vraiment passé cette nuit-là? Pourquoi n’a-t-on jamais retrouvé le corps de la mère de Jody? Elle et Collin, ennemis héréditaires, pourront-ils refermer cette blessure qui a détruit leur vie?

Mon appréciation :

Je dois admettre que j’ai été déçue de ce roman. Je crois que c’est principalement la faute à la façon dont le livre a été construit par l’auteur. Une meilleure façon de placer les évènements à des endroits plus percutants aurait tout changé, selon moi.
Nous débutons la lecture avec un chapitre où Jody a l’âge de vingt-trois ans, âge où le « meurtrier » de son père sort de prison. Seulement, ça ne dure qu’un chapitre, avant que nous ne fassions un bond dans le temps et que l’on revienne au moment où elle a trois ans. À partir de là, nous sont relatés tous les évènements, je dis bien tous, qui on menés à ce fameux soir d’orage. L’idée n’était pas totalement mauvaise, je le concède. En fait, elle l’est devenue lorsque a pu lire les circonstances précédant tout juste le drame. Billy, l’assassin, ivre mort et ramené chez lui par le jeune Red de seize ans. Il ne tenait pas sur ses pieds et n’avait conscience de rien. Alors comment, avec cette information, pouvons-nous nous imaginer qu’il était en état de se rendre chez les parents de Jody, qui n’habitaient pas du tout à côté de chez lui? Impossible, ne croyez-vous pas?
Ensuite, comme je l’ai dit, après un seul chapitre du présent, nous nous retrouvons dans le passé. Seulement, c’est pour près de 250 pages à y lire les relations des personnages à cette époque! 250 pages sur un total de 450. Autrement dit, 250 pages avant de ne tomber dans la véritable action du roman : le retour de Billy en ville et tout ce que ce retour refera surgir. C’était donc très long.
Aussi, tenant compte du fait que Jody avait seulement trois ans lors de la tragédie, je trouve un peu excessif la colère qu’elle garde contre Billy, clamant fort qu’il lui a gâché sa vie. Ça n’est que ma façon de voir les choses, mais je me dis que si ses grands-parents l’ont si bien élevée et gâtée et surprotégée comme ils l’ont fait, comment pourrait-elle affirmer ce gâchis? Je crois que dans ce genre de situations, ne connaissant pas vraiment ses parents, d’ailleurs, ses grands-parents le seraient devenus pour elle. J’avais du mal à justifier la façon de penser de Jody. Heureusement, mais à un moment fort éloigné dans le roman, on apprend qu’elle a constamment tout mis en œuvre pour en apprendre plus sur la fameuse nuit, au point de regarder les photos de son père décédé, et ainsi de suite. Cela justifiant plus sa colère, même si je crois qu’il y aurait un petit manque à quelque part.
De plus, lorsque certains de ses proches affirment qu’ils pensent Billy innocent (entre autres à cause de son état d’ivresse intense), il me semblait impossible que la jeune femme, même si elle ne croyait pas ces personnes, n’ose leur demander qui serait alors l’assassin. Qui d’autre, si ça n’était pas Billy? Si les soupçons sont enlevés de sur un individus, ils doivent être remis sur un autre, afin que ça bouge un peu! Ne pourraient-ils pas simplement soupçonner la mère de Jody, comme je l’ai fait? Disparue, cette belle femme qui ne rêvait que de quitter l’endroit. N’est-ce pas mystérieux?
Et pour en rajouter, le résumé en quatrième de couverture me laissait présager beaucoup de mystères autour de la nuit  d’orage et donc une montagne russe niveau psychologique pour Jody. Malheureusement, l’action ne semblait pas centrée énormément là-dessus. Il manquait justement d’éléments plus psychologiques.
Au moins la fin m’a-t-elle surprise un peu en me faisant découvrir l’assassin, que je ne soupçonnais pas du tout, ainsi que ce qui est arrivé à la mère de Jody. Ma foi, selon moi, ça n’est que la finale qui fait le livre.

Publicités
Catégories : Contemporain, Livres adultes | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :